Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 22:26

Lorenzo Giustiniani

1381-1456

 

Lorenzo Giustiniani naquit le 1er juillet 1381 à Venise, d’un père qui mourut trop tôt, laissant veuve Quirina, une sainte femme forte qui devait désormais élever seule les cinq enfants qu’elle avait déjà mis au monde à vingt-quatre ans. Elle savait s’imposer des mortifications, un cilice, une ceinture de fer.

Son Lorenzo grandissait et, adolescent, était un beau jeune homme, élégant et distingué ; sa mère y craignait de l’orgueil, mais le garçon la rassura, lui promettant de rester fidèle à Dieu.

En effet, Dieu lui envoya une grâce toute spéciale quand il eut dix-neuf ans, et qu’il raconta lui-même : alors qu’il cherchait la paix pour son âme, il eut l’apparition d’une jeune fille très belle, qui lui proposa cette paix intérieure s’il l’épousait. C’était la Sagesse de Dieu, sous forme humaine, qui lui donna le baiser de paix avant de le quitter.

Malgré une belle proposition de sa mère pour un mariage heureux, Lorenzo suivit plutôt le conseil d’un oncle, chanoine, et s’engagea dans la voie de l’ascèse. Lorenzo regarda le Crucifix et répondit : Seigneur, c’est toi mon espoir.

Il entra donc dans la congrégation des Chanoines de Saint-Georges in Alga, une famille religieuse à la règle sévère, dans laquelle Lorenzo se trouva tout à son aise. Il en ajouta : il ne sortait pas au jardin, ne s’approchait pas du feu pour se réchauffer, buvait peu même s’il avait soif, restait en méditation entre les Matines et l’Office matinal, chantait l’office sans s’appuyer à la miséricorde (ce petit support qui permet aux moines d’être un peu soulagés quand la position debout est trop rude, mais sans vraiment s’asseoir). Les Confrères songeaient à lui faire adoucir ces mortifications, mais il persévéra, confiant en la grâce de Dieu.

Il fut ordonné prêtre en 1407, élu prieur en 1409, prieur général en 1413 et 1421. Son souci de protéger et développer la congrégation lui valut le nom de second fondateur.

Extrêmement humble et effacé, il acceptait telle injustice sans broncher ; s’il allait faire la quête, il évitait sa famille qui lui aurait rempli sa besace pour lui éviter d’aller quêter plus loin ; il n’alla voir sa mère et ses frères mourants (Marco e Leonardo) qu’aux derniers moments, pour ne pas être tenté par l’ambiance famliale.

Un jour de Noël, il fallut le tirer d’une extase où il s’attardait, pour achever la Messe.

Un ancien chanoine, devenu pape (Eugène IV), le fit évêque de Castello en 1433, un siège qui allait être transféré à Venise en 1451. Lorenzo en fut nommé le premier patriarche.

Il élimina tout faste dans sa maison, l’argenterie, les domestiques inutiles. Il s’occupa de son diocèse avec un soin apostolique, rehaussant la liturgie, multipliant les monastères. Il distribua du bois de chauffage en hiver.

Ce n’était pas un orateur, mais il savait parler doucement et convaincre, jusqu’au doge de Venise ; mais il fut un écrivain rempli de zèle ; on a dit que sa langue n’était pas sans grâce, et son latin meilleur que celui de ses contemporains.

Lorenzo fut un jour mystérieusement averti qu’un de ses prêtres en était arrivé à vouloir se suicider, après une vie de débauche et ne pouvant élever ses enfants. Lorenzo le fit venir, l’avertit fraternellement sur ses devoirs, sur les peines qu’il encourait dans l’éternité, lui remit quelques pièces d’or : le malheureux changea complètement et fit une fin très pacifiée.

De ses nombreuses maximes, on retiendra celles-ci : 

Il ne faut jamais perdre la confiance en Dieu : elle est la vie de l’âme.

Le riche ne se sauve que par l’aumône.

La vraie science tient dans ces deux propositions : Dieu est tout, moi rien.

Lorenzo écrivit jusqu’au dernier jour de sa vie. On voulut le coucher dans un lit, qu’il refusa. Au moment de sa dernière heure : Jusqu’ici, c’était de la farce, ça devient sérieux.

Tel confrère avait les larmes : Allez-vous-en avec vos larmes. C’est le moment de rire, pas de pleurer.

Le 8 janvier 1456, il dit encore Je viens à toi, mon Jésus, et expira.

Par un prodige qui n’arrive pas souvent, son corps resta sans corruption jusqu’au moment des funérailles, qui n’eurent lieu que le 17 mars suivant.

Pendant longtemps la célébration de sa fête se fit le 5 septembre.

Lorenzo Giustiniani a été béatifié en 1524 et canonisé en 1690.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens