Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 août 2014 5 22 /08 /août /2014 23:00

 

Urbano Gil Sáez

1901-1936

 

Né à Bronchales (Teruel, Espagne) le 9 mars 1901, de Blas et Ignacia, Urbano reçut le lendemain au baptême les noms de Urbano Manuel.

Très tôt orphelin de père, il fut confié aux pères Tertiaires Capucins (dits Amigoniens) de Teruel, où il apprit à lire, reçut la Première communion et fit toutes ses études.

Il fit le noviciat à San José de Godella (Valencia), reçut l’habit et émit la première profession en 1919, la solennelle en 1928, mais ne fut pas ordonné prêtre malgré sa demande. Les Supérieurs remirent, on ne sait pas pourquoi.

Urbano se vit confier les enfants de l’Ecole de Amurrio (Álava), où il montra véritablement ce que signifie être tout à tous, selon l’idéal de saint Paul. C’était la joie personnifiée, qu’il savait communiquer autour de lui.

Il passa enfin à la maison de Godella pour les études ecclésiastiques en 1935.

Lors de la révolution qui éclata en juillet 1936, Urbano se trouva, avec le père Florentín Pérez et un novice, en face d’un peloton de miliciens qui cependant les laissèrent repartir cette fois-là.

Réfugié chez un bienfaiteur de Benaguasil, il fut à nouveau arrêté, mis en prison trois jours, avant d’être fusillé sur la route de Pobla de Vallbona à Lliria, toujours avec le père Florentín.

Le martyre eut lieu le 23 août 1936.

Urbano fut béatifié en 2001.

 

Partager cet article
Repost0
22 août 2014 5 22 /08 /août /2014 23:00

 

Constantino Carbonell Sempere

1866-1936

 

Constantino était né le 12 avril 1866 à Alcoy (Alicante, Espagne).

Il entra en 1886 dans la Compagnie de Jésus et fit le noviciat dans la province d’Aragona. Il étudia la littérature et la philosophie à Veruela, la théologie à Torosa. 

En 1901 il fut ordonné prêtre et exerça le saint ministère à Gandía, Barcelone, Roquetas et Alicante.

En 1928 il retourna comme confesseur à Gandía.

Il fut arrêté le 26 juillet 1936 et mis en «prison» dans une école réquisitionnée à cet effet. Quelques amis purent lui rendre visite, ainsi qu’aux frères Ramón Grimaltos Monllor et Pere Gelabert Amer, arrêtés en même temps.

Les 17 et 18 août, ils furent traduits devant un «tribunal», après quoi on leur promit de les remettre en liberté : une liberté qui se traduisit en réalité par une expédition à trois heures du matin, où on les fusilla tous les trois. 

Le martyre eut lieu près de Tavernes de Valldigna (Valencia), le 23 août 1936.

Les trois Martyrs furent béatifiés en 2001.

 
Partager cet article
Repost0
22 août 2014 5 22 /08 /août /2014 23:00

Amancio Noriega Núñez

1912-1936

 

Amancio vit le jour le 10 février 1912 à Aguilar de Campóo (Palencia, Espagne), de Pedro et Aurora, qui le firent baptiser le 25.

Il entra chez les Frères Maristes à Villafranca (Navarre) en 1924, passa à Las Avellanas, où il professa avec le nom de Félix Amancio (1929), et fit la profession solennelle en 1935.

Après Las Avellanas, il enseigna à Barcelone (1930), Villanueva de la Minas (1931), Haro (1932), enfin Tolède (1935).

Ce fut un Frère joyeux, généreux. Aux nouvelles de la révolution de 1936, il s’exprima ainsi : Il ne faut pas s’en faire. S’ils nous assassinent, nous mourrons en martyrs, et en donnant notre vie, nous rachèterons d’un coup tous nos péchés.

Les dix Frères de la communauté de Tolède furent arrêtés et assassinés à Tolède le 23 août 1936 et béatifiés en 2013.

Le Frère Félix Amancio avait vingt-quatre ans.

Partager cet article
Repost0
22 août 2014 5 22 /08 /août /2014 23:00

Vicente Alberich Lluch

1906-1936

 

Né le 29 janvier 1906 à Benicarló (Castellón, Espagne), il entra chez les Frères des Ecoles Chrétiennes (Lasaliens) à Cambrils, en 1927.

On le garda quelques mois au Petit-noviciat, le temps qu’il s’accoutumât au nouveau milieu, puis il passa au noviciat de Fortianell.

En 1927, c’est son propre frère aîné qui lui remit l’habit religieux. Il prit alors le nom de Eliseo, comme le prophète qui fut disciple et successeur du prophète Elie.

Il fut d’abord envoyé à Cambrils pour y prendre en charge les travaux manuels ; quand il avait un moment de liberté, il se plongeait dans les livres pour compléter sa culture un peu déficiente.

En 1929, il fut envoyé à Teruel où, en plus de son travail technique, on lui confia la classe d’un Frère malade ; il s’en tira fort bien.

Vint le moment du service militaire, au terme duquel il fut envoyé faire la classe à Notre-Dame du Carmel, en 1935, après avoir fait la profession religieuse le 16 août 1934.

Au moment de la persécution de 1936, il se réfugia avec son frère chez leurs parents à Benicarló, en faisant attention d’y arriver séparément. Ils ne sortaient que de nuit, mais un jour ils rencontrèrent un compagnon d’enfance qui les trahit. Très vite, les miliciens vinrent menacer les parents. Les deux frères se mirent en route pour Teruel, dans l’espérance de traverser le front.

Ils s’arrêtèrent pour boire à une fontaine à Valderrobles ; là d’autres miliciens, les interrogèrent et, sur leur déclaration qu’ils étaient religieux, ils furent arrêtés. C’était le 22 août.

Ils furent tous deux fusillés à Plá de Catali, le lendemain, 23 août, à quinze heures, l’heure de la mort du Christ. Avant de tomber, ils crièrent encore : Vive le Christ Roi !

Eliseo avait trente ans, son frère Valeriano Luis trente-huit.

Ils furent tous deux béatifiés en 2007.

 

Partager cet article
Repost0
22 août 2014 5 22 /08 /août /2014 23:00

Jean Bourdon

1747-1794

 

Jean était né le 3 avril 1747 à Séez (Orne).

Entré dans l’ordre franciscain des Capucins, il portait le nom de Protais de Séez

Il était devenu le gardien (supérieur) du couvent de Sotteville (Rouen).

Déporté de Seine-Maritime, il fut «entassé» avec plusieurs centaines d’autres prêtres sur le Deux-Associés, aux pontons de Rochefort.

C’était un religieux de grand mérite, une force de la nature de belle prestance, aussi recommandable par l’empressement qu’il montra envers ses Confrères déportés que par la fermeté de sa foi, mais aussi par toutes les autres vertus monastiques.

Il mourut le 23 août 1794 (ou peut-être déjà le 22 août), sur l’Île Madame, rebaptisée Île Citoyenne, où l’on débarquait les agonisants, avant de les y enterrer.

Il fut béatifié en 1995.

 

Partager cet article
Repost0
22 août 2014 5 22 /08 /août /2014 23:00

Manuel Fernández Ferro

1893-1936

 

On trouve pour ce Martyr des dates différentes (9 février 1898 pour la naissance, 25 août 1936 pour la mort). Celles qui sont indiquées ci-après proviennent de sources salésiennes.

Manuel vit le jour le 30 mai 1893 à Paradiñas (Orense, Espagne).

Entré à seize ans dans le collège des Salésiens, il fut à Écija et Cadix, fit le novicat et la profession à Cadix en 1920, passa à Séville pour la philosophie, à El Campello pour le théologie et fut ordonné prêtre en 1928.

Il fut d’abord à Cordoue, avant d’être envoyé à Málaga.

On le décrivit comme fidèle, humble, travailleur, d’une douceur fraternelle ; même un peu plus mystique que la normale ; dévot du Sacré-Cœur, de la Sainte Vierge, cherchant à s’appliquer ce mot de saint Jean Chrysostome : Etre dévot de Marie, c’est déjà être destiné à la gloire. Dans les événements, il acceptait la main de Dieu.

Son jeune frère, Sergio, aussi prêtre salésien, affirma devoir sa vocation aux mille attentions de son aîné.

Lors de la guerre civile de juillet 1936, le collège de Málaga fut encerclé par des miliciens le 21 juillet. Prétextant que quelqu’un avait tiré depuis l’intérieur, ils l’envahirent à la recherche des «armes». N’en trouvant évidemment pas, ils emmenèrent les Salésiens à la «prison» improvisée, chez les Capucins, se livrant à toutes les exactions dans le collège et dans l’église.

Don Manuel crut sa dernière heure arrivée quand on le mit, avec les autres, face au mur de la cour. Le 22 juillet, on les emmena devant le Gouverneur ; celui-ci les savait innocents, mais, nouveau Pilate, craignit les menaces de la foule : il fit enfermer les Religieux dans la prison provinciale, leur promettant la liberté pour le lendemain.

Au matin du 23, libres, don Manuel et don Francisco se réfugièrent dans un hôtel tenu par un ami.

Le 15 (ou le 16) août, fut assassiné don Francisco ; don Manuel fit parvenir, à travers le consulat d’Argentine, une dernière lettre à sa famille, résumant les derniers événements et, leur disant au-revoir au Ciel, les assurant de mourir content, pour la Religion et pour l’Espagne, les priant de faire célébrer un trentin grégorien (trente messes consécutives) pour le repos de son âme.

Le 22 août au soir, on l’appela avec le maître de l’hôtel et trois autres Religieux ou prêtres, et tous furent fusillés au cimetière San Rafael, au matin du 23 août 1936.

Ce jour-là, on avait enregistré Cinq inconnus.

Don Manuel fut béatifié en 2007.

 

Partager cet article
Repost0
22 août 2014 5 22 /08 /août /2014 23:00

José Polo Benito

1879-1936

 

José (Joseph) naquit à Salamanque (Espagne) le 27 janvier 1879.

Il fréquenta le séminaire de Salamanque, puis étudia la philosophie à Ciudad Rodrigo, et revint au grand séminaire de Salamanque pour la théologie et le droit canonique, matières où il reçut le doctorat.

Esprit profondément intelligent et cultivé, il reçut des charges importantes.

Encore élève, il fut directeur de La Semaine Catholique.

En 1904, il fut ordonné prêtre et fut vicaire à la paroisse du Saint-Esprit de Salamanque.

En 1905, il fut nommé professeur à l’université de Salamanque, en même temps qu’il était aumônier des Religieuses franciscaines.

En 1907, il fut secrétaire de l’évêque ; en 1908, chanoine et examinateur synodal.

En 1908, il fut en fonction à la cathédrale de Plasencia, et administrateur de ce diocèse en 1912, pour être doyen du chapitre en 1918. Dans sa propre maison, il organisa une Soupe populaire, pour les gens pauvres.

Il dirigea la revue Las Hurdes (Les Terres sans pain), organisa un congrès sur ce thème à Plasencia et organisa le déplacement du roi Alfonso XIII dans ces régions : là, au fond de l’Estrémadure, vivaient des populations entières dans la misère, la maladie, l’analphabétisme ; il fonda et dirigea le périodique Regional de 1907 à 1914 ; il participa au Congrès Eucharistique international de Vienne, au Congrès social des Associations à Plasencia, à l’Assemblée de la Bonne Presse à Saragosse, au Congrès de Prévoyance sociale à Barcelone.

En 1923, il fut cette fois nommé doyen de la cathédrale de Tolède et continua ses activités débordantes : Académie Royale d’Histoire, conseil du Patronat de l’Institut de Prévoyance, Commission provinciale des Monuments, Pieuse union de l’Esclavage de Notre-Dame du Sagrario, Pélerinages à Rome et en Orient, collaboration à différentes publications, jusqu’à La Razón à Buenos Aires ; enfin, il se présenta aux élections des Cours Constitutionnelles en 1931.

Tant d’activités honorables et responsables lui valurent la Croix d’Or de l’Ordre du Saint-Sépulcre de Jérusalem.

Il fut arrêté dès le début de la guerre civile de 1936, et emmené à la prison départementale. Il prépara ses camarades de détention à faire une sainte mort.

Le 25 juillet, on le transféra à une autre prison, Gilitos.

Le 22 août fut une journée de cauchemard, car des avions «républicains» tirèrent par erreur sur leurs propres soldats ; les miliciens saisirent l’occasion pour «se venger» sur les nombreux prêtres et religieux détenus. .

Au moment d’être fusillé, il eut encore cette parole solennelle, en s’adressant aux bourreaux : Dieu est témoin du crime collectif que vous allez commettre. Dieu vous en demandera compte. Qu’Il vous pardonne.

Le martyre eut lieu à la Puerta del Cambrón de Tolède, où furent fusillés environ quatre-vingts personnalités, le 23 août 1936, peu après minuit. C’est donc la date généralement rapportée ; on trouve parfois le 22 août.

Quand on voulut exhumer son corps en vue de la béatification, on le retrouva sans corruption, malgré quatre années dans la fosse commune ; don José avait reçut trois balles dans les bras et les jambes, plus le coup de grâce dans la tête ; son visage exprimait encore une grande douleur : un milicien s’était acharné sur lui jusqu’à lui ouvrir le crâne en le frappant à coup de crosse de fusil.

Le chanoine José Polo Benito fut béatifié en 2007.

 

José Polo Benito

1879-1936

 

José (Joseph) naquit à Salamanque (Espagne) le 27 janvier 1879.

Il fréquenta le séminaire de Salamanque, puis étudia la philosophie à Ciudad Rodrigo, et revint au grand séminaire de Salamanque pour la théologie et le droit canonique, matières où il reçut le doctorat.

Esprit profondément intelligent et cultivé, il reçut des charges importantes.

Encore élève, il fut directeur de La Semaine Catholique.

En 1904, il fut ordonné prêtre et fut vicaire à la paroisse du Saint-Esprit de Salamanque.

En 1905, il fut nommé professeur à l’université de Salamanque, en même temps qu’il était aumônier des Religieuses franciscaines.

En 1907, il fut secrétaire de l’évêque ; en 1908, chanoine et examinateur synodal.

En 1908, il fut en fonction à la cathédrale de Plasencia, et administrateur de ce diocèse en 1912, pour être doyen du chapitre en 1918. Dans sa propre maison, il organisa une Soupe populaire, pour les gens pauvres.

Il dirigea la revue Las Hurdes (Les Terres sans pain), organisa un congrès sur ce thème à Plasencia et organisa le déplacement du roi Alfonso XIII dans ces régions : là, au fond de l’Estrémadure, vivaient des populations entières dans la misère, la maladie, l’analphabétisme ; il fonda et dirigea le périodique Regional de 1907 à 1914 ; il participa au Congrès Eucharistique international de Vienne, au Congrès social des Associations à Plasencia, à l’Assemblée de la Bonne Presse à Saragosse, au Congrès de Prévoyance sociale à Barcelone.

En 1923, il fut cette fois nommé doyen de la cathédrale de Tolède et continua ses activités débordantes : Académie Royale d’Histoire et Belles Lettres, conseil du Patronat de l’Institut de Prévoyance, Commission provinciale des Monuments, Pieuse union de l’Esclavage de Notre-Dame du Sagrario, Pélerinages à Rome et en Orient, collaboration à différentes publications, jusqu’à La Razón à Buenos Aires ; enfin, il se présenta aux élections des Cours Constitutionnelles en 1931.

Tant d’activités honorables et responsables lui valurent la Croix d’Or de l’Ordre du Saint-Sépulcre de Jérusalem.

Il fut arrêté dès le début de la guerre civile en juillet 1936, et emmené à la prison départementale. Il prépara ses camarades de détention à faire une sainte mort.

Le 25 juillet, on le transféré à une autre prison, Gilitos.

Le 22 août fut une journée de cauchemard, car des avions «républicains» tirèrent par erreur sur leurs propres soldats ; les miliciens saisirent l’occasion pour «se venger» sur les nombreux prêtres et religieux détenus. 

Au moment d’être fusillé, don José eut encore cette parole solennelle, en s’adressant aux bourreaux : Dieu est témoin du crime collectif que vous allez commettre. Dieu vous en demandera compte. Qu’Il vous pardonne. Puis il adressa encore une chaleureuse exhortation à ses compagnons.

Le martyre eut lieu à la Puerta del Cambrón, Fuente del Salobre, à Tolède, où furent fusillés environ quatre-vingts personnalités, le 23 août 1936, peu après minuit. C’est donc la date généralement rapportée ; on trouve parfois le 22 août.

Quand on voulut exhumer son corps en vue de la béatification, on le retrouva sans corruption, malgré quatre années dans la fosse commune ; don José avait reçut trois balles dans les bras et les jambes, plus le coup de grâce dans la tête ; son visage exprimait encore une grande douleur : un milicien s’était acharné sur lui jusqu’à lui ouvrir le crâne en le frappant à coup de crosse de fusil.

Le chanoine José Polo Benito fut béatifié en 2007.

 

Partager cet article
Repost0
22 août 2014 5 22 /08 /août /2014 23:00

Jerónimo Alonso Fernández

1912-1936

 

Jerónimo vit le jour le 1er octobre 1912, lendemain de la fête de saint Jérôme, à Villorejo (Burgos, Espagne), de Jerónimo et María, d’excellents chrétiens, qui le firent baptiser le 8 octobre.

Trois trois garçons de cette famille devinrent Frères Maristes.

Jerónimo rejoignit ses frères chez les Frères Maristes à Arceniega en 1924, où il obtenait toujours les premières places. De plus, la confiance qu’on avait pour lui, le fit désigner pour être responsable des jeunes arrivés ; à l’occasion, il avait le bon mot pour les consoler, les fortifier.

Il passa à Las Avellanas (1927), où il professa avec le nom de Javier Benito (1928) ; la profession solennelle, il la ferait bientôt en versant son sang.

Après Las Avellanas, il fut à Lleida pour redonner des forces à sa santé délicate, puis il enseigna à Madrid (1931), et Tolède (1933).

Intelligent, il ne s’intéressait pas au monde, où il aurait pu briller : Qu’est-ce que tout cela, en comparaison de ma vie religieuse, de ce qui m’attend au Ciel ?

Les dix Frères de la communauté de Tolède furent arrêtés et assassinés à Tolède le 23 août 1936 et béatifiés en 2013.

Le Frère Javier Benito avait vingt-quatre ans.

Partager cet article
Repost0
22 août 2014 5 22 /08 /août /2014 23:00

Júlian Iglesias Bañuelos

1893-1936

 

Júlian vit le jour le 26 février 1893 à Los Valcárceres (Burgos, Espagne), de Martín et Eustaquia, des paysans aisés, qui le firent baptiser le 28 ; il fut confirmé en 1895 et reçut la Première communion en 1903.

Il entra chez les Frères Maristes à Burgos en 1905, passa à Sant Andrés de Palomar, où il professa avec le nom de Cipriano José (1909)

Son premier poste fut à Logroño, puis Calatayud (1913), Mataró, Sabadell, Madrid.

Il fit la profession solennelle en 1915. C’est aussi durant cette période qu’il prépara à Barcelone la licence de Philosophie et Lettres.

A partir de 1932, il fut directeur du collège de Tolède. 

Intelligent, le Frère Cipriano se montra toujours très travailleur.

A Tolède, se trouvait son propre frère, Fr. Abdón, avec lequel il partagea la dernière partie de sa vie. C’est là qu’il fit le vœu de stabilité (1934).

Arrêtés, ils furent assassinés à Tolède le 23 août 1936 et béatifiés en 2013.

Partager cet article
Repost0
22 août 2014 5 22 /08 /août /2014 23:00

Estanislau Sans Hortoneda

1887-1936

 

Estanislau (Stanislas) naquit le 8 juin 1887 à Maspujols (Baix Camp, Catalogne, Espagne), de Francesc et Maria, qui le firent baptiser deux jours après.

Il fut ordonné prêtre en 1912.

Il exerça le saint ministère à La Torre de Fontaubella, Poboleda et Clarà (Tarragona).

La charité de ce prêtre était proverbiale : il donnait tout ce qu’il avait.

En 1936, éclata une révolution anti-cléricale sans précédent. Le Comité de Torredembarra offrit au prêtre de la conduire là où il voulait, à condition qu’il ne prît avec lui aucun objet religieux compromettant. Refusant cette condition, le prêtre partit se réfugier dans son pays, à Maspujols.

Tôt le matin, chaque jour sauf aux jours de fête, il partait de chez lui, comme un pauvre avec sa besace sur l’épaule, où il avait son bréviaire et son casse-croûte. D’autres jours, il partait avec son neveu et travaillait aux champs.

En rentrant des champs un jour, il entendit des coups de feu et apprit qu’on avait assassiné quelqu’un pour le seul fait de porter avec lui des objets religieux. Il répétait toujours : Je ne veux pas me séparer de mon bréviaire, de mon scapulaire, ni de mon chapelet. S’ils me tuent, Dieu soit loué ! Mes dernières paroles seront : Vive le Christ Roi !

Le dimanche 23 août, au soir, il venait de terminer ses dévotions, quand se présentèrent chez lui quatre hommes armés. Voici le dialogue : 

- D’après nos informations, il y a ici un prêtre qui se cache. 

- Ici, il n’y a pas de prêtre «caché» (en insistant bien sur le dernier mot. Ce dialogue se répéta plusieurs fois. Puis :) 

- On nous a dit que se cache ici l’aumônier Estanislau Sans. 

- Il n’y a jamais eu d’aumônier «caché» ici ; cependant, le prêtre Estanislau Sans est devant vous, sans aucune intention de cacher sa condition.

- Alors, suivez-nous !

- Où ?

- Avancez !

- Laissez-moi au moins me préparer un instant.

- Avancez !

Ils lui dirent encore quelques méchancetés en sortant de chez lui, tandis qu’avec sa main il disait au-revoir de loin à ses proches.

On traversa le village, le prêtre avançait comme un malfaiteur, avec deux miliciens par-devant et deux par-derrière : il y avait beaucoup de gens, ce dimanche, dehors, mais personne n’osait rien dire, car ils avaient peur. Au salut du prêtre, les larmes leur venaient aux yeux.

Quand le groupe arriva à la voiture qui les attendait, les gens leur demandèrent encore où ils allaient. Mais on le fit monter rapidement en le bousculant et on passa par Reus et Riudoms, pour arriver à Montbrió. C’est là qu’on fusilla le prêtre en lui tirant des balles dans la tête.

C’était donc le 23 août 1936. Don Estanislau a été béatifié en 2013.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens