Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 août 2018 4 30 /08 /août /2018 16:07

Ángel Noguera Gallegos

1908-1936

 

Il eut la fortune de naître le 8 décembre 1908 à Grenade, en la fête de l’Immaculée Conception de Marie. Sa sœur s’appelait Antonia.

Petit garçon, il allait volontiers à l’église pour prier : Je vais tenir compagnie à la Vierge, elle est toute seule.

Il entra au séminaire de Grenade. Peu après, son père dut être amputé d’une jambe et ne pouvait plus travailler. La maman chercha à apprendre le métier de sage-femme, mais le papa trouva à son fils un travail d’écrivain public.

Malgré cette épreuve, Ángel continua sa formation et fut ordonné prêtre en 1933.

La paroisse où il fut nommé n’avait pas que de pieux fidèles : des partisans laïcistes ne se gênaient pas pour le menacer, et ouvertement. Mais don Ángel continuait son travail apostolique. Il n’hésitait pas à jouer avec les adolescents à la pelote et remontait sa soutane pour courir avec eux, cherchant par là à les attirer et les gagner au Seigneur. Mais pour cet «écart», il fut muté à Alboloduy en 1935.

Quand la persécution religieuse éclata, la mère d’Ángel le supplia de revenir à Grenade, mais il refusa. Il accepta juste de se réfugier avec un autre prêtre, don José Gómez Matarín (v. plus haut) dans une ferme ; jusqu’au 24 juillet, ils purent célébrer la Messe dans l’église puis, celle-ci ayant été incendiée, ils célébrèrent à la maison. On les arrêta le 6 août.

Comme on l’a vu pour don José, don Ángel fut mis en prison à Almería, de là au bateau-prison Astoy Mendi, où il retrouva l’évêque don Diego. Quand celui-ci fut «appelé» au soir du 30 août, tous les prêtres voulurent l’accompagner, mais le responsable leur dit de ne pas se donner tant de peine, qu’il allait tous les massacrer le lendemain.

Don Ángel fut ainsi martyrisé au Pozo de la Lagarta le lendemain, 31 août 1936 ; il avait vingt-sept ans.

Béatifié en 2017, Ángel Noguera Gallegos sera mentionné dans le Martyrologe Romain au 31 août.

Partager cet article

Repost0
30 août 2018 4 30 /08 /août /2018 15:55

Antonio Torres García

1890-1936

 

Né le 24 avril 1890  à Caniles (Grenade), il fut baptisé trois jours plus tard.

Après ses brillantes études au séminaire de Guadix, il fut envoyé au Collège Espagnol de Rome et fut reçu docteur en philosophie et en théologie.

Ordonné prêtre en 1915 à Rome par le cardinal Merry del Val (le Secrétaire d’Etat de Pie X), il revint en Espagne et enseigna aux séminaristes. Vicaire à Caniles puis à Sainte-Anne de Guadix, il fut curé de Saint-Jacques de Guadix. Il dirigea aussi l’Alliance en Jésus par Marie.

Dès le commencement de la persécution religieuse de juillet 1936, il se vit contraint de retourner dans sa famille à Caniles. Mais les ennemis de la Religion l’arrêtèrent plusieurs fois, exigeant à chaque fois une rançon pour le libérer, jusqu’à priver totalement don Antonio de ce qu’il possédait.

On l’arrêta pour la dernière fois le 30 août 1936. Il fut enlevé avec six autres jusqu’à la Poudrière de Serón. On le fouilla : il avait son chapelet et un crucifix. Il dit que c’était l’image du Christ, en qui il se confiait et mettait son espérance.

Un témoin oculaire vit qu’on offensa particulièrement don Antonio dans sa chasteté.

Martyrisé le 31 août 1936 et béatifié en 2017, don Antonio Torres García sera mentionné dans le Martyrologe Romain au 31 août.

Partager cet article

Repost0
30 août 2018 4 30 /08 /août /2018 15:55

Miguel Morano Sáez

1895-1936

 

Né le 27 février 1895 à Purchena (Almería), Miguel fut baptisé dès le lendemain.

Après avoir fréquenté le séminaire d’Almería à partir de 1909, il fut ordonné prêtre en 1920.

Il fut vicaire à Tabernas puis curé de Partaloa (1921) ; en 1922, il fut curé à Líjar ; en 1929, à Félix, et jusqu’à sa mort, pasteur très estimé tant des adultes que des enfants.

Au début de la révolution de juillet 1936, il se trouvait très malade de bronchite. Quelques jours plus tard, on l’enleva en pleine rue et on le jeta dans la prison d’Almería, d’où il fut transporté sur un des bateaux-prisons en rade d’Almería et d’où on sortait les prisonniers pour les fusiller au tristement célèbre Pozo de la Lagarta (Tabernas).

Les enfants pleurèrent en apprenant qu’on avait emmené don Miguel sur le bateau-prison et qu’on l’avait assassiné.

Martyrisé le 31 août 1936 et béatifié en 2017, Miguel Morano Sáez sera mentionné dans le Martyrologe Romain au 31 août.

Partager cet article

Repost0
30 août 2018 4 30 /08 /août /2018 15:54

José María Martínez Vizcaíno
1898-1936

Né le 9 décembre 1898  à Ohanes (Almería), et baptisé dès le lendemain, il fut élève au Collège de Sacro Monte de Grenade. Ses excellentes notes lui valurent une bourse d’étude.

Ordonné prêtre en 1922, il eut cette faveur que, lors de sa première Messe, le prédicateur fut don Diego Ventaja Milán, futur évêque d’Almería.

Don José María fut curé de Churriana de la Vega, puis secrétaire particulier de don Diego, devenu évêque en 1935. Quand le nouvel évêque lui demanda s’il acceptait, José María lui répondit : Oui, jusqu’à ce que la mort nous sépare. Cette phrase allait se révéler prophétique.

Le fidèle Secrétaire fut arrêté en même temps que l’Evêque, le 12 août 1936 et avec lui fut mis dans le couvent des Adoratrices, transformé en prison, puis l’accompagna aussi sur le bateau-prison Astoy Mendi.

Il devait être embarqué le 30 août, avec l’évêque, mais ne fut pas pris ce jour-là par manque de place dans le camion ; il partit le lendemain, 31 août, pour le Pozo de la Lagarta, où il fut fusillé.

Martyrisé le 31 août 1936 et béatifié en 2017, José María Martínez Vizcaíno sera mentionné dans le Martyrologe Romain au 31 août.

Partager cet article

Repost0
30 août 2018 4 30 /08 /août /2018 15:54

Joaquín Berruezo Prieto

1899-1936

 

Né le 15 janvier 1899  à Olula de Castro (Almería), il fut tôt orphelin de son père et pieusement élevé par sa mère, Carmen.

Il fit ses études au Petit séminaire d’Almería puis au Grand séminaire. Durant cette période, il montra son goût et ses dons pour propager la Bonne Presse.

Ordonné prêtre en 1921, il prépara le doctorat en théologie : il connaissait de façon approfondie les Mystiques espagnols. Sa liturgie était imprégnée de piété, de recueillement.

Il se mit dans les rangs des Travailleurs Diocésains, au service des séminaires et exerça son activité sacerdotale dans les séminaires de Ségovie, Séville, Astorga et Belchite.

La santé de sa mère s’étant dégradée, il revint vers elle et fut curé à Olula de Castro et Níjar. C’était en 1935. Ses paroissiens n’arrivaient pas à savoir quand il mangeait ou quand il dormait : il était tout à tous (cf. 1Co 9:22).

En 1936, les autorités l’obligèrent à quitter le presbytère. Sa nièce pleurait de le voir partir ainsi, mais il la consola et lui montra le ciel avec sa main. Il alla se réfugier à Almería, puis à Santa Cruz de Marchena.

Le 6 août, on vint l’arrêter. Trois jours après, on le jetait en «prison», c’est-à-dire dans le couvent des Adoratrices réquisitionné à cet effet ; là, il put encore recevoir sa bonne maman et lui dire A Dieu, avant d’être transféré sur le bateau-prison Astoy Mendi, où se trouvait aussi l’évêque.

Le 31 août, il fit partie des prisonniers désignés pour être évacués de là et exécutés au tristement célèbre Pozo de la Lagarta (Tabernas).

Martyrisé le 31 août 1936 et béatifié en 2017, Joaquín Berruezo Prieto sera mentionné dans le Martyrologe Romain au 31 août.

Partager cet article

Repost0
30 août 2018 4 30 /08 /août /2018 15:44

Segundo Arce Manjón

1880-1936

 

Né le 1er juin 1880  à Ayoluengo de Lora (Burgos), il fut baptisé le jour-même. Il était de la même famille que le p.Andrés Manjón qui avait fondé les Ecoles de l’Ave Maria et le Séminaire des Maîtres.

Au séminaire de Grenade, il eut parmi ses professeurs les deux futurs évêques d’Almería et de Guadix, dont il allait plus tard être le compagnon de martyre (v. les notices Diego Ventaja Milán et Manuel Medina Olmos). Il fut ordonné prêtre en 1904.

Il fut bientôt nommé professeur au séminaire de Grenade et passa la licence de théologie en 1907. L’année suivante, il était nommé directeur du Séminaire des Maîtres.

Début juillet 1936, il se trouvait avec Mgr Manuel Medina Olmos à Grenade, à l’occasion de l’ouverture du procès de béatification de son oncle, le p.Andrés Manjón (ce procès est toujours ouvert). Ils revinrent ensuite à Guadix, où les surprit la persécution religieuse.

Le 25 juillet, ils se donnèrent réciproquement l’absolution sacramentelle. Le 27, on les arrêtait. Après maintes péripéties douloureuses, don Segundo se retrouva sur le bateau-prison Astoy Mendi.

Des bateaux-prisons, on fit sortir des prisonniers par colonnes et on les emmenait au tristement célèbre Pozo de la Lagarta (Tabernas) pour les fusiller. Don Segundo fut un de ceux-là, le 31 août 1936.

Dix-neuf de ces Martyrs (et sans doute davantage) moururent ce jour-là et furent béatifiés en 2017, dont Segundo Arce Manjón, qui sera mentionné dans le Martyrologe Romain au 31 août.

Partager cet article

Repost0
30 août 2018 4 30 /08 /août /2018 15:43

Gregorio Morales Membrives

1883-1936

 

Né le 10 avril 1883  à Rejano (Grenade), il fut baptisé dès le lendemain.

La famille était très pauvre. Pour payer sa pension au séminaire, Gregorio dut être domestique. Durant les vacances, il travaillait dans une fabrique de mosaïques.

Au terme de ses études au séminaire d’Almería, il fut ordonné prêtre en 1913.

Aumônier des Clarisses d’Almería, il fut ensuite vicaire à Gérgal puis aumônier à la Sainte-Famille (1915) d’Almería, en même temps qu’on lui confiait la direction spirituelle des Dames catéchistes, des Filles de la Charité, et d’autres Religieuses encore. A partir de 1919, il fut nommé Sacristain de la cathédrale d’Almería, et comme tel, il s’occupait activement aussi de la manécanterie de cette cathédrale, où il sut stimuler beaucoup de garçons à répondre à l’appel sacerdotal.

Lors de la persécution religieuse de juillet 1936, il chercha à se réfugier dans les environs d’Almería, avec son cousin don Pedro Almécija Morales (v. 30 août) ; ils furent découverts le 23 juillet et suivirent le calvaire de beaucoup d’autres prêtres et religieux.

Des bateaux-prisons en rade d’Almería, on fit sortir des prisonniers par colonnes et on les emmenait au tristement célèbre Pozo de la Lagarta (Tabernas) pour les fusiller. Don Gregorio fut l’un d’eux, le 31 août 1936.

Dix-neuf de ces Martyrs (et sans doute davantage) moururent ce jour-là et furent béatifiés en 2017, dont Gregorio Morales Membrives, qui sera mentionné dans le Martyrologe Romain au 31 août.

Partager cet article

Repost0
30 août 2018 4 30 /08 /août /2018 15:43

Agustín Sabater Paulo

1883-1936

 

Né le 9 mai 1883 à Vinaroz (Castellón de la Plana), il fut baptisé quatre jours plus tard.

Il fréquenta le séminaire de Tortosa et fut ordonné prêtre en 1905.

En 1907, il fit partie des Travailleurs Diocésains du Sacré-Cœur de Jésus et fut nommé préfet au séminaire de Ciudad Real, puis à celui de Badajoz, enfin à celui d’Almería en 1911, jusqu’à sa mort. Pendant ce quart de siècle, il faisait l’admiration unanime de tous les séminaristes.

Le 15 août 1936, il fallut abandonner le séminaire. Don Agustín réunit ses séminaristes pour le leur dire : Et d’abord, le Saint-Sacrement. Ils se rendirent tous à la chapelle, où don Agustín consomma les Hosties, en sanglotant. Puis tous s’embrassèrent et quittèrent la maison.

Un des fournisseurs du séminaire le reçut chez lui ce même jour. Au bout d’une semaine le cuisinier du séminaire, lui-même, arriva avec deux miliciens pour l’arrêter. Don Agustín dut être triste en face de ce nouveau Judas, mais ne dit rien ; il prit calmement congé de ses hôtes, mit sa cape et les suivit.

Des bateaux-prisons en rade d’Almería, on fit sortir des prisonniers par colonnes et on les emmenait au tristement célèbre Pozo de la Lagarta (Tabernas) pour les fusiller. Don Agustín fut l’un d’eux, le 31 août 1936.

Dix-neuf de ces Martyrs (et sans doute davantage) moururent ce jour-là et furent béatifiés en 2017, dont Agustín Sabater Paulo, qui sera mentionné dans le Martyrologe Romain au 31 août.

Partager cet article

Repost0
30 août 2018 4 30 /08 /août /2018 15:42

Lisardo Carretero Fuentes

1883-1936

 

Né le 12 novembre 1883 à Ohanes (Almería), il fut baptisé trois jours plus tard. Il eut le sort de devoir «remplacer» son père, mort prématurément, pour aider sa mère à s’occuper de ses dix-neuf (19) frères et sœurs.

Il répondit à l’appel de Dieu et entra au séminaire d’Almería en 1896, passa à ceux de Guadix et Grenade, et fut ordonné prêtre en 1908.

Il fut nommé vicaire à Adra et Ohanes, puis curé à Albuñol, Algarinejo, Ugíjar et Rágol. En 1923, il fut nommé curé-archiprêtre de Canjáyar, où il allait rester treize ans.

Même dans sa pauvreté, il aidait les pauvres. Quand sa gouvernante lui disait qu’il n’y avait plus rien pour acheter à manger, il répondait : Dieu va y pourvoir.

Lors de la persécution religieuse de l’été 1936, il refusa d’aller se cacher, affirmant qu’aucun de ses paroissiens ne lui ferait de mal. Le 19 juillet, il eut le temps de mettre le Saint-Sacrement en sécurité, avant d’être arrêté et jeté en prison. On l’envoya à Almería, où il souffrit énormément. Ses gardiens pensaient qu’il avait perdu la parole, tant il était silencieux.

Des bateaux-prisons en rade d’Almería, on fit sortir des prisonniers par colonnes et on les emmenait au tristement célèbre Pozo de la Lagarta (Tabernas) pour les fusiller. Don Lisardo fut l’un d’eux, le 31 août 1936.

Dix-neuf de ces Martyrs (et sans doute davantage) moururent ce jour-là et furent béatifiés en 2017, dont Lisardo Carretero Fuentes, qui sera mentionné dans le Martyrologe Romain au 31 août.

Partager cet article

Repost0
30 août 2018 4 30 /08 /août /2018 15:42

José Gómez Matarín

1884-1936

 

Né le 6 septembre 1884  à Alboloduy (Almería), il fut baptisé le 11 septembre suivant. Ils étaient onze frères et sœurs, dont l’un fut chanoine à Grenade.

José suivit la formation des séminaires d’Almería et Grenade, où l’on remarqua ses dons pour la musique.

Ordonné prêtre en 1909, il fut vicaire à Íllora et Adra. En 1911, il fut curé à Sainte-Anne d’Íllar, jusqu’à sa mort.

Au moment de la persécution religieuse de l’été 1936, il chercha à se cacher dans sa famille à Alboloduy et, pour plus de sécurité, chez des cousins du village proche Montenegro. C’était le 5 août. Quelques jours plus tard, deux hommes vinrent chercher deux curés en montrant leur pistolet. L’enfant qui les vit le premier répondit qu’il n’y avait pas là de curés, mais don José et un Confrère, Ángel Noguera, entendirent la conversation et se présentèrent : On est ici !

On les emmena d’abord à la prison d’Alhama de Almería, puis à Almería. De là, aux bateaux-prisons.

Des bateaux-prisons en rade d’Almería, on fit sortir des prisonniers par colonnes et on les emmenait au tristement célèbre Pozo de la Lagarta (Tabernas) pour les fusiller. Don José fut l’un d’eux, le 31 août 1936.

Au moment d’être fusillé, il s’adressa aux bourreaux en ces termes : Vous ne savez pas ce que vous faites ; permettez-moi de vous bénir. On se rappelle la parole du Christ en croix : Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font (Lc 23:34).

Dix-neuf de ces Martyrs (et sans doute davantage) moururent ce jour-là et furent béatifiés en 2017, dont José Gómez Matarín, qui sera mentionné dans le Martyrologe Romain au 31 août.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens