Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 avril 2020 6 25 /04 /avril /2020 09:55

Josefa Ytóiz

1871-1936

 

Josefa Ytóiz naquit le 3 ou 4 mars 1871 à Pamplona (Navarre, Espagne NW).

D’habitude, les Espagnols portent un double nom de famille, celui du père et celui de la mère, mais Josefa n’en a pas, parce qu’elle fut abandonnée à la naissance à un orphelinat. L’aumônier qui la baptisa dès le lendemain, lui donna le nom de Josefa Ytóiz, et la confia à un couple qui, cependant, la restitua à l’orphelinat une semaine plus tard. Le bébé fut alors confié à Matías Uganda di Iraizóz et à son épouse, qui l’élevèrent consciencieusement.

En 1878, Josefa reçut la Confirmation.

En 1892, Josefa entra dans le monastère des Conceptionnistes d’Escalona, grâce à la dot que payèrent ses parents adoptifs.

En 1894, elle émit la première profession, et la solennelle en 1897, prenant le nom de Marie de Saint-Joseph. Le Père adoptif de Jésus l’avait vraiment protégée.

Cette Religieuse qui avait été abandonnée, se montra très fraternelle, très serviable, très intérieure, au point qu’elle fut élue et plusieurs fois réélue supérieure du monastère.

Dès la proclamation de la République en Espagne (1931), le monastère d’Escalona fut la cible de moqueries et d’accusations de la part de la mairie. Comme les conduites d’eau du village passaient par le jardin de leur monasstère, on accusa les moniales d’avoir empoisonné l’eau potable, et le maire se permit de venir fouiller dans tous les angles du monastère, en y ajoutant tous les sarcasmes qu’il pouvait imaginer à l’adresse des moniales.

En juillet 1936 arriva le comble des tribulations. Sachant que les anarchistes pouvaient mettre le feu à leur vieux monastère, les moniales organisèrent des tours de veille chaque nuit.

Le 28 juillet, on vint leur intimer l’ordre de quitter le monastère. La Supérieure recommanda aux quatorze moniales de s’habiller en vêtements civils, et de venir dans la chapelle pour y consommer les Hosties du tabernacle et éviter ainsi des profanations du Saint-Sacrement. L’aumônier était présent, et les encourageait à être fidèles jusqu’au bout.

A leur sortie, les moniales furent conduites à la prison municipale où, pendant vingt-quatre heures, elles furent là, mélangées à beaucoup d’autres prisonniers, sans manger ni rien boire.

Le 29 juillet, on les interrogea une par une, toutes les demi-heures. Toutes refusèrent les propositions qu’on leur fit, d’être libérées si elles renonçaient à leur état religieux.

Deux jours plus tard, on les relâcha et elles furent reçues par une dizaine de familles de l’endroit, malgré le grand danger qu’elles couraient. Les moniales furent donc chez ces gens charitables jusqu’au 16 septembre.

On les convoqua alors devant un «tribunal» et, le 17 septembre, on les emmena à la Direction Générale de Sécurité de Madrid. Elles faillirent être abattues en chemin par un groupe de miliciens.

Après une nuit passée dans les souterrains de la Direction Générale, on les enferma dans un couvent-prison : le couvent des Capucines, où se serrèrent quelque mille huit-cents femmes, dont huit-cents religieuses. Courant octobre, un témoin les reconnut dans la «tchéka» où on avait enfermé la Mère Marie de Saint-Joseph et sa vicaire, Marie de l’Assomption. Quelques jours plus tard, voulant les revoir, il vit cependant leurs cadavres ; on n’a rien su de leurs derniers moments.

Mère Marie de Saint-Joseph ainsi que la Sœur vicaire, ont été béatifiées en 2019, et seront inscrites au Martyrologe le 31 octobre.

Partager cet article
Repost0
23 avril 2020 4 23 /04 /avril /2020 13:33

José Muñoz Calvo

1913-1936

 

José Muñoz Calvo naquit le 16 octobre (ou le 18 avril ?) 1913 à Alhama de Grenade (Espagne)

Fervent chrétien, il fut président de l’Action Catholique pour Alhama de Grenade.

On l’arrêta chez lui dès le 27 juillet 1936, pour l’emmener faire sa «déclaration» au Comité, ce qu’il fit sans opposer résistance.

On le retint en prison pendant tout le mois suivant.

Il reçut la palme du martyre à Alhama de Grenade 30 août

José Muñoz Calvo devrait être béatifié en 2020, et inscrit au Martyrologe le 30 août.

Partager cet article
Repost0
23 avril 2020 4 23 /04 /avril /2020 13:31

José Frías Ruiz

1902-1936

 

José Frías Ruiz naquit le 20 avril 1902 à Comares (Málaga, Espagne).

Il fit les études au séminaire de Málaga, puis de Grenade, et reçut l’ordination sacerdotale en 1929.

Il fut vicaire d’Alhama de Grenade, dont le curé était Pedro Ruiz de Valdivia Pérez.

Tous deux furent arrêtés le 27 juillet et reçurent le martyre devant la ferme Ciruelo d’Alhama de Grenade, le 30 août 1936.

José Frías Ruiz devrait être béatifié en 2020, et inscrit au Martyrologe le 30 août.

Partager cet article
Repost0
21 avril 2020 2 21 /04 /avril /2020 22:20

Fernando de Pablos Fernández

1876-1936

 

Fernando de Pablos Fernández naquit le 6 avril 1876 à Valcuende (León, Espagne).

Maître d’école, il demanda à entrer dans l’Ordre dominicain comme frère convers.

Il enseigna à nouveau, mais dans les couvents de l’Ordre, à Almagro en 1904, puis en divers autres couvents jusqu’à celui d’Almería, où il fut sacristain.

Réfugié dans un hôtel le 22 juillet, il y fut arrêté par des miliciens, qui l’enfermèrent d’abord dans le couvent - transformé en prison - des Adorateurs, puis à bord du bateau-prison Astoy Mendi. Au soir du 10 septembre, on l’emmena à la porte du cimetière pour l’assassiner.

Il fut assassiné le 11 septembre 1936 au lieu-dit Pozo Cantavieja (Tahal, Almería). On trouve aussi la date du 26 septembre, qui est peut-être erronée.

Fernando de Pablos Fernández devrait être béatifié en 2020, et inscrit au Martyrologe en date du 11 septembre.

Partager cet article
Repost0
21 avril 2020 2 21 /04 /avril /2020 22:18

Ceferino Fernández Martínez

1886-1936

 

Ceferino Fernández Martínez naquit le 26 août 1886  à Villanueva de la Nía (Santander, Espagne).

En 1908, il entra au collège dominicain d’Almagro, où il fit la première profession la même année, prenant le nom de Luís María.

On l’envoya en mission à Cuba et au Mexique.

En 1934, il revint en Espagne et se trouvait à Almería lors de la guerre civile espagnole de juillet 1936.

En même temps que son Confrère Fernando de Pablos Fernández, il fut assassiné le 11 septembre 1936 au lieu-dit Pozo Cantavieja (Tahal, Almería).

Ceferino Fernández Martínez devrait être béatifié en 2020, et inscrit au Martyrologe le 11 septembre.

Partager cet article
Repost0
21 avril 2020 2 21 /04 /avril /2020 21:28

Juan Aguilar Donis

1886-1936

 

Juan Aguilar Donis naquit le 1er juin 1886 à Amuso de Campos (Palencia, Espagne).

Après ses études de philosophie et de théologie au couvent d’Almagro, il fut ordonné prêtre.

Envoyé en divers couvents, il se trouvait en 1936 à Almería.

Quand éclata la guerre civile, il se réfugia chez un bienfaiteur, pendant environ un mois. Le 26 août, il fut arrêté et subit des séances de torture.

Le 3 septembre, il fut assassiné au lieu-dit Pozo de La Lagarta, Tabernas, Almería.

Juan Aguilar Donis devrait être béatifié en 2021, et inscrit au Martyrologe le 3 septembre.

Partager cet article
Repost0
21 avril 2020 2 21 /04 /avril /2020 21:08

Fernando Grund Jiménez

1907-1936

 

Fernando Grund Jiménez naquit le 14 février 1907 à Málaga (Espagne).

Après ses premières études chez les Jésuites, il fréquenta le séminaire et fut ordonné prêtre en 1931.

Il fut envoyé à Almería comme prédicateur en milieu ouvrier.

Dès le début de la guerre civile, il chercha à trouver refuge avec son Confrère, le p. Tomás Morales y Morales, chez des amis, mais on les reconnut dans la rue. On les mit en prison, puis dans un bateau-prison du port, le Astoy Mendi, où se trouvaient déjà d’autres Religieux.

On les en fit sortir le 30 août et, dans la nuit, on les fusilla au lieu-dit Pozo de La Lagarta (Tabernas, Almería).

Fernando Grund Jiménez devrait être béatifié en 2020, et inscrit au Martyrologe le 31 août.

Partager cet article
Repost0
21 avril 2020 2 21 /04 /avril /2020 21:07

Tomás Morales y Morales

1907-1936

 

Tomás Morales y Morales naquit le 12 juillet 1907 à Carrizal de Ingenio (Las Palmas, Canaries, Espagne), un des neuf enfants de José Morales, un simple ouvrier, et d’Andrea Morales.

Entré dans l’Ordre des Dominicains, il fit la profession en 1924 et fut ordonné prêtre en 1931.

Il fut aux couvents d’Almagro et de Ciudad Real.

En 1933, il fut nommé professeur de grec et d’hébreu au collège d’Almería, car il était très spécialisé dans les langues anciennes ; il savait aussi l’arabe.

Tomas travailla avec ardeur au service de la jeunesse, comme professeur, comme respondable d’Action Catholique.

Malgré cet impact de formateur, il fut vite dans l’œil de mire des marxistes. Dès le début de la guerre civile, il chercha à trouver refuge avec son Confrère, le p.Fernando Grund Jiménez, chez des amis, mais on les reconnut dans la rue. On les mit en prison, puis dans un bateau-prison du port, le Astoy Mendi, où se trouvaient déjà d’autres Religieux.

On les en fit sortir le 30 août et, dans la nuit, on les fusilla au lieu-dit Pozo de La Lagarta (Tabernas, Almería).

Tomás Morales y Morales devrait être béatifié en 2020, et inscrit au Martyrologe le 31 août.

Partager cet article
Repost0
21 avril 2020 2 21 /04 /avril /2020 20:52

Fructuoso Pérez Márquez

1884-1936

 

Fructuoso Pérez Márquez naquit le 9 février 1884 à Almería (Espagne), de Francisco Pérez Aznar et María Josefa Márquez et fit de bonnes études au séminaire.

Il entra dans le Tiers-Ordre dominicain, mais ne persévéra pas dans la voie du sacerdoce -, probablement pour travailler et aider la famille économiquement.

Après avoir accompagné en Amérique son oncle prêtre (Andrés Márquez), il s’occupa à Almería du journal La Independencia, dont une autre employée deviendra son épouse, María Barceló Toro. Ils eurent quatre enfants.

Il devint administrateur du journal et l’un des plus importants directeurs.

Fructuoso était aussi un excellent pianiste.

Quand il fut responsable principal du journal, il s’efforça de maintenir coûte que coûte la ligne chrétienne et royaliste de cette publication. C’est pour cette raison que le siège en fut plusieurs fois attaqué par des groupes de gauche anticléricaux.

Fructuoso n’avait pas peur de ses positions personnelles ; il quitta le parti Action Nationale pour celui de Communion Traditionaliste (1934).

Au moment de l’explosion de la Révolution de l’été 1936, le journal devait paraître dans une nouvelle formule élargie ; mais les agitations d’Almería ne permirent pas même la réouverture des ateliers.

Le 28 juillet, Fructuoso fut arrêté et jeté dans un bateau-prison du port d’Almería. Le 15 août, le jour de la fête de l’Assomption, on le conduisit sur la plage de La Garrofa pour le fusiller. En même temps, on fusilla le fils de son collaborateur principal.

On ne communiqua pas cette nouvelle à la famille. Plus tard, l’épouse de Fructuoso reçut une petite carte au nom de la veuve de Monsieur Fructuoso Pérez Márquez.

Fructuoso Pérez Márquez devrait être béatifié en 2020, et inscrit au Martyrologe le 15 août.

Partager cet article
Repost0
21 avril 2020 2 21 /04 /avril /2020 16:30

Natalio Camazón Junquera

1873-1936

 

Natalio Camazón Junquera naquit le 1er décembre 1873 à Castromocho (Palencia, Espagne).

Au couvent dominicain d’Almagro, il avait fait la profession et reçu le sacerdoce.

Voir la notice Dominicains martyrs à Almagro 1936.

Il reçut la grâce du martyre à El Picado (Almagro, Ciudad Real), le 14 août 1936.

Natalio Camazón Junquera devrait être béatifié en 2020, et inscrit au Martyrologe le 14 août.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens