Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 août 2014 5 15 /08 /août /2014 23:23

Andrés Majadas Málaga

1914-1936

 

Il vit le jour le 2 mars 1914, à Becedas (Ávila, Espagne), onzième des douze enfants de Galo et Regina. On verra que le douzième enfant, Vicente, suivra les traces de son aîné, jusqu’au martyre (v. ce même jour).

La vaillante maman de cette nombreuse fratrie mourut en 1921, et le papa, huissier, et charpentier de son état, travailla dur pour nourrir ses douze «apôtres». Il rendait aussi des services à la paroisse, comme sacristain.

Andrés fut reçu à l’orphelinat de Ávila, où une bonne Religieuse l’aida à s’orienter vers l’Ordre franciscain.

Il entra au collège des Franciscains à Álcazar de San Juan en 1924, acheva ses Humanités à La Puebla de Montalbán, reçut l’habit à Arenas de San Pedro en 1929 et y fit la première profession en 1930.

Il fit la philosophie à Pastrana et la théologie à Consuegra de 1933 à 1936. Il y fit la profession solennelle et reçut les Ordres mineurs en 1935. Le 6 juin 1936, il fut ordonné sous-diacre. 

Ce jeune Religieux était un travailleur, qui aimait approfondir ses études par d’autres lectures sur les mêmes thèmes. Infirmier dévoué, il connut l’épreuve d’une grave maladie, qui ne lui enleva pas sa sérénité. La revue franciscaine publia des articles et des poèmes du frère Andrés : certains expriment sa disposition à recevoir la palme du martyre.

Sur les événements de juillet-août 1936, lire la notice Franciscains martyrs de Castille

Assassiné le 16 août 1936, le sous-diacre Andrés fut béatifié en 2007.

Partager cet article
Repost0
15 août 2014 5 15 /08 /août /2014 23:22

José Álvarez Rodríguez

1913-1936

 

Il vit le jour le 14 octobre 1913 à Sorriba (León, Espagne), de Vidal et Natividad, d’humbles agriculteurs qui laissèrent bientôt cinq petits orphelins. Ces derniers furent recueillis par des oncle et tante de Valle de la Casas et entrèrent tous dans les Ordres. José fut enfant de chœur. 

Il entra au collège des Franciscains à Álcazar de San Juan en 1926, acheva ses Humanités à La Puebla de Montalbán, reçut l’habit à Arenas de San Pedro en 1929 et y fit la première profession en 1930.

Il fit la philosophie à Pastrana et la théologie à Consuegra de 1933 à 1936. Il y fit la profession solennelle et reçut les Ordres mineurs en 1935. Le 6 juin 1936, il fut ordonné sous-diacre. 

On peut ici remarquer qu’il eut le même iter que son confrère José de Vega Pedraza, avec lequel il n’avait pas deux mois de différence d’âge. Mais contrairement à ce dernier, notre José fut gagné par les craintes et le mouvement de contestation qui suivirent la proclamation de la République en 1931 ; il fut même un des plus contestataires du groupe d’étudiants ; il fut repris très sévèrement, mais il accepta la leçon. Ses derniers mois de vie le montrèrent soumis, recueilli, et prêt à recevoir le martyre avec les autres membres de la communauté.

Sur les événements de juillet-août 1936, lire la notice Franciscains martyrs de Castille

Assassiné le 16 août 1936, le sous-diacre José fut béatifié en 2007.

Partager cet article
Repost0
15 août 2014 5 15 /08 /août /2014 23:22

Santiago Maté Calzada

1914-1936

 

Il vit le jour le 25 juillet 1914, fête de saint Jacques dont il porta le nom, à Cañizar de Argaño (Burgos, Espagne), de Mariano et Agripina, d’humbles ouvriers. 

Il entra au collège des Franciscains à Álcazar de San Juan en 1924, acheva ses Humanités à La Puebla de Montalbán, reçut l’habit à Arenas de San Pedro en 1929 et y fit la première profession en 1930.

Il fit la philosophie à Pastrana et la théologie à Consuegra de 1933 à 1936. Il y fit la profession solennelle et reçut les Ordres mineurs en 1935. Le 6 juin 1936, il fut ordonné sous-diacre. 

Ce jeune Religieux resta fidèle à ses promesses et persévéra. Au début des études, sa mauvaise mémoire ne l’aidait pas, mais il s’acharna dans le travail.

Sur les événements de juillet-août 1936, lire la notice Franciscains martyrs de Castille

Assassiné le 16 août 1936, le sous-diacre Santiago fut béatifié en 2007.

Partager cet article
Repost0
15 août 2014 5 15 /08 /août /2014 23:20

José de Vega Pedraza

1913-1936

 

Il vit le jour le 30 août 1913 à Dos Barrios (Toledo, Espagne), de Matías et María. Cette pieuse et courageuse mère devait offrir à Dieu le sacrifice et de son mari et de ses quatre garçons, qui moururent pour leur foi ; l’unique fille fut clarisse.

José fut enfant de chœur, mais aussi fut plusieurs fois surpris dans l’église en train de prier tout seul ; au curé ou à sa mère, qui l’interrogeaient, il répondit qu’il demandait pour les siens la sainteté, et pour lui le martyre. 

Un peu contre la volonté du papa, qui en avait besoin pour travailler, il entra au collège des Franciscains à Álcazar de San Juan en 1926, acheva ses Humanités à La Puebla de Montalbán, reçut l’habit à Arenas de San Pedro en 1929 et y fit la première profession en 1930. Durant ces années de préparation, on sait qu’il continuait à demander la grâce du martyre.

Il fit la philosophie à Pastrana et la théologie à Consuegra de 1933 à 1936. Il y fit la profession solennelle et reçut les Ordres mineurs en 1935. Le 6 juin 1936, il fut ordonné sous-diacre.

Bon élève, il cultivait volontiers en outre la musique et la poésie. Il souffrit un peu de son caractère timide et instable, et passa par deux crises, dans les années de la philosophie et durant la dernière année de théologie, qu’il dépassa dans l’obéissance, et obtint finalement la grâce tant demandée, le martyre.

Sur les événements de juillet-août 1936, lire la notice Franciscains martyrs de Castille

Assassiné le 16 août 1936, le sous-diacre José fut béatifié en 2007.

Partager cet article
Repost0
15 août 2014 5 15 /08 /août /2014 23:19

Marcelino Ovejero Gómez

1913-1936

 

Il vit le jour le 13 février 1913 à Becedas (Ávila, Espagne), de Pablo et Cristina.

Le bon exemple et les conseils d’une Religieuse du collège de Becedas furent à l’origine de la vocation de Marcelino. 

Il entra au collège des Franciscains à Álcazar de San Juan en 1925, acheva ses Humanités à La Puebla de Montalbán, reçut l’habit à Arenas de San Pedro en 1928 et y fit la première profession en 1929.

Il dut ensuite faire le service militaire, ce qui retarda son avancée aux Ordres sacrés. Quand le couvent fut en flammes en 1931 et que sa famille le réclama, il resta ferme dans sa décision et fidèle à l’esprit franciscain, tandis que d’autres étudiants manifestaient des attitudes contestatrices.

Puis il fit la philosophie à Pastrana, la théologie à Alcázar de San Juan puis Consuegra. Il n’eut pas le temps de faire la profession solennelle.

Sur les événements de juillet-août 1936, lire la notice Franciscains martyrs de Castille

Assassiné le 16 août 1936, le frère Marcelino fut béatifié en 2007.

Partager cet article
Repost0
15 août 2014 5 15 /08 /août /2014 23:18

Benigno Prieto del Pozo

1906-1936

 

Il vit le jour le 15 septembre 1906 à Salce (León, Espagne), de parents modestes mais très chrétiens, surtout le papa, un menuisier-charpentier, qui assistait chaque jour à la messe.

Benigno profita de cette ambiance ; sa vocation naissait, s’affermissait… et déjà il ne se gênait pas pour reprendre ceux qui ne parlaient pas bien. 

Un de ses frères entra chez les Franciscains : il le suivit. Il entra au collège des Franciscains à Belmonte en 1918, reçut l’habit à Arenas de San Pedro en 1922 et y fit la première profession en 1923 ; il fit la philosophie à Pastrama, et la théologie à Consuegra ; après la profession solennelle en 1927, il fut ordonné prêtre en 1930.

De 1931 à 1934, il fut professeur des étudiants à Pastrana et écrivit quelques articles dans la revue franciscaine. De 1934 à 1936, il fut professeur et maître de discipline à Consuegra, où certains étudiants se montrèrent assez réticents à recevoir ses observations.

Sur les événements de juillet-août 1936, lire la notice Franciscains martyrs de Castille

Le père Benigno fut béatifié en 2007.

Partager cet article
Repost0
15 août 2014 5 15 /08 /août /2014 23:17

Julián Navío Colado

1904-1936

 

Il vit le jour le 12 août 1904 à Mazarete (Guadalajara, Espagne), un des huit enfants de Pedro et Lorenza, qui avaient un moulin et une pâtisserie.

Julián préférait la lecture aux jeux de ses camarades. 

Attiré par la vie religieuse, il entra au collège des Franciscains à Belmonte en 1915, reçut l’habit à Arenas de San Pedro en 1919 et y fit la première profession en 1920 ; il fit la philosophie et le début de la théologie à Pastrama, et acheva la théologie à Consuegra ; après la profession solennelle en 1925, il fut ordonné prêtre en 1927.

Il étudia l’Histoire de l’Eglise à Rome et Jérusalem et passa la licence, puis enseigna à Pastrana, Quincy (Illinois, USA) et Consuegra.

Il fut un moment «maître de discipline», charge qu’il remplit avec la plus grande discrétion et efficacité. Quand un des étudiants dut être hospitalisé, le père Julián l’entoura de tant d’attention, que le malade témoigna lui devoir la récupération physique et psychique.

Sur les événements de juillet-août 1936, lire la notice Franciscains martyrs de Castille

Le père Julián fut béatifié en 2007.

Partager cet article
Repost0
15 août 2014 5 15 /08 /août /2014 23:16

Martín Lozano Tello

1900-1936

 

Il vit le jour le 19 septembre 1900 à Corral de Almaguer (Tolède, Espagne), de Román et Carmen.

Martín fut le guide de son papa, qui était aveugle, mais fut orphelin de ses deux parents dès huit-dix ans.

Attiré par la vie religieuse, il entra au collège des Franciscains à Belmonte en 1913, reçut l’habit à Pastrana en 1916 et y fit la première profession en 1917 ; après la profession solennelle en 1921, il acheva la théologie à Consuegra et fut ordonné prêtre en 1925.

Il étudia l’Ecriture Sainte à Rome et Jérusalem et passa la licence en 1929, puis enseigna à Consuegra, Quincy (Illinois, USA) et Consuegra.

Il fut un moment «maître de discipline», mais son caractère timide et introverti lui fit renoncer. Il préférait l’étude, mais surtout sa vie religieuse. On lui proposa d’ouvrir une école dans son pays, et de quitter l’Ordre ; sa réponse fut claire : Je suis au service de Dieu et des supérieurs ; franciscain, je mourrai franciscain. 

Il enseigna donc principalement l’Ecriture Sainte, et rédigea une Page biblique dans la revue franciscaine.

Sur les événements de juillet-août 1936, lire la notice Franciscains martyrs de Castille

Quelqu’un lui fit remarquer que sortir dans la rue avec son habit l’exposait à se faire tuer. Il répondit : Je garderai mon habit. Quand ça leur fera plaisir, ils pourront faire de nous ce qu’ils voudront. Il fut exaucé, lorsqu’il reçut les balles ennemies, le 16 août 1936.

Le père Martín fut béatifié en 2007.

Partager cet article
Repost0
15 août 2014 5 15 /08 /août /2014 23:15

Domingo Alonso de Frutos

1900-1936

 

Domingo vit le jour le 12 mai 1900 à Navares de Ayuso (Ségovie, Espagne), un des dix enfants de Pedro et Fernanda. Les parents étaient pauvres en moyens, mais riches de foi chrétienne.

Ce qui passionnait leur fils, n’était pas le travail des champs, mais l’étude et l’Eglise.

Domingo entra en 1912 au collège franciscain de Belmonte, prenait l’habit en 1915 et fit la première profession en 1916. Il fit la philosophie à La Puebla de Montalbán, professa à Pastrana en 1921, commença à Consuegra la théologie qu’il acheva à l’université de Manille (Philippines), où il fut reçut docteur en théologie et ordonné prêtre en 1924.

Son activité primordiale fut l’enseignement de la théologie dogmatique à Consuegra, sauf une période de deux ans à Quincy (Illinois, USA), sans oublier la rédaction d’articles pour les revues franciscaines et ses activités spirituelles.

Concernant les événements de juillet-août 1936, lire la notice Franciscains Martyrs de Castille

On y ajoutera cette anecdote : il était déjà monté dans le camion qui emmenait les Religieux à l’endroit de leur exécution ; or, le père Domingo n’était pas dans la liste prévue (peut-être sur intervention d’un de ses amis, qui appartenait à un parti de la gauche), et le milicien prétendait le faire descendre. Le père Domingo répliqua franchement : Domingo ne descendra pas ; Domingo ira là où vont ses Frères. 

Le père Domingo mourut le 16 août et fut béatifié en 2007.

Partager cet article
Repost0
15 août 2014 5 15 /08 /août /2014 23:14

Víctor Chumillas Fernández

1902-1936

 

Víctor vit le jour le 28 juillet 1902 à Olmeda del Rey (Cuenca, Espagne), un des six enfants de Alfonso et Catalina. Le papa était maçon, la maman infirmière ; elle assistait les mourants, et lui allait les enterrer gratuitement.

Le petit garçon fut bientôt orphelin de son père, et s’habitua, au retour de l’école, à aller avec sa mère vendre du plâtre sur les places ; l’été, il allait battre le grain. A la paroisse, il fut servant de messe. Pour remplacer le chapelet, il avait avec lui de petites pierres, avec lesquelles il priait quand il se déplaçait.

Sur conseil du curé, il entra au collège des Franciscains de Belmonte (Cuenca), en 1914. Il prit l’habit en 1917 à Pastrana, fit les premiers vœux en 1918 à Ávila, étudia la philosophie à Pastrana et la théologie à Consuegra. Profession solennelle en 1923 et ordination sacerdotale en 1925.

Ministre enthousiaste, il travailla et enseigna à Arenas de San Pedro, Alcázar de San Juan, La Puebla de Montalbán, de nouveau Alcázar, Madrid, un an encore à Alcázar, Pastrana, Consuegra en 1931, Madrid de 1932 à 1935, période durant laquelle il dirigea les revues franciscaines Croisade Séraphique et Foyer Antonien. Transféré encore à Almagro, il fut nommé Gardien (Supérieur) à Consuegra. 

Prêtre et professeur, il confessait et enseignait, dirigeait la chorale, composait des poèmes… Infatigable, il était vraiment l’exemple sacerdotal. Un des séminaristes écrivit alors : Il nous est arrivé le Supérieur, c’est un saint.

Un de ses mots familiers était : Tout ce qu’on fait par amour de Dieu et pour Dieu, même difficile, triomphe toujours.

Concernant les événements de juillet-août 1936, lire la notice Franciscains Martyrs de Castille

Le père Víctor mourut le 16 août et fut béatifié en 2007.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens