Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 00:00

Bronisław Markiewicz

1842-1912

 

Bronisław Bonaventura était le sixième des onze enfants de Jan Markiewicz et de Marianna Gryziecka. Jan était le maire de Pruchnik (Pologne), où Bronisław naquit le 13 juillet 1842.

La famille était croyante, mais Bronisław perdit un moment la foi dans l’atmosphère anticléricale de son école. Envahi de tristesse, il chercha et pria ; il retrouva la foi avec joie, combattit encore généreusement et sentit bientôt l’appel au sacerdoce.

Après cette crise, il entra au séminaire de Przemyśl (1863) et fut ordonné prêtre en 1867, en la fête de Notre Dame des Douleurs (15 septembre). Ce même jour fut aussi ordonné Józef Sebastian Pelczar, qui sera bientôt son propre évêque, v. 28 mars).

Il fut en exercice à Harta et à la cathédrale de Przemyśl pendant six ans : un de ses soucis était la présence au confessionnal, ainsi qu’auprès des prisonniers, qu’il évangélisa avec amour. Il allait dans les hôpitaux, dans les casernes… Il luttait contre l’alcoolisme, s’intéressait aux paysans et à leurs techniques de culture, et fonda pour eux une coopérative agricole ainsi qu’une Mutuelle d’épargne et de crédit.

Il compléta sa formation aux universités de Lviv et de Cracovie puis retrouva l’activité paroissiale à Gać, et Błażowa (1875-1882).

Nommé professeur de théologie en 1882, il enseigna au séminaire pendant trois ans.

Conquis par l’idéal de saint Giovanni Bosco (v. 31 janvier), il le rejoignit en 1885, entra dans l’Institut salésien et y fit les vœux en 1887. C’est là qu’il fit la connaissance du successeur de saint Giovanni Bosco, Michele Rua et d’un autre Polonais salésien, August Czartoryski (v. 6 et 8 avril).

En 1889, la tuberculeuse le conduit aux portes de la mort, mais il guérit.

En 1892 il revint en Pologne où il desservit la paroisse de Miejsce Piastowe et commença une intense activité en faveur des jeunes, en même temps qu’il donna à l’imprimerie de nombreuses publications et des pièces de théâtre. Dans un de ses écrits, il prédit l’avènement d’un pape polonais.

En 1897, il fonda la Congrégation de l’Archange saint Michel, les Micaëlites, maintenant incorporés à la famille salésienne, pour l’éducation des plus pauvres. Après les difficultés des débuts, l’institut, masculin et féminin, sera approuvé après sa mort dans les années 20.

Il mit sur pied une école pour les enfants pauvres et orphelins, où il accueillit bien vite des centaines de garçons. Il fonda en 1898 une société de formation et de travail pour les jeunes, Tempérance et Travail, avec pour base la spiritualité de saint Giovanni Bosco et la publication d’un journal ; puis il ouvrit en 1903 un orphelinat à Pawlikowice où se retrouvèrent bientôt quelque quatre-cents enfants.

Bronisław dut se démarquer des Salésiens de Turin et donner une assise indépendante à l’œuvre de Tempérance et Travail. Il envoya des jeunes à l’Université Grégorienne de Rome. 

Il y eut des frottements avec l’évêque : Bronisƚaw voulait faire entrer certains de ses jeunes au séminaire diocésain, mais l’évêque s’y opposait, car les garçons n’avaient pas leur baccalauréat ; en outre, il prétendait que ces jeunes clercs quittassent leur habit et entrassent dans quelque autre congrégation. On vit alors les bienfaits d’une humble obéissance : devant l’obéissance unanime des jeunes, tous en civil, poursuivre leurs études à Cracovie, l’évêque fut ébranlé et fit lui-même parvenir des subsides financiers à l’œuvre. 

Une nouvelle alarme se déclencha quand un vice-recteur, nommé par l’évêque, tenta d’imposer «son» règlement aux jeunes : certains s’exilèrent aux Etats-Unis pour accéder au sacerdoce, d’autres restèrent pour épauler leur Fondateur. Mais parallèlement à ces épreuves, des demandes de fondations affluaient, car on voyait bien que tous les jeunes qui sortaient des mains de Bronisław, étaient des hommes d’une honnêteté et d’un professionnalisme au-dessus de tout.

Restant détaché des Salésiens, Bronisław resta en bons termes avec eux : il leur envoya les fils de familles riches, et garda les pauvres chez lui.

Il voulait recueillir des millions d’enfants abandonnés, de tous les peuples, les nourrir gratuitement et les vêtir de corps et d’âme.

En décembre 1911, il fut victime d’une attaque cérébrale. On dut l’opérer de la prostate, mais sans anesthésiant, car son cœur ne pouvait supporter le choc. Mais l’abbé Bronisław, épuisé et consommé par les suites de sa tuberculose, mourut le 29 janvier 1912.

 

Bronisław Markiewicz a été béatifié en 2005. Sa fête est donc au 29 janvier, deux jours avant celle de saint Giovanni Bosco.

 
Partager cet article
Repost0
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 00:00

Bolesława Maria Lament

1862-1946

 

Bolesława Maria Lament nacquit à Łowicz (Pologne) le 3 juillet 1862, première de huit enfants. Son père était Marcin Lament, sa mère Łucji Cyganowska. Encore petite, elle eut la douleur d'assister à la mort de deux petites sœurs, Elena et Leocodia, ainsi que du petit frère Marcin. Après avoir fréquenté l'école primaire et le collège, elle alla à Varsovie dans une école d'arts et métiers, où elle obtint le diplôme de tailleur. De retour à Łowicz elle ouvrit un atelier de couture avec sa sœur Stanisława. Pendant tout ce temps, elle vivait une vie intérieure intense, profondément marquée de spiritualité.

En 1884, elle décida d'entrer dans la Congrégation de la Famille de Marie, qui était en train de s'organiser à Varsovie, clandestinement à cause des persécutions tsaristes. C'était une sœur pleine de zèle ; elle se distinguait particulièrement dans la prière, le recueillement, le sérieux et la fidélité avec laquelle elle remplissait toutes ses tâches. Après le noviciat et les vœux simples, elle travailla comme maîtresse de couture, enseignante et éducatrice en différentes maisons de la Congrégation, disséminées dans l'empire russe : Saint-Pétersbourg, Odessa, Iłukszcie, Simferopol (Crimée).

Mais après neuf années, juste avant de prononcer les vœux solennels, elle eut un crise profonde : elle n'avait plus la certitude de sa vocation dans cette Congrégation, au point qu'elle la quitta pour rentrer chez elle à Łowicz, dans l'intention de rejoindre un monastère cloîtré, dès que possible ; mais sur le conseil de son confesseur, elle choisit plutôt les œuvres d'assistance auprès des sans-logis, activité qu'elle poursuivit à Varsovie, quand sa famille s'y transféra ; là, pour vivre, elle ouvrit avec sa petite sœur Marie un atelier de couture.

En 1894, une ennième épidémie de choléra lui enleva son père, en lui ajoutant de nouvelles charges et responsabilités familiales ; elle prit chez elle sa mère et son frère Stéphane, de treize ans, qui fréquentait le collège à Varsovie et désirait être prêtre. Mais en 1900, le jeune Stefan mourait à son tour ; devant son cercueil, Bolesława promit de revenir à la vie religieuse.

En 1903, elle se rendit à Mogilev (Biélorussie). C’est là que, en octobre 1905, avec Leocidia Gorczynska et Łucia Czechowska, avec l'aide du père jésuite Félix Wiercinski, Bolesława donna naissance à la Congrégation appelée "Société de la Sainte Famille", qui ensuite prit le nom de Sœurs Missionnaires de la Sainte Famille, dont la première supérieure fut Bolesƚawa.

A l'automne de 1907, en compagnie des six sœurs de la communauté d'alors, Bolesława se déplaça à Saint-Pétersbourg, où elle déploya une large activité d'instruction et d'éducation, dédiée surtout aux jeunes, et dès 1913 elle pouvait étendre cette activité en Finlande, en ouvrant à Wyborg un collège pour jeunes filles.

Mère Bolesława, comme supérieure, résida à Ratowie (Radzanów) de 1925 à 1935.

Il y eut encore d'autres maisons dans l'archidiocèse de Vilnius et le diocèse de Pinsk ; en 1935, il y avait jusqu'à 33 maisons un peu partout en Pologne, et même une à Rome.

Dans l'homélie de béatification, le Serviteur de Dieu Jean-Paul II souligna qu'elle faisait avancer l'œuvre au milieu de constantes contrariétés ; par deux fois elle vit disparaître l'entier patrimoine de la congrégation qu'elle avait fondée ; il lui arriva souvent, ainsi qu'à ses consœurs, de travailler en souffrant la faim, et sans même avoir une maison à elles ; dans ces moments, son réconfort était la devise ignacienne bien connue : Tout pour la plus grande gloire de Dieu.

Bolesława vécut avec profonde douleur les lacérations portées à l'unité de l'Eglise, dit encore le même Jean-Paul II ; le but principal de sa vie et de la Congrégation qu'elle avait fondée, devint l'unité de l'Eglise, et spécialement là où la division se faisait sentir avec davantage d'acuité. Elle n'épargnait rien pourvu qu'elle pût contribuer au rapprochement entre catholiques et orthodoxes, pour que, disait-elle, tous nous nous aimions et que nous ne fassions qu'un.

En 1935, mère Bolesława Maria Lament décida de renoncer à la charge de Supérieure Générale pour de graves motifs de santé et, en accord avec la nouvelle Supérieure, elle se retira à Białystok ; là, malgré son âge et sa pénible maladie, elle s'employa encore à ouvrir des écoles, des asiles, un hospice pour dames seules et une cantine pour les chômeurs.

Durant la Seconde guerre mondiale, la congrégation s’adapta aux besoins des familles, hébergeant dans les couvents des sans-abris et des enfants, préparant clandestinement ceux-ci à la Première communion.

En 1941, Bolesława fut complètement paralysée : sa vie devint plus ascétique encore, tandis qu'elle communiquait de précieux conseils aux Consœurs. 

Elle mourut saintement à Białystok le 29 janvier 1946 à 84 ans ; sa dépouille fut transférée au couvent de Ratow, et ensevelie dans la crypte de l'église Saint-Antoine.

Le Congrégation des Sœurs Missionnaires de la Sainte Famille se répandit largement en Pologne, en Russie, en Zambie, en Libye, aux Etats-Unis, à Rome.

Bolesława Maria Lament a été proclamée bienheureuse en 1991.

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 00:00

Ol’ha Bida

1903-1952

 

Ol’ha (Olga) était née en 1903 à Tsebliv (Lviv, Ukraine).

Entrée chez les Sœurs de Saint-Joseph Epoux de la Bienheureuse Vierge Marie, elle prit le nom de Olympia.

Elle fut responsable de catéchèse en divers endroits, maîtresse des novices, particulièrement attentive aux personnes âgées et infirmes. Envers les jeunes, elle avait un charisme spécial, et elle s’occupa avec beaucoup de bons résultats de la formation de nombreuses jeunes filles.

Devenue supérieure du couvent de Kheriv, elle chercha à soutenir la population, durant la difficile période du régime communiste.

En 1951, elle fut arrêtée avec deux autres Religieuses ; après un temps de prison, elles furent exilées en Sibérie, condamnées aux travaux forcés.

Même dans cette douloureuse situation, elle organisa la prière avec les Religieuses du camp de Kharsk (Tomsk, Sibérie).

Gravement malade, elle mourut d’épuisement à Kharsk, le 28 janvier 1952.

Reconnue comme martyre, victime de la persécution bolchevique, elle fut béatifiée en 2001.

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 00:00

María Luisa Montesinos Orduña

1901-1937

 

Cette courageuse femme de l’Action Catholique espagnole naquit le 3 mai 1901 à Valencia (Espagne).

Baptisée le 5 mai suivant, elle fut confirmée en 1907.

Favorisée par la grâce divine et le milieu chrétien de sa famille, elle grandit dans l’amour de Dieu et le service du prochain. C’était une catéchiste et faisait tout le bien possible dans sa paroisse.

La révolution espagnole de 1936 fit encore beaucoup de martyrs les années suivantes : María Luisa reçut le martyre avec presque toute sa famille : son père, une sœur, deux frères et une tante, au lieu-dit Picassent (Valencia), le 28 janvier 1937.

 

Un siècle après sa naissance, elle fut béatifiée, en 2001.

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 00:00

Luolong Wang Bing

1802-1858

 

Luolong (Laurentius) était né vers 1802 à Guiyang (Guizhou, Chine), dans une famille chrétienne.

Il était marié et avait cinq enfants.

Catéchiste, il avait posé la première pierre d’une nouvelle église dans son village, avec les deux autres catéchistes, Yeilou et Jiade. Mais un oncle et un cousin, opposés au projet, les dénoncèrent au mandarin.

Ce dernier les fit immédiatement comparaître et leur demanda de renier leur foi. Ils refusèrent. Le lendemain, même scénario, qui leur valut la décapitation.

Le martyre eut lieu à Maokou (Langdai Co., Guizhou), le 28 janvier 1858.

Luolong a été béatifié le 24 novembre 1946.

 

Cent-vingt Martyrs de Chine, dont quelques missionnaires européens, furent canonisés en 2000, dont fait partie Luolong.


Partager cet article
Repost0
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 00:00

Yeilou Lu Tingmei

1811-1858

 

Yeilou (Hieronymus) était né vers 1811 à Langdai Co. (Guizhou, Chine).

C’était un converti et, catéchiste plein de zèle, avait amené à la foi plus de deux cents personnes.

Projetant avec son confrère Luolong (supra) la construction d’une nouvelle église, il fut dénoncé avec ce dernier, sommé de renier sa foi et, sur son refus, condamné à mort.

Le martyre par décapitation eut lieu à Maokou (Langdai Co., Guizhou), le 28 janvier 1858.

Il a été béatifié le 24 novembre 1946.

 

Cent-vingt Martyrs de Chine, dont quelques missionnaires européens, furent canonisés en 2000, dont fait partie Yeilou.


Partager cet article
Repost0
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 00:00

Jiade Lin Zhao

1817-1858

 

Jiade (Agatha) était née vers 1817 à Ma Chang (Qinglong Co., Guizhou, Chine).

Elle avait repoussé les proposition de mariage pour se consacrer à Dieu et à la mission.

Catéchiste, elle projetait avec les deux Confrères (supra) de construire une nouvelle église, mais ils furent dénoncés et sommés de renier leur foi.

Le martyre de Jiade eut lieu à Maokou (Langdai Co., Guizhou), le 28 janvier 1858 et elle fut béatifiée le 24 novembre 1946.

 

Cent-vingt Martyrs de Chine, dont quelques missionnaires européens, furent canonisés en 2000, dont fait partie Jiade.

 

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 00:00

Mosè Tovini

1877-1930

 

Mosè (Moïse) naquit à Cividate Camuno (Brescia, Italie du nord) le 27 décembre 1877, aîné des huit enfants de l’expert-comptable Eugenio et d’une maîtresse d’école, Domenica Malaguzzi.

Son parrain au baptême fut son oncle paternel, l’avocat Giuseppe Tovini (futur bienheureux, voir au 16 janvier).

Il commença avec sa maman l’école primaire à cinq ans, et l’acheva à Breno.

Il reçut le sacrement de Confirmation en 1884, et la Première communion en 1886. Cette même année, à neuf ans, il alla au lycée «Luzzago» de Brescia, où habitait son parrain, et en 1889 il passa au collège San Defendente de Romano Lombardia, où il fit connaissance de Domenico Menna, futur évêque de Mantoue.

En 1891 eut lieu la célébration du troisième centenaire de la mort de saint Louis de Gonzague (v. 21 juin), dont la figure fascina les deux amis Mosè et Domenico : Mosè pensa entrer au séminaire, mais son père le lui déconseilla : il n’avait encore que quatorze ans !

On l’envoya faire le lycée à Celana (Bergame), où l’ambiance lui déplut totalement, débouchant même sur une véritable révolte : pour protester contre leur professeur de mathématiques, les élèves refusèrent de faire leur devoir, mais Mosè fut le seul à le faire, de sorte que le professeur réprima sévèrement les élèves, qui se vengèrent à coups de poings et de pieds sur le pauvre Mosè. Le garçon écrivit à sa mère, qui vint le chercher ; Mosè déclara alors sa ferme volonté de devenir prêtre. 

Son cher oncle intervint alors pour le faire admettre au petit séminaire, en cours d’année. En fin d’année, on lui permettait déjà de porter la soutane, de sorte que durant les vacances à Cividate Camuno, les enfants l’appelaient déjà don Mosè (un peu comme si, en français, on disait : Père Moïse à un adolescent de quinze ans !).

L’année suivante, tout en suivant les cours au séminaire, il habitait chez son oncle à cause de sa santé, et remarquait combien cet oncle laïc était actif au sein de l’Action Catholique.

En fin de troisième année de lycée, Mosè reçut la tonsure et les deux premiers ordres mineurs.

Puis, comme il était encore assez jeune (il n’avait que dix-sept ans), ses parents voulurent lui faire passer son baccalauréat à l’école publique. 

En janvier 1897 mourut brusquement l’oncle Giuseppe, et c’est Mosè qui en organisa les funérailles. La même année, il partit au service militaire, à Brescia, où il sut se montrer un vrai chrétien, allant jusqu’à reprendre respectueusement un officier qui blasphémait. Il termina avec le grade de sergent.

De retour dans la paroisse en 1898, en accord avec le curé, il organisa l’œuvre du Pain de saint Antoine. 

Il aida vaillamment sa mère pour entourer sa sœur Olga, complètement aveugle (elle mourra en 1899).

L’année suivante, 1900, il reçut le sous-diaconat, puis le diaconat et la prêtrise : il n’avait que vingt-deux ans et reçut l’ordination sur dispense de la Congrégation romaine.

L’oncle Giuseppe avait fait une prophétie : Mosè serait chapelain de Astrio, ce qui se révélerait exact, mais Mosè avait encore du chemin à parcourir.

On l’envoya pour quatre ans à Rome, durant lesquels il prépara les doctorats de mathématiques (à l’université d’Etat), de philosophie et de théologie (à l’université Grégorienne), mais aussi où il déployait une activité peu commune auprès des enfants de familles pauvres, ainsi qu’auprès de ses compagnons d’université, non croyants ou juifs.

Rentré à Brescia, il voulut faire partie de la nouvelle Congrégation des Prêtres Oblats, inaugurée par l’évêque, et sera désormais professeur au séminaire dans les différentes disciplines qu’il avait si bien préparées : d’abord mathématiques et philosophie, puis sociologie et apologétique, enfin, après avoir préparé son doctorat à Milan, théologie dogmatique.

Ses cours étaient très bien préparés, car il était minutieux, ponctuel, ordonné, convaincu de ce qu’il enseignait et entièrement soumis aux directives de l’Eglise.

Durant les vacances scolaires, il s’occupait alors de faire des cours de religion aux maîtres et maîtresses, et participait à la pastorale paroissiale les jours de fêtes.

En 1915, il fut vicaire d’un curé malade à Provaglio d’Iseo, ce qui le dispensa de partir à la guerre, tandis que son frère, Guido, tout juste docteur en droit, mourait sur le front à vingt-six ans. En 1916, Mosè remplaça le curé de Torbole, parti sur le front. En 1917, durant l’épidémie de grippe espagnole, il se dépensa au chevet des malades.

A la fin de la guerre, il eut la mission de compléter la formation des clercs revenus du front. Désormais ce fut une cascade de missions diverses, globalement toutes centrées sur la catéchèse, qui était la passion de Mosè : Œuvre diocésaine du catéchisme, visiteur des catéchismes, concours entre enfants des catéchismes, vice-président de la commission diocésaine du catéchisme en 1919, directeur et professeur de l’Institut Magistral de catéchisme en 1926 (où il formera des centaines de catéchistes), chargé de la nomination des enseignants de catéchisme dans les écoles.

A cela s’ajouta sa nomination d’Assistant pour l’Action Catholique diocésaine. Et comme cela ne suffisait pas encore, l’évêque le nomma Chanoine titulaire de la cathédrale de Brescia, vice-official au tribunal ecclésiastique, examinateur synodal et censeur des livres, pour être finalement recteur du séminaire en 1926.

De tout cela, le pauvre Mosè se jugeait indigne et incapable. En 1925, il fit l’offrande totale de lui-même au Cœur Miséricordieux de Jésus et affronta toutes ses responsabilités avec cet esprit d’offrande de soi pour l’Eglise et les âmes.

Au séminaire, il commença à parler aux clercs des trois «blancheurs» : l’Eucharistie, Marie Immaculée, le Pape. Il développa la dévotion du Mois de Marie (mai) et du Mois du Sacré-Cœur (juin).

A ce moment-là fut montée une cabale contre lui à travers un journal de Florence ; au séminaire même, certains proches collaborateurs l’accusèrent dans ce qui faisait sa force : la charité et la douceur. Il était prêt à céder sa place à un autre, mais l’évêque lui redonna courage pour porter cette croix ; il lui dit, dans son langage un peu rude : Ma croix, je la porte moi-même ; toi aussi, porte la tienne.

D’autres épreuves s’abattirent sur lui : paralysie de son frère Leone, jeune papa de quatre enfants ; puis la mort de sa chère maman.

Fin 1929, il fut élu directeur de l’Union Apostolique diocésaine du clergé et nommé prédicateur de retraites à la Maison du Clergé. C’est alors que se manifestèrent les premiers signes de la maladie qui devait l’emporter : toux, insomnie.

Il ne s’en émut pas davantage et supporta sa maladie avec l’esprit de mortification. Hospitalisé le 23 janvier suivant avec le diagnostic d’une double pneumonie, il expira le 28 janvier 1930.

Mosè Tovini a été béatifié en 2006.

 

Le miracle retenu pour la béatification a été la guérison «rapide, complète et durable, inexplicable scientifiquement», d’un prêtre du diocèse de Brescia, atteint d’un grave cancer : adénome-carcinome gastrique avec métastases et quatre lymphonœuds, compliqué de grave cardiopathie.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 00:00

Josef Freinademetz

1852-1908

 

Josef naquit le 15 avril 1852 à Oies (Italie du Nord, alors en Autriche), un petit village de cinq maisons, à mille cinq-cents mètres d’altitude, dans une nombreuse famille pauvre et très chrétienne, qui le fit baptiser le jour-même.

C’était le quatrième de treize enfants, dont quatre moururent en bas âge. Le papa, Giovanmattia (Jean Mattias), très chrétien, avait fait un pèlerinage à la chapelle de la Sainte-Croix, à deux mille mètres d’altitude, et il emmenait ses enfants chaque jour à la Messe, à vingt minutes de chez lui. La maman s’appelait Anna Maria.

Chaque jour, la famille priait l’Angelus et le chapelet, puis travaillait aux occupations de la ferme, quelques bêtes et quelques arpents de terre.

Dans ce coin de terre perdu, on parlait le patois Ladin : Josef s’appelait Üjöp.

Il entra au séminaire de Bressanone, où il apprit d’abord l’allemand, mais on nota sa grande inclinaison pour les langues, car déjà mûrissait sa vocation missionnaire.

Ordonné prêtre en 1875, il fut vite apprécié des paroissiens de sa première cure, à Saint-Martin de Thum, non loin de son lieu de naissance.

Ayant fait la connaissance d’Arnold Janssen, fondateur du nouvel Institut du Verbe divin (v. 15 janvier), il intégra cette famille religieuse à Steyl (Hollande) en 1878 et, l’année suivante, fut envoyé en Chine, où il cherchera toujours à être un Chinois parmi les Chinois.

Après une préparation de deux ans à Hong-Kong, il arriva dans la province du Shandong, qui comptait douze millions d’habitants et cent cinquante-huit chrétiens. Il s’adressa au petit peuple, resta proche de la population, et refusa l’épiscopat qu’on lui proposait, tout en recouvrant plusieurs fois la charge d’administrateur apostolique, pour seconder l’évêque. 

Les chinois le surnommèrent Shèngfù Ruòsè (traduction de son nom en chinois) et le comparaient volontiers à Confucius, dont l’idéal moral leur paraissait ressembler beaucoup à celui de Josef : Il est toujours aimable, modeste, humble. 

Quant à lui, il écrivit à sa famille : J’aime la Chine et les Chinois. Je veux mourir parmi eux et être enterré au-milieu d’eux.

Il s’efforça de former des catéchistes autochtones pour le seconder dans la mission et rédigea pour eux un manuel catéchétique en langue chinoise.

Il travailla beaucoup à la formation des prêtres chinois et des missionnaires.

Fatigué, et atteint de tuberculose, il partit se reposer au Japon, mais revint vite lors d’une épidémie de typhus, pour soigner et soutenir ses chers Chinois malades.

Lui-même atteint par le mal, il mourut le 28 janvier 1908. A cette date il y avait environ quarante-cinq mille baptisés dans la mission, et autant de néophytes.

Une de ses expressions récurrentes était : La langue que tout le monde comprend, est celle de l’amour.

Josef a été béatifié en 1975, et canonisé en 2003 (en même temps que le fondateur, Arnold Janssen).

 

Le miracle retenu pour sa canonisation fut la guérison totale et inattendue, en 1987, d’un jeune Japonais de vingt-quatre ans, atteint de leucémie à la moelle épinière, avec complications diverses, immunodéficience malgré les diverses transfusions, complications respiratoires jusqu’à arrêt cardiaque. On l’avait mis en respiration artificielle et il était inconscient. On préparait déjà ses funérailles. Un prêtre qui l’avait connu commença une neuvaine à Josef Freinademetz : peu après, le jeune malade ne présentait plus de symptômes de leucémie, et toutes les séquelles disparurent en quelques semaines. 

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 00:00

Julien Maunoir

1606-1683

 

Julien naquit le 1er octobre 1606 à Saint-Georges-de-Reintembault (Ille-et-Vilaine), de pieux parents cultivateurs.

A partir de 1621 Il fréquenta le collège des Jésuites à Rennes, où il rencontra le père Pierre Coton, l’illustre confesseur du roi Henri IV. Pour la petite histoire, c’est ce père Coton qui suggéra au roi Henri IV de remplacer son vilain juron Jarnidieu par Jarnicoton.

Julien entra au noviciat des Jésuites à Saint-Germain-des-Prés en 1625 et prononça ses premiers vœux en 1627.

Après avoir étudié la philosophie à La Flèche (1627-1630), où il eut comme compagnon le futur martyr Isaac Jogues (cf. 18 octobre), il enseigna le latin et le grec au collège de Quimper (1630-1633). C’est à cette époque qu’il rencontra le père Michel Le Nobletz, missionnaire des campagnes bretonnes. 

Mais Julien rêvait d’aller au Canada, comme le père Jogues ; il fit toutefois un pèlerinage à Ty Mam Doué (la Maison de la Mère de Dieu) et promit de se vouer à l’apostolat de la Bretagne si ses supérieurs le lui permettaient. Six mois plus tard, le jour de la Pentecôte, ils l’autorisèrent à commencer l’étude du breton, pour mieux toucher les populations paysannes.

Julien écrivit lui-même que c’est la Sainte Vierge qui lui fit la grâce de parler breton quelques jours après avoir commencé de l’apprendre. Les plus chauds partisans de cette langue affirment que Julien reçut d’un ange l’enseignement de cette langue difficile (à Kerfeunteun) et qu’il la possédait bien au bout de deux ans, ce qui lui permit bien vite de catéchiser, de visiter les malades et instruire ainsi quelque trente-mille personnes. Il publiera plus tard un dictionnaire français-breton et breton-français (1659).

Dans un premier temps, Julien, qui n’était pas encore prêtre, restait professeur à Quimper, et ne pouvait aller catéchiser que le dimanche.

Julien sera ensuite envoyé à Tours pour y enseigner pendant un an, et à Bourges pour y compléter sa formation théologique (1634-1638). Il fut ordonné prêtre en 1637, et acheva sa formation à Rouen en 1639.

En 1636, il avait eu une assez grave maladie, dont il guérit, dit-il, miraculeusement, en suite de quoi il s’était voué aux missions en Basse-Bretagne. Il alla retrouver le père Le Nobletz, qui avait appris par une révélation mystérieuse que ce jeune prêtre allait venir le seconder. Il conseilla au jeune prêtre d’être prudent avec sa santé, d’éviter l’ascèse ou le travail excessifs. 

Au début les autorités ecclésiastiques ne voyaient pas d’un bon œil ces missionnaires, mais changèrent d’avis en voyant l’excellent impact qu’ils avaient sur les populations ; de riches chrétiens assurèrent aux deux religieux une pension suffisante pour leur enlever tout souci matériel.

Julien commence à Douarnenez, en compagnie d’un autre religieux, le père Bernard et, successivement, pendant quarante-trois ans, parcourra le Bretagne en prêchant jusqu’à quatre-cent trente-neuf missions.

Durant ces missions, il fit beaucoup usage de dessins préparés déjà par le père Le Nobletz, et composa aussi de nombreux cantiques, en breton ou en français. Les missions s’achevaient par une belle procession, à laquelle participaient volontiers les fidèles. Lui-même nota quelque part qu’en un an il avait parlé à quarante-mille fidèles, dont trois mille s’étaient convertis.

Il y eut jusqu’à quinze éditions du livre de ses cantiques, dont on pourra trouver un exemplaire à la Bibliothèque nationale. La langue de ces cantiques n’est pas du pur breton, mais au moins reflète toute la doctrine chrétienne, que le peuple mémorisait de cette façon.

Le père Maunoir écrivit aussi un mémoire sur Marie-Amice Picard, une mystique stigmatisée de son époque.

Enflammés par son zèle communicatif, plusieurs prêtres vinrent l’aider.

Epuisé de fatigues et d’austérités, le père Julien Maunoir mourut le 28 janvier 1683 à Plévin (Côtes-d’Armor) et fut béatifié en 1951.

 

Il est un des célestes protecteurs de la Bretagne.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens