Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 novembre 2020 3 25 /11 /novembre /2020 07:49

Isidro Fernández Cordero

1893-1936

 

Isidro Fernández Cordero naquit le 15 mai 1893 à Murias (Asturies, Espagne NW), troisième des cinq enfants de Buenaventura Fernández y Méndez et Florentina Cordero Suárez. Deux de ces enfants furent religieux dominicains.

En 1922, Isidro épousa Celsa García, qui mit au monde sept enfants, dont trois furent religieux.

Au début de leur mariage, les époux tinrent un petit commerce-bar, mais pour nourrir tant de bouches, Isidro dut aller travailler aux mines.

Très chrétien, Isidro était fidèle à la Messe, à l’association de l’Adoration nocturne (dont il était le trésdorier). Des Chrétiens comme lui étaient inévitablement la cible des anarchistes.

De fait, dès le début de la révolution de juillet 1936, Isidro fut brusquement surpris chez lui à l’heure du diner, et non moins brusquement conduit au Comité Civil, où il fut accusé de «prier» et donc immédiatement mis en prison : il se trouva alors enfermé dans la salle de garde des Adorateurs, non loin de l’église.

On les libéra provisoirement, leur inculquant l’obligation de se présenter à chaque demande, sinon leurs familles auraient été menacées. Isidro se cacha dans une maisonnette de la montagne.

Aux premiers jours du mois d’août, sa sœur Jesusa vint le prévenir qu’il était convoqué au Comité, et qu’il devrait plutôt s’enfuir à León, la ville proche. Isidro répliqua qu’il n’avait rien à se reprocher, sinon d’être catholique, et qu’il ne voulait pas faire courir de risques à sa famille. Il alla se présenter - et fut arrêté.

Durant sa captivité, il priait le chapelet chaque jour et reçut des visites de son épouse et de ses enfants. Voici quelques-unes des paroles qu’il leur adressa et qu’ils ont fait connaître par la suite :

Je ne peux pas (fuir). De toutes façons, je suis un témoin de Jésus-Christ. Vous devez pardonner à tous, comme je leur pardonne. De tout cœur.

Dis (à ta mère) que nous ne nous verrons plus. Dis-lui aussi de ne pas pleurer, parce que nous sommes des martyrs ; ils nous persécutent et ils nous giflent, comme pour Jésus-Christ. Priez beaucoup pour nous. Nous nous reverrons au Ciel.

Le 20 octobre, lui et un autre collègue furent conduits à l’intérieur de l’église paroissiale, où on les obligea à creuser leur propre tombe. Survint également leur curé, don Genaro, qui allait partager leur sort.

Le 21 octobre, les deux ouvriers furent égorgés et décapités, et jetés dans ces fosses, ainsi que leur curé, qui reçut un coup de pistolet à la tempe.

Isidro Fernández Cordero fut béatifié en 2016, et inscrit au Martyrologe le 21 octobre.

A cette cérémonie de béatification, était présent le dernier fils vivant d’Isidro, Enrique, âgé de quatre-vingt cinq ans, né en 1931.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens