Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 février 2024 3 28 /02 /février /2024 00:00

29 FEVRIER

 

V.

S Hilaire, pape (461-468) : il s’opposa à l’invasion arienne jusque dans Rome.

X.

S Oswald, anglais d’origine danoise, moine à Fleury-sur-Loire, évêque à Worcester et York, réformateur et fondateur d’abbayes ; il remplaça le clergé marié par des moines.

XV.

Bse Antonia, veuve à Florence, clarisse à Foligno puis prieure à L’Aquila, mystique.

XIX.

S Auguste Chapdelaine, prêtre normand, missionnaire en Chine, martyr canonisé avec d’autres en 2000 et fêté le 9 juillet.

Hilarius

† 468

 

Hilaire était d’origine sarde, et appartenait au clergé de Rome.

Diacre, il fut le légat du pape s.Léon le Grand à Ephèse pour un concile qui fut en fait le Brigandage d’Ephèse, car le saint patriarche Flavien de Constantinople y fut déposé, vilipendé et envoyé en exil où il trouva la mort (v. 17 février). Hilaire n’échappa de ce “concile” qu’en se déguisant.

A la mort de s.Léon le Grand, c’est lui qui fut élu pour lui succéder, en 461.

A l’annonce de son élection, le métropolitain d’Arles, Léonce, lui adressa une lettre qui rappelait la foi des évêques de Gaule dans le primat universel de l’évêque de Rome : Puisque l’Eglise romaine est la mère de toutes les autres, nous avons été comblés de joie en apprenant que, dans cette immense détresse du siècle, tu as été promu pour juger les peuples et diriger sur la terre les nations dans leur itinéraire.

Dès qu’il fut sacré et intronisé, Hilaire adressa une encyclique à toutes les églises d’Orient pour confirmer les saints conciles œcuméniques de Nicée (325), Ephèse (431) et Chalcédoine (451).

En Italie et à Rome même, Hilaire dut s’opposer à l’invasion arienne. Ricimer, le vrai chef du pays, avait fait élever jusque sur le Quirinal une église arienne. Arthème Philothée, venu de Constantinople pour prendre possession de l’empire d’Occident au nom de l’empereur Majorien, aurait voulu imiter cet exemple et élever à Rome une chapelle pour la secte des macédoniens (du nom d’un patriarche arien condamné, Macedonius) : Hilaire s’y opposa et exigea de l’empereur le serment de ne pas tolérer ce nouvel empiétement. 

Le pape de son côté érigea trois oratoires dans la basilique constantinienne de Saint-Jean de Latran, au baptistère, en l’honneur de saint Jean-Baptiste, de saint Jean l’Evangéliste et de la sainte Croix. Il construisit aussi plusieurs monastères, dont un à Saint-Laurent. Il créa aussi deux bibliothèques.

Un synode romain, tenu en novembre 465 à Sainte-Marie-Majeure, statua sur les affaires d’Espagne, réprouvant les abus dans la collation des ordres à des candidats tarés, n’admettant pas la translation d’un siège épiscopal à un autre, condamnant la prétention des évêques qui regardaient leur charge comme un bien héréditaire et voulaient en disposer au détriment des droits d’élection.

Les lettres doctrinales de ce pape ont été réunies dans les Décrétales d’Hilaire. 

Le pape Hilaire ordonna vingt-deux évêques, vingt-cinq prêtres et six diacres.

Après un pontificat de six ans et trois mois, il mourut le 29 février 468, mais il est habituellement mentionné le 28 février au Martyrologe Romain. 

Il n’y pas eu d’autre pape qui ait porté ce nom. Le successeur de saint Hilaire fut le pape saint Simplice (v. 10 mars).

 

 

Oswald d’York

† 992

 

Oswald était d’origine danoise. Par son père il était neveu de l’archevêque de Canterbury (Odon), et parent de celui d’York (Oskyll).

Formé par Odon, il reçut les saints ordres et fut nommé doyen du chapitre de Winchester, mais demanda et obtint l’autorisation d’aller vivre dans le monastère bénédictin de Fleury-sur-Loire.

Le nouvel archevêque de Canterbury appela Oswald pour le siège de Worcester. Comme évêque, il remplaça les prêtres séculiers mariés par des moines. Il fonda l’abbaye bénédictine de Westbury, et en réforma plusieurs autres (Winchcombe, Pershore, Evesham).

Oswald fut nommé au siège d’York (972), mais conserva l’administration du diocèse de Worcester.

Dans cette dernière ville, il fonda une abbaye bénédictine, où il recueillit beaucoup de reliques de Saints, en particulier celles de saint Wilfrid qu’il retrouva.

Dans les monastères, il encouragea le développement des sciences.

En 973, il participa au sacre du nouveau roi Eadgar à Bath.

L’année suivante, il fit la dédicace de l’église abbatiale de Ramsay, pour laquelle il fit venir de Fleury-sur-Loire le moine Abbon, chargé de l’enseignement. 

Oswald avait coutume de laver chaque jour les pieds de douze pauvres. Durant l’hiver 991-992, il fut souffrant ; à peine remis, il reprit son habitude quotidienne et, au terme de la cérémonie, il expira au chant de la doxologie Gloria Patri et Filio et Spiritui Sancto.

C’était le 29 février 992.

Les miracles avenus sur son tombeau le firent bientôt canoniser.

 

 

Antonia de Florence

1400-1472

 

Antonia naquit à Florence en 1400. Jeune veuve avec un enfant, elle s’opposa à sa famille qui lui proposait de secondes noces. De son côté, elle considérait les adversités de la vie comme un dessein particulier du Seigneur. 

A cette époque, saint Bernardin de Sienne, avec ses compagnons, répandait en maintes villes d’Italie le mouvement de l’Observance, avec un retour au “francescanisme” des origines. La plupart des homélies se faisaient sur la place publique, car les églises étaient trop petites pour contenir toutes les foules qui accouraient. C’est ainsi que frère Bernardino se fit entendre à Sainte Croix de Florence du 8 mars au 3 mai 1425. Après l’avoir entendu, Antonia répondit “oui” sans conditions à l’appel de Dieu. Elle avait connu la vie matrimoniale, elle était mère, mais le Seigneur apportait un tournant à sa vie. Quatre ans plus tard, après avoir réglé les affaires familiales, elle entra parmi les tertiaires franciscaines fondées par la bienheureuse Angiolina de Marsciano, elle aussi jeune veuve. 

Le couvent florentin de saint Onofrio était déjà le cinquième qui se fondait. Peu après sa profession, Antonia fut envoyée, au vu de son charisme, dans le monastère le plus ancien de l’Ordre, érigé à Foligno en 1397. La fondatrice le transféra successivement à Assise, puis à Todi, enfin à L’Aquila en vue de fonder une nouvelle communauté. C’était le 2 février 1433, fête de la Présentation de Jésus au Temple. Ce couvent de L’Aquila, mis sous la protection de sainte Elisabeth, fut guidé par Antonia pendant quatorze années, durant lesquelles elle se voua corps et âme à la croissance de la communauté dans les préceptes de l’Evangile.

Toutefois, dans le cœur d’Antonia mûrissait le désir d’une vie davantage contemplative. Il faut signaler aussi que pendant plusieurs années elle subit une pénible épreuve à cause des désordres de Battista, son fils, qui dilapidait tout le patrimoine familial, engendrant aussi des litiges entre parents. 

Concernant la réforme de l’Observance, plusieurs communautés de Clarisses y adhérèrent, et ce fut saint Giovanni de Capistrano qui guida la réforme à L’Aquila. Antonia fut parmi les premières de ce groupe. Le Saint trouva l’édifice adéquat pour abriter le monastère, et présida à la solennelle fondation le 16 juillet 1447. Partant de Collemaggio, le cortège accompagna Antonia, nouvellement élue abbesse par volonté de Jean de Capistrano, avec ses treize compagnes, pour rejoindre le monastère de l’Eucharistie (appelé aussi du “Corpus Domini”). Les débuts furent marqués par une extrême pauvreté, on manquait du plus nécessaire et Antonia n’hésita pas à aller mendier. Les religieuses vivaient la pauvreté avec une joie évangélique, leur Mère leur en donnait un exemple courageux et maternel, tout cela dans un climat authentiquement fraternel. Il en résulta des fruits abondants et de nombreuses vocations. 

Même le fils d’Antonia bénéficia de l’influence de s.Jean de Capistrano : Battista vêtit en effet l’habit franciscain au couvent de Campli où sa conduite fut exemplaire. 

Après sept années, Antonia obtint enfin de pouvoir s’adonner exclusivement à la contemplation et au silence. Sainte Claire d’Assise disait d’elle : Elle se taisait, mais sa renommée hurlait. Modeste et obéissante, elle se mettait à la dernière place aussi bien à table qu’au chœur, et se mettait les habits les plus usés, que ses consœurs ne pouvaient plus mettre. Certaines moniales la virent ravie en extase, avec une auréole lumineuse au-dessus de sa tête. Dans les dernières années de sa vie, elle dissimula une plaie qu’elle avait contractée à la jambe. Elle mourut à vingt-et-une heures le 29 février 1472, entourée de ses chères consœurs.

Des miracles eurent lieu avant même sa sépulture. Une des moniales s’étendit près d’elle et guérit de plusieurs plaies. Les magistrats de la ville voulurent assumer les frais des obsèques. Quinze jours après la sépulture, les consœurs l’exhumèrent pour en revoir encore une fois les traits, et la trouvèrent comme si elle venait de s’éteindre. Le bruit s’en répandit dans la ville et l’évêque Agnifili ordonna qu’on l’ensevelît dans un endroit choisi. Cinq ans plus tard en 1477, l’évêque Borgio ordonna une nouvelle reconnaissance de la dépouille, constata la parfaite conservation du corps de Mère Antonia et, connaissant bien sa renommée de sainteté, en autorisa le culte. Le culte fut à nouveau confirmé en 1848. 

Récemment, les reliques de la Bienheureuse ont été transférées du monastère de l’Eucharistie à celui des Clarisses de Paganica, non sans quelques manifestations de mécontentement des habitants de l’Aquila.

La Bienheureuse est donc inscrite au Martyrologe le 29 février.

 

 

Auguste Chapdelaine

1814-1856

 

Auguste Chapdelaine naquit le 6 janvier 1814 à La Rochelle-Normande (Manche) : sa maison natale existait encore en 1944, année où elle fut détruite par un incendie le 2 août, après l’explosion d’un camion allemand.

Auguste étudia à Mortain, puis à Coutances, où il fut ordonné prêtre en 1843.

Après sept années comme vicaire à Boucey (Manche), il entra aux Missions Etrangères de Paris et partit pour la Chine en 1851. Il resta deux années à Hong-Kong, pour apprendre le chinois et s’habituer aux nouvelles conditions de vie (climat, habillement, mœurs). En chinois, Auguste était appelé Maître Mâ.

Dix jours après être entré dans le Kouang-si, il fut arrêté et relâché au bout de deux semaines, car le mandarin fut inspiré à ce moment d’être très bienveillant envers lui.

Après un répit de deux années, une nouvelle persécution commença, en 1856, lors de laquelle le père Auguste fut arrêté, en même temps qu’un de ses plus fidèles néophytes, Luolong Bai Xiaoman et qu’une jeune fille, Agnès, ainsi que d’autres chrétiens dont on n’a pas le nom ici.

Le 25 février au soir, les prisonniers furent maltraités, frappés à coups de rotin, interrogés, chargés de chaînes et de la cangue, même de nuit.

Le 26, Luolong Bai Xiaoman fut interrogé, sommé de renier la foi et d’abandonner le père Mâ. Ayant fermement répondu Je ne l’abandonnerai jamais, il fut décapité sur place.

Agnès fut ensuite présentée : née en 1833, d’un pauvre vieux médecin, orpheline à quinze ans, veuve à vingt ans, elle était une fidèle catéchiste. Enfermée dans une cage, consumée par la faim et par la soif, mutilée, brisée, elle rendit son âme au bout de quatre jours (le 1er mars en effet est fêtée sainte Agnès Cao Kuiying).

Ce fut le tour du père Auguste, qui subit d’abord un interrogatoire sur la religion, puis, interrogé sur des questions sans importance, ne répondit plus. On lui administra alors sur le dos trois cents coups de rotin, qu’il reçu sans une plainte.

Le 27 février, il endura le supplice de la chaîne sur les genoux.

Le 28, il fut enfermé dans une cage où l’on étrangle les grands criminels.

Durant cette pénible captivité «criminelle», le mandarin fit dire au père Auguste que, s’il voulait bien lui donner quatre cents taëls, il lui rendrait la liberté. Il montrait par là la réelle conception qu’il avait du «crime» du père Auguste. Ce dernier répondit en toute franchise qu’il n’avait pas d’argent.

Le 29, tandis qu’il respirait encore, le mandarin le fit sortir de la cage et ordonna à un homme de le décapiter.

(Il faudrait pouvoir certifier ici cette version un peu différente, selon laquelle le Martyr subit le supplice du lingchi, consistant à entailler et retirer successivement des parties et des membres du condamné, avant de lui trancher la tête. Ce supplice s’appelle aussi «des huit couteaux» ou «des cents morceaux», ou encore «des milles coupures».)

Le mandarin n’était pas encore satisfait. Il s’acharna sur les restes du Martyr. La tête fut portée hors de la ville, suspendue par les cheveux à un arbre, des enfants en firent le but de leur tir et la détachèrent à coups de pierres ; des animaux s’en disputèrent les lambeaux.

Auguste Chapdelaine fut béatifié en 1900, et canonisé en 2000.

Le dies natalis du Martyr et de quelques autres étant le 29 février, lors de la proclamation du Martyrologe, on mentionne les Saints du 29 en même temps que ceux du 28.

Partager cet article
Repost0
28 février 2024 3 28 /02 /février /2024 00:00

28 FEVRIER

 

I.

Ss Nymphas et Eubule, amis de s.Paul (cf. Col 4 et II Tim,4).

?

S Barsès, évêque à Damas.

Ss Macaire, Rufin, Just, Théophile, martyrs (à Rome ou en Alexandrie ?).

Ss Céréale, Pupule, Caïus et Sérapion, martyrs en Alexandrie.

IV.

S Martin, évêque à Mayence.

V.

Stes Marana et Cyra, vierges recluses près de Bérée ; elles ne parlaient jamais ; seule Marana recevait quelques femmes durant le temps pascal.

S Romain, premier ermite dans le Jura, abbé à Condat.

S Vindemial, évêque à Vérone ; plus de trente évêques portèrent ce nom en cette ville.

VI.

S Romain, fondateur d’abbaye à Mantenay, évêque à Reims, après s.Remi.

Ste Ermina (Febaria), vierge irlandaise.

S Ruellin (Ruilin), évêque à Tréguier.

XVII.

Bx Paulus Uchibori Sakuemon (dont les trois garçons furent martyrisés le 21 février), Gaspar Kizaemon, Maria Mine (son mari sera martyrisé le 17 mai), Gaspar Nagai Sōhan, Ludovicus Shinzaburō, Dionisius Saeki Zenka et son fils Ludovicus Saeki Kizō, Damianus Ichiyata, Leo Nakajima Sōkan et son fils Paulus Nakajima Kinzō, Ioannes Kisaki Kyūhachi, Ioannes Heisaku, Thomas Uzumi Shingoro, Alexius Sugi Shohachi, Thomas Kondō Hyōemon et Ioannes Araki Kanshichi, laïcs japonais martyrs, béatifiés en 2008.

XX.

B Daniel Brottier (1876-1936), des Pères du Saint-Esprit, très actif au Sénégal et réorganisateur des Apprentis d’Auteuil, béatifié en 1984.

B Stanisław Antoni Trojanowski (Tymoteusz, 1908-1942), franciscain polonais, martyr à Auschwitz, béatifié en 1999.

B Carlo Gnocchi (1902-1956), prêtre milanais, fondateur de la Fondation Pro Iuventute, béatifié en 2009.

Nymphas et Eubulus

1er siècle

 

Saint Paul nomme ces deux amis, le premier dans l’épître aux Colossiens, le second dans la deuxième épître à Timothée.

En Col 4:15, Paul parle de Nymphas comme d’un habitant de Laodicée :

Saluez les frères qui sont à Laodicée, avec Nymphas et l’Eglise qui s’assemble dans sa maison.

Laodicée est une cité toute proche de Colosses en Asie Mineure (près de Goncali, act. Turquie SO), où s’était constituée une communauté de Chrétiens ; ils se réunissaient chez Nymphas, qui pouvait donc être un personnage important avec une maison assez grande, peut-être aussi un diacre.

Dans le même passage, Paul fait allusion à la lettre qu’il avait envoyée à ces Chrétiens de Laodicée : il leur propose de la faire connaître aussi à leurs Frères de Colosses, et de lire à leur tour celle envoyée aux Colossiens. Malheureusement, nous n’avons plus depuis longtemps cette lettre aux Laodicéens. Plus tard, dans l’Apocalypse, il sera question aussi d’une Lettre à Laodicée, où Jean leur reproche leur tiédeur mais leur promet aussi la récompense de la victoire (Ap 3:14-21).

Quant à Eubulus, saint Paul dit en 2Tim 4:21 qu’il se trouvait à Rome durant sa captivité :

Tu as le salut d’Eubulus, de Pudens, de Linus, de Claudia et de tous les frères.

Eubulus était donc membre de la première communauté chrétienne romaine. Mais nous n’en savons rien de plus.

Les menées grecques mentionnent ensemble Nymphas et Eubulus, leur donnant même le titre d’apôtres, et affirmant qu’ils moururent ce même jour du 28 février.

Toutefois, l’actuel Martyrologe n’a pas retenu leurs noms. Il y a un Eubulius martyr, au 7 mars, différent de l’ami de saint Paul.

 

 

Marana et Cyra de Bérée

5e siècle

 

Les deux saintes femmes dont il est question ici furent très connues de leur évêque, Théodoret de Cyr († 458).

Marana et Cyra appartenaient à la haute aristocratie de Bérée (auj. Alep, Syrie), habituées à vivre dans un grand luxe.

D’un commun accord, elles quittèrent ce monde et partirent avec deux domestiques dans les environs de Bérée : Marana et Cyra se firent enfermer dans un petit enclos à ciel ouvert, les deux autres femmes dans une maisonnette proche, pour y mener elles aussi une vie de consacrées.

Il y avait tout de même une petite fenêtre, par où elles recevaient ce qu’on leur apportait. Plusieurs fois, elles restèrent dans un jeûne total durant quarante jours.

Elles ne parlaient pas ; durant le temps pascal cependant, Marana s’entretenait avec des femmes qui venaient la voir. De Cyra, on disait qu’on n’en avait jamais entendu la voix.

Elles ne rompirent cette solitude que deux fois, pour un pèlerinage à Jérusalem, et un autre près de Séleucie (Isaurie, auj. Turquie SO), dans un sanctuaire de sainte Thècle (v. 23 septembre ?). Encore firent-elles ces pèlerinages sans rien manger.

Cette vie dura quarante-deux ans, toujours selon le même auteur, ce qui laisse supposer qu’elles parvinrent à un âge fort avancé.

Quand Théodoret écrivit, il parlait au passé, d’où l’on déduira que ces saintes recluses moururent avant 458.

Saintes Marana et Cyra de Bérée sont commémorées le 28 février dans le Martyrologe Romain.

 

 

Romain de Condat

393-463

 

Romain (Romanus) naquit vers 393 ; lui, sa sœur et son frère Lupicin (Lupicinus) étaient d’une famille de l’actuelle région du Bugey (Ain).

A trente-cinq ans, Romain voulut embrasser la vie solitaire ; il alla d’abord s’y former auprès de Sabin, l’abbé d’un monastère situé au confluent de la Saône et du Rhône. Avec un exemplaire de la Vie des Pères du Désert et un des Institutions de Cassien (v. 23 juillet), il se retira dans la solitude.

Il se tourna vers la forêt du Jura et s’arrêta là où se trouve Condat. 

Son frère Lupicin, cependant, devenu veuf, voulut le rejoindre, ayant vu en vision son frère qui l’appelait. 

Différents de caractère, mais amoureux de la perfection, ils s’entr’aidèrent dans le travail spirituel et gravirent une haute échelle de sainteté. 

Des miracles se produisirent, attirant des vocations. On construisit deux monastères, l’un à Condat, l’autre à Leuconne, que gouvernaient les deux frères.

Autant Romain était patient et doux, autant Lupicin était plus rude et exigeant. Mais il n’y avait jamais d’affrontement, les qualités de l’un illuminant les qualités de l’autre. Romain, l’aîné, cédait souvent à Lupicin. 

Plusieurs fois Romain réintégra avec bonté des moines qui, tentés, avaient quitté le monastère, tandis que Lupicin ou quelque autre moine aurait été plus «sévère» avec eux.  

Une année que la récolte avait été bien plus abondante que d’ordinaire, les moines de Romain commencèrent à se montrer plus difficiles à table. Inutilement, Romain tenta de les rappeler à la Règle ; aussi appela-t-il Lupicin. Celui-ci se fit d’abord préparer un repas sans huile ni sel puis, ayant fait préparer une grande marmite, y mélangea fruits et légumes ; quand tout fut cuit, il invita les moines à partager cette soupe peu ordinaire ; ceux qui acceptèrent, comprirent et se soumirent. Il y en eut douze qui, mécontents de la leçon, quittèrent le monastère. Lupicin dit à Romain que le froment seul était resté à l’intérieur.

Romain cependant en fut bien affligé. Il s’imposa de rudes pénitences jusqu’à ce que les fautifs revinssent, repentis, et les accueillit avec grande joie.

Vers 444, s.Hilaire d’Arles (v. 5 mai) se trouvait à Besançon et entendit parler de la sainteté de Romain ; il le fit venir à Besançon et l’ordonna prêtre. Cette dignité ne changea rien dans le comportement humble de Romain ; on ne s’apercevait de son sacerdoce que quand il montait à l’autel.

Bientôt les deux monastères en fondèrent d’autres, dans les Vosges et jusqu’en Allemagne. La sœur de Romain et Lupicin eut aussi son monastère à La Beaume.

Parmi les nombreux miracles qu’on a recensés, il y eut la guérison de deux lépreux, père et fils, que Romain guérit en les embrassant.

Romain s’éteignit en 463, à l’âge de soixante-dix ans environ.

Le monastère de Condat a donné naissance à la ville de Saint-Claude ; celui de Leuconne à Saint-Lupicin, qui vient de perdre son nom chrétien pour prendre celui de Coteaux-du-Lizon en fusionnant avec une autre commune voisine.

Saint Romain de Condat est commémoré le 28 février dans le Martyrologe Romain.

 

Damianus Ichiyata

?-1627

 

Damianus était né à Antoku Koba (Japon).

C’était le cousin de Dionisius Saeki Zenka, martyrisé le même jour ; il était marié.

Il fait partie de seize Japonais laïcs qui furent martyrisés le même jour et dont le «chef de file» était Paulus Uchibori Sakuyemon (v. notice).

Ces glorieux Compagnons furent martyrisés sur le mont Unzen, dans le diocèse de Nagasaki, le 28 février 1627.  

Ils furent béatifiés dans un groupe de cent quatre-vingt-huit Japonais, en 2008.

 

 

Dionisius Saeki Zenka

?-1627

 

Dionisius Saeki Zenka était né à Fukae (Nagasaki).

C’est le père de Ludovicus, et le cousin de Damianus Ichiyata, martyrisés le même jour que lui.

Tous deux font partie de seize Japonais laïcs qui furent martyrisés le même jour et dont le «chef de file» était Paulus Uchibori Sakuyemon (v. notice).

Ces glorieux Compagnons furent martyrisés sur le mont Unzen, dans le diocèse de Nagasaki, le 28 février 1627.  

Ils furent béatifiés dans un groupe de cent quatre-vingt-huit Japonais, en 2008.

 

 

Gaspar Kizaemon

?-1627

 

Gaspar était né à Arie ou Kuchinotsu (Nagasaki).

Il fait partie de seize Japonais laïcs qui furent martyrisés le même jour et dont le «chef de file» était Paulus Uchibori Sakuyemon (v. notice).

Ces glorieux Compagnons furent martyrisés sur le mont Unzen, dans le diocèse de Nagasaki, le 28 février 1627. 

Ils furent béatifiés dans un groupe de cent quatre-vingt-huit Japonais, en 2008.

 

 

Gaspar Nagai Sōhan

?-1627

 

Gaspar était né à Kuchinotsu ou Shimabara (Nagasaki).

Il était marié.

Il fait partie de seize Japonais laïcs qui furent martyrisés le même jour et dont le «chef de file» était Paulus Uchibori Sakuyemon (v. notice).

Ces glorieux Compagnons furent martyrisés sur le mont Unzen, dans le diocèse de Nagasaki, le 28 février 1627. 

Ils furent béatifiés dans un groupe de cent quatre-vingt-huit Japonais, en 2008.

 

 

Ioannes Heisaku

?-1627

 

Ioannes était né à Arie (Nagasaki). Il était marié.

Il fait partie de seize Japonais laïcs qui furent martyrisés le même jour et dont le «chef de file» était Paulus Uchibori Sakuyemon (v. notice).

Ces glorieux Compagnons furent martyrisés sur le mont Unzen, dans le diocèse de Nagasaki, le 28 février 1627. 

Ils furent béatifiés dans un groupe de cent quatre-vingt-huit Japonais, en 2008.

 

 

Ioannes Kisaki Kyūhachi

?-1627

 

Ioannes était né à Fukae (Nagasaki).

Il fait partie de seize Japonais laïcs qui furent martyrisés le même jour et dont le «chef de file» était Paulus Uchibori Sakuyemon (v. notice).

Ces glorieux Compagnons furent martyrisés sur le mont Unzen, dans le diocèse de Nagasaki, le 28 février 1627. 

Ils furent béatifiés dans un groupe de cent quatre-vingt-huit Japonais, en 2008.

 

 

Leo Nakajima Sōkan

?-1627

 

Leo était né à Fukae (Nagasaki).

C’est le père de Paulus, martyrisé le même jour.

Il fait partie de seize Japonais laïcs qui furent martyrisés le même jour et dont le «chef de file» était Paulus Uchibori Sakuyemon (v. notice).

Ces glorieux Compagnons furent martyrisés sur le mont Unzen, dans le diocèse de Nagasaki, le 28 février 1627. 

Ils furent béatifiés dans un groupe de cent quatre-vingt-huit Japonais, en 2008.

 

 

Ludovicus Saeki Kizō

?-1627

 

Ludovicus était né à Fukae (Nagasaki), fils de Dionisius, et martyr comme son père.

Il fait partie de seize Japonais laïcs qui furent martyrisés le même jour et dont le «chef de file» était Paulus Uchibori Sakuyemon (v. notice).

Ces glorieux Compagnons furent martyrisés sur le mont Unzen, dans le diocèse de Nagasaki, le 28 février 1627. 

Ils furent béatifiés dans un groupe de cent quatre-vingt-huit Japonais, en 2008.

 

 

Maria Mine

?-1627

 

Maria Mine était née à Kuchinotsu (Nagasaki).

Elle était l’épouse de Ioachim Mine Sukedayū, qui sera à son tour martyrisé le 17 mai suivant.

Elle fait partie de seize Japonais laïcs qui furent martyrisés le même jour et dont le «chef de file» était Paulus Uchibori Sakuyemon (v. notice).

Ces glorieux Compagnons furent martyrisés sur le mont Unzen, dans le diocèse de Nagasaki, le 28 février 1627. 

Ils furent béatifiés dans un groupe de cent quatre-vingt-huit Japonais, en 2008.

 

 

Paulus Nakajima Kinzō

?-1627

 

Paulus était né à Fukae (Nagasaki).

Il était le fils de Leo Nakajima, martyrisé le même jour.

Il fait partie de seize Japonais laïcs qui furent martyrisés le même jour et dont le «chef de file» était Paulus Uchibori Sakuyemon (v. notice).

Ces glorieux Compagnons furent martyrisés sur le mont Unzen, dans le diocèse de Nagasaki, le 28 février 1627. 

Ils furent béatifiés dans un groupe de cent quatre-vingt-huit Japonais, en 2008.

 

 

Thomas Kondō Hyōemon

1564-1627

 

Thomas était né vers 1564 à Amakusa ou Kuchinotsu (Nagasaki).

Il était marié.

Il fait partie de seize Japonais laïcs qui furent martyrisés le même jour et dont le «chef de file» était Paulus Uchibori Sakuyemon (v. notice).

Ces glorieux Compagnons furent martyrisés sur le mont Unzen, dans le diocèse de Nagasaki, le 28 février 1627. 

Ils furent béatifiés dans un groupe de cent quatre-vingt-huit Japonais, en 2008.

 

 

Thomas Uzumi Shingoro

1575-1627

 

Thomas était né vers 1575 à Kuchinotsu (Nagasaki).

Il fait partie de seize Japonais laïcs qui furent martyrisés le même jour et dont le «chef de file» était Paulus Uchibori Sakuyemon (v. notice).

Ces glorieux Compagnons furent martyrisés sur le mont Unzen, dans le diocèse de Nagasaki, le 28 février 1627.  

Ils furent béatifiés dans un groupe de cent quatre-vingt-huit Japonais, en 2008.

 

 

Paulus Uchibori Sakuyemon

1580-1627

 

Paulus était un noble samouraï japonais, né en 1580 à Sakuemon.

Converti et baptisé, il subit le martyre le 28 février 1627, quelques jours après que ses trois fils (Balthasar, Antonius et Ignatius) aient été exécutés pour leur foi, le 21 février.

Son fils aîné, Balthasar, pouvait avoir autour de vingt ans, Antonius n’avait que dix-huit ans, et Ignatius, cinq.

Ce noble papa chrétien, ainsi que ses trois garçons, furent béatifiés parmi le groupe des cent-quatre-vingt-huit Martyrs japonais, en 2008.

 

 

Ioannes Araki Kanschichi

1593-1627

 

Ioannes était né à Koga ou Kuchinotsu (Nagasaki).

Il fait partie de seize Japonais laïcs qui furent martyrisés le même jour et dont le «chef de file» était Paulus Uchibori Sakuyemon (v. notice).

Ces glorieux Compagnons furent martyrisés sur le mont Unzen, dans le diocèse de Nagasaki, le 28 février 1627. 

Ils furent béatifiés dans un groupe de cent quatre-vingt-huit Japonais, en 2008.

 

 

Ludovicus Shinzaburō

1601-1627

 

Ludovicus Shinzaburō était né en 1601 environ à Kuchinotsu ou Shimabara (Nagasaki)

Il fait partie de seize Japonais laïcs qui furent martyrisés le même jour et dont le «chef de file» était Paulus Uchibori Sakuyemon (v. notice).

Ces glorieux Compagnons furent martyrisés sur le mont Unzen, dans le diocèse de Nagasaki, le 28 février 1627. 

Ils furent béatifiés dans un groupe de cent quatre-vingt-huit Japonais, en 2008.

 

 

Alexius Sugi Shōhachi

1602-1627

 

Alexius était né vers 1602 à Amakusa ou Kuchinotsu (Nagasaki).

Il fait partie de seize Japonais laïcs qui furent martyrisés le même jour et dont le «chef de file» était Paulus Uchibori Sakuyemon (v. notice).

Ces glorieux Compagnons furent martyrisés sur le mont Unzen, dans le diocèse de Nagasaki, le 28 février 1627. 

Ils furent béatifiés dans un groupe de cent quatre-vingt-huit Japonais, en 2008.

Daniel Brottier

1876-1936

 

Daniel naquit le 7 septembre 1876 à La Ferté-Saint-Cyr (Loir-et-Cher), de parents chrétiens.

En 1887, il reçut la Première communion et entra au Petit séminaire de Blois. Deux ans après, il sera frappé par une maladie qui lui causera toute sa vie de violents maux de tête.

En 1892 il prit la soutane ; en 1899 il fut ordonné prêtre.

D’abord professeur au collège de Pontlevoy, il restait fortement attiré par les missions et entra dans la Congrégation des Spiritains, commençant son noviciat en 1902 à Grigon-Orly.

Connaissant ses problèmes de santé, son père alla protester auprès des Supérieurs pour retarder ou empêcher le départ de Daniel dans les pays de mission. Mais Daniel fut quand même nommé vicaire à la paroisse Saint-Louis du Sénégal.

Daniel fit sa première consécration en 1903, et c’est en novembre 1903 qu’il arriva à destination.

Dès 1904, les lois laïques françaises se firent sentir au Sénégal et les Religieux durent quitter écoles et hôpitaux. Le père Brottier érigea alors d’autres bâtiments qui ne seraient ni des écoles ni des hôpitaux : patronage, jardin d’enfants, comité de l’enfance, doublés d’activités diverses : bulletin paroissial, chorale, fanfare, imprimerie…

Il cultiva les fleurs et les fruits ; une mangue porta son nom ; il vendit des roses.

Par deux fois, sa santé l’obligea à revenir se faire soigner en France (1906 et 1911).

Lors de ce dernier voyage, il alla aussi se reposer en Suisse puis à Lérins. Puis il fut nommé vicaire général de la Congrégation des Spiritains, avec pour mission de lever des fonds pour la construction de la cathédrale de Dakar.

En 1914, il se porta volontaire pour être aumônier militaire parmi les soldats du front. Il ne sera pourtant jamais blessé, ce qu’il interprétera comme un miracle de sainte Thérèse de Lisieux. Il reçut cinq citations, puis la Légion d’honneur. Il proposera à Clémenceau de fonder l’Union des Combattants.

En 1923, l’association des Orphelins d’Auteuil fut confiée aux Spiritains, et c’est au père Brottier qu’on recourut pour remettre sur pied l’association. Il écrivit de tous côtés, organisa des concerts de bienfaisance, utilisant jusqu’à l’affichage dans le métro parisien, et réunit les fonds nécessaires pour payer les dettes et construire un sanctuaire dédié à sainte Thérèse de Lisieux, la première chapelle qui fut dédiée à la nouvelle Sainte (elle fut canonisée en 1925, v. 30 septembre) ; il eut même assez de fonds pour construire une quinzaine d’autres maisons, abritant désormais plus de mille enfants. Ils seraient aujourd’hui environ cinq mille.

En 1936, la cathédrale de Dakar allait être consacrée, mais le père Brottier n’eut pas la force de s’y déplacer. Il tomba malade le 3 février avec une congestion pulmonaire puis une grippe et fut hospitalisé à Saint-Joseph ; il y mourut le 28 février 1936, dans sa soixantième année.

Daniel Brottier a été béatifié en 1984.

 

 

Stanisław Antoni Trojanowski

1908-1942

 

Né le 29 juillet 1908 à Sadłowo (Mazowieckie, Pologne), dans une famille pauvre, Stanisław avait trois frères.

Leur père était mort durant la première Guerre mondiale, de sorte que Stanisław dut travailler tôt pour aider sa mère et ses trois frères.

Il ne reçut la Confirmation qu’en 1930. L’année suivante, il entra chez les Franciscains Conventuels, au Niepokalanów, où le reçut le frère de Maksymilian Kolbe, Alfons Kolbe, car Maksymilian était à ce moment au Japon. 

Stanisław prit le nom de Tymoteusz.

En 1935 il fit la première profession, et la solennelle en 1938.

Entre temps, en 1936, Maksymilian Kolbe était rentré du Japon.

Au Niepokalanów, Stanisław fut chargé de l’expédition du bulletin Chevalier de l’Immaculée, de l’organisation des fournitures, du travail du potager et de l’infirmerie. Le père Maksymilian avait une grande confiance en lui.

Comme on a pu le lire dans la notice concernant le père Maksymilian Kolbe (v. 14 août), les Nazis suspectèrent de plus en plus l’activité fébrile du Niepokalanów. Maksymilian Kolbe fut arrêté en février 1941 ; en octobre, une nouvelle rafle s’empara d’un autre groupe, dont faisait partie notre Stanisław.

Après un passage à Pawiak, ils furent conduits à Auschwitz, où ils subirent la faim, la torture, les mauvais traitements, outre un travail éreintant. Stanisław porta le numéro 25431.

Stanisław prit une pneumonie et mourut le 28 février 1942.

Il a été béatifié dans le groupe des cent-huit Polonais martyrs durant l’occupation nazie, en 1999.

Leur fête commune est au 12 juin, le dies natalis propre de Stanisław étant le 28 février.

 

 

Carlo Gnocchi

1902-1956

 

Né à San Colombano al Lambro (Lodi, Italie) le 25 octobre 1902, benjamin des trois enfants de Enrico Gnocchi, marmiste, et Clementina Pasta, couturière, Carlo eut une jeunesse ponctuée par les décès de ses proches :

Le papa, atteint de silicose à cause de son travail, mourut en 1907 ; les deux frères, Mario et Andrea, moururent en 1908 et 1915, de tuberculose.

Carlo fut ordonné prêtre en 1925.

Vicaire à Cernusco sul Naviglio et à San Pietro in Sala (Milan), sa réputation d’éducateur le fit nommer directeur spirituel de l'Institut Gonzaga de Milan, tenu par les Frères des Ecoles Chrétiennes. 

Dans les années trente, il fut aumônier de la Deuxième légion de Milan, composée d’étudiants de l’Université Catholique du Sacré-Cœur et de l’Institut Gonzaga.

1939 fut une année brutale : sa mère décéda et la guerre éclata ; lui-même s’engagea comme volontaire dans les Chasseurs Alpins, sur le front gréco-albanais, puis en 1942 dans la campagne de Russie : ayant recueilli les dernières paroles et volontés de beaucoup de soldats tombés au front, il se fit un devoir, au retour en Italie, de sillonner le pays à la recherche des familles pour leur transmettre ces précieux messages.

Il s’enfila dans l’OSCAR (Œuvre de Secours Catholique d’Aide aux Réfugiés), il aida à passer en Suisse des prisonniers et des Juifs. Lui-même fut plusieurs fois emprisonné, et libéré sur l’intervention de l’archevêque de Milan, le cardinal Ildefonso Schuster (v. 30 août).

Il écrivit des articles sur la revue clandestine Il Ribelle et dans le quotidien L’Italia.

Après la guerre il décida de s'engager dans une œuvre charitable en faveur des enfants particulièrement frappés. Il s’occupa d’abord des enfants hospitalisés dans l’Institut Ariosio, puis il fonda en diverses localités italiennes tout un réseau de maisons pour soigner les petits blessés (à Inverigo, Parme, Pessano con Bornago, Turin, Rome, Salerne, Milan, Florence, Gênes…). Il y en avait près de quinze mille… Enfin il ouvrit des centres très modernes de rééducation pour enfants atteints de poliomyélite.

Il publia un ouvrage sur la Pédagogie de la douleur innocente.

En 1949, don Carlo fut nommé président du Conseil pour les enfants mutilés de la guerre.

Il réunit enfin toutes les maisons de réhabilitation des enfants mutilés en l’Association Pro Juventute, reconnue juridiquement par l’Etat italien, comprenant une quarantaine de maisons pour un total de quarante-mille places. Aujourd’hui les vingt centres restants soignent chaque jour plus de trois mille blessés.

Il fut alors lui-même atteint d’une tumeur qui bloquait ses articulations et le système respiratoire.

Il mourut le 28 février 1956, à Milan, en disant : Merci pour tout !

Son dernier acte de générosité fut de donner la cornée de ses yeux à deux enfants aveugles alors que la transplantation n'était pas encore réglementée en Italie. 

La châsse en verre qui abrite son corps est visible dans la cathédrale de Milan ; beaucoup de grâces et de miracles sont advenus par son intercession.

Il a été béatifié le 25 octobre 2009, jour anniversaire de sa naissance.

Son dies natalis est au 28 février, tandis qu’on le fête localement le 25 octobre.

 

Il avait écrit: Après la guerre, je rêvais de me dévouer complètement au travail de charité, n'importe lequel ou plutôt à celui auquel Dieu m'appellerait. J'espérais et je priais le Seigneur pour une seule chose : dédier ma vie au service des pauvres. C'était ma 'carrière', je n'étais pas sûr d'être digne d'une telle grâce car une telle vie est vraiment un privilège.

Partager cet article
Repost0
27 février 2024 2 27 /02 /février /2024 00:00

27 FEVRIER

 

III.

Ss Julien, Eunus et Bésas, martyrs en Alexandrie ; Julien était un vieillard, soutenu par Eunus : tous deux furent couverts de chaux vive ; Bésas était un soldat de l’escorte et fut décapité.

S Gélase (Gelasin), comédien converti en mimant le rite du baptême, martyr à Héliopolis.

?

Ste Onésime, vierge à Cologne.

IV.

Ste Honorine, vierge martyre inconnue, très vénérée en Normandie.

?

Ss Alexandre, Abonde, Antigone et Fortunat, martyrs à Thessalonique ou à Rome.

VI.

S Eucher, évêque à Maastricht.

S Comgan, abbé à Gleann-Ussen ou Killeshin.

VII.

S Baldomerus, serrurier à Lyon, puis moine, tellement humble qu’on eut de la peine à lui conférer le sous-diaconat.

S Alnoth, berger à Weedon, ermite à Stowe, “martyrisé” par des voleurs. 

VIII.

Ss Basilios et Procopios Décapolite, moines persécutés à Constantinople pour le culte des saintes images.

IX.

S Marvart (Marcovart), abbé à Prüm, maître de Lothaire, le fils de Louis le Débonnaire.

X.

B Jean de Vandières, abbé à Gorze où son prédécesseur l’obligea à mitiger ses austérités ; il eut aussi une mission auprès du roi musulman de Cordoue. 

XI.

S Krikor de Narek, moine, Docteur des arméniens et Docteur de l'Eglise (2015), dont les Elégies sacrées constituent le principal recueil de prières actuellement.

XII.

S Luca, abbé de rit oriental au monastère du Très Saint Sauveur à Messine.

XVII.

Ste Anne Line, veuve anglaise, convertie au catholicisme, pendue à Tyburn.

Bx Roger Filcock, jésuite, et Marc Barkworth, bénédictin, martyrs anglais, pendus à Tyburn, béatifiés le premier en 1929, l'autre en 1987.

XIX.

Bse Francinaina Cirer Carbonell de la Vierge des Douleurs, à Maiorque, illettrée, mais zélée dans l’apostolat et fondatrice des Sœurs de la Charité, béatifiée en 1989.

S Francesco Possenti (Gabriele dell’Addolorata), jeune passionniste à Morrovalle, mort à vingt-quatre ans, patron des jeunes des séminaires, noviciats et scolasticats.

B Josep Tous Soler, prêtre capucin espagnol, un moment exilé en France, fondateur des Sœurs Capucines de la Mère-du-Bon-Pasteur, béatifié en 2010.

Bse Marie de Jésus Deluil-Martiny, marseillaise, fondatrice des Filles du Cœur de Jésus, pour l’adoration et la réparation ; toute jeune elle fit partie de la “Garde d’honneur du Sacré-Cœur” et fonda ensuite un sanctuaire dédié au  Sacré-Cœur à Berchem (Belgique) ; elle fut assassinée par un jardinier à Marseille, béatifiée en 1989.

XX.

Bse Karolina Brader (Marie de la Charité de l’Esprit Saint, 1860-1943), franciscaine suisse active en Equateur et Colombie, fondatrice des Franciscaines de Marie-Immaculée où elle obtint le privilège de l’adoration perpétuelle diurne et nocturne, béatifiée en 2003.

Ioulianos, Eunus et Besas d’Alexandrie

† 250

 

C’était sous la persécution de Dèce (250), dans la ville d’Alexandrie d’Egypte.

Ioulianos était un vieillard malade de la goutte, au point qu’il ne pouvait ni rester debout ni se déplacer, sinon soutenu par deux domestiques. Il fut amené devant le juge païen.

Tandis qu’un des deux domestiques reniait sa foi, l’autre, nommé Eunus (ou Chronion) confessa courageusement le nom du Christ, en même temps que le vieillard Ioulianos.

On commença par les asseoir sur un chameau, qu’on fit déambuler par toute la ville au milieu des rires et des insultes qui accompagnaient les coups de fouets dont on les accablait. Finalement, on les arrosa de chaux vive.

Besas, lui, était un soldat de l’escorte. Trouvant injuste le traitement qu’on démontrait envers les deux Martyrs, il tenta de contenir la foule ; mais on le conduisit au juge, qui le condamna à la décapitation.

Ce devait être en (ou vers) 250.

Saints Ioulianos, Eunus et Besas d’Alexandrie sont commémorés le 27 février dans le Martyrologe Romain.

 

 

Honorine en Normandie

† 303

 

De sainte Honorine, on ne sait rien de sûr.

Elle aurait appartenu au peuple calète (Gaule belgique).

Elle aurait été martyrisée vers 303 à Lillebonne (ou Mélamare) ; son corps, jeté dans la Seine serait arrivé une trentaine de kilomètres plus bas (non loin du Havre) jusqu’à Graville, où il fut enseveli.

On pourrait dire que c’est là que commença la vraie histoire d’Honorine, celle de ses reliques.

Vers 850, fuyant les envahisseurs Vikings, le clergé reporta les reliques d’Honorine à Conflans, devenue depuis Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), où eurent lieu une quantité de miracles : guérisons, délivrances de prisonniers…

Pour une fois, les reliques ne subirent pas de dommages durant la Révolution de 1789.

Sainte Honorine en Normandie est commémorée le 27 février dans le Martyrologe Romain.

 

 

Baldomerus de Lyon

† 660

 

Le latin Baldomerus a été transcrit et traduit différemment : Baldomer, Waldomar, Waldimer, Galmier, Germier, Gaumier…

Baldomerus naquit au 7e siècle dans le Forez.

Il exerça quelque temps le métier de serrurier à Lyon (Rhône), tout en donnant à Dieu du temps dans la prière et les bonnes œuvres. Il trouvait toujours quelque chose à donner aux pauvres et, quand il n’avait plus rien, donnait jusqu’à ses outils.

Sa vie était toute de piété et de générosité. Chaste et enjoué, lecteur assidu de l’Ecriture, il faisait l’édification de son quartier. 

L’abbé du monastère Saint-Just l’invita à séjourner dans l’abbaye ; tous voulaient lui faire conférer les ordres sacrés - sauf lui-même, qui n’accepta qu’à grand-peine d’être sous-diacre, à condition de ne pas être élevé plus haut.

On croit généralement qu’il mourut le 27 février 660.

Ses reliques furent en grande vénération pendant des siècles. Les Huguenots les dispersèrent au 16e siècle, mais on put en préserver un bras. 

On l’a naturellement pris comme patron des serruriers et des forgerons.

Saint Baldomerus est commémoré le 27 février dans le Martyrologe Romain.

 

 

Procopios Décapolite et Basilios de Constantinople

† 750

 

 

Procopios et Basilios étaient deux moines qui vivaient dans leur monastère à Constantinople.

Décapolite est dérivé de décapole, qui concerne d’abord dix villes importantes de Judée (cf. Mt 4:25) ; ce n’est pas là l’origine de notre Procopios. Il y eut d’autres régions regroupant dix villes (ou dix couvents) importants, comme en Isaurie (act. Aşaği Īrnebol, Görmeli, Turquie S), où vécut s.Gregorios Décapolite (v. 20 novembre).

Or, à partir de 726, l’empereur Léon l’Isaurien décida de combattre le culte envers les saintes Images et, par voie de conséquence, de s’en prendre à ceux qui les vénéraient. De là l’hérésie de l’iconoclasme qui engendra une véritable persécution : en 730, un édit impérial ordonna la destruction de toutes les icones.

Les protestations du peuple, laïcs et moines, étaient unanimes. L’histoire de Procopios et Basilios est un exemple de la façon dont furent traités les moines fidèles à la tradition chrétienne.

Procopios et Basilios furent arrêtés, torturés et mis en prison ; ils y restèrent jusqu’à la mort de l’empereur iconoclaste en 741.

Ils seraient ensuite morts en paix, peu après, vers 750.

Les deux saints Procopios et Basilios sont commémorés le 27 février dans le Martyrologe Romain. 

 

 

Krikor Narekatsi

950-1010

 

Krikor Narekatsi (ou aussi Grigor Naregatsi) naquit vers 945-951 dans le Vaspourakan des Artzrouni, une province arménienne au nord de l'Irak. 

Il avait deux frères : Hovhannès (Jean), qui sera moine copiste également à Narek, et Sahak, pratiquement inconnu. 

Très tôt la mère mourut et c'est le père, l'évêque Khosrov Andzévatsi (le Grand) qui se chargea de leur éducation. Cet évêque était déjà auteur d'importants ouvrages théologiques. Puis ce fut l'oncle de Grigor, Anania Narekatsi, abbé du monastère de Narek, qui poursuivit l'éducation de son neveu. 

Grigor fut donc moine au monastère de Narek, fondé en 935, non loin du lac de Van, près de l'église d'Aghtamar. 

Il fut ordonné prêtre en 977 et fut vardapet (c’est-à-dire docteur en théologie), puis enseignant. C’était un esprit encyclopédique, maître en musique, astronomie, géométrie, mathématiques, littérature et théologie.

Reconnu comme maître spirituel, il fut chargé de former les novices de son couvent et, chose délicate, de réformer les monastères voisins. 

Il arriva justement que des moines, jaloux de son influence et de ses qualités, le dénoncèrent comme coupable d'hérésie. De par sa formation, Grigor pouvait être taxé de chalcédonisme, comme son père qui avait même été un temps excommunié par le Catholicos Ananias Ier de Moks. Mis à l'écart et rejeté dans l'ombre, Grégor montrera son orthodoxie : on lui rendra justice, à cause de son humilité.

Vers la fin de sa vie, ce grand mystique a écrit en langue arménienne classique un poème intitulé Livre des Lamentations, chef d'œuvre de la poésie arménienne médiévale. Ce maître de la discipline a, pour ce faire, tiré la langue arménienne classique de la liturgie pour lui donner, après l'avoir remodelée et sculptée, une autre forme et un autre sens, la poésie arménienne médiévale.

Gregor a rédigé un Commentaire sur le Cantique des Cantiques de Salomon, une Histoire de la croix d'Aparan, des odes célébrant la Vierge Marie, des chants et des panégyriques. 

Il a introduit à cette époque le vers monorime dans la poésie arménienne. Son influence a marqué la littérature arménienne et se retrouve chez d'autres poètes. Son œuvre est l'un des sommets de la littérature universelle. 

Il mourut vers 1003 ou 1010 et un mausolée lui fut consacré à Narek, malheureusement détruit à la suite du génocide arménien. 

Il sera canonisé par l'Eglise arménienne.

Les Lamentations ont été mises en musique en 1985 par Alfred Schnittke, dans une traduction russe de Naum Grebnev.

Grégoire de Narek est un théologien, poète et philosophe. Il a été appelé le Docteur des Arméniens et sera proclamé Docteur de l’Eglise en 2015.

Ses élégies constituent actuellement le recueil majeur de prières de la liturgie arménienne. 

Gregor est mentionné le 27 février au Martyrologe Romain.

 

Extrait du Livre des Lamentations, XXVI :

 

« J'ai été orgueilleux, moi, poudre vivante,

et fier, moi, argile parlante,

et hautain, moi, terreau vil.

Je me suis exalté, moi, cendre sordide ;

j'ai brandi le poing, moi, coupe fragile.

Je me suis accru plus qu'un roi ;

puis comme l'homme qu'on expulse

je me suis reclus à nouveau en moi.

J'ai reflété l'incendie de la fureur

moi, boue intelligente ;

ma présomption m'enfla comme étant immortel,

moi, de mort encloué comme les bêtes ;

j'ai étendu les bras vers la passion de vivre,

n'ai pas tourné ma face mais mon dos ;

l'esprit ailé je me ruais vers de noirs mystères ;

j'ai dégradé mon âme pure en flattant mon corps. »

Luca de Messine

† 1149

 

Luca vivait en Sicile aux 11e-12e siècles, où il naquit à Rossano Calabro.

Dans cette île et le sud de l’Italie se trouvaient beaucoup de monastères dits basiliens, de rite oriental. Luca appartenait à l’un d’eux.

Le roi Ruggero II, qui voulait protéger l’Eglise et encourager la vie cénobitique, le nomma higoumène (abbé) du grand monastère de Très Saint Sauveur de Città dello Stretto, encore inachevé et dont devaient dépendre un certain nombre d’autres monastères du même rite. Le roi lui accordait d’emblée beaucoup de privilèges ; le monastère ne dépendait que du roi.

Luca y arriva avec une douzaine de moines vers 1130-1131.

Constatant l’importante décadence du monachisme local, il écrivit pour tous les moines un ouvrage de base, le Typicon, pour rappeler et régler différents aspects de la vie monacale.

Il s’éteignit le 27 février 1149 à Messine.

Son tombeau a été détruit par un grand tremblement de terre en 1908.

Le nom de saint Luc, abbé à Messine, est récemment apparu dans le Martyrologe Romain à cette date.

 

 

 

Anne Line

1565-1601

 

Née vers 1565 à Dunmow (Essex, Angleterre), Anne Line, née Alice Higham, fut une laïque active au moment de la persécution en Angleterre.

Elle était l’aînée de William Higham et Jenkyn Maldons. Certains supposent même qu’elle serait née beaucoup plus tard, mais alors cette hypothèse s’accorde mal avec les faits suivants.

Elle se convertit au catholicisme avec son frère William et son mari Roger Line, qu’elle épousa en 1583.

Il se peut qu’elle n'ait pris qu'alors le nom de Anne. Quant au patrimoine, elle et son frère en furent automatiquement déshérités, mais ils allaient recevoir en compensation un héritage bien plus éternel.

Roger et William furent surpris en train d’assister à la Messe et furent mis en prison ; William fut relâché et se cacha, tandis que Roger fut banni et se réfugia en Flandres, où il mourut en 1594.

Anne eut alors à s’occuper d’une maison pour prêtres clandestins. Malgré sa mauvaise santé, elle tint cette maison pendant trois ans, même durant l’incarcération du prêtre qui l’avait ouverte (John Gerard). Ce dernier écrivit lui-même qu’ elle était si connue, qu’il ne pouvait se montrer là où elle était ; elle acquit alors d’autres appartements et continua d’héberger des prêtres. 

Le 2 février 1600, fête de la Chandeleur, elle laissa entrer plus de monde que d’habitude ; cette affluence provoqua la suspicion de la police, qui arriva immédiatement. Le prêtre put se glisser dans la cachette préparée par Anne, et s’enfuir ; Anne fut arrêtée et envoyée à Newgate.

Le 26 février 1601, elle fut présentée aux juges, si faible qu’on dut la transporter sur sa chaise. Elle déclara que, loin de regretter d’avoir reçu un prêtre, elle regrettait plutôt de ne pas en avoir reçu un millier d’autres. Le juge la condamna à mort pour félonie et pour avoir assisté un prêtre.

Elle fut exécutée à Tyburn le 27 février 1601.

Elle fut béatifiée en 1929, canonisée en 1970. 

Le miracle retenu pour la canonisation, advint par l’intercession de Cuthbert Mayne et de ses Compagnons en 1962 : un malade fut guéri instantanément et de façon stable d’un sarcome à l’épaule.

 

 

Mark Barkworth

1572-1601

 

Mark était né vers 1572 à Searby (Lincolnshire, Angleterre). On le connaîtrait aussi sous le nom (pseudonyme ?) de Mark Lambert.

Après quelques études à Oxford, il passa à Douai et entra dans l’Eglise Catholique.

Il entra alors dans le Collège de Douai, en 1594, pour recevoir sa formation sacerdotale.

A cause d’une épidémie de peste, il fut envoyé en 1596 à Rome, et de là au Collège Royal de Saint-Alban à Valladolid (Espagne). Il entra alors au Collège Anglais de cette ville, en 1596.

On dit que, durant le voyage à Valladolid, il aurait eu une vision de saint Benoît, qui lui annonçait sa mort comme martyr, avec l’habit bénédictin.

Arrivé à Valladolid, il fréquenta donc assidûment les Bénédictins, mais n’entra pas immédiatement dans l’Ordre : en effet, s’il devenait moine, comment pouvait-il revenir dans son pays pour y exercer le saint ministère ?

Il fut ordonné prêtre dans le Collège Anglais en 1599 et fut très vite destiné aux missions en Angleterre.

Sur son chemin, il s’arrêta au monastère bénédictin de Irache (Navarre), où il fut reçu comme oblat de l’Ordre, avec privilège exceptionnel de pouvoir faire la profession à l’article de la mort. Il avait ainsi la certitude de mourir «bénédictin».

Le voyage ne fut pas sans difficulté, bien au contraire : à La Rochelle, il dut échapper aux mains des Huguenots. Arrivé en Angleterre, il fut arrêté dès qu’il toucha le sol, et conduit à Newgate, où il resta prisonnier pendant six mois, avant d’être transféré à Bridewell.

Il écrivit alors un appel à Robert Cecil, comte de Salisbury, qu’il signa habilement George Barkworth. Mais on ne connaît pas la suite de cet appel. Toujours est-il qu’il fut interrogé et que, durant ces interrogatoires, il ne montra aucune frayeur, mais plutôt une franche gaieté.

Condamné, il traîna pendant quelque temps encore dans les «limbes», un horrible cachot souterrain du donjon de Newgate, où il demeura, dit-on, de très bonne humeur.

Un portrait de ce prêtre le définit comme de haute taille, bien proportionné, cheveux bruns, la barbe rousse, les yeux un peu battus.

Au moment de son supplice, il portait l’habit bénédictin sur une simple chemise. On remarqua que ses genoux étaient endurcis à force de rester à genoux en prière. 

Le père Mark devait être exécuté le même jour que deux autres victimes : Anne Lyne, qui est actuellement déjà canonisée, et le jésuite Roger Filcock.

Il faisait particulièrement froid ce jour-là. En chemin, Mark chantait la fameuse antienne pascale, tirée du psaume 117 : Hæc dies, quam fecit Dominus ; exsultemus et lætemur in ea (Voici le jour qu’a fait le Seigneur ; exultons et mettons-y notre joie).

Arrivé au lieu du supplice, il vit Anne Lyne à terre, déjà exécutée et morte. Il s’inclina et baisa sa robe en disant : Ah, ma sœur, tu nous as précédés, mais nous allons te rejoindre aussi vite que possible ! Et à la foule, il déclara : Je suis venu ici pour mourir, comme Catholique, comme prêtre et comme religieux, car j’appartiens à l’Ordre bénédictin. C’est par un Bénédictin que l’Angleterre se convertit (allusion à saint Augustin de Canterbury, v. 26 mai).

Les restes du corps de Mark Barkworth furent brûlés.

Ce prêtre bénédictin fut béatifié en 1929.

 

 

Roger Filcock

?-1601

 

Roger était né à Sandwich (Kent, Angleterre), de Simon et Margaret Low (ou Lowe), peut-être autour de 1560.

Il entra au Collège Anglais de Reims en 1581, et fut un des premiers à rejoindre le Collège Saint-Alban à Valladolid (Espagne), où il fut ordonné prêtre en 1597.

Il voulait entrer dans la Compagnie de Jésus, mais on voulut d’abord le mettre à l’épreuve. 

Dans son voyage pour Calais (France), le bateau fut poursuivi et abordé par des corsaires hollandais. Certains voyageurs purent s’échapper sur des chaloupes. Roger, lui, fut capturé, mais réussit à s’échapper et à rejoindre la côte du Kent.

C’était au début de 1598. Roger se dissimula sous le pseudonyme de Arthur Naylor et commença son activité missionnaire. Il fut enfin reçu dans l’Ordre des Jésuites en 1600.

C’est durant cette période qu’il connut Anne Lyne, une veuve chrétienne qui aidait les prêtres et prit le père Roger comme directeur spirituel.

Roger devait partir dans les Flandres pour y faire son noviciat. En attendant, il était souvent hébergé chez Anne Lyne. Le 2 février 1601, il allait célébrer la Messe, lorsqu’une troupe fit irruption. Un ancien collègue de Valladolid l’avait dénoncé.

La pieuse femme fut arrêtée, tandis que, dans la confusion, le prêtre réussissait à se cacher.

Vite repris, Roger fut envoyé à Newgate.

Accusé d’être prêtre, il ne le reconnut ni le nia : il demanda des témoins, qui n’existaient pas.

On le cita en jugement, le 23 février. Après avoir entendu les accusations, il demanda à être jugé sans consultation des jurés, car il se doutait bien que le verdict allait être contre lui et qu’on aurait forcé les jurés à voter contre leur conscience. Mais c’est bien ce que fit le juge : Roger fut déclaré coupable et condamné pour haute trahison.

Le 27 février 1601, on exécuta d’abord Anne Lyne, puis le bénédictin Mark Barkworth et notre Roger Filcock.

Après l’exécution du père Mark, Roger invoqua le nouveau Martyr : Prie le Seigneur pour moi, toi qui es maintenant devant Lui, pour que je puisse achever ma course dans la Foi.

Roger Filcock a été béatifié en 1987.

Francinaina Cirer y Carbonell

1781-1855

 

Francinaina naquit à Sencelles, un petit village de l’île de Majorque, le 1er juin 1781 et, selon la coutume de cette époque, fut baptisée le jour-même. Ses parents étaient d’humbles et honnêtes paysans qui s’appelaient Juan Cirer et Juana Carbonell. 

Dès la tendre enfance, elle voulut donner son cœur à Jésus et commença une vie toute dévouée à la connaissance et la pratique des enseignements du Maître.

Petite, elle aidait ses parents dans les travaux des champs et sa mère avait l’habitude de lui donner pour son goûter un morceau de pain avec du fromage ou de la sobrasada, ce jambon pimenté typique de Majorque. Mais si elle rencontrait d’autres petits bergers qui n’avaient pas de nourriture suffisante ou pas assez substantielle, elle partageait avec eux son goûter.

Sa mère aimait l’habiller correctement, sans excès, avec le costume de paysanne des Baléares que la famille pouvait s’offrir ; mais Francinaina préférait porter des habits plus modestes. On raconte qu’elle sortait de chez elle habillée selon les goûts de sa mère, mais qu’arrivée chez une amie, elle se mettait un habit noir et allait à l’église pour prier. En sortant, elle se rhabillait pour être comme elle était partie de chez sa mère. Mais voilà qu’un jour, sa mère demanda à une amie si elle trouvait joli l’habit de Francinaina, et l’amie de dire qu’elle l’avait vue à l’église, habillée humblement en noir, comme toujours. La petite fille était découverte, elle fut grondée et supporta les reproches patiemment.

A huit ans, elle eut une vision. Elle se trouvait dans la maison d’une certaine Madame de Son Mansena, avec un enfant dans les bras, tout en regardant distraitement deux hommes en train de travailler. Brusquement, elle s’évanouit. Les deux ouvriers la relevèrent avec le petit enfant et la maîtresse de maison l’installa sur un lit. Revenue à elle, elle dit à la dame qu’elle avait vu l’enfer. La terreur de cette vision lui resta gravée dans l’esprit et l’aida toute sa vie à éviter d’offenser le Seigneur, ainsi qu’à chercher à convertir toutes les personnes qui n’étaient pas sur le droit chemin.

A l’église, devant le chœur, c’est là qu’elle était heureuse. Au point que, lors de sa première communion, elle eut comme l’impression que Jésus était descendu du ciel pour rester avec elle. Chaque fois qu’elle communiait, elle restait devant le chœur à prier avec tant de ferveur, que les gens qui la voyaient restaient en admiration.

Quand les travaux des champs obligeaient la famille à se transporter dans une petite maison de campagne qu’ils avaient (L’Erissal), Francinaina s’arrangeait pour demander à sa mère la permission de parcourir les trois kilomètres à pied, de façon à entendre la messe et à recevoir la Communion, en partant très tôt le matin.

Dès l’enfance, elle se sentit appelée à la vie religieuse. Malgré sa bonne volonté, d’innombrables difficultés de tous ordres l’en empêchèrent.

Après la mort de sa mère, de ses frères et, plus tard, de son père, elle resta toute seule et commença à mener la vie qu’elle avait toujours désirée, en se consacrant totalement à procurer le bien spirituel et, si possible aussi, matériel à toutes les personnes, sans distinction de rang social ou d’âge, au point que, dans les dernières années de sa vie, elle put fonder dans sa propre maison, le couvent des Sœurs de la Charité, véritable refuge de tous les nécessiteux de Sencelles, avec le concours d’une amie, sœur Magdalena Cirer Bennassar.

Sa charité désintéressée et ses autres qualités l’ennoblissaient et son action s’étendait chaque jour davantage vers les villages voisins. 

Dans sa maison devenue couvent, elle instruisait et donnait une éducation chrétienne aux enfants et aux jeunes ; les pauvres et les infirmes, elle les réconfortait et, si possible, elle les soignait ; quant aux nécessiteux de toutes les classes sociales, elle les exhortait à faire le bien, avec toutes sortes de conseils judicieux et à propos.

La paix imperturbable de son esprit bien trempé transparaissait à l’extérieur de sa personne. Elle était sévère avec elle-même, dormait peu et s’imposait de grandes pénitences qui lui causèrent quelques problèmes de santé. Elle faisait tout cela pour obtenir du Seigneur son aide dans la conversion de certaines personnes qui se comportaient mal. En retour, elle était condescendante et joviale avec tout le monde. Franche et douce, elle était bonne avec tous ceux qu’elle rencontrait. Elle était la maîtresse, la conseillère, la maman de tous. Elle ne savait ni lire ni écrire, mais elle savait inculquer à qui l’écoutait, les valeurs fondamentales pour bien vivre.

Les jeunes, garçons et filles, étaient l’objet de son apostolat efficace. Elle savait comment se gagner leur cœur ; elle les entretenait avec des jeux innocents, dans sa petite maison de campagne ou ailleurs ; elle leur donnait des conseils salutaires. Par son exemple, et en leur donnant de bonnes leçons au bon moment, elle leur enseignait les pratiques religieuses les plus essentielles, comme le chapelet, le chemin de croix… etc. Tous appréciaient, selon leurs propres témoignages. Avec son comportement particulier, doux et toujours paisible, elle attirait et captivait les personnes de tous âges.

Ces passe-temps joyeux servaient à leur éviter les situations dangereuses. On lui demandait parfois pourquoi elle s’entourait de préférence de cette jeunesse toujours joyeuse : c’est que, disait-elle, je suis sûre qu’ils ne commettent pas de péché pendant tout le temps qu’ils sont avec moi.

Son cœur allait aussi pour les gens malades. A ceux gravement atteints, elle apportait les secours spirituels nécessaires. Tout le village à l’unisson, sans distinction de classes sociales, la respectait, la vénérait et recourait à elle, avec entière confiance. Elle avait pour chacun un mot de réconfort qui, souvent, tenait lieu de remède efficace.

C’est ce qui arriva à une petite fille dont la maman était malade et n’avait personne à qui demander d’aller chercher à la pharmacie du village de Binisalem ce que le médecin lui avait ordonné. Sœur Francinaina resta auprès de la maman et dit à la petite fille d’aller au village voisin. Comme il pleuvait beaucoup, elle lui laissa son chapeau en guise de parapluie. Malgré la distance et la pluie ininterrompue, la petite fille revint sans même mouiller un fil de ses habits.

Un autre jour, elle reçut la visite d’une femme inconnue qui lui montra une petite fille de quelques jours, née aveugle. Elle se mit à prier et la petite fille recouvra la vue à l’instant même.

Le bruit de ses miracles se répandait de tous côtés et l’on venait la trouver de villages éloignés, pour admirer ses vertus, pour demander conseil, pour se recommander à ses prières, pour recouvrer la santé. 

Du lointain village de Artà, on lui amena une petite fille qui s’appelait Margarita Femenias Tous : elle avait le cou complètement tordu, et les médecins ne trouvaient pas quel remède y apporter, mais les prières de Sœur Francinaina la guérirent instantanément.

Le Seigneur lui donnait des connaissances surnaturelles, qui lui permettaient de consoler les affligés. C’est ce qui arriva à des parents de Llucmajor, qui avaient perdu plusieurs petits enfants et dont l’unique qui restait n’était pas en bonne santé : elle leur prédit qu’il ne mourrait pas, mais qu’il deviendrait prêtre ; c’est l’abbé Guillermo Puigserver.

Elle faisait aussi échouer des actes prémédités, comme par exemple quand elle se présenta de nuit à une certaine maison, dont le propriétaire était en train d’ouvrir la porte pour aller voler quelque part. Le pauvre type tout surpris s’entendit reprocher par elle sa mauvaise intention et même se vit remettre une aumône pour lui éviter, dit-elle, d’avoir à aller voler.

Obéissant à la voix de Jésus qui l’appela par trois fois pendant qu’elle dormait, elle se mit en chemin très tôt le matin sur la route de Sencelles à Inca et, exactement à l’endroit que lui indiqua la voix, elle surprit un père et son fils qui étaient en train de se quereller. Elle leur reprocha ce qu’ils étaient en train de faire et eux, entièrement repentis, la réaccompagnèrent au couvent et, une fois arrivés là, s’embrassèrent et jamais plus ne se querellèrent.

Les innombrables œuvres de charité étaient récompensées par d’innombrables faveurs célestes, par lesquelles le Seigneur la comblait de douceurs, avec des apparitions de la Sainte Vierge et des Anges.

Un jour elle et sa compagne Magdalena étaient en train de blanchir à la chaux un mur de la maison, et, selon l’habitude dans ces villages, elles avaient laissé ouverte la porte sur la rue. Voilà qu’entre un beau petit garçon, qui s’amusait à écrire des signes sur le mur blanc avec un crayon qu’il avait dans sa main. Elles le mirent dehors par deux fois. Là-dessus, arrive le curé du village qui leur demande ce qui se passait, car apparemment ces pauvres femmes étaient en train de parler avec quelqu’un, et elles d’accuser ce gamin qui leur salissait le mur blanc, mais le prêtre n’avait vu sortir aucun enfant. Tout ce qu’il put faire, fut de déchiffrer ce qu’elles appelaient des gribouillages sur le mur. C’étaient bel et bien des lettres, qu’elles ne savaient pas lire et qu’elles croyaient être des taches. En fait il était écrit : Cette maison sera une maison de refuge. Déjà à ce moment-là cette maison était un véritable “refuge” pour les nécessiteux, mais elle devait l’être aussi dans le futur.

Le Seigneur lui avait déjà révélé qu’elle serait religieuse dans sa propre maison. C’est là que naquit la maison des Sœurs de la Charité, une communauté religieuse fondée par Sœur Francinaina, modèle pour toutes les communautés qui continueraient l’œuvre dans le futur, selon l’exemple de la Mère Fondatrice qui rendait service à tous et en tout, sans distinction.

Mais la maison de la famille Cirer ne réunissait pas toutes les conditions pour abriter une Congrégation. C’est qu’elle ne devait pas se limiter à l’assistance domestique des malades, mais se donner aussi à l’enseignement, et pour ce faire on avait besoin d’espace pour une école. Sœur Francinaina n’avait pas d’argent (on disait qu’elle avait seulement une once d’or, soit quatre-vingt pesetas de cette époque) pour affronter ce grand projet. Mais la voilà qui donna quand même des ordres pour la rénovation et l’extension des bâtiments, comptant sur le Seigneur pour les achever. Elle avait confiance que Jésus l’aiderait, comme d’ailleurs en d’autres circonstances il s’était passé des choses vraiment inexplicables. C’est ainsi que des fleurs s’ouvrirent sur des bois secs qu’elle tenait en mains.

Ainsi donc, voilà que les propriétaires d’une des maisons les plus riches du village, la Casa Rayó, voyant qu’elle se lançait dans des œuvres qu’elle ne pouvait achever, lui dirent, par manière de conseil : Tu ne vois pas que tu ne pourras pas achever les travaux de la maison ? Sur quel argent comptes-tu pour terminer tout ce que tu as ordonné ? Et elle, avec son sourire habituel et son indéfectible espérance : Oh, tout l’or de la maison Rayó ne peut pas faire ce que je peux faire, moi, avec le Seigneur. Et elle réussit à porter à leur terme ces travaux sans jamais rien devoir à personne.

Mais durant les travaux, ce fut une suite de miracles. L’eau de la citerne suffisait à peine pour commencer le travail, mais jamais on ne manqua d’eau. Quand le soleil se couchait et que les ouvriers quittaient le chantier, bien souvent il ne restait rien pour continuer le travail le lendemain, mais quand ils arrivaient le matin, il y avait des quantités de matériaux pour reprendre le chantier. Le plâtre se multipliait dans les mains des ouvriers au moment où il allait manquer. Et c’est Jésus lui-même qui apparaissait à Sœur Francinaina en train de collaborer au chantier de cette sainte maison.

Une fois terminés les travaux indispensables, arriva le jour tant attendu. Avec l’autorisation du vicaire général, le 7 décembre 1851, Sœur Francinaina à soixante-dix ans, recevait pieusement le saint habit religieux, en même temps que d’autres compagnes. C’est avec le nom de Sœur Francinaina des Douleurs de Marie qu’elle voulut commencer son chemin de religieuse, mettant le nouveau couvent sous la protection des Douleurs de Marie. Ses deux autres compagnes furent : sœur Magdalena de Saint-Vincent de Paul, et Sœur Conception du Cœur de Jésus.

Par leurs vœux religieux, les Sœurs s’engageaient à servir les malades à domicile, où qu’elles fussent appelées, à enseigner la doctrine chrétienne aux petites filles, aussi bien dans leur couvent que dans les autres fermes de la paroisse.

Sœur Francinaina fut nommée supérieure de la congrégation naissance, et exerça cette charge jusqu’à la mort.  Depuis lors à Sencelles, on a coutume de l’appeler la Mère Supérieure

Ses extases, ignorées de beaucoup jusqu’alors, se firent alors plus fréquentes et eurent beaucoup de témoins, en particulier quand elle faisait le Chemin de Croix dont les images ornaient le cloître, ou quand elle priait dans l’église du village.

Après avoir clairement fait comprendre qu’elle connaissait le jour et les circonstances de sa mort, elle s’envola pour le Ciel, vers ses bien-aimés Jésus et Marie, le 27 février 1855.

Le 1er octobre 1989, le pape Jean-Paul II la béatifiait.

 

 

Francesco Possenti

1838-1862

 

Né à Assise (le 1er mars 1838), il reçut le nom du fameux Poverello. Le père, Sante Possenti, juge à Spolète, veuf dès 1842, donna une excellente éducation à ses treize enfants, Francesco étant le onzième. La maman, Agnese Frisciotti, mourut donc quand Francesco avait quatre ans : tout petit, il s’habitua à vénérer ses deux mamans de là-haut : Agnese, et surtout Marie, dont il avait dans sa chambre une image de Pietà, de Maria avec son Fils mort dans les bras.

Francesco apprit à dominer un caractère assez irascible ; il fréquenta les Frères des Ecoles Chrétiennes, puis les Jésuites de Spolète et fut un élève très brillant.

Elevé dans la piété, il fut confirmé à huit ans, fit la Première communion avec de profonds sentiments et, par la suite, reçut fréquemment l’Eucharistie. C’était en même temps un garçon un peu mondain, toujours très élégant, mais jamais vulgaire. On a dit aussi qu’il aurait eu un début de vie sentimentale, ce qui n’est pas extraordinaire pour un bel adolescent.

Encore adolescent, il fut par deux fois gravement malade ; à chaque fois, il promit d’entrer en religion s’il guérissait, mais une fois guéri, il semblait remettre sa décision. La deuxième fois en particulier, il guérit après avoir appliqué sur la partie malade une image du Bienheureux Andrzej Bobola (v. 16 mai). Puis sa sœur aînée, après le décès de deux autres frères, mourut du choléra, ce qui le frappa profondément. Enfin, lors d’une procession mariale, il fut comme harponné par le regard de la Vierge portée en procession, et comprit qu’il ne pouvait plus attendre. Il annonça sa volonté d’entrer chez les Passionnistes.

Le papa voulut prendre l’avis de deux Religieux ; ceux-ci commencèrent par déclarer que Francesco ne pourrait jamais supporter la règle si sévère de cette congrégation, mais finirent par se rendre à l’évidence : Francesco ne semblait vivre que pour cet idéal.

En 1856, il reçut l’habit, et le nom de Gabriele dell’Addolorata (de N-Dame des Douleurs). Ce fut vraiment une nouvelle vie, oublieuse de la précédente, avec tout de même une profonde affection, toute spirituelle, pour son père et les siens.

En 1858, commencèrent ses études à Preveterino (Camerino) puis à Isola. En 1861, il reçut les quatre Ordres mineurs (disons, aujourd’hui, les Ministères, qui ont été réduits à deux). Les Ordres majeurs, par contre, furent remis, d’abord en raison des bouleversements politiques du royaume de Naples, ensuite à cause de la santé de Gabriele.

C’est qu’en 1861 Gabriele ressentit les premiers symptômes de la tuberculose. Exemplaire dans tout son comportement, Gabriele se sanctifia de jour en jour, dans l’obéissance aux Supérieurs et une rigoureuse domination de soi en tous ses gestes, regards, mouvements, paroles.

Il reçut le sous-diaconat et le diaconat.

A la Noël de 1861, il put encore communier, après une forte crise. Le 18 février, une nouvelle crise fit parler au médecin de danger mortel. Gabriele reçut le viatique, et montra une joie extraordinaire de quitter si vite cette vie humaine. Il demanda pardon à tous et ajouta : Je prévois que ma maladie va se prolonger. Je le crains et cela me donne de la peine. Toutefois, que la volonté de Dieu s’accomplisse !

Le 26 février, il reçut le Sacrement des malades. Gabriele ne prononçait plus que les noms de Jésus, Marie, Joseph. Il rendit l’esprit le 27 février 1862.

Deux jours après, il accomplissait vingt-quatre ans.

En 1878, le Supérieur général des Passionnistes le proposait comme modèle au scolasticat de Rome. De nombreux miracles furent recensés.

Gabriele dell’Addolorata fut béatifié en 1908, canonisé en 1920.

Il a été proposé comme modèle et protecteur aux jeunes séminaristes, novices et étudiants. 

 

 

Josep Tous y Soler

1811-1871

 

Josep naquit à Igualada (Barcelone, Espagne) le 31 mars 1811, neuvième des onze enfants de Nicola Tous y Carrera et de Francesca Soler y Ferrer. Le 1er avril Josep reçut au Baptême les noms de Josep Nicola Diego, et son parrain fut son grand frère, Nicola, qui devait devenir un des industriels les plus en vue de Catalogne.

Josep reçut la Confirmation en 1817 et la Première Communion en 1818.

Pour des raisons économiques toute la famille se transféra à Barcelone en 1820.

L’adolescent de quinze ans entra alors chez les Pères Capucins et émit les vœux en 1828, avant d'être ordonné prêtre en mai 1834.

Deux mois plus tard les violents mouvements anti-cléricaux déchirèrent la Catalogne et le gouvernement espagnol confisqua tous les biens des Ordres religieux. Josep et quelques Confrères furent arrêtés et enfermés pendant dix-huit jours dans un bâtiment fortifié. Libéré, il fut obligé de s'exiler : il passa en France, en Italie du nord, revint en France, et trouva refuge à Grenoble chez des Bénédictines, dont il fut l'aumônier, tout en complétant des études de Théologie morale, avant d'obtenir le pouvoir de prêcher. Sa bonté, son humilité, conquirent les bonnes Religieuses, mais aussi l'évêque du lieu.

Quand il put rentrer en Espagne (1843), les Ordres religieux étaient encore interdits et il dut exercer son ministère comme “simple” curé de paroisse, tout en s'efforçant de vivre toujours son idéal franciscain. Il fut donc curé de Esparragure (Barcelone).

Cette situation explique que le père Josep, quoique Capucin, ne portait pas la barbe, signe habituel et traditionnel de ces Religieux. 

En 1850, il fonda une famille religieuse féminine destinée à travailler dans la pastorale et dans l'enseignement pour les enfants. Ce seront les Sœurs Capucines de la Mère du Divin Pasteur.

Le père Josep vivait silencieusement son idéal religieux, dans l'humble silence du recueillement, de la prière. Ses dévotions préférées étaient le Christ crucifié, le Saint Sacrement, et Marie, la sainte Mère du Divin Pasteur : il recommandait ces dévotions à ses paroissiens, mais particulièrement à ses Sœurs, pour les aider à allier la vie de prière et de contemplation, avec la vie active de l'éducation des enfants.

Le père Josep mourut le 27 février 1871 à Barcelone, pendant qu'il célébrait la Messe.

Il a été béatifié en 2010.

Marie Deluil-Martiny

1841-1884

 

Marie Deluil-Martiny naquit à Marseille le 28 mai 1841, aînée des cinq enfants d’un avocat qui partageait avec son épouse une profonde foi chrétienne. 

Elle fut baptisée le jour même. 

Elle montrera un tempérament fier et impérieux. Pour sa première Communion, ses parents la mirent en pension à la Visitation de Marseille. Un jour, lors de la récréation, Marie interrompit tout d'un coup son jeu et, prenant à part une amie : Angélique, le Sang de Jésus coule en ce moment sur l'Autel pour le monde ! Elle resta quelques instants comme absorbée par cette pensée qui avait traversé son esprit comme un éclair. 

Elle reçut la première Communion en 1853, et la Confirmation en 1854 des mains de l’évêque de Marseille, le futur saint Eugène de Mazenod (v. 21 mai). 

Vers l'âge de 15 ans, encore au pensionnat, elle réunit un groupe d'élèves, appelées Oblates de Marie, qu'elle considérait comme un petit ordre religieux, avec règle, noviciat et profession. Découvert, le groupe fut immédiatement dissout par les Supérieures dont l’autorité ne souffrait pas de telles «fondations».

A la fin de ses études, Marie fit une retraite décisive pour sa vocation. Elle comprenait «Qui» l’appellait : Jésus-Christ est le seul aimable ; à la mort, je voudrais n'avoir aimé que Lui... Pour bien vivre dans le monde, je dois abhorrer le péché, fuir les occasions, haïr le monde et ce qui est du monde... Venez et suivez-moi, dit Jésus ; ô Dieu, que ce mot est beau !... Il est à moi si je le veux ! 

Elle rencontra à Ars saint Jean-Marie Vianney (v. 4 août), et lui parla de sa vocation. Décidée, elle refusa plusieurs propositions de mariage.

Marie connaîtra le doute et le scrupule : Vivre dans la pensée d'être mal avec Vous, ô Jésus, c'est mourir mille fois; c'est si dur, mon doux Maître, de ne jamais vous sentir pleinement et d'attendre le Ciel pour jouir de Vous ! Un bon prêtre la rassura en lui expliquant que l’agitation intérieure n’est pas un signe de l’Esprit. Elle se pacifia.

En 1859, mourut sa plus jeune sœur, après sa Première communion ; les deux autres et son frère mourront aussi peu après. La voilà bien seule avec ses parents dans la peine, malades et éprouvés par des problèmes économiques.

En 1864, elle fit la connaissance d'une nouvelle association, la Garde d'honneur du Sacré-Cœur de Jésus, dont le but est de glorifier, aimer et consoler le Sacré-Cœur en s'offrant avec Lui dans une vie de prière, de pénitence et de charité, pour réparer les péchés du monde. Marie reçut bientôt le titre de Première Zélatrice de l'œuvre qu'elle se consacra à propager auprès de nombreuses âmes à travers le monde, y compris des évêques, au moyen d'imprimés, d'images et de médailles.

En 1865, lors de la béatification de Marguerite-Marie Alacoque (v. 16 octobre), elle fit une retraite à Paray-le-Monial puis rencontra un prédicateur jésuite, Jean Calage, qui eut l’heureuse inspiration de l’encourager en ces termes : Vous êtes appelée, c'est certain ; mais le moment n'est pas venu encore ; votre entrée en religion actuellement renverserait les plans de Dieu. Il a des desseins particuliers sur votre âme... A vous de vous préparer par le détachement de vous-même. Marie s’offrit totalement au Christ, le premier vendredi de mai 1867.

Marie priait et cherchait à comprendre comment «réparer». Le premier samedi de septembre 1867, Jésus lui adressa la parole : Je ne suis pas connu, je ne suis pas aimé... Je veux me faire des âmes qui me comprennent... Je suis un torrent qui veut déborder et dont on ne peut plus retenir les eaux !... Je veux me faire des coupes pour les remplir des eaux de mon amour... J'ai soif de cœurs qui m'apprécient et qui me fassent remplir le but pour lequel je suis là ! Je suis outragé, je suis profané. Avant que les temps finissent, je veux être dédommagé de tous les outrages que j'ai reçus... Je veux répandre toutes les grâces qui ont été refusées...! 

Marie était profondément attristée par le refus que le monde opposait à Jésus. Le monde ne veut plus de Lui. Aujourd'hui, les uns rougissent de Lui, les autres Le haïssent et Le méprisent ; ils essayent de Le chasser des cœurs et de la société. A ces hontes, à ces haines, à ces mépris, à ces impiétés sataniques, répondons haut et ferme : Il faut qu'Il règne !

Le 8 décembre 1867, Marie prononça, avec la permission du Père Calage, le vœu de virginité.

En septembre 1868, devant la statue de la Vierge de la Salette, elle reçut cette inspiration: La Sainte Vierge veut des victimes qui s'interposent, en union avec son Cœur transpercé et avec Jésus immolé, entre les crimes des hommes et la Justice de Dieu...

Le mois suivant, elle fait cette belle prière : Ô Jésus, recevez-moi des mains de la Très Sainte Vierge et offrez-moi avec Vous, immolez-moi avec Vous... Je m'offre à cette immolation autant que votre bon plaisir le voudra et que ma faiblesse le permettra... Je regarderai toutes les croix, toutes les souffrances que votre Providence me destine et m'enverra comme autant de gages qui m'assureront que vous avez accepté mon humble offrande

Au début de l'année 1869, Marie mit par écrit un aperçu complet de l'œuvre future : 

Comme Marie sur le Calvaire, unie au Prêtre Éternel, a offert son divin Fils et a renouvelé cette offrande par les mains de saint Jean, les Filles du Cœur de Jésus, unies à tous les prêtres du monde, offriront Jésus-Hostie immolé d'autel en autel. Elles offriront spécialement le Sang et l'Eau sortis de la divine blessure du Sacré-Cœur. Elles seront les adoratrices de l'Eucharistie exposée solennellement dans les églises de leurs monastères et s'appliqueront à L'entourer des plus profonds témoignages de respect et d'amour; ce sera leur vie, leur raison d'être...

Des épreuves humiliantes survinrent en même temps qu'une abondance de grâces. Le Père Calage en profita pour enraciner Marie dans l'humilité.

Marie priait pour les prêtres, ceux qui doivent offrir la Victime, qui doivent célébrer avec dignité. Elle s’unissait aux prêtres, aux Sacrifices qu’ils offraient.

Les conditions politiques françaises ne permettaient pas à Marie de fonder quelque chose en France. C’est en Belgique qu’elle fonda la Société des Filles du Cœur de Jésus. Prenant le nom de Mère Marie de Jésus, elle reçut le voile et un habit blanc sur lequel étaient brodés deux cœurs rouges entourés d'épines.

Le nouvel Institut était destiné à faire réparation pour les péchés commis contre le Cœur de Jésus, Lui offrir une incessante action de grâces pour tous les bienfaits qu'Il ne cesse de répandre sur le monde, offrir à la Très Sainte Trinité le Sang précieux de Jésus-Christ pour obtenir l'avènement de Son règne dans le monde. Le moyen privilégié pour réaliser cet idéal sera une vie cloîtrée, centrée sur l'office divin et l'adoration du Très Saint Sacrement. Les Religieuses du nouvel institut réciteront chaque jour les sept dernières paroles de Jésus en Croix, paroles de Rédemption et source de sainteté pour les âmes. Afin de compenser le manque d'action de grâces envers les bienfaits divins, elle réciteront le Magnificat plusieurs fois par jour.

Mère Marie de Jésus insistait moins sur les pénitences corporelles que sur la mortification intérieure et sur le renoncement par l'obéissance. Sa préférence allait aux mortifications qui se présentent d'elles-mêmes ; ne rien dire, offrir en silence en acceptant intérieurement la mortification, est beaucoup plus méritoire.

Les constitutions furent approuvées en 1876 et, le 22 août 1878, la Fondatrice et les quatre premières Religieuses prononçaient leurs vœux perpétuels. 

En juin 1879, une fondation s'établit à La Servianne, propriété héritée de ses parents, près de Marseille. C’était la première en France. 

La vie de Mère Marie de Jésus se partagea désormais entre le gouvernement de ses monastères et une volumineuse correspondance. Sa sollicitude maternelle veillait à tous les détails de la vie de ses Filles. Si l'une d'elles tombait malade, elle passait à son chevet des nuits entières, la soignant de ses mains, lui suggérant de saintes pensées. 

Voici une sage comparaison qu’elle rédigea dans une lettre : Tenez, nous ressemblons à un homme qui, au milieu d'un grand incendie qui brûle sa maison, et qui va étouffer sa mère, son père, ses enfants, au lieu de se hâter d'aider à l'éteindre, gémirait en un coin d'avoir sali ses habits en portant des seaux d'eau, et s'occuperait à enlever, avec des lamentations, chaque grain de cendre égaré sur ses vêtements. Eh bien ! Voilà ce que nous faisons quand, au milieu de ce malheureux monde qui cherche à incendier l'Église et qui insulte Jésus-Christ Notre-Seigneur, nous passons notre temps à nous lamenter sur nos maux intérieurs, nos épreuves personnelles, etc. Nous nous rétrécissons sur nous-mêmes, quand nous pourrions nous élargir en embrassant Dieu, et devenir des saintes en servant sa cause par nos renoncements et nos sacrifices. Un bon coup d'aile, et, avec la grâce, élevons-nous, quittons la terre, quittons-nous nous-mêmes surtout, et ne voyons plus que Jésus seul !

En novembre 1883, Mère Marie de Jésus engagea un aide-jardinier, Louis Chave, vingt-et-un ans, pour le tirer de la misère. Mais bientôt, il se montra paresseux, impoli, exigeant, et de plus il nouait des relations avec les anarchistes. Le 27 février 1884, mercredi des Cendres, il se mit en embuscade dans le parc de La Servianne, là où allaient passer les Religieuses au cours de leur récréation. Il se montra et, tandis que la Supérieure lui adressait une parole aimable, il lui saisit la tête et tira deux fois à bout portant avec un revolver. Blessée à la carotide, Mère Marie de Jésus s'effondra en murmurant : Je lui pardonne... pour l'œuvre ! 

Elle mourut peu après, ce même 27 février.

Son corps fut retrouvé intact et souple en 1989.

La Congrégation des Filles du Cœur de Jésus compte aujourd'hui des monastères en France, en Belgique, en Suisse, en Autriche, en Italie, et une fondation en Croatie. 

Après la mort de la fondatrice, le rayonnement de sa communauté a conduit à l'établissement de l'Association des Âmes Victimes, qui a compté des milliers d'adhérents, dont les saints Pie X et Maksymilian Kolbe, les bienheureux Charles de Foucauld, Columba Marmion, Edward Poppe, et Joseph-Marie Cassant (Les saints Maksimilian Kolbe et Pie X sont fêtés les 14 et 20 août ; les bienheureux Columba Marmion, Edward Poppe, Joseph-Marie Cassant et Charles de Foucault, sont commémorés respectivement les 30 janvier, 10 juin, 17 juin et 1er décembre.) 

Marie Deluil-Martiny a été béatifiée en 1989.

 

Il faut qu'Il règne !... Car, à Lui appartient l'empire dans les siècles des siècles; et toutes les nations Lui ont été données en héritage. Il faut qu'Il règne !... notre Jésus, notre Frère, notre Sauveur, notre Ami, notre Époux ! Il faut qu'Il règne en nous-mêmes pleinement, sans ombre de réserve ou de partage ; il faut qu'Il règne sur le monde et sur les cœurs; et pour l'obtenir, nous prierons, nous offrirons, nous nous sacrifierons, nous mourrons tous les jours !...

 

 

Maria Josefa Karolina Brader

1860-1943

 

Née le 14 août (on trouve aussi le 15) 1860 à Kaltbrunn (Sankt Gallen, Suisse) de Josef Sebastian Brader et Maria Anna Karolina Zahner, l'unique enfant de ce couple très chrétien reçut au baptême les noms de Maria Josefa Karolina.

Elle fut très jeune orpheline de son père. Très intelligente, toujours la première en classe, elle fréquenta l’école de Maria Hilf à Altstätten, puis les Bénédictines de Sarnen et l’internat des Visitandines de Fribourg. 

Elle voulut devenir religieuse et entra chez les Sœurs franciscaines de Maria Hilf (Alstatten) en 1880, avec le nom de Maria Charitas de l'Amour du Saint-Esprit, et fit les vœux en 1882.

On la destinait d'abord à l'enseignement, mais dès qu'il fut possible à ces Sœurs cloîtrées d'étendre leur activité dans les pays de mission, elle s'offrit pour partir à Chone (Equateur) avec cinq autres Compagnes, guidées par Maria Bernarda Bütler (v. 19 mai).

Elle y resta cinq ans, enseignant le catéchisme. Puis à cause de la révolution de 1893 elle fut transférée à Túquerres (Colombie), plus calme à cette époque, mais où les conditions de vie pratiques étaient encore plus difficiles : tempêtes de l’océan, dangers de la forêt, froid de la Cordillère des Andes. Elle se dépensa sans compter pour communiquer sa foi aux autochtones, aux gens pauvres.

En vue de développer cette activité missionnaire, elle fonda à Pasto les Sœurs Franciscaines de Marie Immaculée (1893). Les premières Sœurs, originaires de Suisse, furent bientôt rejointes par d'autres vocations de Colombie. 

Durant les agitations de 1900-1901, elle transforma les écoles de sa congrégation en hôpitaux, puis ouvrit des maisons de formation pour les enfants et les adolescents.

L’activité de Maria Charitas fut tellement appréciée en Colombie, qu’on la nomme souvent par son nom en espagnol : María Caridad.

Maria Charitas fut supérieure de 1893 à 1919, puis de nouveau de 1928 à 1940, et manifesta sa ferme volonté de ne pas recevoir d’autre mandat.

En 1933, elle reçut l’approbation pontificale de sa Congrégation.

Maria Charitas voulait que ses Filles fussent instruites pour être d’autant plus efficaces. Elles les exhortait à voir la volonté de Dieu en toutes choses et à faire sa volonté avec joie. D’où sa devise : Il le veut. Elle tenait à appuyer l’action sur la contemplation et obtint en 1928 d’instaurer l’adoration perpétuelle dans ses maisons, diffusant partout la dévotion eucharistique.

La congrégation se développa vite, dans toute l'Amérique (Etats-Unis, Mexique, Colombie, Equateur), en Afrique (Mali) et en Roumanie.

Maria Charitas de l’Amour du Saint Esprit s’éteignit à Pasto (Nariño, Colombie) le 27 février 1943. Elle a été béatifiée en 2003.

Le miracle retenu pour cette béatification a été la guérison totale d’une petite fille qui, après une encéphalite aiguë, avait perdu totalement l’usage de la parole et des jambes. Après une fervente neuvaine de sa maman, la petite fille se mit spontanément à appeler sa maman et à marcher.

Partager cet article
Repost0
26 février 2024 1 26 /02 /février /2024 19:53

15 FEVRIER

 

I.

S Onésime, esclave de Philémon, cf. Phil. ; évêque à Ephèse ? martyr ? 

II.

Ss Faustinus et Iovita, deux frères, prêtre et diacre, torturés à Brescia, Milan et Rome, martyrisés à Brescia.

III.

S Craton, philosophe romain baptisé par s.Valentin, martyr ?

Ste Agape, vierge à Terni dont elle est patronne, martyre avec les ss.Saturnin, Castule, Magne et Lucius.

IV.

Ss Isicus (prêtre), Iosippus (diacre), Romanus, Zosimus, Baralus et la vierge Agapes, martyrs en Antioche de Syrie.

S Faustin, évêque à Brescia.

V.

S Eusèbe, anachorète près de Aschia, mort plus que nonagénaire.

Ste Georgia, vierge à Clermont ; des colombes accompagnèrent son cercueil puis s’envolèrent vers le ciel.

VI.

S Severus, prêtre dans les Abruzzes ; il ressuscita un mort par ses larmes ; ce lui valut la Récompense éternelle.

S Quinidius, évêque à Vaison, dont il est patron secondaire.

S Bérach, abbé à Cluain-Coirpthe, à Kilbarrach.

?

S Joseph, diacre à Antioche.

VII.

S Fauste, bénédictin, compagnon de s. Maur dans la fondation de Glanfeuil.

S Decorosus, évêque à Capoue.

VIII.

S Walfredo, père de cinq enfants à Pise, fondateur d’un monastère (Palazzuolo in Acquaviva), dont furent abbés lui-même puis un de ses fils.

X.

S Colomban, irlandais, reclus à Gand.

XI.

S Sigfrid, prêtre anglais, apôtre et patron de la Suède, évêque à Wexiow ; il intercéda en faveur des meurtriers de ses trois neveux, ce qui les aida à se convertir.

Ss Henri et Alfard (Halward ?), martyrs l’un en Suède, l’autre en Norvège.

XIV.

B Angelo de’ Scarpetti, augustin à Borgo Sansepolcro.

S Eusée, ermite en Piémont, cordonnier, patron des savetiers.

S Guillaume de Cardaillac, évêque à Saint-Papoul.

XVII.

Bx Bedrich Bachstein, Juan Martinez, Simon, Bartolomeo Dalmasoni (prêtres) ; Girolamo Degli Arese, Gaspare Daverio Jakob (clercs) ; Christoffel Zelt, Didak Jan, Giovanni Bodeo (Rode), Emmanuel (frères convers) ; Klemens, Jan, Antonin (novices) ; tous Frères Mineurs Conventuels de diverses nationalités, à Prague, massacrés le Mardi gras ; béatifiés en 2012.

S Claude de la Colombière, jésuite, confesseur de ste Marguerite-Marie Alacoque à Paray-le-Monial, et aussi chapelain de la duchesse d'York, canonisé en 1992.

XX.

Bx Martyrs espagnols près de Barcelone en 1937 :
        - béatifié en 2013 :
Bénédictins : Pere Vallmitjana Abarca (*1875), prêtre à Montserrat ;
        - béatifiés en 2018 :
S.Pierre-aux-Liens : le profès Ricardo Guerra Villazan (Albino), les deux novices Acacio Calleja Santamaría (Acacio María) et Ángel de la Iglesia Ociña (*1913, 1915, 1916) ;
Laïcs : Camila Díez Blanco et son frère Gregorio Díez Blanco, et Eliseo Moradillo García (*1889, 1899, 1906) ; Camila et Gregorio avaient courageusemenet hébergé Eliseo et les trois Religieux précédents et furent martyrisés avec eux.

B Michał Sopocko (1888-1975), prêtre polonais, directeur spirituel de ste Faustina Kowalska, fondateur de deux instituts (les Sœurs de Jésus miséricordieux et un Institut séculier de la Divine Miséricorde), béatifié en 2008.

B Juan Alonso Fernández (1933-1981), prêtre espagnol des Missionnaires du Sacré-Cœur, martyrisé au Guatémala, béatifié en 2021.

 

 

 

Onésime

1er siècle

 

D’après la lettre de saint Paul à Philémon, Onésime, originaire de Phrygie, était le domestique de Philémon, un riche habitant de Colosses et fervent chrétien (v. 22 novembre).

Onésime s’était rendu coupable de quelque larcin envers son maître et avait pris la fuite pour échapper au châtiment mérité. Mais quel châtiment aurait réservé ce maître chrétien envers son domestique ? Quelques coups de fouet ? une remontrance sonore ? quelque menace… «la prochaine fois…» ? 

Toujours est-il qu’Onésime, plus débrouillard qu’on ne le pense, arrive à Rome, et rencontre providentiellement ce Paul qui avait évangélisé Colosses quelques années plus tôt, et avait même été reçu par Philémon.

Paul donna de salutaires conseils à Onésime, qui reconnut ses torts et se convertit sincèrement. C’est bien là le plus grand mérite de cet humble esclave. Onésime, sur l’intercession de Paul, put revenir à Colosses, où Philémon le reçut en frère et non plus en esclave fugitif.

La suite des événements est moins certaine.

Il semble qu’Onésime, ait été établi par saint Paul rien moins qu’évêque à Bérée en Macédoine, ou à Ephèse après Timothée et Ignace. Cette dernière hypothèse semble un peu difficile.

Onésime serait mort martyr à Pouzzoles en Italie, après avoir souffert à Rome, mais on n’explique pas comment et pourquoi il serait arrivé là.

Avec les Grecs, saint Onésime est commémoré le 15 février dans le Martyrologe.

 

 

Faustinus et Iovita de Brescia

† 120

 

Faustinus était prêtre ; son frère, Iovita, était diacre ; tous deux étaient de Brescia, où ils annoncèrent l’Evangile.

Constatant l’influence qu’ils avaient sur le peuple, on les dénonça à l’empereur Adrien. Celui arrivait d’Orient et fut bientôt à Brescia, où il voulut lui-même interroger les deux frères.

Les tortures qu’il leur fit infliger commencèrent à Brescia, se poursuivirent à Milan et jusqu’à Rome. Elles consistèrent en l’exposition répétée des Martyrs aux bêtes féroces, qui ne leur firent rien, puis dans le supplice maintes fois répété du chevalet ; on leur arracha la peau, on leur fit avaler du plomb fondu, on les plongea dans l’eau bouillante, on leur arracha les yeux ; à chaque épisode, dit le texte d’origine, Dieu intervenait.

Ordre fut finalement donné de reconduire à Brescia Faustinus et Iovita et de les y décapiter.

Ce pouvait être vers 120, le 15 février.

Saints Faustinus et Iovita sont commémorés le 15 février dans le Martyrologe Romain.

 

 

Martyrs d’Antioche de Syrie

† 4e siècle

 

Un groupe de Chrétiens subit la persécution à Antioche de Syrie (auj. Antakya, Hatay, Turquie S).

Ce groupe comprenait : 

  • le prêtre Isicus
  • le diacre Iosippus
  • Romanus
  • Zosimus
  • Baralus
  • la vierge Agapes

On peut supposer qu’il s’agisse de la persécution de Dioclétien (304).

Ces six Martyrs d’Antioche de Syrie sont commémorés le 15 février dans le Martyrologe Romain.

 

 

Agapes d’Antioche de Syrie

† 304

 

Se reporter ci-dessus à la petite notice Antioche de Syrie (Martyrs d’ - 304)

 

 

Baralus d’Antioche de Syrie

† 304

 

Se reporter ci-dessus à la petite notice Antioche de Syrie (Martyrs d’ - 304)

 

 

Iosippus d’Antioche de Syrie

† 304

 

Se reporter ci-dessus à la petite notice Antioche de Syrie (Martyrs d’ - 304)

 

 

Isicus d’Antioche de Syrie

† 304

 

Se reporter ci-dessus à la petite notice Antioche de Syrie (Martyrs d’ - 304)

 

 

Romanus d’Antioche de Syrie

† 304

 

Se reporter ci-dessus à la petite notice Antioche de Syrie (Martyrs d’ - 304)

 

 

Zosimus d’Antioche de Syrie

† 304

 

Se reporter ci-dessus à la petite notice Antioche de Syrie (Martyrs d’ - 304)

Georgia de Clermont

† 6e siècle

 

D’après s.Grégoire de Tours (v.17 novembre), qui en fut à peu près contemporain, Georgia vivait à Clermont vers la fin du cinquième et le début du sixième siècles.

C’était une pieuse jeune fille, plus attirée par la méditation et le silence que par le monde extérieur ; elle se retira dans les environs de Clermont, pratiquant le jeûne et la prière.

Elle dut mourir dans les premières années du sixième siècle.

Au moment de ses funérailles, des colombes accompagnèrent le cercueil et ne le quittèrent qu’après l’ensevelissement. On interpréta ce signe comme la présence des anges, auxquels avait si bien ressemblé Georgia, par sa pureté et sa prière.

Sainte Georgia est commémorée le 15 février dans le Martyrologe Romain.

 

 

Severus d’Antrodoco

† 530

 

Severus était un prêtre dans la vallée d’Antrodoco (Rieti, Latium, Italie C), et s’occupait d’une église dédiée à Notre-Dame.

L’événement qui va être raconté, nous vient du saint pape Grégoire le Grand (v. 12 mars).

Severus était en train de tailler sa vigne, quand on lui annonça qu’un malade était mourant. Il prit le temps d’achever sa besogne et se mit en chemin, lorsqu’on vint lui dire que le malade était mort. Il en fut tout contrarié et se reprocha son retard. Il alla cependant auprès du mort et pria intensément avec beaucoup de larmes, jusqu’à ce que le défunt revînt à la vie. Il raconta que les démons l’emmenaient déjà en enfer, mais qu’un ange de lumière était arrivé, avait arrêté le funeste cortège, parce que le prêtre Severus était en prière et que le Seigneur lui avait accordé la vie de cette âme. Severus alors s’entretint avec le ressuscité, l’exhorta au repentir et, huit jours après, le pécheur repenti mourut réellement et alla, cette fois-ci, directement, au Paradis.

Il mourut vers 530.

Saint Severus est commémoré le 15 février au Martyrologe Romain.

 

 

Quinidius de Vaison

† 579

 

Quinidius vint au monde à Vaison-la-Romaine (act. Vaucluse).

Ses parents eurent la bonne inspiration de le confier à des ecclésiastiques, qui l’orientèrent dans les voies du Seigneur. Quinidius était modeste, doux, chaste.

Il se fit d’abord ermite près de Toulon, puis à l’abbaye de Lérins.

Il est dit que l’évêque de Vaison en fit son archidiacre et se fit représenter par lui au concile d’Arles de 552.

Quinidius devint alors le coadjuteur de l’évêque Theodosius (v. 14 février) et lui succéda en 556, comme quinzième évêque de Vaison, toujours plus humble et plus doux.

Il participa à deux conciles de Paris en 557 et 573. Celui de 557 faisait suite à une disposition du roi Childeric Ier contre le culte des idoles et à l’élection de s.Germain au siège de Paris (v. 28 mai) ; celui de 573 en revanche eut lieu après l’élection de Grégoire de Tours (v. 17 novembre).

Lorsque le comte d’Auxerre, Mommol, qui avait repoussé les Lombards, passa à Vaison et célébrait sa victoire, Quinidius ne voulut pas ajouter à l’orgueil de Mommol et évita de venir le saluer. Mommol en fut terriblement vexé et accabla d’injures l’évêque. Quinidius ne répondit rien, mais Mommol fut pris d’un mal violent en sortant de Vaison, et Quinidius pria pour sa guérison : Mommol alors se repentit de sa gloriole et offrit de riches présents à l’évêque.

Quinidius mourut vers 579.

Saint Quinidius est commémoré le 15 février au Martyrologe Romain, lendemain de la commémoraison de son prédécesseur Theodosius.

Le diocèse de Vaison a été rattaché à celui d’Avignon ; il demeure le siège d’un évêché titulaire, dont le titre peut s’attribuer à un évêque démissionnaire.

 

 

Decorosus de Capoue

† 693

 

Decorosus naquit à Capoue et en fut le vingt-quatrième évêque, depuis au moins 680.

Un événement miraculeux le rendit célèbre : il conseilla à une mère, dont l’enfant était très malade, de le conduire au sépulcre de s.Rufus (v. 27 août), où il guérit.

On voit sa signature au bas des actes du concile de Rome convoqué par le pape s.Agathon (v. 10 janvier) : en mars 680, ce concile condamna le monothélisme.

Decorosus mourut en 693.

Saint Decorosus est commémoré le 15 février au Martyrologe Romain.

 

 

Walfredo della Gherardesca de Pise

† 765

 

Walfridus, devenu Walfredo ou Wilfrido en italien, est peut-être le lointain fondateur de la lignée des Gherardesca, noble famille de Pise (Toscane, Italie). On le croit effectivement lombard, neveu du roi Astolfo, petit-fils du duc Pemmone, et fils de Ratchauso, qui fut gastaldo (administrateur) de Pise.

De son mariage avec Tesia, Walfredo eut cinq enfants.

Ceux-ci devenus grands, il décida en 754, de concert avec son épouse, de devenir ermite. Avec deux compagnons, Forte et Gundoaldo, qui venaient l’un de Corse, l’autre de Lucques, ils construisirent à Palazzuolo in Acquaviva un petit monastère dédié à saint Pierre (v. 29 juin). Pour apprendre la Règle de saint Benoît (v. 11 juillet), ils firent venir un moine de Volturno.

Puis ils construisirent aussi un monastère… pour leurs épouses et celles de leurs filles qui voulaient suivre la même orientation, peut-être celui de Saint-Sauveur à Versilia (act. Pietrasanta).

Walfredo fut élu premier abbé du monastère.

Un des fils de Walfredo, Ginfrido, avait suivi son père et avait été ordonné prêtre ; pris par la tentation, il quitta le monastère, non sans avoir entendu son père lui prédire une «punition» ; de fait, il fut bientôt amputé d’une phalange à la main ; repenti, il demanda sa réadmission et fut un modèle de piété, au point qu’il succéda à son père.

Le pieux Fondateur mourut vers 765 ; les miracles avenus sur son tombeau engendrèrent un culte séculaire, qui fut reconnu en 1861.

Saint Walfredo est commémoré le 15 février au Martyrologe Romain.

 

 

Sigfrid de Wexiow

† 1002

 

Au 10e siècle, le roi suédois s.Olaf (v. 29 juillet) demanda au roi anglais Edred de lui envoyer des missionnaires pour reprendre l’évangélisation inaugurée par s.Oscar (v. 3 février) deux siècles plus tôt. C’est ainsi que Sigfrid, un prêtre d’York, s’embarqua courageusement pour cette difficile mission.

On ne connaît pas les antécédents de Sigfrid. On pourrait supposer que, juste avant de partir, il reçut la consécration épiscopale des mains de l’évêque d’York, Wulfstan. 

Sigfrid ne partait pas seul. Il avait avec lui trois neveux : Unaman, Sunaman et Wiaman.

Visiblement Dieu était avec eux. A peine eut-on abordé sur les côtes de Gothland en juin 950, que Sigfrid planta une croix et construisit une église : il célébrait la divine Liturgie avec de beaux ornements qu’il avait apportés avec lui et prêchait à la population, aidé en cela par des interprètes. Parmi les conversions, il se choisit douze disciples, comme fit le Christ.

L’un d’eux vint à mourir : il l’enterra chrétiennement, posant une croix sur sa tombe.

Les conversions furent si nombreuses et solides, que bientôt la croix fut érigée triomphalement dans les douze tribus qui composaient le territoire de Gothland. La fontaine où Sigfrid baptisait les catéchumènes et qui prit le nom de Wexiow fut longtemps marquée par un monument sur lequel on avait gravé le nom des douze premiers convertis.

Ce qui frappait les foules, c’était d’abord les belles cérémonies liturgiques, mais ensuite l’enseignement des grands mystères chrétiens, et surtout la mortification, le désintéressement, le zèle des missionnaires.

Sigfrid établit deux évêques pour les régions orientale et occidentale du Gothland, respectivement à Lingkoping et Scara, tandis qu’il continuait d’administrer son diocèse de Wexiow, aidé par ses trois neveux, Unaman, Sunaman et Wiaman, qu’il ordonna prêtre, diacre et sous-diacre.

Voulant ensuite porter la Bonne Nouvelle plus au nord, il confia le diocèse aux trois frères. Le roi Olaf reçut Sigfrid avec profond respect et grande joie ; il reçut le baptême avec sa cour et son armée. Sigfrid fonda des églises, consacra deux évêques pour Upsala et Strengues. Celui d’Upsala devint par la suite (1160) métropolitain pour tout le royaume.

Pendant ce temps, cependant, les trois neveux laissés à Wexiow furent victimes d’une incursion de bandits qui les massacrèrent. Sigfrid, l’apprenant, se hâta de rejoindre son diocèse ; les brigands avaient décapité les trois martyrs, caché les corps au fond d’une forêt et jeté les têtes avec de grosses pierres au fond d’un lac. Mais Dieu permit à Sigfrid de les retrouver miraculeusement. 

Le roi Olaf fit rechercher les auteurs de ces martyres ; on les retrouva ; il aurait voulu les faire exécuter, mais Sigfrid intercéda pour eux ; Olaf les condamna à une très forte amende au profit de Sigfrid, mais ce dernier, malgré son extrême pauvreté, refusa énergiquement. Cette attitude miséricordieuse amena les coupables à la conversion.

Sigfrid mourut vers 1002 et fut inhumé dans la cathédrale de Wexiow. Le pape anglais Adrien IV le canonisa en 1158. 

Les Suédois honorèrent Sigfrid, leur apôtre, d’un culte tout particulier, jusqu’au moment de la Réforme. Le dernier évêque catholique de ce siège mourut en 1530.

Wexiow est l’actuelle ville verte de Växjö.

Saint Sigfrid est maintenant commémoré le 15 février au Martyrologe Romain.

 

 

Angelo de’ Scarpetti

1306

 

Cet ange naquit avant 1240 à Borgo Sansepolcro (Toscane, Italie C), dans la noble famille des Scarpetti.

En 1254, il entra au couvent des Ermites de Giovanni Bono (v. 23 octobre), qui furent absorbés par les Ermites de Saint-Augustin en 1256.

Angelo fut remarquable surtout par son humilité, sa patience, sa pureté de cœur.

Il se pourrait qu’Angelo participât à l’expansion de l’Ordre en Angleterre.

On raconte de lui ce prodigieux miracle concernant un innocent condamné à mort : n’ayant pu obtenir sa grâce au moment de la condamnation, il fondit en prières ; le condamné, une fois exécuté, se réveilla et raconta comment Angelo l’avait soutenu dans ses bras.

Il y eut d’autres miracles encore durant la vie d’Angelo. Par exemple quand un homme le gifla et en devint paralysé sur place, jusqu’à ce qu’il demandât pardon.

Angelo mourut à Borgo Sansepolcro vers le 15 février 1306, le jour retenu par le Martyrologe pour son dies natalis.

En 1583, son corps fut retrouvé intact.

Son culte fut confirmé en 1921.

Bartolomeo Dalmasoni

?-1611

 

Se reporter ci-dessous à la notice : Bedřich Bachstein et Compagnons

 

 

Christoffel Zelt

1541-1611

 

Se reporter ci-dessous à la notice : Bedřich Bachstein et Compagnons

 

 

Bedřich Bachstein

1561-1611

et ses treize Compagnons

 

Dans le cadre des âpres «luttes inter-confessionnelles» qui ensanglantèrent la Tchécoslovaquie, des factions se jetaient sur les monastères, qui étaient pillés ; il y eut à Prague plusieurs pillages de cette sorte, contre les Jésuites et les Dominicains en particulier.

Les Frères Mineurs Conventuels, résidants à Prague subirent aussi cet assaut le 15 février 1611, jour du Mardi gras, en l’église de Notre-Dame des Neiges.

Les insurgés forcèrent la porte du monastère et pénétrèrent dans l’église, où s’étaient réfugiés une partie des Religieux. Trois furent tués sur place ; d’autres dans le monastère, d’autres enfin qui s’étaient réfugiés dans le grenier.

Les corps des quatorze Martyrs restèrent là sans sépulture jusqu’au samedi, jour où on put les ensevelir à l’intérieur du cloître.

Certains coupables furent retrouvés et exécutés en mai 1611.

Voici ce qu’on peut connaître de ces Martyrs :  

  • Bedřich Bachstein (*1561 environ), né à Pená, Jindřichův Hradec (République de Tchécoslovaquie), prêtre ; vicaire (le Gardien, ou Supérieur, était absent ce jour-là) ; 
  • Juan Martínez (*1571 environ), né en Espagne, prêtre ; sacristain ; comme il tentait de sauver le ciboire, il eut la main tranchée, fut poignardé dans le dos, et les saintes hosties piétinées.
  • Simon (*1581 environ), né en France, prêtre ; 
  • Bartolomeo Dalmasoni, né à Ponte San Pietro (Bergame, Italie), prêtre ; 
  • Girolamo Degli Arese (*1597 environ), né à Milan, clerc ; 
  • Gaspare Daverio (*27 avril 1584), né à Bosto (Varese, Italie), clerc ; 
  • Jakob (*1590 environ) né à Augsburg (Bavière, Allemagne), clerc ; 
  • Klemens (*1590 environ) né en Allemagne, novice ; il eut le crâne ouvert d’un coup de hache.
  • Christoffel Zelt (*1541 environ), né aux Pays-Bas, frère ; c’était le plus âgé ; 
  • Didak Jan (*1571-1581 environ), né en Allemagne, frère ; 
  • Giovanni Bodeo (Rode) (*1581 environ), né à Mompiano (Brescia, Italie), frère ; jardinier ; 
  • Emmanuel (*1581 environ), né en République de Tchécoslovaquie, frère ; cuisinier ; 
  • Jan (*1603 environ), né en République de Tchécoslovaquie, novice ;
  • Antonín (*1601-1603 environ), né en République de Tchécoslovaquie, novice ; aide cuisinier.

 

Tous ces Religieux, venus de pays différents, formaient une famille spirituelle unie qui resta soudée jusqu’à la mort. On remarquera le jeune âge de la plupart, particulièrement de Jan et Antonín.

Leur procès de béatification, plusieurs fois retardé, a pu être porté à conclusion tout récemment.

Les quatorze Martyrs tchèques ont été béatifiés ensemble en 2012. Leur dies natalis est au 15 février.

 

 

Didak Jan

1571-1611

 

Se reporter ci-dessus à la notice : Bedřich Bachstein et Compagnons

 

 

Juan Martínez

1571-1611

 

Se reporter ci-dessus à la notice : Bedřich Bachstein et Compagnons

 

 

Emmanuel

1581-1611

 

Se reporter ci-dessus à la notice : Bedřich Bachstein et Compagnons

 

 

Giovanni Bodeo

1581-1611

 

Se reporter ci-dessus à la notice : Bedřich Bachstein et Compagnons

 

 

Simon

1581-1611

 

Se reporter ci-dessus à la notice : Bedřich Bachstein et Compagnons

 

 

Gaspare Daverio

1584-1611

 

Se reporter ci-dessus à la notice : Bedřich Bachstein et Compagnons

 

 

Klemens

1590-1611

 

Se reporter ci-dessus à la notice : Bedřich Bachstein et Compagnons

 

 

Jakob

1590-1611

 

Se reporter ci-dessus à la notice : Bedřich Bachstein et Compagnons

 

 

Girolamo Degli Arese

1597-1611

 

Se reporter ci-dessus à la notice : Bedřich Bachstein et Compagnons

 

 

Antonin

1601-1611

 

Se reporter ci-dessus à la notice : Bedřich Bachstein et Compagnons

 

 

Jan

1603-1611

 

Se reporter ci-dessus à la notice : Bedřich Bachstein et Compagnons

Claude de la Colombière

1641-1682

 

Claude de la Colombière, troisième enfant du notaire Bertrand de la Colombière et Marguerite Coindat, naquit le 2 février 1641 à Saint Symphorien d'Ozon dans le Dauphiné. Il semble bien que le nom de famille portât la particule, que Claude lui-même omit par discrétion, et que les auteurs modernes ont volontiers supprimée.

Des cinq enfants qui survécurent, trois des quatre garçons devinrent prêtres, et l’unique fille, visitandine.

La famille s'étant déplacée à Vienne (France), Claude y fit ses premières études, qu'il compléta ensuite à Lyon chez les Jésuites jusqu'aux classes de rhétorique et de philosophie. C'est alors qu'il se sentit à son tour appelé à la vie religieuse dans la Compagnie de Jésus. La vie de Claude était portée vers l'art et la littérature et attirée par tout ce qu'il y avait de plus digne dans la vie de société. Mais il n'était pas homme à se laisser guider par le sentiment.

A 17 ans, il entra au Noviciat de la Compagnie de Jésus, en Avignon. C'est là qu'en 1660 il passa du Noviciat au Collège pour terminer ses études de philosophie. Il y émit aussi ses premiers vœux de religion. A la fin des cours, il fut nommé professeur de Grammaire et de Littérature, tâche qu'il assumera pendant cinq ans dans ce Collège. Il y fut très bien «noté» :
Claude La Colombière a de très grands dons, un rare bon sens, une prudence remarquable, une expérience déjà assez développée ; il a pris un bon départ pour les études. Son tempérament est plein de douceur. Ses forces physiques sont délicates. Il est fait pour assumer toute tâche (Ad omnia factus).

En 1666 il fut envoyé à Paris pour étudier la Théologie au Collège de Clermont ; il reçut à la même époque une charge de haute responsabilité : précepteur des fils de Colbert, le ministre des Finances de Louis XIV.

Ses études terminées et ordonné prêtre (1666), il retourna à Lyon : il y fut professeur pendant quelque temps, et ensuite se consacra entièrement à la prédication et à la direction de la Congrégation Mariale. Sa prédication se distinguait surtout par sa solidité et sa profondeur ; il ne se perdait pas en idées vagues, mais s'adressait avec à propos à un auditoire concret. Son inspiration évangélique avait le pouvoir de transmettre à tous sérénité et confiance en Dieu. La publication de ses sermons produisit dans les âmes, comme elle continue à le faire, de grands résultats spirituels ; en effet, si l'on considère l'endroit où ils ont été prononcés et la brièveté de son ministère, ils semblent avoir moins vieilli que les textes d'orateurs plus célèbres.

L'année 1674 fut décisive dans la vie de Claude. Il fit son troisième an de probation à la Maison Saint-Joseph de Lyon et le mois traditionnel d'Exercices Spirituels. Puisque cet idéal lui paraissait magnifique, Claude l'adopta comme un programme de sainteté.

Le 2 février 1675 il fit la Profession solennelle et fut nommé Recteur du Collège de Paray-le-Monial. Certains s'étonnèrent qu'un homme si éminent fût envoyé dans un endroit aussi retiré que Paray. On en trouve l'explication dans le fait que les Supérieurs savaient qu'au Monastère de la Visitation, une humble religieuse, Marguerite Marie Alacoque, à laquelle le Seigneur révélait les trésors de son Coeur, vivait dans une angoissante incertitude ; elle attendait que le Seigneur lui-même accomplît sa promesse de lui envoyer son fidèle serviteur et parfait ami, qui l'aurait aidée à réaliser la mission à laquelle il la destinait : manifester au monde les richesses insondables de son amour.

Or Claude avait fait un vœu particulier de fidélité sans réserve aux Règles et Constitutions de la Compagnie de Jésus, comme moyen de parvenir plus sûrement à la sainteté. Recevant le message du Sacré-Cœur par l’intermédiaire de Marguerite Marie Alacoque, il trouva tout ce à quoi il aspirait. Il se remettra au Christ dans un don total et sans retour : Pour réparation de tant d’outrages et de si cruelles ingratitudes, je vous offre mon cœur, je me donne tout entier à vous.

Selon le propre témoignage de Marguerite Marie, cette dévotion au Sacré-Cœur l’a plus élevé en la gloire que tout ce qu’il avait pu faire au reste pendant tout le cours de sa vie. Le père de la Colombière devint ainsi le confident, le conseiller et le confesseur de Marguerite Marie.

Après un an et demi de séjour à Paray, en 1676, il partit pour Londres, nommé prédicateur de la Duchesse d'York. Il s'agissait d'un ministère très délicat, étant donnés les événements religieux qui à l'époque agitaient l'Angleterre. Il occupait l'appartement qui lui avait été réservé au palais de Saint James. En plus des sermons qu'il prononçait, Claude pouvait consacrer du temps à instruire solidement dans la vraie foi plusieurs personnes qui avaient abandonné l'Eglise romaine. Un travail si intense et un climat pernicieux eurent raison de sa santé ; des symptômes d'une grave affection pulmonaire commencèrent à se manifester. Mais Claude continua courageusement son genre de vie.

A la fin de 1678, il fut arrêté à l'improviste sous l'accusation calomnieuse de complot papiste. Après deux jours, on l'enferma dans la sinistre prison de King's Bench, où il resta trois semaines, en proie à de graves privations, jusqu'à ce qu'un décret royal lui signifiât son expulsion de l'Angleterre.

Le martyr John Wall (v. au 22 août), qui le rencontra une nuit quelques mois avant son exécution, affirma qu’il crut avoir affaire à l’apôtre saint Jean revenu sur terre pour rallumer cet amour au feu du Cœur de Jésus.

Toutes ses souffrances rendirent encore plus précaire son état de santé, qui, avec des hauts et des bas, ne fit qu'empirer à son retour en France. Claude considérait ces souffrances comme une des plus grandes miséricordes que Dieu ait exercées envers (lui).

Pendant l'été 1681, il fut renvoyé à Paray. Et le 15 février 1682, premier dimanche du Carême, dans la soirée, pris d'un crachement de sang, il expira.

Claude de la Colombière fut béatifié en 1929 et canonisé en 1992.

 

 

Pere Vallmitjana Abarca

1875-1937

 

Pere (Pierre) était né le 19 mai 1875 à Barcelone.

Il entra dans l’Ordre bénédictin au monastère de Montserrat, dépendant de la congrégation de Subiaco, et fut ordonné prêtre.

Les milices républicaines procédèrent au sac complet du monastère et des monuments religieux des environs, détruisant des objets du patrimoine de grande valeur, comme les archives, les parchemins, ainsi que la plupart des statues et images saintes des sanctuaires ; les cloches furent fondues pour fabriquer des armes ; on put compter jusqu’à quatre-vingt quatre wagons qui partirent de Montserrat, peu avant la libération finale, emportant un matériel évalué alors à plus d’un million de pesetas.

Don Pere fut martyrisé à Cerdanyola (Barcelone) ; il aurait été brûlé vif dans un four de ciment. Ce fut le 15 février 1937.

Il a été béatifié en 2013.

 

 

 

Camila Díez Blanco

1889-1937

 

Elle naquit et fut baptisée le 14 septembre 1889 à Nidáguila (Burgos, Espagne), en la fête de la Sainte Croix, et fut confirmée en 1892. Son frère était Gregorio Díez Blanco.

Comme on l’a vu à propos de Gregorio, à partir de 1930 Camila vint vivre chez ce dernier à la mort de son épouse, pour s’occuper des enfants.

A partir de juillet 1936, quand éclata la guerre civile, Gregorio et Camila accueillirent courageusement chez eux trois Religieux de la congrégation de Saint-Pierre-aux-Liens, ainsi qu’un jeune laïc.

Au bout de sept mois, le 15 février 1937, on vint arrêter Gregorio avec sa sœur Camila, les trois Religieux présents et le jeune laïc Eliseo, pour les conduire d’abord en prison puis au lieu-dit La Rabassada, où ces six victimes furent fusillées et enterrées dans une fosse commune.

Camila reçut ainsi la palme du martyre à Barcelone, le 15 février 1937.

Camila Díez Blanco, béatifiée en 2018, sera commémorée au Martyrologe le 15 février.

 

 

Gregorio Díez Blanco

1899-1937

 

Il naquit et fut baptisé le 24 décembre 1899 à Nidáguila (Burgos, Espagne), en la vigile de Noël, et fut confirmé en 1903.

Pour trouver du travail, il se transféra à Barcelone et fut chauffeur de tramway.

Il se maria avec Paulina Díez Anidobro et ils eurent quatre enfants. Mais Paulina mourut prématurément en 1930, raison pour laquelle la sœur de Gregorio, Camila, vint vivre chez son frère pour s’occuper des enfants.

Alors qu’il hébergeait chez lui trois Religieux et un ami de ceux-ci (v. ce même jour), Gregorio eut l’audace d’aller se présenter à la prison Sant Feliu pour demander la libération des autres Religieux détenus.

La réponse fut que le 15 février 1937 on vint l’arrêter chez lui, avec sa sœur Camila, les trois Religieux présents et le jeune laïc Eliseo, pour les conduire d’abord en prison puis au lieu-dit La Rabassada, où ces six victimes furent fusillées et enterrées dans une fosse commune.

Gregorio reçut ainsi la palme du martyre à Barcelone, le 15 février 1937.

Gregorio Díez Blanco, béatifié en 2018, sera commémoré au Martyrologe le 15 février.

 

 

Eliseo Moradillo García

1906-1937

 

Il naquit le 10 septembre 1906 à Celada del Camino (Burgos, Espagne) et fut baptisé six jours plus tard.

Son père était un camionneur employé des chemins de fer, et changea beaucoup de domicile. Eliseo vint à Barcelone en quête de travail et trouva à se loger chez les Religieux de Saint-Pierre-aux-Liens.

Quand ceux-ci furent expulsés, en juillet 1936, Eliseo leur servit de trait-d’union pour porter des messages des uns aux autres.

Il se trouvait chez M. Gregorio Díez Blanco, lorsque des miliciens vinrent y arrêter ce dernier, sa sœur, les trois Religieux présents, et Eliseo lui-même, qui partagea généreusement leur sort.

Il reçut la palme du martyre au lieu-dit La Rabassada (Barcelone), le 15 février 1937.

Eliseo Moradillo García, béatifié en 2018, sera commémoré au Martyrologe le 15 février.

 

 

Ricardo Guerra Villazan

1913-1937

 

Il naquit le 14 septembre 1913 à Arenillas de Riupisuerga (Burgos, Espagne) ; naître en la fête de l’Exaltation de la Croix était peut-être pour lui un signe prophétique… Il reçut le baptême le 17 septembre suivant.

Il entra dans la congrégation de Saint-Pierre-aux-Liens et prit le nom d’Albino. Le noviciat se termina en 1931 avec la profession.

Envoyé pour ses études à Barcelone, il y fit la philosophie et deux années de théologie ; il se préparait à émettre la Profession solennelle, quand les miliciens vinrent déloger toute la communauté dans la nuit du 19 au 20 juillet 1936.

Ricardo se cacha chez un ami et profita de cette petite liberté pour rendre visite à d’autres Religieux : c’était un réconfort de se retrouver pour prier, pour s’encourager mutuellement. Il se trouvait alors dans la maison de Gregorio Díez Blanco, lorsque les hommes de la Milice vinrent les arrêter et les mirent dans la prison San Elias.

Le 15 février 1937,  les miliciens les emmenèrent aux environs de Barcelone, au lieu-dit La Rabassada, où ils les fusillèrent et les jetèrent dans une fosse commune.

Ricardo avait trente-trois ans quand il reçut ainsi la palme du martyre.

Ricardo Guerra Villazan, béatifié en 2018, sera commémoré au Martyrologe le 15 février.

 

 

Acacio Calleja Santamaría

1915-1937

 

Il naquit le 7 mai 1915 à Yudego (Burgos, Espagne).

En 1933, il entra dans la congrégation de Saint-Pierre-aux-Liens à Marseille et prit le nom d’Acacio María.

Après la première profession, il fut envoyé à Barcelone pour ses études, mais eut à peine le temps d’y faire les années de philosophie.

Dans la nuit du 19 au 20 juillet 1936, la maison fut prise d’assaut par les miliciens, qui expulsèrent les Religieux.

Acacio put s’enfuir avec quelques Confrères et un groupe d’élèves et s’en alla se cacher chez des amis et connaissances, pour finalement aller retrouver la maison de Gregorio Díez Blanco.

Les miliciens vinrent arrêter toute cette petite communauté : après un court passage à la prison San Elia, tous les Religieux furent fusillés au lieu-dit La Rabassada, proche de Barcelone et reçurent ainsi la palme du martyre le 15 février 1937.

Acacio Calleja Santamaría, béatifié en 2018, sera commémoré au Martyrologe le 15 février.

 

 

Ángel de la Iglesia Ociña

1916-1937

 

Il naquit le 1er octobre 1916 à Nidáguila (Burgos, Espagne) et fut baptisé le jour même ; à cette époque, on fêtait le lendemain les saints Anges Gardiens, dont il porta le nom.

Dès 1926 il entra dans la congrégation de Saint-Pierre-aux-Liens et commença le noviciat ; il fit la profession en 1931 et fut envoyé à Barcelone.

Ángel avait beaucoup de bonnes qualités ; on le disait intelligent, plein de bonté, noble et humble. Il semble qu’on lui ait laissé son prénom de baptême même après sa profession, tant il était vraiment un ange.

La révolution de 1936 mit fin à ses études : en juillet les miliciens l’arrêtèrent une première fois, mais le laissèrent partir, le prenant pour un simple élève - il n’avait en effet que vingt ans.

Il rejoignit alors d’autres Confrères chez M. Gregorio Díez Blanco et sa sœur. Mais les miliciens surent les retrouver : ils les arrêtèrent tous le 15 février 1937, les emmenèrent au lieu-dit La Rabassada, où ils les fusillèrent et les jetèrent dans une fosse commune.

Ángel reçut ainsi la palme du martyre près de Barcelone, le 15 février 1937.

Ángel de la Iglesia Ociña, béatifié en 2018, sera commémoré au Martyrologe le 15 février.

 

Michał Sopoćko

1888-1975

 

Le père Michał Sopoćko naquit le 1er novembre 1888, fête de la Toussaint, à Nowosady en Pologne russe (actuelle Lituanie), dans une famille noble profondément attachée à la foi chrétienne.

Chaque jour, on priait en famille, et Michał grandit dans cette atmosphère de piété ; il se construisait des autels où il priait.

Il fréquenta le séminaire de Vilnius, grâce à une bourse que lui accorda le recteur, car la famille était trop pauvre. Il fut ordonné prêtre en 1914, et exerça son sacerdoce dans la paroisse de Taboryszki, qui allait être brutalement agressée en 1915, au passage des troupes germano-russes. 

Sans se décourager, il continua à célébrer les offices, mais aussi à ouvrir des écoles dans les environs. Mais les autorités y verront bientôt un «danger» et l’obligèrent à quitter son poste. 

En 1918, il alla faire des études à Varsovie, mais la situation politique et la maladie l’empêchèrent d’étudier. Volontaire aux armées, il fut aumônier à l’hôpital militaire de Varsovie, puis transféré au régiment de Vilnius. Malade et hospitalisé, il revint à Varsovie et s’occupa des officiers. Ses conférences étaient très appréciées, et le ministère de la Défense les fit publier et diffuser dans tous les services. 

En 1919, l’université rouvrit ses portes, et l’abbé Sopoćko s’inscrivit en morale, droit et philosophie. En outre il fréquenta l’institut supérieur de pédagogie où il obtiendra son diplôme en 1923, avec un mémoire sur L’Alcoolisme et les adolescents.

Rappelé à Vilnius en 1924, il y organisa la pastorale pour les jeunes et pour les militaires. Chaque semaine fut organisée une table ronde pour traiter de sujets moraux et religieux. Il créa des associations pour la jeunesse.

Continuant ses études de théologie par correspondance, il passa le doctorat en théologie en 1926. Ses études lui donnèrent l’occasion d’apprendre l’allemand, l’anglais et le français.

Directeur spirituel au séminaire de Vilnius, responsable à la faculté de théologie pastorale à l’université, il se retira peu à peu de la pastorale militaire. Il développa la Société des Enfants de Marie, le Cercle Eucharistique, le Tiers-ordre franciscain, l’Union missionnaire du clergé.

Préparant une thèse d’habilitation pour l’éducation spirituelle, il voyagea en Europe de l’Ouest et en 1934 présenta sa thèse intitulée : Le but, le sujet et l’objet de l’éducation spirituelle d’après M.Leczycki. Il fut nommé professeur à l’université de Varsovie et à l’université Etienne Batory de Vilnius, puis recteur de l’église Saint-Michel, après un pèlerinage en Terre Sainte.

Il rencontra une Religieuse du nom de Faustyna, chez les Sœurs de la Miséricorde à Vilnius. Sœur Faustyna Kowalska était une religieuse mystique, favorisée de révélations du Christ : elle avait vu en vision l’abbé Michał Sopoćko, à Varsovie et à Cracovie, et il deviendra le plus fidèle propagateur de la dévotion à la Divine Miséricorde, demandée par Faustyna de la part du Christ. Sœur Faustyna lui fit part du désir du Christ que fût instituée la fête de la Miséricorde divine, ainsi qu’une nouvelle congrégation religieuse. 

C’est lui qui demandera à l’artiste Kazimirowski de peindre l’icône de la Miséricorde divine, qui fut exposée le dimanche après Pâques de 1935, année du jubilé de la Rédemption. Il écrivit un ouvrage sur cette dévotion. En 1936, un premier opuscule envoyé à tous les évêques polonais, n’obtint aucune réponse. En 1937, deuxième opuscule. Sœur Faustyna mourut en 1938 (v. 5 octobre). A partir de 1939, la guerre confirmant les révélations de Sœur Faustyna, l’abbé Sopoćko les publia.

La construction du sanctuaire de la Miséricorde, qui devait se construire à Vilnius et qui avait obtenu l’agrément des autorités lituaniennes, fut remis à plus tard, à cause des hostilités. C’est alors que Edwige Osinska l’aida à traduire et diffuser en Occident son traité sur la Miséricorde divine.

En 1940-1941, il reprit ses cours, près de l’église Saint-Michel. Il s’occupa de la conversion des Juifs et en baptisa soixante-cinq. Les Allemands alors s’alarmèrent. Il fut arrêté quelques jours. Fin 1941, il put se cacher chez les Ursulines, déguisé en charpentier, et continuant de célébrer et de travailler pour la diffusion de ses ouvrages. On le recherchait partout.

En 1944, il reprit des cours au séminaire, où il apportait ce qu’il pouvait trouver de provisions le dimanche dans les paroisses alentour. Son activité finit par ne plus être «clandestine», et il courut un réel danger.

En 1947, il fut appelé par Mgr Jalbrzykowki à Bialystok (Pologne) et se retrouva en septembre à Mysliborz, où il rencontra les premières supérieures de la nouvelle congrégation. A Bialystok il fut professeur et directeur spirituel au séminaire, confesseur des Missionnaires de la Sainte Famille. 

Faute d’examen suffisant, la dévotion fut interdite en 1958, mais elle était désormais largement connue. La construction, à Bialystok, d’une église consacrée à la Miséricorde divine, dut de nouveau être reportée. Dans un accident facial l'abbé perdit la voix et un autre accident de voiture en 1962 aggrava son état de santé. Il interrompit ses nombreuses activités, sauf celle de propager la dévotion. Il acheva la rédaction des quatre volumes de La Miséricorde de Dieu dans ses Œuvres.

En 1965, il témoigna au procès de béatification de Sœur Faustyna. En 1972, il devint Chanoine du Chapitre métropolitain. En 1974, il fêta soixante ans de sacerdoce.

Il décéda le 15 février 1975, le jour où l’on fête saint Faustin.

Michał Sopoćko a été béatifié en 2008.

 

 

Juan Alonso Fernández

1933-1981

 

Juan Alonso Fernández naquit le 28 novembre 1933 à Cuérigo (Asturies, Espagne).

En 1953, il fit profession chez les Missionnaires du Sacré-Cœur.

En 1960, il fut ordonné prêtre et envoyé au Guatemala.

En 1963, il fut envoyé pour deux ans en Indonésie et, en 1965, il revint au Guatemala.

Il fonda la paroisse de Lancetillo.

Arrêté, torturé, il fut assassiné à La Barranca (Quiché) le 15 février 1981.

Juan Alonso Fernández devrait être béatifié en 2020, avec neuf autres Martyrs du Guatemala, et inscrit au Martyrologe le 15 février.

Partager cet article
Repost0
26 février 2024 1 26 /02 /février /2024 00:00

26 FEVRIER

 

II.

S Hilaire, évêque à Mayence et martyr.

IV.

S Alexandre, évêque en Alexandrie ; avec son diacre Athanase, il dénonça l’erreur arienne qui fut condamnée à Nicée.

S Faustinianus, évêque à Bologne.

S Denis (Zosime), évêque à Augsburg et martyr.

V.

Ste Irène, vierge à Gaza ; à quatorze ans, encore païenne, elle hébergea s.Porphyrios poursuivi par des idolâtres.

S Porphyrios, de Thessalonique, ermite à Scété puis en Palestine ; évêque à Gaza.

VI.

S Servule, évêque à Vérone.

S Agricola, évêque à Nevers dont il était gouverneur, ami de Venance Fortunat.

S Victor, prêtre solitaire à Saturniæ (Arcis-sur-Aube), mystique et thaumaturge.

VII.

S Ogan (Ogrin), évêque en Irlande.

IX.

S Andrea, évêque à Florence.

XII.

Bse Edigna, princesse royale, fille de Henri I ou Philippe I, recluse à Puch.

Ste Mechtilde (Mathilde), recluse près de Mayence.

B Léon, flamand, abbé à Lobbes, à Saint -Bertin.

XVI.

Bse Filippa de Gheldre, veuve avec douze enfants, clarisse à Pont-à-Mousson.

XVII.

B Robert Drury, prêtre martyr à Tyburn, un des soixante-deux béatifiés en 1987.

XIX.

Ste Paola de Saint-Joseph de Calasanz Montal Fornés, espagnole, fondatrice des Filles de Marie pour l’éducation des enfants, béatifiée en 1993, canonisée en 2001.

XX.

Bse Tomasa Piedad de la Croix Ortiz Real (1842-1916), fondatrice espagnole (Tertiaires de la Vierge du Carmel, Salésiennes du Sacré-Cœur pour la catéchèse des pauvres), béatifiée en 2004.

 

B Francisco Bejanaro Fernández (1877-1938), prêtre espagnol martyr, béatifié en 2021.

Alexandre d’Alexandrie

250-326

 

Ce saint prélat vécut au moment de l’apparition de la grave crise christologique arienne. Naturellement doux, affable et modeste, animé d’ailleurs d’un saint zèle, il avait un grand amour de ses frères et spécialement des pauvres. Il eut l’occasion de montrer son esprit de conciliation à l’égard d’Arius, dont les tendances inquiétaient l’évêque ; déjà Arius avait montré des tendances douteuses et avait été chassé par l’évêque Pierre, mais ayant donné des démonstrations de revirement, grâce à l’intervention d’Alexandre, il avait été réhabilité et même ordonné prêtre par Achillas, le successeur de Pierre.

Or l’évêque Achillas mourut très vite après son élection, et reçut pour successeur Alexandre lui-même, ce qui provoqua dans le cœur d’Arius un vif ressentiment, car, selon Théodoret, il briguait ce siège.

Le début de l’épiscopat d’Alexandre fut déjà agité par un certain Cresconius, au sujet de la célébration de la Pâque, sujet récurrent dans toute l’histoire de l’Eglise des premiers siècles ; en outre les mélétiens se manifestèrent contre le nouvel évêque jusqu’à porter leur différend à la cour de l’empereur Constantin. Précisons ici que Mélèce d’Antioche, était un évêque “orthodoxe”, mais élu à ce siège sur instigation des partisans d’Arius, qui le croyaient acquis à leurs thèses. S’apercevant de leur erreur, ils s’étaient révoltés contre l’autorité. Saint Mélèce, qui connut l’exil, fut rétabli et mourut durant le concile de Constantinople, qu’il présidait, en 381 (v. 12 février). 

Un autre sujet de discussion mit en cause un jeune prêtre, Athanase, qu’on accusait d’avoir abusivement baptisé des camarades lorsqu’il était encore enfant. Alexandre soutint au contraire la validité de ce baptême, pressentant certainement combien ce prêtre serait précieux pour l’orthodoxie contre l’arianisme.

Or Alexandre avait à cœur la doctrine trinitaire juste et il ne ménageait pas sa peine pour enseigner et défendre la Vérité christologique, proclamant que le Fils de Dieu est égal au Père en tout, et que l’Engendré est de même essence que Celui qui engendrait. C’est là qu’Arius se déchaîna et se révéla ouvertement : il publia que le Fils de Dieu n’était qu’une simple créature, et que le Verbe divin n’avait pas été de tout temps. Arius se chercha des partisans au sein même du clergé local. 

Alexandre veillait : d’abord, il essaya la douceur pour ramener Arius ; il l’invita à participer à des discussions, à des conférences publiques, mais en vain. En 320, cent évêques de l’Egypte et de Libye condamnèrent Arius. Ce dernier, loin de se soumettre, passa en Palestine, se faisant passer pour un persécuté. Il réussit un moment à gagner les évêques Eusèbe de Nicomédie et Eusèbe de Césarée. De son côté Alexandre s’efforçait, par ses lettres, d’expliquer la situation réelle et sa propre conduite. Il montra là à la fois une charité pleine de douceur et une fermeté courageuse.

L’empereur, voulant reporter le calme dans l’empire, exhorta les uns et les autres à la pacification. L’évêque Osius de Cordoue fut dépêché pour transmettre son appel. On comprit de part et d’autre que rien ne pourrait être conclu sans un concile général, et c’est ainsi que fut convoqué le Concile de Nicée. Nicée, l’actuelle Iznik, se trouve au nord-est de la Turquie d’Asie, tout près de la Mer de Marmara et de la Mer Noire. 

Le concile eut lieu en 325. 

Malgré son grand âge, Alexandre se rendit au Concile, accompagné d’Athanase. Ce dernier acquit une réelle célébrité par la défense qu’il fit de la sainte doctrine et l’exposé des erreurs d’Arius. Le Concile s’acheva par une condamnation unanime d’Arius, un éloge des Pères à l’égard d’Alexandre, et la reconnaissance de l’autorité du patriarche d’Alexandrie sur tous les diocèses d’Egypte, de Libye et de la Pentapole. 

Alexandre, de retour à Alexandrie, fut accueilli avec joie. Pendant les cinq mois qui lui restèrent à vivre, il s’attacha à réparer les maux causés par l’hérésie et le schisme d’Arius. A sa mort, il aurait désigné lui-même Athanase pour lui succéder (v. 5 mai). 

Une incertitude plane sur la date exacte de la mort d’Alexandre : ce fut probablement le 17 avril 326, jour où les Coptes et les Abyssins célèbrent sa fête, en supposant toutefois que le 17 avril réponde bien au 22 du mois qu’ils appellent Bermude. Cependant on indique aussi comme date de sa mort les derniers jours de janvier, ou de février. On inscrivit finalement Alexandre au 26 février, date retenue par le Martyrologe Romain.

 

 

Faustinianus de Bologne

† 350

 

Faustinianus fut le second évêque de Bologne, après s.Zamas (v. 28 septembre) et avant Domitianus.

Comme nous ne connaissons pas les dates de ceux-ci, nous pouvons dire de Faustinianus seulement qu’il vécut, comme eux, au quatrième siècle.

Selon les cas, on trouve à propos de Faustinianus ce qui se dit déjà de Zamas, à savoir qu’après la persécution de Dioclétien, il réorganisa la vie de l’Eglise. Si c’est exact, on en déduira qu’il était évêque dès 310 environ.

On suppose aussi qu’il prit part à la réunion des évêques à Rome, qui confirmèrent les actes du concile de Nicée (325) au sujet de la condamnation d’Arius.

Faustinianus serait mort en 350, après une quarantaine d’années d’épiscopat.

Saint Faustinianus de Bologne est commémoré le 26 février dans le Martyrologe Romain.

 

 

Porphyrios de Gaza

347-420

 

Né vers 347 à Thessalonique (Grèce) d’une famille opulente, Porphyrios préféra assez tôt abandonner les richesses de ce monde.

Il partit en Egypte et, pendant cinq années, vécut dans le désert de Scété, où il reçut l’habit religieux.

Puis il passa en Palestine, et séjourna encore cinq ans près du Jourdain, où il fut pris d’un douloureux cancer du foie, probablement en raison du climat insalubre.

Il se fit conduire à Jérusalem où, courbé sur son bâton, il s’efforça de fréquenter les Lieux saints, priant, versant des larmes.

Un autre pèlerin, Markos, le remarqua, qui devint son assistant et son biographe ; il écrivit : Je remarquai la présence continuelle d’un moine d’une quarantaine d’années, au teint bilieux, à la peau desséchée, au dos voûté… Porphyrios cependant préféra marcher seul, pour demander le pardon de (ses) péchés.

Markos se mit à son service. Porphyrios le pria d’aller régler de sa part l’héritage entre ses frères restés à Thessalonique. A son retour, il trouva Porphyrios complètement redressé et heureux, qui lui raconta ceci : 

Il y a quarante jours, une affreuse douleur du foie me saisit ; ne pouvant la supporter, j’allai m’étendre à terre sur le Golgotha, là je tombai en extase et vis le Sauveur cloué sur la croix, l’un des larrons suspendu à une autre croix était à côté de lui. Je me mis à crier et répétai les paroles du bon larron  : «Seigneur, souviens-toi de moi quand tu entreras dans ton royaume.» Le Sauveur répondit à ma prière, il dit au larron attaché à la croix : «Descends de ta croix, et sauve cet homme ici étendu, comme tu as été sauvé toi-même.» Le larron obéit, il vint me prendre entre ses bras, me baisa, puis étendant sa main droite, il me releva en disant : «Viens au Sauveur !» Je courus vers le Christ, je le vis descendre de sa croix et l’entendis me dire : «Reçois et garde ce bois» (il me montrait sa croix). J’obéis et pendant que je portais la croix, je sortis de mon extase. A partir de ce moment, je n’ai plus éprouvé aucune douleur, toute trace du mal a disparu.

Markos continua à l’assister. Il le décrit comme homme sans reproche, doux, compatissant ; il possédait plus qu’aucun autre le don d’interpréter la sainte Ecriture, d’en résoudre les difficultés et de fermer la bouche aux incrédules et aux hérétiques ; il aimait les pauvres, s’attendrissait aisément jusqu’aux larmes… 

Porphyrios distribua tout ce qui lui restait aux pauvres de Jérusalem et des villages voisins, aux monastères d’Egypte, aux étrangers, de sorte que, n’ayant plus rien pour lui-même, il se fit cordonnier, pour avoir de quoi manger.

Il avait environ quarante-cinq ans, quand l’évêque de Jérusalem l’ordonna prêtre et lui confia la garde du bois de la Croix : ainsi s’accomplissait la vision qu’il avait eue du Christ auparavant.

Voici le régime que s’imposait Porphyrios, et qu’il garda toute sa vie : un pain moisi et des herbes ; aux jours de fête, un peu d’huile, de fromage et des légumes détrempés ; un peu de vin coupé d’eau pour ses maux d’intestins (cf. 1Tm 5:23) ; il ne mangeait qu’après le coucher du soleil, un peu plus tôt aux jours de fêtes, car son «festin» durait davantage… 

Trois ans plus tard, le clergé et la population de Gaza (dont le siège épiscopal était suffragant de Césarée de Palestine), eurent révélation, après avoir prié et jeûné, qu’ils devaient avoir Porphyrios comme évêque. On appela Porphyrios sans lui dire pourquoi, et il répondit : Que la volonté de Dieu soit faite ! Mais il eut révélation qu’il ne rentrerait pas de sitôt à Jérusalem : il alla vénérer une dernière fois, longuement, le Bois de la sainte Croix, remit la relique à l’évêque, et partit.

Il avait compris qu’en plus de ses péchés, il devait désormais expier aussi ceux des autres. Arrivé à Gaza, reçu par l’archevêque de Césarée, il fut sacré évêque. Ses vraies épreuves allaient alors commencer.

D’abord, les païens de Gaza lui fermèrent leurs portes, l’accusant d’être responsable de la grande sécheresse de cette année-là ; ils supplièrent leur dieu Marnas, sans succès ; Porphyrios et sa suite se mirent à jeûner, à prier, et une pluie abondante se déversa : plus de cent-vingt païens se convertirent et ouvrirent les portes.

Mais tous ne se convertirent pas et l’on fit mille difficultés à Porphyrios Après une première mission de Markos auprès de s.Jean Chrysostome (v. 14 septembre), il obtint de l’empereur une ordonnance pour détruire les temples païens, mais qui ne fut pas appliquée totalement, malgré les miracles que Porphyrios accomplissait.

Puis Porphyrios alla offrir sa démission à l’archevêque de Césarée, lequel, au contraire, l’encouragea et décida de l’accompagner à Constantinople. En chemin, ils s’arrêtèrent à Rhodes, pour visiter un saint ermite nommé Procopius.

Ce dernier, qui avait le don de prophétie, sut qui étaient ces deux visiteurs, et leur conseilla d’aller d’abord, non pas au palais impérial, mais à Jean Chrysostome, qui sera inspiré par Dieu sur la marche à suivre.

En effet, Jean Chrysostome n’avait pas accès au palais, à cause de l’impératrice Eudoxie qui le haïssait ; mais il connaissait bien le chambellan, auquel il recommanda les deux évêques, et qui alors les introduisit lui-même auprès de l’impératrice.

Le résultat de la rencontre fut que l’impératrice obtint tout ce que les évêques avaient demandé, et aussi qu’elle eut la récompense de mettre au monde un fils.

Au retour, une violente tempête menaça tout l’équipage ; le capitaine, arien, promit qu’il se convertirait et le bateau fut sauvé. L’arrivée à Gaza fut triomphale ; la statue de Vénus s’effondra d’elle-même. Dix jours après, une troupe arrivait : le capitaine Cynegios proclama l’édit impérial, ordonna la destruction de huit temples païens, ainsi que le grand temple de Marnas dont l’incendie dura plusieurs jours.

Après toutes ces luttes, Porphyrios vécut encore quelques années. Etant tombé malade, il s’endormit dans la paix, le 26 février 420.

Son épiscopat avait duré un quart de siècle.

Saint Porphyrios de Gaza est commémoré le 26 février dans le Martyrologe Romain.

 

 

Agricola de Nevers

† 594

 

Agricola (on a en français : Agricole, Arille, Arigle, Aigle), bourguignon d’extraction, passe pour avoir été d’abord le gouverneur du Nivernais, un peu comme Ambroise l’était pour Milan (v. 7 décembre).

Or, il fut appelé à monter sur le siège épiscopal de Nevers, à la mort d’Eulade (vers 570), devenant ainsi le septième évêque (connu) de cette ville.

Agricola fut un ami intime de s.Venance Fortunat (v. 14 décembre).

En 581, il assista au concile de Lyon ; en 585, au concile de Mâcon.

En 590, il fit partie d’une commission d’enquête concernant des Religieuses à Poitiers : certaines d’entre elles étaient sorties de leur clôture. Agricola était partisan de les excommunier, ce qui ne faisait que confirmer le choix de celles-ci.

Agricola mourut vers 594.

Saint Agricola de Nevers est commémoré le 26 février dans le Martyrologe Romain.

 

 

Victor d’Arcis

6e ou 7e siècle

 

Victor naquit au 6e siècle à Troyes en Champagne. On dit que sept mois avant sa naissance un possédé annonça sa future sainteté.

Aussitôt que l’enfant eut reçu le baptême, parurent en lui des marques sensibles de la présence du Saint-Esprit. Elevé uniquement pour Dieu, il n’eut de goût que pour les vérités célestes et l’étude de l’Ecriture ; il reçut le sacerdoce et exerça quelque temps le saint ministère.

Cédant à l’attrait pour la solitude, il quitta tout pour se retirer au territoire d’Arcis, près d’un petit village nommé Saturniæ, sur les bords de l’Aube ; la localité s’appela plus tard Saint-Vitre et semble aujourd’hui être rattachée à Arcis-sur-Aube (Aube).

Jour et nuit en prière, Victor semblait n’avoir point de corps ; il joignait à la contemplation la pratique du jeûne. Le bruit des miracles obtenus par son intercession lui attira des visites nombreuses, même celle des grands personnages. Le roi de France, dans une de ses chasses, vint le visiter et fut témoin d’un de ses miracles : le saint lui ayant présenté de l’eau dans un vase, changea, dit-on, cette eau en vin par sa bénédiction. Mais comme on ignore de quel roi il s’agit, Chilpéric († 584), Childéric II d’Austrasie († 675) ou Clotaire II († 629), on n’a pas de meilleure indication historique sur l’événement.

Les grâces extraordinaires dont Victor disposait pour la sanctification des autres ne lui inspiraient que des sentiments de profonde humilité.

Il mourut, dit-on, un 26 février, au 6e ou au 7e siècle.

Sa cellule de Saturniæ devint la chapelle Saint-Vitre. En 837, les restes de Victor furent transférés à l’abbaye bénédictine de Moutier-Ramey ; s.Bernard (v. 20 août) rédigea un office propre en l’honneur de Victor.

Saint Victor est commémoré le 26 février dans le Martyrologe Romain.

Andrea de Florence

9e siècle

 

Les documents qu’on possède sur ce Saint le situent au 9e siècle, sans qu’on sache rien de plus sur ses origines et sa vie personnelle.

Bien qu’une ancienne tradition évoque l’évangélisation de Florence (Toscane, Italie C) par deux disciples de s.Pierre dès le 2e siècle, les évêques historiquement attestés dans cette ville ne sont connus qu’à partir du 4e siècle. Andrea serait ainsi le douzième évêque de Florence.

A moins qu’il y ait eu un autre Andrea sur le siège de Florence, le nôtre n’est donc pas le successeur de saint Zanobio ( † 417), mais il se situe entre Pietro et Grasulfo.

Un document de 871 définit Andrea comme un envoyé (messo) impérial, pour un jugement aux côtés du margrave Adalberto.

Un autre document, de 874, montre qu’il obtient de l’empereur Louis II le Germanique un privilège d’immunité pour les biens épiscopaux.

Enfin en 893, il fait porter à l’abbesse de Saint-André, Bertha, une demande d’admission pour sa propre nièce Bertha, pour qu’elle y soit formée en vue de succéder elle-même à l’abbesse. Il s’agit bien probablement de l’abbaye de Loro Ciuffenna (Arezzo, Toscane).

On s’étonnera de cette démarche, qui tient d’un népotisme flagrant. Le document est-il authentique ? Concerne-t-il bien notre évêque ? 

Saint Andrea de Florence, s’il n’y a pas d’erreur sur le personnage, est commémoré bien succinctement le 26 février dans le Martyrologe Romain.

 

 

Robert Drury

1567-1607

 

Né en 1567 dans une bonne famille du Buckinghamshire, Robert fut reçu au Collège Anglais de Reims, le 1er avril 1588, puis envoyé au nouveau Collège de Valladolid.

Après son ordination, il retourna en Angleterre en 1593. Il travailla surtout à Londres, où sa science et ses virtus lui valurent le respect de ses Confrères.

Il fut l'un des appellants contre l'archiprêtre Blackwell, et son nom apparaît dans l'appel du 17 novembre 1600.

Le gouvernement invitait les prêtres à reconnaître la reine et son autorité. En 1603 une trentaine de prêtres signèrent une déclaration selon laquelle la reine était bien leur souveraine légitime, qu'ils refusaient l'invitation du pape à être relevés de leurs devoirs envers elle, qu'ils condamnaient les tentatives passées de restaurer le Catholicisme et promettaient de révéler toute conspiration contre le gouvernement dont ils viendraient à être à connaissance. En revanche, pour rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu, les prêtres signataires demandaient que le Pape fût reconnu comme le successeur légitime de saint Pierre et le Chef légitime de l'Eglise Catholique du Christ.

La reine se contenta de cette déclaration, mais mourut bientôt après. Le roi James 1er montra dès 1606 qu'il ne pouvait se contenter d'une telle déclaration et qu'au contraire il tenait à être reconnu par le clergé comme le chef légitime de la religion en Angleterre. Cette fois-ci, l'équivoque n'était plus possible, et Robert Drury fut arrêté et condamné comme prêtre catholique.

On retrouva sur lui une déclaration d'un Jésuite qui condamnait la doctrine royale, comme contenant beaucoup de choses contre la Foi et le Salut. L'archiprêtre avait retiré cette déclaration, mais Robert ne le savait probablement pas, et n'aurait de toutes façons pas accepté la proposition du roi James 1er, de sorte qu'il fut condamné à mort et exécuté.

Le père Drury fut exécuté à Tyburn, et l'on sait que les condamnés étaient pendus, éviscérés et écartelés. C'était le 26 février 1606 ou 1607.

Robert Drury a été béatifié en 1987, parmi soixante-deux Martyrs d'Angleterre et du Pays de Galles.

 

 

Paola Montal Fornés

1799-1889

 

Paola naquit le 11 octobre 1799 à Arenys de Mar (Barcelone, Espagne), aînée de cinq enfants d'artisans très chrétiens. 

Elle a dix ans à la mort de son père et elle doit travailler très jeune ; elle collaborera activement aussi à la catéchèse de la paroisse.

En 1829, à trente ans, elle fonde les Filles de Marie, Religieuses des Ecoles Pies, et ouvre une école à Figueras (Gerona) pour les petites filles. C'était une nouveauté importante, ouvrant aux petites filles, adolescentes et plus grandes, la voie à la formation, à la culture.

Elle-même adopta le nom de Paola de Saint-José-de-Calasanz (sur ce dernier, v. 25 août) et fit sa consécration le 2 février 1847 avec trois autres Compagnes. 

De son vivant, elle ouvrit sept fondations : Figueras, Arenys de Mar, Sabadell, Igualada, Vendrell, Masnou, Olesa de Montserrat. D'autres s'ouvrirent sous son impulsion : Gerona, Blanes, Barcelona, Soller.

A Olesa de Montserrat, qui fut sa dernière étape, elle resta les trente dernières années de sa vie, répandant autour d'elle cette atmosphère de bonté, de sainteté, qui la firent aimer de toute la population. 

Elle s'éteignit, à presque quatre-vingt-dix ans, à Olesa de Montserrat (Barcelone) le 26 février 1889. A cette date, il y avait déjà plus de trois cents Religieuses dans une vingtaine de maisons fréquentées par près de quatre mille élèves.

Paola de Saint-José-de-Calasanz fut béatifiée en 1993, et canonisée en 2001.

 

 

Tomasa Ortiz Real

1842-1916

 

Tomasa naquit le 12 novembre 1842 à Bocairente (Valencia, Espagne), cinquième de huit enfants de José Ortiz et Tomasa Real, et fit ses études à Valencia, chez les Sœurs de la Sainte Famille de Bordeaux. Elle se montre pieuse, douée en musique et en broderie.

Lors de la Première communion (1852), elle sentit l'appel à la vie religieuse et pensait entrer comme novice chez les mêmes Sœurs, à Valencia.

Son père s'y opposa, en raison de son jeune âge et des circonstances politiques. Une maladie l'empêcha ensuite d'entrer chez les Carmélites déchaussées de Valencia : elle pensa que le Ciel lui montrait ainsi qu'elle n'était pas faite pour le cloître. Un jour à Barcelone, elle perçut cette “certitude” que le Sacré Cœur lui montrait combien les hommes étaient ingrats envers Lui, et lui demandait de l'aider à porter cette croix. Tomasa s'offrit comme victime.

En 1884, lors des inondations dans la province de Murcie, elle s'y rendit avec trois compagnes pour assister les orphelins et les malades du choléra.

Elles commencèrent à vivre en communauté près d'Alcantarilla, mais bientôt ces compagnes allaient de leur côté former les Sœurs de la Bienheureuse Vierge Marie du Carmel, tandis que la pauvre Tomasa demeurait seule avec une autre Sœur. Sur le conseil de son évêque, elle se retira chez les Visitandines de Orihuela pour réfléchir à son projet personnel de nouvelle famille religieuse ; elle eut alors l'inspiration des Sœurs Salésiennes du Sacré-Cœur de Jésus (en abrégé SSCJ), qui devaient s'occuper des enfants orphelins, des malades et des vieillards, pour faire connaître l'amour providentiel de Dieu le Père, et sa manifestation dans le Cœur miséricordieux de Jésus sur la Croix.

Elle-même prit le nom de Piedad de la Cruz (Piéta de la Croix).

Elle demandait à ses Religieuses d'expliquer par leur exemple l'importance de “Notre Père”, ce Père céleste qui montre son amour au monde entier.

La nouvelle congrégation prit le jour le 8 septembre 1890 à Alcantarilla (Murcia), en la fête de la Nativité de la Vierge Marie ; elle fut approuvée par l'évêque en 1895, puis par le Vatican en 1935, et définivement en 1953.

Les Religieuses œuvrent dans diverses directions, dans le domaine de l'éducation et de l'assistance des malades à l'hôpital. 

Elles sont présentes en Espagne et en Amérique du Sud (Argentine, Bolivie, Chili, Paraguay).

Mère Piéta répétait : Je suis pauvre, et quand je n'ai rien à donner aux pauvres, je leur donne mon âme, mon cœur et mon amour, car l'amour a bien plus de valeur que d'offrir de l'argent.

Elle mourut le 26 février 1916 à Alcantarilla et fut béatifiée en 2004.

 

 

 

Francisco Bejanaro Fernández

1877-1938

 

Francisco Bejanaro Fernández naquit le 1er juin 1877 à Añora (Cordoue, Espagne S).

Il fut ordonné prêtre.

Son martyre eut lieu le 26 février 1938 à Daimiel (Ciudad Real).

Francisco Bejanaro Fernández sera béatifié en 2021, et inscrit au Martyrologe le 26 février.

Partager cet article
Repost0