Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 juillet 2017 7 02 /07 /juillet /2017 19:26

Bonifacius de Carthage

† 484

 

Se reporter à la notice Carthage (Martyrs en 484)

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2017 7 02 /07 /juillet /2017 19:25

Liberatus de Carthage

† 484

 

Se reporter à la notice Carthage (Martyrs en 484)

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 13:35

Martinus de Vienne

† 3e siècle

 

On a présenté ce troisième évêque de Vienne en Gaule comme un disciple des Apôtres.

On n’en connaît cependant pas les dates, mais nous avons un repère : son successeur, Verus, était présent au concile d’Arles de 314. Il est donc difficile de penser que Martinus ait connu les Apôtres.

Il fut certainement un authentique disciple, par sa fidélité aux enseignements apostoliques, mais il n’a probablement pas vécu avant la fin du deuxième siècle.

Saint Martinus de Vienne est commémoré le 1er juillet dans le Martyrologe Romain.

 

 

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 13:34

Domitianus du Bugey

347-440

 

D’après une ancienne tradition, Domitianus naquit vers 347 à Rome, de Philippus et Marcianilla.

Elevé dans une école chrétienne, il perdit ses parents qui furent mis à mort par des hérétiques ariens.

Convaincu de la vanité du monde, il affranchit ses serviteurs, vendit ses biens et distribua l’argent aux pauvres. Il se retira dans quelque monastère.

En 426, il vint à Marseille, passa à l’abbaye de Lérins et séjourna quatre ans auprès de l’archevêque d’Arles.

En 430, il alla trouver s.Eucher de Lyon (v. 16 novembre), qui lui indiqua un endroit solitaire pour s’y établir : ce fut Axance (auj. Bourg-Saint-Christophe), où il érigea un oratoire et planta un jardin avec une vigne. 

Trop de disciples dérangeaient sa solitude et sa modestie : il s’éloigna, mais les disciples affluèrent encore ; on construisit deux oratoires, puis un monastère. Domitianus n’y venait que la nuit, passant la journée dans une cabane solitaire.

Il gagna à la doctrine trinitaire un seigneur arien, qui lui accorda de grands terrains, où s’éleva une abbaye.

Domitianus annonça la date de sa mort, qui advint le 1er juillet 440.

C’est près de cette abbaye que fut assassiné s.Rambert (v. 13 juin), dont le nom a été donné au bourg : Saint-Rambert-en-Bugey.

Saint Domitianus du Bugey est commémoré le 1er juillet dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article
Repost0
30 juin 2017 5 30 /06 /juin /2017 23:15

Tertullinus de Rome

† 255

 

On sait avec certitude que Tertullinus fut un martyr romain.

L’ancien Martyrologe le situait sous l’empereur Valerianus (253-260), l’actuel au quatrième siècle.

Selon l’ancienne version, Tertullinus était l’intendant d’Olympius ; quoique encore non baptisé, il ensevelit pieusement des Martyrs ; le pape Etienne (v. 2 août) l’apprit, l’appela, lui enseigna la Vérité ; à peine baptisé, Tertullinus fut ordonné prêtre. Deux jours après il fut arrêté.

La tradition raconte que Tertullinus fut d’abord meurtri à coups de bâtons, puis eut les flancs brûlés, le visage meurtri, fut étendu sur le chevalet et déchiré à coups de nerfs de bœuf, enfin décapité.

Saint Tertullinus de Rome est commémoré le 31 juillet dans le Martyrologe Romain.

 

 

Partager cet article
Repost0
30 juin 2017 5 30 /06 /juin /2017 23:15

Fabius de Maurétanie

† 303

 

Fabius (Fabio en italien) était originaire de Cartenna (auj. Mostaganem, Algérie).

Il était chrétien, et soldat en garnison à Césarée de Maurétanie (auj. Cherchell, Algérie). Il ne faut pas confondre la Maurétanie, ancienne province romaine à l’extrême nord de l’Afrique, et la Mauritanie, l’actuel pays au sud du Maroc. 

Lors d’une festivité, on lui demanda de participer à un cortège, auquel il se jugea en conscience non autorisé à prendre part, en raison de sa foi chrétienne.

Mis en prison pendant quelques jours, il fut soumis par deux fois à un interrogatoire, durant lequel on l’invitait à apostasier, avec des promesses de promotion ; mais Fabius préférait l’unique promotion chrétienne : rejoindre le Christ en versant son sang pour Lui.

Durement torturé, il fut décapité, le 31 juillet 303 ou 304.

Le gouverneur, pour empêcher les Chrétiens d’ensevelir le Martyr, fit jeter à la mer le corps et le chef de Fabius, mais les flots les ramenèrent sur le rivage. Une version sans doute peu authentique raconte que le corps fut dépecé en petits morceaux, jetés à la mer, et que miraculeusement tous ces morceaux se réunirent pour venir aboutir à Cartenna, la ville d’origine de Fabius.

Saint Fabius de Maurétanie est commémoré le 31 juillet dans le Martyrologe Romain.

 

 

Partager cet article
Repost0
30 juin 2017 5 30 /06 /juin /2017 23:15

Germanus d’Auxerre

380-448

 

Germanus était de famille distinguée et naquit à Appoigny (Auxerre, Yonne), vers 380. Ses parents s’appelaient Rusticus et Germanilla.

Après ses études en Gaule et à Rome, il fut orateur puis reçut un poste de haut fonctionnaire en Gaule : il était gouverneur à la tête de plusieurs provinces, de l’Aquitaine à la Sénonoise.

Il épousa une certaine Eustachia et s’établit à Auxerre, tout en voyageant beaucoup.

Il est amusant de lire que l’évêque d’Auxerre, s.Amator (v. 1er mai), n’aimait pas beaucoup l’habitude qu’avait Germanus, après ses parties de chasse, d’exhiber les têtes de ses prises en les accrochant à un arbre. L’évêque y voyait une sorte d’idolâtrie, et finit par faire abattre l’arbre en l’absence de Germanus, lequel, à son retour le menaça de mort…

Mais Amator eut une révélation : il revint à Auxerre, rencontra Germanus qu’il amena au Christ et qu’il introduisit dans le clergé. Amator prédit à Germanus qu’il serait son successeur, au grand désarroi de Germanus.

En 418, mourut s.Amator. Un peu comme pour s.Ambroise (v. 7 décembre), on appela unanimement Germanus à succéder à Amator. A contre-cœur, il devint ainsi le sixième évêque d’Auxerre.

Son épouse devint pour lui une sœur. Lui-même vendit tous ses biens et distribua ses richesses aux pauvres ; son ordinaire se constitua désormais d’un pain d’orge qu’il fabriquait lui-même et de quelques légumes sans sel, encore jeûnait-il la moitié du temps ; un peu de vin à Pâques et à Noël. Qu’on juge de la richesse de son vêtement : le simple habit monastique des bénédictins, avec aussi un cilice pour «adoucir» cet habit.

C’est pendant cet épiscopat que séjourna à Auxerre s.Patrice (v. 17 mars).

Du vivant de Germain, des miracles s’accomplirent à sa prière, des guérisons, des délivrances de possédés.

Le zèle et la sainteté de cet évêque-moine le signalèrent opportunément au pape Célestin (v. 27 juillet) et aux évêques de Gaule pour l’envoyer en «Bretagne» (Angleterre), où les évêques locaux avaient besoin d’un «docteur» éloquent pour convaincre d’erreur une foule de partisans du pélagianisme. 

Il parti en 429 avec Lupus de Troyes (v. 29 juillet). A Lutèce, il rencontra une petite fille de dix ans, la future sainte Geneviève (v. 3 janvier). Durant la traversée de la Manche, il calma une tempête déchaînée.

Il n’eut pas de peine à démontrer leur erreur aux pélagianistes, surtout en rendant la vue à une petite fille, que les hérétiques n’avaient pas réussi à guérir. 

Germain ne faisait pas que prêcher : il donna des conseils fort inspirés pour résister à une invasion de Saxons et Pictes, qui s’enfuirent rapidement quand l’armée anglaise se mit à hurler Alleluia !

A son retour, Germain intervint auprès du préfet Auxiliaris, pour obtenir la suppression des impôts exagérés du peuple. Il obtint facilement gain de cause, en guérissant l’épouse du même Auxiliaris.

Vers 445, Germain refit un voyage en Angleterre, cette fois-ci avec s.Severus de Trèves (v. 15 octobre). Il put éliminer les quelques fauteurs d’hérésie qui persévéraient dans l’erreur : ils furent simplement exilés.

Revenu en Gaule, Germain devint diplomate : il intervint en Armorique, où le représentant impérial (Aetius) demandait à un terrible Goar (ou Eocharich) de mâter une rébellion locale. Germain s’approcha de Goar, saisit la bride du cheval, qui s’arrêta net, obligeant Goar à rebrousser chemin.

Germain voulut aller plaider la cause de l’Armorique auprès d’Aetius, qui se trouvait alors à Ravenne. Là, s.Pierre Chrysologue (v. 4 juillet) l’attendait avec tous les honneurs ; Germain y opéra une résurrection.

Il fut cependant averti intérieurement que sa dernière heure arrivait, et mourut le 31 juillet, toujours  à Ravenne.

Son corps fut transporté à Auxerre au milieu de nombreuses manifestations d’honneur, de reconnaissance, de prières et de chants ; des miracles eurent lieu, particulièrement des guérisons de possédés. La procession arriva à Auxerre en octobre.

En 1567, les Huguenots profanèrent les reliques de s.Germain, mais elles furent partiellement retrouvées. 

Plus de cent-vingt localités françaises portent le nom de s.Germain, sans compter les lieux de culte.

Saint Germain d’Auxerre est commémoré le 31 juillet dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article
Repost0
30 juin 2017 5 30 /06 /juin /2017 21:49

Basilides d’Alexandrie

† 202

 

Basilides comptait parmi les disciples d’Origène, en même temps que les huit Martyrs dont il a été question le 28 juin. 

Mais il était aussi soldat, et se trouva être de faction auprès de la jeune vierge Potamiœna, que les autres soldats et la foule accablaient de propos sordides ; Basilides prit la défense de Potamiœna et chercha à écarter les badauds. 

S’approchant de la jeune fille, il l’encouragea, et Potamiœna lui promit qu’elle lui exprimerait bientôt sa reconnaissance. 

Basilides refusa de prêter serment comme militaire et fut mis en prison. Là, il eut une vision : la martyre Potamiœna, toute lumineuse, lui apparut dans la nuit du 29 au 30 juin, lui déposant une couronne sur la tête : c’était là sa reconnaissance.

Le 30 juin 202, Basilides fut décapité, rejoignant glorieusement sa «protégée».

Saint Basilides d’Alexandrie est commémoré le 30 juin dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article
Repost0
29 juin 2017 4 29 /06 /juin /2017 21:20

Sirus de Gênes

† 381

 

On ne peut situer précisément la naissance de Sirus (Syrus) : il a pu naître à Struppa (Gênes, Italie NO) vers 310-320, d’Emilianus Dolcinus, dont l’épouse était native de Nervi.

Son éducation fut confiée à l’évêque Felix de Gênes qui, ensuite, l’ordonna diacre et l’envoya à Villa Matutia (act. Sanremo) pour assister le chorévêque Ormisda. Là, Sirus aurait délivré la fille du questeur, qui était possédée.

L’évêque Felix le rappela à Gênes et c’est Sirus qui lui succéda, vers 350, devenant le troisième évêque de cette ville.

On raconte que Sirus délivra la ville d’un énorme basilisc qui infestait un puits. L’évêque lui lança un seau, lui ordonnant de s’y mettre, et le remonta, puis lui ordonna d’aller se jeter dans la mer, à quoi le serpent obéit ponctuellement. D’aucuns interprètent ce «miracle» comme l’expression imagée de la lutte de Sirus contre l’arianisme.

On situe habituellement la mort de Sirus au 29 juin 381, après une trentaine d’années d’épiscopat.

Après des siècles d’oubli, on retrouva son corps en 1098.

Saint Sirus de Gênes est commémoré le 29 juin dans le Martyrologe Romain.

 

 

Partager cet article
Repost0
29 juin 2017 4 29 /06 /juin /2017 21:19

Cassius de Narni

† 558

 

Cassius, dont on ignore les date et lieu de naissance, épousa une certaine Fausta ; ils vécurent cependant comme frère et sœur.

En 536 il fut nommé huitième évêque de Narni (Pérouse, Ombrie, Italie C).

Outre les œuvres de charité que développa Cassius, on raconte de lui cette anecdote amusante. Il avait le visage assez rubicond, de sorte que le roi goth Totila le prit pour un ivrogne et se moqua de lui. Mal lui en prit, car un soldat de sa garde fut subitement prit de spasmes violents (peut-être d’origine diabolique) : Cassius le guérit à l’instant, gagnant ainsi l’estime et le respect de Totila.

Cassius célébrait presque tous les jours le Saint Sacrifice de la Messe ; le fait est à signaler, car à cette époque ce n’était pas encore une habitude généralisée pour tous les prêtres. Durant cette célébration, Cassius versait d’abondantes larmes, larmes d’amour et de reconnaissance pour le Sacrifice salutaire du Fils de Dieu.

En 551, Dieu le fit encourager à faire son devoir jusqu’au bout, à accomplir son travail sans crainte : Que ton pied et que ta main ne reculent point ; à la fête des saints Apôtres, tu viendras à moi et je te donnerai ta récompense.

Sept ans plus tard, le 29 juin 558, fête des Apôtres Pierre et Paul, Cassius célébra une dernière fois la Sainte Messe, et rendit son âme à Dieu.

Saint Cassius de Narni est commémoré le 29 juin dans le Martyrologe Romain.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens