Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 00:00

Konstanty Bojko

1826-1874

 

Laïc polonais, né le 25 août 1826 à Derlo.

 

 

Voir la notice : Pratulin (Martyrs de) 1874


Partager cet article
Repost0
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 00:00

Daniel Karmasz

1826-1874

 

Laïc polonais, né le 22 décembre 1826 à Przedmiescie-Pratulin.

 

 

Voir la notice : Pratulin (Martyrs de) 1874


Partager cet article
Repost0
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 00:00

Ignacy Frańczuk

1824-1874

 

Laïc polonais, né en 1824 à Derlo.

 

 

Voir la notice : Pratulin (Martyrs de) 1874


Partager cet article
Repost0
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 00:00

Martyrs de Pratulin

1874

 

On ne va pas refaire l’histoire des mesures prises par le pouvoir russe contre l’Eglise catholique polonaise.

Disons seulement ici que le village de Pratulin (Biała Podlaska), à l’extrême frontière polono-biélorusse, faisait partie de la dernière communauté gréco-catholique de Chelm.

En 1873, le tsar ordonna de rattacher cette communauté au patriarcat orthodoxe de Moscou.

En janvier 1874, un prêtre orthodoxe, accompagné d’une troupe de policiers, se présenta pour prendre possession de l’église. A l’attendre se trouvaient là treize hommes laïcs, résolus à défendre leur trésor par fidélité à l’Eglise romaine.

L’épisode est communément relaté en date du 24 janvier 1874, ainsi qu’au Martyrologe.

On trouve cependant des dates différentes concernant la mort des treize Martyrs, dont la plupart seraient morts le 14 janvier, et trois les 16 et 17 janvier, des suites de leurs blessures.

L’attaque en question aurait-elle eut lieu le 14 janvier ? Quelle version choisir ?

On s’en tiendra à la date du Martyrologe pour l’événement proprement dit. Ci-dessous, on trouvera les prénoms et noms des victimes.

 

Anicet Hryciuk mort le 14 janvier (?) Le plus jeune du groupe (dix-neuf ans).

Bartłomiej Osypiuk mort le 14 janvier (?) Marié.

Daniel Karmasz mort le 14 janvier (?) Marié.

Filip Geryluk mort le 14 janvier (?) Marié.

Ignacy Frańczuk mort le 14 janvier (?) Le doyen du goupe (cinquante ans). Marié.

Jan Andrzejuk mort le 14 janvier (?) Marié.

Konstanty Bojko mort le 14 janvier (?) Marié.

Konstanty Łukaszuk mort le 16 janvier (?) Marié.

Łukasz Bojko mort le 14 janvier (?)

Maksym Hawryluk mort le 17 janvier (?) Marié.

Michał Wawryszuk mort le 17 janvier (?) Marié.

Onufry Wasyluk mort le 14 janvier (?) Marié.

Wincenty Lewoniuk mort le 14 janvier (?) Marié.

 

 

Tous ces Martyrs furent béatifiés en 1996.


Partager cet article
Repost0
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 00:00

Marie Poussepin

1653-1744

 

 

Marie naquit le 14 octobre 1653 à Dourdan (actuelle Essonne), d'une vieille famille de notables parisiens. On ne dit rien sur son enfance.

Adulte, elle reprit la fabrique familiale du travail de la soie, mais quand l'industrie de la soie périclita, elle sut l'orienter vers l'industrie de la laine, introduisant le métier à tisser pour la première fois en France.

En 1685, son atelier était l'unique à fabriquer des bas de laine avec le métier à tisser ; en 1702, Dourdan était la deuxième ville de France pour cette activité.

Marie eut une idée fort heureuse pour sortir les jeunes de la rue et des plaisirs lâches : elle recruta des ouvriers entre quinze et vingt-deux ans, qui s'engageaient à produire chaque semaine quatre paires de bas, non payées, mais ce qu'ils produiraient en sus serait (largement) payé.

Mais Marie ne fut pas seulement chef d'entreprise ; elle s'engagea  dans une Fraternité de charité, dans une Fraternité du Tiers-Ordre dominicain, où elle donna le meilleur d'elle-même pour visiter les malades, les veuves, les mendiants.

En 1695, elle fera un pas de plus dans la Charité, en fondant une communauté qui s'occuperait des orphelines, des veuves, des femmes malades, pour apporter quelque chose d'évangélique à la condition de la femme.

La communauté, liée tout d’abord au Tiers-Ordre dominicain s'installa à Sainville, et Marie lui donna tous ses biens. La communauté s'enrichit d'une école pour les filles, visitait les malades... Elle s'agrandit et se multiplia : Auneau, Meung-sur-Loire, Joigny, Massy, Chilly-Mazarin, jusqu'à vingt maisons en 1725.

Par volonté de l'évêque de Chartres, cette communauté resta ensuite longtemps indépendante de l'Ordre dominicain. 

Les Religieuses doivent travailler dans le monde gratuitement, devant gagner leur vie par quelque travail personnel. D'abord appelées Sœurs de Charité Dominicaines de la Présentation de Tours, elles porteront le nom simplifié de Sœurs de la Présentation, qui enfin s'agrégeront à la famille dominicaine en 1959 et compte aujourd'hui plusieurs milliers de Religieuses dans le monde entier, dévouées à l'enseignement et à la médecine.

Marie mourut à quatre-vingt-onze ans, le 24 janvier 1744 à Sainville ; après que la Révolution eut dispersé les communautés, on oublia jusqu’à l’endroit de la tombe de Marie Poussepin ; elle fut retrouvée en 1857, sous une dalle rompue...

 

Marie Poussepin fut béatifiée en 1994.

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 00:00

John Grove

† 1679

 

Comme on l’a dit dans la notice du bienheureux William Ireland, John était le propriétaire officiel de la maison londonienne où habitaient les Jésuites. Il s’était fait leur serviteur.

Il était irlandais.

Il fut arrêté le 28 septembre 1678, en même temps que le père William Ireland, et tous deux furent mis en prison.

John fut accusé d’avoir reçu 1500 £ pour collaborer au complot contre le roi, le fameux «complot Titus Oate». 

 

Il fut exécuté le même jour que William Ireland, le 24 janvier 1679, et avec lui béatifié en 1929.

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 00:00

William Ireland

1636-1679

 

William était le fils aîné de William Ireland de Crofton Hall (Yorkshire) et de Barbara Eure de Washingborough (Lincolnshire), et naquit en 1636.

Après ses études secondaires, il passa au Collège anglais de Douai, puis entra chez les Jésuites à Watten en 1655. 

Après sa profession religieuse et son ordination sacerdotale (1673), il fut le confesseur des Clarisses à Gravelines pendant quatre ans puis, en 1677, envoyé en mission dans son pays d’origine, comme procureur pour la province anglaise.

Il se dissimula sous le nom de William Ironmonger, pour mieux rejoindre les catholiques.

Lors du «complot de Titus Oates», il fut arrêté par Titus Oates lui-même dans la nuit du 28 septembre 1678, avec d’autres parmi lesquels John Grove, un laïc officiellement propriétaire de cette maison à Londres, mais occupée par des Jésuites. L’ambassadeur d’Espagne habitait là aussi.

Après une rigoureuse prison, William et John furent tous deux condamnés à mort le 17 décembre suivant, avec Thomas Pickering, pour avoir «le 19 août précédent, sous le toit du jésuite William Harcourt, projeté l’assassinat du roi». Concernant William Pickering, v. 9 mai ; pour William Harcourt, v. 20 juin.

Oates et Bedloe jurèrent que Grove devait recevoir 1500 £ pour ce travail, et Pickering 30000 messes. Dans son journal écrit à Newgate, Ireland racontait ce qu’il avait fait jour après jour durant son absence de Londres entre le 3 août et le 14 septembre, et avait donc un alibi évident, mais une femme vint jurer qu’elle l’avait vu à Fetter Lane - une rue de Londres - le 20 août. Ces faux-témoins refirent ce qui s’était passé pour Notre-Seigneur quinze siècles plus tôt.

Tous les trois furent jugés coupables ; après deux renvois, Ireland et Grove furent exécutés ensemble. Grove proclama : Nous sommes innocents, on nous prend la vie pour un motif tout-à-fait illégal, nous prions Dieu de pardonner à ceux qui en sont la cause.

 

William Ireland et John Grove furent exécutés le 24 janvier 1679 à Tyburn, et furent béatifiés en 1929.

 
Partager cet article
Repost0
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 00:00

Joan Font Taulat

1890-1937

 

Il vit le jour le 1er juillet 1890 à Viladomat (Girona) et fut baptisé le 6.

En 1903 il entra au noviciat mineur des Frères des Ecoles Chrétiennes de Bujedo.

En 1906, à Bujedo, il prit l’habit et le nom de Arnoldo Cirilo ou Arnal Ciril.

Après le scholasticat, il fit de l’apostolat à Arenys de Mar (1907) puis passa à Manlleu. Durant ce séjour, il fut atteint d’un sérieux rhumatisme, qui l’accompagnera toute la vie, lui causant même certaine déformation. Mais il continua de travailler fidèlement.

En 1920, il fut nommé directeur de santa Coloma de Farnés, une ville thermale, où il pouvait en même temps suivre une cure salutaire.

En 1933, les lois sur l’éducation obligèrent le Frère à changer de lieu, et il fut nommé directeur à Mollerusa.

Sa piété et son zèle se manifestèrent largement durant ces années de direction. Il avait en outre une particulière dévotion à saint Joseph.

Lors de la révolution de 1936, les miliciens se présentèrent à douze heures trente, juste avant le repas, obligeant le Directeur à évacuer immédiatement le collège. On put confier les plus jeunes à des familles alentour, le temps que leurs propres familles pussent venir les chercher.

Les miliciens saccagèrent et détruirent tout le bâtiment, s’acharnant spécialement sur tout le matériel sacré : crucifix, images saintes, cadres, statues, chapelle, sacristie. Le lendemain, ils mirent le feu à l’église du village.

Le 25 juillet, ils revinrent arrêter le Frère Arnal, hébergé chez le docteur Lluch. Ils fouillèrent encore l’établissement ; découvrant quelque part une carabine de salon, ils accusèrent le Directeur de posséder des armes de guerre, et lui réclamèrent les autres… (qui n’existaient pas).

Devant cette situation, le Frère Arnal tenta de fuir. A quarante-six ans, on a encore les jambes jeunes ! Mais avant d’arriver là où il pensait se réfugier, sur la route de Vilasana, un autre milicien le reconnut, le mit en joue, lui demanda ce qu’il portait et le conduisit au Comité de Utxafaba.

Là, on lui prit son chapelet et le crucifix, et on les piétina devant lui. Puis on le confia à une famille, avec ordre de ne pas le laisser partir. Mais se sentant mal à l’aise, il écrivit à un ami de Mollerusa de venir le chercher. L’ami eut la permission du Comité de Mollerusa de le recevoir chez lui. C’était le 8 août 1936.

Le 24 août, les miliciens firent une rafle en camion, y faisant monter trente-neuf personnes dans la même situation que le Frère Arnal ; ce dernier était du groupe, et retrouva ainsi le Frère Hilario. Tout le groupe fut enfermé dans un local où ils ne pouvaient que se tenir debout, pendant trois jours.

Le 27 août, le Comité les fit conduire à la prison de Lleida.

De nouveau en camion, surveillés par des policiers, suivis par des miliciens, qui tentèrent par trois fois de faire arrêter le camion pour fusiller les prisonniers dans le cimetière des villages qu’ils traversaient. Mais les policiers s’y opposèrent.

A Lleida, la prison fut… l’église, vide, car l’évêque et d’autres ecclésiastiques avaient été récemment assassinés. Les prisonniers furent donc dans cette église, pendant quinze jours, au bout desquels on libéra presque tout le monde, ne conservant que les deux Frères, un prêtre et trois laïcs de Mollerusa. D’après ces derniers, qui survécurent, l’attitude du Frère Arnal fut exemplaire et héroïque.

Le Frère fut informé que le «tribunal populaire» l’avait condamné à mort. On l’enferma alors dans la «chapelle» des condamnés à mort, d’où il écrivit un petit mot à ses amis, empli de toute sa force de caractère et de sa foi.

Frère Arnal fut assassiné le 21 janvier 1937.

Il fut béatifié en 2013.

 
Partager cet article
Repost0
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 00:00

Maimbodus

9e siècle

 

Maimbodus (Maimbod, Maimbœuf) était d’origine irlandaise, de famille illustre.

Il vint en Franche-Comté pour prêcher la doctrine de Jésus-Christ.

Il fut massacré par une bande de voleurs.

Le lieu de son martyre reste en partie mystérieux. En effet, le texte latin rapporte qu’il fut martyrisé Domnipetra, octo milibus a Vesuntione : plusieurs localités portent le nom de Dampierre, mais aucune ne se trouve à huit milles de Besançon.

Le tombeau avait été conservé, et des miracles y eurent lieu, mais les reliques furent transférées dans la chapelle privée du comte de Montbéliard.

 

La fête est célébrée le 23 janvier.


Partager cet article
Repost0
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 00:00

Ildefonso de Tolède

606-667

 

Ildefonso était de sang royal. Il naquit à Tolède le 8 décembre 606 ou 607. Ce jour devait plus tard être la fête de l’Immaculée Conception de Marie, mais il semble que cette fête existât déjà en Orient. Apparemment, un oncle de l’enfant était évêque de Tolède, Eugenio III.

Ce fut justement par l’intercession de Marie que les pieux parents obtinrent la naissance de leur enfant. Il reçut sa première formation, très soignée, auprès de son oncle. 

Jeune encore, il voulut entrer au monastère de Agali, près de Tolède.

A la mort de ses parents, il héritait d’une grande fortune, qu’il utilisa pour la fondation d’un monastère de religieuses.

L’évêque de Tolède l’ordonna diacre (632). On n’arrive pas bien à comprendre si cet évêque était Eugenio ou Eladio. 

Puis Ildefonso fut appelé à succéder à l’abbé de Agali : comme tel, il participa à deux conciles de Tolède.

En 655 eut lieu un événement glorieux, dont furent témoins trop de personnes pour être ignoré et mis en doute. On était un 18 décembre, jour où à l’époque on célébrait l’Attente (Exspectatio) de Marie, huit jours avant la naissance du Christ. Très fervent pour cette célébration, Ildefonso se rendit très tôt à l’église avec ses moines. Tout à coup, une grande lumière fit arrêter le cortège, et seul Ildefonso s’avança ; la sainte Vierge était sur un trône, entourée de vierges célestes, et tendit à Ildefonso une magnifique chasuble en lui disant : Tu es mon chapelain et mon fidèle notaire, reçois cette chasuble que mon Fils t’envoie de ses trésors. La Sainte Vierge l’en revêtit, lui recommandant de ne l’utiliser que pour les fêtes solennelles en son honneur. L’expression fidèle notaire faisait allusion à l’ouvrage dont il va être question plus bas. 

Puis il fut désigné en 657 pour succéder à l’évêque Eugenio (?) : s’étant caché dans un coin de son monastère pour échapper à cette dignité, il en fut extirpé par la force.

Ce fut un saint évêque, bon prédicateur et pasteur exigeant pour l’élévation de son clergé. 

Il écrivit plusieurs ouvrages, dont un a retenu toute l’attention des théologiens, Sur la virginité de Sainte Marie, contre trois infidèles.

Les «trois infidèles» sont Joviniano, Elvidio et un juif. Contre le premier, il défend la virginité de Marie dans la conception et l’enfantement ; contre le second, il expose qu’elle est toujours restée vierge ; au troisième, il démontre que Jésus-Christ est Dieu et que Marie fut perpétuellement intègre. Cet ouvrage, qui s’appuie sur saint Augustin et saint Isidore de Séville, constitue la base de la théologie espagnole mariale.

Ildefonso avait une grande dévotion envers sainte Leocadia, célèbre martyre du 4e siècle, dont il désirait retrouver les reliques (cf. 9 décembre). Elle se manifesta elle-même à Ildefonso, lui indiquant l’endroit cherché et ajoutant : Par toi est maintenue ma souveraine qui règne au haut des cieux !, en allusion à l’ouvrage ci-dessus. En gage de cette vision, Ildefonso tailla un morceau du voile de sainte Leocadia, relique conservée depuis à Tolède.

 

Saint Ildefonso mourut le 23 janvier 667. Son corps fut inhumé dans l’église Sainte-Leocadia, puis transféré à Zamora, par crainte des Maures. On le vénéra pendant deux siècles, puis on l’oublia sous les décombres pendant cinq siècles, avant d’être à nouveau exposé à la vénération des fidèles.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens