Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 novembre 2020 4 26 /11 /novembre /2020 15:19

Gjelosh Lulashi

1925-1946

 

Gjelosh Lulashi naquit le 2 septembre 1925 à Shosh (Shkodër, Albanie).

Dès l’âge de sept ans, il fréquenta l’école tenue par les Franciscains à Shkodër puis commença le séminaire.

Durant le service militaire, il fut secrétaire à l’hôpital militaire.

Il aida son ami Mark Çuni dans l’élaboration des tracts de l’Union Albanaise, et c’est ce qui le compromit.

Arrêté et mis en prison le 3 décembre 1945, il fut accusé d’espionnage au service du Vatican.

Un semblant de procès eut lieu le 22 février suivant, au terme duquel Gjelosh fut condamné à mort.

L’exécution eut lieu au matin du 4 mars 1946.

Gjelosh, âgé de vingt ans,  est le plus jeune des trente-huit Martyrs d’Albanie béatifiés en 2016.

Gjelosh Lulashi est inscrit au Martyrologe le 4 mars.

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2020 4 26 /11 /novembre /2020 15:18

Qerim Sadiku

1919-1946

 

Qerim Sadiku naquit le 18 février 1919 à Vusanje (Montenegro, auj. Vuthaj, Shkodër, Albanie).

En 1944, il épousa Marije Vata.

Cet homme jeune, fervent catholique, avait été lieutenant dans la gendarmerie sous le roi Zog I d’Albanie et était radicalement anti-communiste.

Jusqu’à la fin de la Guerre mondiale, il tenait son échope dans les environs de Shkodër, sans jamais avoir été inquiété.

Le 3 décembre 1945, il fut arrêté et jeté en prison sous plusieurs accusations inventées : il aurait encouragé les gens à ne pas voter et distribué des tracts prônant l’abstention ; il aurait fait partie de l’Union Albanaise, une association fantôme inexistante et soi-disant fasciste. En fait, son crime était d’être chrétien.

Le 22 février 1946, après un procès réglé d’avance, Qerim fut condamné à mort et exécuté au matin du 4 mars, avec cinq Compagnons.

Il eut le temps de prononcer ces belles paroles juste avant de mourir : Je pardonne à ceux qui ont pu me faire du mal. Je pardonne à ceux qui m’ont condamné, ainsi qu’à mes bourreaux. Vive le Christ, notre Roi ! Vive l’Albanie !

Les corps furent laissés à la vue de la population, pour la terroriser, puis on les traîna près de la rivière, dans une fosse recouverte de poubelles, pour masquer les traces de l’exécution.

Six mois plus tard, l’épouse de Qerim mettait au monde son petit bébé.

Qerim est l’un des trente-huit Martyrs d’Albanie béatifiés en 2016.

Qerim Sadiku est inscrit au Martyrologe le 4 mars.

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2020 4 26 /11 /novembre /2020 15:17

Giovanni Fausti

1891-1946

 

Giovanni (en albanais : Gjon, Jean) Fausti naquit le 19 octobre 1899 à Brozzo (Marcheno, Val Trompia, Brescia, Italie N), aîné des douze enfants d’Antonio et Maria Sigolini.

A dix ans, il commença le séminaire, où il rencontra un certain Giovanni Battista Montini, futur s.Paul VI.

En 1917, il fut enrôlé dans l’armée ; lieutenant en 1920, il fut démis de ses fonctions et il put reprendre ses études. Il fréquenta le Collège Lombard à Rome, prit ses grades de théologie à l’Université Grégorienne et fut ordonné prêtre en 1922.

En 1923, il enseignait la philosophie à Brescia.

En 1924, il entra dans l’Ordre des Jésuites, dont il fut successivement nommé vice-provincial.

De 1929 à 1932, il enseigna en Albanie et envoyait des articles à la revue Civiltà Cattolica, sur l’œcuménisme ; il avait en effet l’occasion de discuter avec des membres de la communauté musulmane.

En 1932, il contracta la tuberculose, pour laquelle il reçut des soins en Suisse, jusqu’en 1936, année où il fit sa profession religieuse, puis retourna en Albanie.

En 1942, il eut la clavicule cassée par une balle du camp nazi.

Arrêté le 31 décembre 1945, enfermé pendant deux mois, torturé, il fut abattu le 4 mars suivant.

Il est un des trente-huit Martyrs d’Albanie béatifiés en 2016.

Gjon Fausti est inscrit au Martyrologe le 4 mars.

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2020 4 26 /11 /novembre /2020 14:55

Lazër Shantoja

1892-1945

 

Lazër Shantoja naquit le 2 septembre 1892 à Shkodër (Albanie), de Kel Shantoja et Luçe Blinishti, des parents modestes et pratiquants (certaines sources corrigent cette date au 7 juillet 1891).

Durant ses études chez les Jésuites de Shkodër, il se révéla excellent en latin, grec, italien… et esperanto.

Au terme de ses études au Grand séminaire, il passa une année de théologie à Innsbruck.

En 1915, il fut ordonné prêtre et sera nommé aux paroisses de Pulaj, Beltojë, Velipojë, Rrjoll, Sheldî. Dans cette dernière paroisse, il ouvrit la première école de village en albanais.

Tout en administrant ses paroisses de façon exemplaire, il publia énormément d’écrits et de poèmes, exaltant l’Albanie, son histoire, ses héros. Il traduisit en albanais des œuvres de Goethe, Schiller, Heine, Oscar Wilde, Musset, Leopardi…

En 1922, il fut nommé secrétaire de l’archevêque.

En 1925, il fut faussement accusé d’avoir participé à la révolution de 1924, mis en prison et enfin grâcié par le roi, mais s’exila en Yougoslavie.

En 1928, installé en Autriche, il créa un journal d’opposition au nouveau régime, Ora e Shqipnisë, puis vint travailler en Suisse dans le canton de Vaud, où il apprit le français.

En 1939, il put rentrer en Albanie, peu avant l’invasion des troupes italiennes ; à Tirana, il redoubla d’activités ; en 1941, il fonda l’Académie des Sciences d’Albanie.

Une fois installé le régime communiste, il continua son activité pastorale dans la stricte clandestinité.

Arrêté le 27 janvier 1945, il fut condamné à mort pour trahison envers l’Etat ; torturé en prison, il eut les bras et les jambes sciés avec une scie à bois, au point qu’il ne pouvait se déplacer qu’en s’appuyant sur les coudes et les genoux ; la gangrène commença, on lui brûla la peau et on y jetait du sel sur les plaies ; et c’est dans cet état qu’on le montra à sa pauvre mère pour la terroriser ;  la maman du prêtre demanda qu’on le tuât, pour mettre fin à ses douleurs.

Pour finir, on le jeta à quelques mètres de la fosse qu’on lui avait creusée, et on l’y poussa à coups de pied et de crosse, et ce n’est qu’à ce moment qu’on lui lança une rafale dans la tête pour l’achever, le 5 mars 1945 dans la prison de Tirana.

Il est un des trente-huit Martyrs d’Albanie béatifiés en 2016.

Lazër Shantoja est inscrit au Martyrologe le 5 mars .

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2020 4 26 /11 /novembre /2020 14:54

Ndre Zadeja

1891-1945

 

Ndre Zadeja naquit le 3 novembre 1891 à Shkodra (Albanie), de Gjonit et Luçie Fishtës.

Après trois années dans une école italienne, il étudia au Collège des Jésuites, puis acheva ses études supérieures à Innsbruck, où il se consacra à la linguistique.

En 1916, il fut ordonné prêtre et célébra sa Première Messe en Albanie, le 26 avril.

D’abord curé de paroisse, il fut en même temps secrétaire de l’évêque. En 1922, il fut nommé  à Malit i Jushi, puis Boga, Shkrel et Sheldî.

Il écrivit plusieurs mélodrames, les premiers de la littérature albanaise, mis en scène au théâtre des Jésuites de Shkodra, et qui continuèrent à circuler sous le manteau durant le régime communiste.

La tragédie du prêtre-poète commença le 16 août 1944, en la fête de s.Roch, quand il prévint les fidèles présents qu’un nuage noir avec une idéologie rouge venait au-dessus de leurs têtes.

Arrêté le 4 février 1945, abattu le 25 mars suivant, il est un des trente-huit Martyrs d’Albanie béatifiés en 2016.

Ndre Zadeja est inscrit au Martyrologe le 25 mars .

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2020 3 25 /11 /novembre /2020 15:18

Luis Vidaurrázaga González

1901-1936

 

Luis Vidaurrázaga González naquit le 13 septembre 1901 à Bilbao (Espagne N).

Il entra encore très jeune chez les Bénédictins de Silos (dépendants de la congrégation de Solesmes) où il fit ses études.

Après sa profession, il fut ordonné prêtre et vécut quelques années dans la communauté de Notre-Dame-de-Cogullada (Sarragosse), avant de rejoindre celle de Notre-Dame-de-Montserrat à Madrid.

Ce jeune prêtre fut remarqué pour sa discrétion, son amour de la liturgie et du chant monastique. Directeur spirituel, apôtre de l’Eucharistie, il enseignait le chant grégorien.

Au début de la Guerre civile de juillet 1936, cette communauté fut dissoute pour permettre à chacun de chercher refuge. Luis se réfugia chez un ami, mais fut dénoncé et arrêté.

Condamné à mort pour le grave délit d’être prêtre, Luis fut abattu à La Elipa près du cimetière de Madrid La Almudena, le 31 décembre 1936.

Luis Vidaurrázaga González fut béatifié en 2016, et inscrit au Martyrologe le 31 décembre.

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2020 3 25 /11 /novembre /2020 15:17

José Anton Gomez

1878-1936

 

José Anton Gomez naquit le 26 août 1878 à Hacinas (Burgos, Espagne NC).

Il entra chez les Bénédictins de Silos (dépendants de la congrégation de Solesmes), fut ordonné prêtre et, en 1919, fut prieur à Madrid, où il restaura le petit sanctuaire de Notre-Dame-de-Montserrat.

C’était un homme polyglotte, grand intellectuel, professeur, bibliothécaire et conseiller de l’Ordre ; il se distinguait surtout par sa grande douceur.

Au début de la Guerre civile de juillet 1936, il dissolut cette communauté pour permettre à chacun de chercher refuge.

Certains furent vite retrouvés, et condamnés à mort pour le grave délit d’être prêtres.

Le Prieur fut abattu aux environs de Madrid, boulevard Andalucía, le 25 septembre 1936.

José Anton Gomez fut béatifié en 2016, et inscrit au Martyrologe le 25 septembre.

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2020 3 25 /11 /novembre /2020 14:23

Antolín Pablos Villanueva

1871-1936

 

Antolín Pablos Villanueva naquit le 2 septembre 1871 à Lerma (Burgos, Espagne NC).

Il entra chez les Bénédictins de Silos (dépendants de la congrégation de Solesmes) et fut ordonné prêtre.

Envoyé à Mexico pour y fonder la communauté San Rafael, il en fut expulsé au moment de la révolution mexicaine. En 1919 il fut alors nommé sous-prieur de la communauté madrilène de Notre-Dame-de-Montserrat, où il s’occupa de recherches historiques.

Au début de la Guerre civile de juillet 1936, cette communauté fut dissoute pour permettre à chacun de chercher refuge.

Certains furent vite retrouvés, et condamnés à mort pour le grave délit d’être prêtres.

Antolín fut abattu à Soto de Aldovea (Torrejón de Ardoz) aux environs de Madrid, le 8 novembre 1936, parmi plusieurs centaines de détenus chrétiens. Il tomba en criant Vive le Christ Roi !

Antolín Pablos Villanueva fut béatifié en 2016, et inscrit au Martyrologe le 8 novembre.

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2020 3 25 /11 /novembre /2020 14:02

Rafael Alcocer Martínez

1889-1936

 

Rafael Alcocer Martínez naquit le 29 octobre 1889 à Madrid (Espagne C).

Il entra chez les Bénédictins de Silos (dépendants de la congrégation de Solesmes) et fut ordonné prêtre dans la petite communauté madrilène de Notre-Dame-de-Montserrat.

Brillant auteur et orateur, le père Rafael publia des ouvrages sur la littérature arabe, sur s.Domingo de Silos et ste Teresa d’Ávila ; on apprécia beaucoup ses belles conférences à l’Université de Madrid et à l’Athénée de Valladolid.

Au début de la Guerre civile de juillet 1936, cette communauté fut dissoute pour permettre à chacun de chercher refuge.

Certains furent vite retrouvés, et condamnés à mort pour le grave délit d’être prêtres.

Rafael fut abattu à La Elipa aux environs de Madrid, le 5 octobre 1936.

Rafael Alcocer Martínez fut béatifié en 2016, et inscrit au Martyrologe le 5 octobre.

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2020 3 25 /11 /novembre /2020 07:49

Isidro Fernández Cordero

1893-1936

 

Isidro Fernández Cordero naquit le 15 mai 1893 à Murias (Asturies, Espagne NW), troisième des cinq enfants de Buenaventura Fernández y Méndez et Florentina Cordero Suárez. Deux de ces enfants furent religieux dominicains.

En 1922, Isidro épousa Celsa García, qui mit au monde sept enfants, dont trois furent religieux.

Au début de leur mariage, les époux tinrent un petit commerce-bar, mais pour nourrir tant de bouches, Isidro dut aller travailler aux mines.

Très chrétien, Isidro était fidèle à la Messe, à l’association de l’Adoration nocturne (dont il était le trésorier). Des Chrétiens comme lui étaient inévitablement la cible des anarchistes.

De fait, dès le début de la révolution de juillet 1936, Isidro fut brusquement surpris chez lui à l’heure du diner, et non moins brusquement conduit au Comité Civil, où il fut accusé de «prier» et donc immédiatement mis en prison : il se trouva alors enfermé dans la salle de garde des Adorateurs, non loin de l’église.

On les libéra provisoirement, leur inculquant l’obligation de se présenter à chaque demande, sinon leurs familles auraient été menacées. Isidro se cacha dans une maisonnette de la montagne.

Aux premiers jours du mois d’août, sa sœur Jesusa vint le prévenir qu’il était convoqué au Comité, et qu’il devrait plutôt s’enfuir à León, la ville proche. Isidro répliqua qu’il n’avait rien à se reprocher, sinon d’être catholique, et qu’il ne voulait pas faire courir de risques à sa famille. Il alla se présenter - et fut arrêté.

Durant sa captivité, il priait le chapelet chaque jour et reçut des visites de son épouse et de ses enfants. Voici quelques-unes des paroles qu’il leur adressa et qu’ils ont fait connaître par la suite :

Je ne peux pas (fuir). De toutes façons, je suis un témoin de Jésus-Christ. Vous devez pardonner à tous, comme je leur pardonne. De tout cœur.

Dis (à ta mère) que nous ne nous verrons plus. Dis-lui aussi de ne pas pleurer, parce que nous sommes des martyrs ; ils nous persécutent et ils nous giflent, comme pour Jésus-Christ. Priez beaucoup pour nous. Nous nous reverrons au Ciel.

Le 20 octobre, lui et un autre collègue furent conduits à l’intérieur de l’église paroissiale, où on les obligea à creuser leur propre tombe. Survint également leur curé, don Genaro, qui allait partager leur sort.

Le 21 octobre, les deux ouvriers furent égorgés et décapités, et jetés dans ces fosses, ainsi que leur curé, qui reçut un coup de pistolet à la tempe.

Isidro Fernández Cordero fut béatifié en 2016, et inscrit au Martyrologe le 21 octobre.

A cette cérémonie de béatification, était présent le dernier fils vivant d’Isidro, Enrique, âgé de quatre-vingt cinq ans, né en 1931.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens