Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 juillet 2015 3 29 /07 /juillet /2015 23:00

Edward Powell

1478-1540

 

Il était né vers 1478 dans le Pays de Galles.

Cet illustre théologien fut élève de l’université d’Oxford, puis de Oriel College en 1495. Docteur en 1506, avec le titre de perdoctus vir, il fut recteur à Bleadon (Somerset), Lincoln, Cariton-cum-Thuriby (1505), Sutton-in-Marisco (1525), ainsi qu’aux environs de Bristol et Salisbury.

Très considéré par le roi Henri VIII, il écrivit pour lui une Assertio Septem Sacramentorum, en réponse à Luther et qui fut louée par l’université d’Oxford, qualifiant Edward de gloire de l’université. Il fut ensuite un des quatre théologiens choisis pour défendre la légalité du mariage de Catarina d’Aragon, au sujet duquel il écrivit un Tractatus de non dissolvendo Henrici Regis cum Catherina matrimonio.

C’était sa condamnation. Dénoncé à Cromwell, il tomba en discrédit, privé de sa charge à Salisbury (1534), et la même année accusé de haute trahison.

Prisonnier à la Tour de Londres, il attendit l’exécution de la sentence jusqu’au 30 juillet 1540 ; avec lui devaient mourir aussi Thomas Abel et Richard Featherstone, mais aussi trois Protestants, jugés hérétiques. Tandis que ces derniers furent brûlés vifs, les trois prêtres catholiques furent pendus, éviscérés et écartelés.

Le culte d’Edward et de ses Compagnons a été confirmé en 1886, ce qui équivaut à la béatification.

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2015 3 29 /07 /juillet /2015 23:00

Edward Powell

1478-1540

 

Il était né vers 1478 dans le Pays de Galles.

Cet illustre théologien fut élève de l’université d’Oxford, puis de Oriel College en 1495. Docteur en 1506, avec le titre de perdoctus vir, il fut recteur à Bleadon (Somerset), Lincoln, Cariton-cum-Thuriby (1505), Sutton-in-Marisco (1525), ainsi qu’aux environs de Bristol et Salisbury.

Très considéré par le roi Henri VIII, il écrivit pour lui une Assertio Septem Sacramentorum, en réponse à Luther et qui fut louée par l’université d’Oxford, qualifiant Edward de gloire de l’université. Il fut ensuite un des quatre théologiens choisis pour défendre la légalité du mariage de Catarina d’Aragon, au sujet duquel il écrivit un Tractatus de non dissolvendo Henrici Regis cum Catherina matrimonio.

C’était sa condamnation. Dénoncé à Cromwell, il tomba en discrédit, privé de sa charge à Salisbury (1534), et la même année accusé de haute trahison.

Prisonnier à la Tour de Londres, il attendit l’exécution de la sentence jusqu’au 30 juillet 1540 ; avec lui devaient mourir aussi Thomas Abel et Richard Featherstone, mais aussi trois Protestants, jugés hérétiques. Tandis que ces derniers furent brûlés vifs, les trois prêtres catholiques furent pendus, éviscérés et écartelés.

Le culte d’Edward et de ses Compagnons a été confirmé en 1886, ce qui équivaut à la béatification.

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2015 3 29 /07 /juillet /2015 23:00

Thomas Abell

1497-1540

 

Thomas Abell  (souvent abrégé en Abel, par erreur) naquit vers 1497, mais on n’a pas retrouvé les circonstances familiales de son enfance ni le lieu de sa naissance.

On sait qu’il étudia à Oxford et que, devenu prêtre, il entra avant 1528 au service de la reine Catherine comme aumônier, mais aussi comme professeur de musique et de langues vivantes. 

La reine lui confia une mission auprès du roi d’Espagne et, à son retour, elle l’honora du bénéfice de Bradwell (Essex).

De son côté, Thomas resta un inébranlable soutien de la reine dans son infortune, quand elle fut renvoyée par le roi. Il publia même en 1532 un écrit, Invicta veritas, où il affirmait et démontrait que la loi ne permettait pas au roi de divorcer de son épouse légitime. C’était publié à Anvers, sous un pseudonyme, mais l’auteur fut vite démasqué.

Une première fois arrêté à Beauchamp Tower, libéré pendant un an, de nouveau arrêté en décembre 1533, Thomas fut accusé de répandre les prophéties d’Elizabeth Barton (une voyante de l’époque), de soutenir la reine Catherine.

On le tint enfermé dans la Tour de Londres. Durant cette période, il écrivit un rebus sur le mur, paraphrasant son nom (A bell Thomas), ainsi qu’une pétition à Cromwell le suppliant d’alléger un peu le strict confinement où il se trouvait et de lui permettre de célébrer la Messe.

Thomas fut condamné pour s’être soumis à l’évêque de Rome (le Pape), et pour s’être révélé un ennemi à la fois du roi et du royaume. On énonça la sentence : Vous serez traîné sur une claie jusqu’à l’endroit de l’exécution, vous serez pendu et remis à terre encore vivant, on vous coupera les membres et on les jettera au feu, on vous brûlera les boyaux sous les yeux, on vous coupera la tête, on mettra votre corps en morceaux, selon la volonté du Roi, et que Dieu ait pitié de votre âme.

Ce supplice «raffiné» eut lieu le 30 juillet 1540 à Smithfield (Londres) ; avec Thomas devaient mourir aussi Edward Powell et Richard Featherstone, mais aussi trois Protestants, jugés hérétiques. Tandis que ces derniers furent brûlés vifs, les trois prêtres catholiques furent pendus, éviscérés et écartelés.

Deux jours avant, avait été exécuté un autre Thomas : Cromwell.

Le culte de Thomas Abell et de ses Compagnons a été confirmé en 1886, ce qui équivaut à la béatification.

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2015 3 29 /07 /juillet /2015 23:00

Richard Fetherston

 ? -1540

 

On n’en connaît pas le lieu et la date de la naissance. Son nom se trouve aussi sous les formes Fetherstone, Featherstone.

Dans son De Illustribus Angliæ Scriptoribus, Pits le qualifie de Docteur en Théologie Sacrée.

Aumônier de la reine Catarina d’Aragon, épouse du roi Henry VIII, il fut le précepteur de leur fille, Mary, future reine, et fut un des théologiens nommés pour défendre la Reine dans la procédure du divorce demandé par le Roi. Il aurait écrit un Contra Divortium Henrici et Catharinæ Liber unus, qu’on n’a pas retrouvé.

Il fut un des rares à refuser de signer la déclaration de nullité du mariage d’Henry VIII et de Catarina ; puis, en 1534, il refusa aussi de signer le Serment de Suprémacie, qui mettait l’autorité du roi au-dessus de celle du Pape.

Enfermé dans la Tour de Londres le 13 décembre 1534, il fut apparemment prisonnier jusqu’au jour de son exécution, à Smithfield, le 30 juillet 1540, avec Edward Powell et Thomas Abell, ainsi que trois autres ministres «hérétiques» (protestants), qui professaient les thèses de Zwingli.

Après leur exécution, les morceaux de membres des Martyrs furent exposés aux portes de la ville, leurs têtes sur des piques le long du pont de Londres.

Le culte de Richard et de ses Compagnons a été confirmé en 1886, ce qui équivaut à la béatification.

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2015 3 29 /07 /juillet /2015 23:00

Manés de Guzmán

1170-1234

 

Saint Domingo (Dominique) de Guzmán avait deux frères aînés : le premier, António, fut chanoine ; le second, Manés, était né à Calaruega (Burgos, Espagne), vers 1170. Leurs pieux parents étaient Félix de Guzmán et Juana de Aza.

Manés étudia auprès de son oncle maternel Gonzalo à Gumiel de Izán et serait même entré un temps dans le monastère cistercien de Calaruega. Il avait l’âme du contemplatif, mais aussi il fut conquis par l’idéal de son frère : prêcher la Vérité, et fut ainsi parmi les premiers disciples de Domingo.

Le saint Fondateur des Frères Prêcheurs (Dominicains) envoya son frère Manés avec quelques autres à Paris, pour y fonder le couvent Saint-Jacques.

A partir de 1219, Manés dut s’occuper des religieuses dominicaines de Madrid.

Quand Domingo fut canonisé (1234), Manés vint à Caleruga pour y faire construire un sanctuaire sur le lieu de naissance de son saint Frère. Ce sanctuaire serait plus tard un monastère de contemplatives.

Manés mourut cette même année, le 30 juillet 1234, dans le monastère Saint-Pierre de Gumiel de Izán.

Son culte fut confirmé six siècles plus tard, en 1834.

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 23:01

Guillaume Pinchon

1184-1234

 

Guillaume Pinchon (ou Pichon) vit le jour à Fleur d’Aulne, d’Ollivier et Jeanne Fortin.

Garçon au cœur pur, on dit qu’il opposa une ferme fin de non-recevoir à une femme effrontée qui le provoquait.

Elevé à Saint-Brieuc, clerc, il devint le secrétaire de l’évêque, Josselin, qui lui conféra le sacerdoce.

Sous les évêques suivants, il obtint un canonicat à Tours. A la mort de l’évêque Silvestre (1220), il fut appelé à lui succéder sur le siègle de Saint-Brieuc, à trente-six ans.

Un de ses soucis fut l’édification de la cathédrale, déjà commencée, mais qui ne fut achevée qu’après sa mort.

Une grave disette s’abattit sur le diocèse en 1225, et l’évêque vint au-devant des difficultés en donnant à manger aux pauvres. On le vit lui-même faire le feu sous la marmite.

Un long conflit opposa le duc de Bretagne aux évêques bretons, dont il contesta les droits fiscaux perçus par le clergé local, tels le tierçage, les dîmes, le past nuptial. Les évêques en appelèrent à Rome, le pape jeta l’interdit sur la Bretagne (1228), les évêques durent s’exiler. Guillaume rejoignit Poitiers où, pendant deux ans, il aida fraternellement l’évêque local, qui était malade.

En 1230, le duc de Bretagne capitula et les évêques purent reprendre leurs sièges. 

Désormais, l’évêque Guillaume put donner libre cours à sa charité, accueillant chaque jour des pauvres, vidant ses greniers, empruntant et mendiant pour leur donner à manger.

En juillet 1234, il tomba malade et mourut pieusement, entouré de ses chanoines, le 29 juillet 1234.

Il y eut tant de miracles à son tombeau, que les aumônes du peuple reconnaissant suffirent à payer les frais pour achever rapidement la cathédrale. Guillaume avait bien prédit : J’achèverai mon Eglise, vif ou mort.

Le successeur de Guillaume, Philippe, fit tout de suite l’enquête sur les miracles et présenta son rapport au pape, qui se trouvait en déplacement à Lyon, pour le 13e concile œcuménique (1245).

Guillaume Pinchon put donc être canonisé dès 1247.

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 23:00

Louis et Zélie Martin

1823-1894 et 1831-1877

 

On ne peut qu’être heureux de savoir que deux époux sont béatifiés dans l’Eglise : Louis et Zélie Martin ont été proclamés Bienheureux le dimanche 19 octobre 2008, et pourront successivement devenir également Saints. Une remarque trop rapide et superficielle pourrait dire : C’est normal qu’ils soient Saints, puisque leur fille Thérèse est une Sainte. Ce raisonnement serait parfaitement faux. C’est d’ailleurs le contraire qui s’est passé : Louis et Zélie ont cherché la sanctification en Dieu, quotidiennement, et un des fruits de cette élévation à Dieu a été leur fille, Sainte Thérèse.

Qu’ont-ils donc fait ? Qui étaient-ils, ces parents ? A première vue, rien de très extraordinaire. Tout est dans le quotidien, dans la simplicité : et c’est précisément là qu’ils ont rencontré Dieu.

Louis Martin est né à Bordeaux en 1823, ses parents finissent par se fixer à Alençon ; en grandissant, il se sent une vocation religieuse à laquelle il préfère un autre genre de vie. Il ouvre une bijouterie-horlogerie. Il a des loisirs, comme tout bon petit bourgeois de province : la pêche à la ligne, le billard au café du coin avec quelques amis, quelques voyages et même un peu de “boursicotage”, mais surtout il est un chrétien convaincu et actif et, en dehors de ses devoirs religieux proprement dits (il va chaque dimanche à l’église, il reçoit les Sacrements aussi, il prie beaucoup) -  il cherche à rencontrer Jésus dans les pauvres et participe aux Conférences Saint-Vincent-de-Paul, organisées par Frédéric Ozanam (lui aussi Bienheureux) en vue de venir en aide aux nécessiteux. C’est sa mère qui lui fait rencontrer en 1858 - il a trente-cinq ans déjà - cette belle jeune fille qui sera son épouse.

Zélie Guérin est née en 1831 ; elle aussi a renoncé à une vie religieuse, et a ouvert une petite mercerie de dentelles à Alençon. En se rencontrant, Louis et Zélie ont tout d’abord uni leur foi en Dieu et ont cherché à faire Sa volonté avant tout. Zélie se plaisait à dire : Dieu est le Maître ; à quoi Louis ajoutait : Dieu premier servi.

De leur mariage naîtront neuf enfants, dont quatre mourront en bas âge. Tristesse pour des parents, ces deuils affinent leur foi. L’espérance de la vie éternelle les fait vivre plus intensément en union avec Dieu. Zélie écrit : “Nous nous efforçons de remettre toutes choses entre les mains de Dieu et d’attendre les événements dans le calme et l’abandon à sa volonté”. 

Leur vie chrétienne est intense : chaque matin ils vont participer à l’Eucharistie, Louis pratique l’adoration nocturne ; chaque jour ils prient avec leurs enfants en famille ; constamment ils sont remplis d’attention pour les autres, qu’ils soient domestiques, voisins ou connaissances. Les quatre filles de ce ménage grandissent véritablement “dans l’Eglise”. L’une d’elle, Céline, écrit : “Quand Papa avait communié, il restait silencieux sur le chemin du retour, continuant - nous disait-il - à (s’) entretenir avec Dieu”.

Zélie a été très tôt frappée par la maladie. Un cancer au sein se déclare dès 1865 - elle a 34 ans, et elle continuera sa mission de mère pendant douze années encore. Elle mourra à quarante-six ans (1877), jeune encore, pleine de vertus et de mérites, acquis héroïquement dans l’acceptation quotidienne de la volonté de Dieu.

Louis s’installera à Lisieux avec ses cinq filles. C’est une vie chaleureuse, avec ses sorties, ses promenades, les veillées où l’on s’entretient dans une tendre atmosphère devant le feu de cheminée. Quatre de ses filles entreront au Carmel et une autre chez les Visitandines de Caen. Bientôt une pénible artériosclérose le séparera toujours plus des siens, jusqu’à ce qu’il doive être interné définitivement en hôpital psychiâtrique. Il meurt en 1894.

Les époux Martin ont su être la “Lumière du monde” (Mt 5,13-16), ils ont “marché humblement avec Dieu” (Mi 6,8), ils ont cherché l’avis du Seigneur.

Ces nouveaux Bienheureux sont pour nous un don de Dieu : 

- un don pour les époux : ils vécurent l’union indissoluble de leur mariage, pendant dix-neuf années. Zélie écrivait à Louis : “Je ne puis pas vivre sans toi, mon cher Louis”, et il lui répondait : “Je suis ton mari et ami qui t’aime pour la vie”.

- un don pour les parents : ils reçurent de Dieu cette mission de donner la vie, malgré la fatigue, malgré la maladie de Zélie.

- un don pour tous ceux qui ont perdu un conjoint : Louis a accepté son veuvage avec foi et courage, se donnant entièrement au bien de ses enfants.

- un don pour tous les malades : ils ont accepté la maladie et la mort en face, sans rien refuser à Dieu.

Oui, vraiment, sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte-Face, Docteur de l’Eglise, avait raison de dire : 

“Le Bon Dieu m’a donné un père et une mère plus dignes du Ciel que de la terre”.

Le miracle examiné pour la béatification fut celui de la guérison d’un bébé italien atteint d’une malformation pulmonaire à la naissance, guéri en 2002. 

Louis et Zélie seront très probablement fêtés ensemble dans le diocèse de Lisieux, mais au Martyrologe leur nom sera inscrit aux jours respectifs de leur mort sur terre - leur naissance au ciel : 29 juillet pour Louis, 28 août pour Zélie.

 

Sources :     Homélie du cardinal Martins, lors de la Béatification

        Article du journal La Croix du dimanche 19 octobre

        Hagiography Circle : http://newsaints.faithweb.com/

 

Le miracle qui permit la canonisation des Epoux Louis et Zélie Martin, concerne une petite fille de l’archidiocèse de Valencia (Espagne), née prématurément en octobre 2008 après une grossesse très difficile, et souffrant de multiples pathologies. Une hémorragie cérébrale très grave aurait pu entraîner des dommages irréversibles. La sachant en danger de mort, conseillés par le carmel de Serra, proche de Valence, ses parents commencèrent une neuvaine au bienheureux couple Martin. L'enfant se remit graduellement et la guérison fut reconnue "scientifiquement inexplicable" par les experts. Aujourd'hui, Carmen a six ans et ne garde aucune séquelle.

La canonisation a été annoncée pour le 18 octobre 2015.

 
Partager cet article
Repost0
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 23:00

Mancius de la Croix

?-1627

 

De ce jeune Japonais, on sait juste qu’il fut arrêté et mis en prison pour sa foi et qu’en prison il rencontra le père Luis Exarch.

Ce dernier put lui remettre l’habit de l’Ordre dominicain, et Mancius fit sa profession au matin du 29 juillet 1627.

Ce matin-là, on emmena le père Luis et ses deux compagnons de cellule, et désormais aussi ses frères en religion, au lieu de leur supplice. 

C’est sur une colline proche d’Ōmura (Nagasaki) qu’ils furent attachés tous les trois à des colonnes et moururent asphyxiés par les flammes qu’on allumait près d’eux, mais pas trop près pour faire durer le supplice.

Mancius a été béatifié en 1867, avec le père Luis et son Compagnon, Petrus de Sainte-Marie.

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 23:00

Luis Exarch

1596-1627

 

Il naquit à Barcelone (Espagne) en 1596.

Entré chez les Dominicains de Barcelone à l’âge de quatorze ans, il demanda à prendre le nom de son oncle, Luis Bertrán (voir au 9 janvier).

Après sa profession, il fut envoyé à Orihuela. 

Il n’avait pas vingt ans quand il demanda à partir pour les missions d’Extrême-Orient. En 1618, il partit à pied pour rejoindre le port d’embarcation, Séville, arriva à Manille, où il fut vraisemblablement ordonné prêtre après y avoir achevé ses études. Il apprit le dialecte local, mais surtout le chinois. C’était l’époque où la persécution s’était déchaînée au Japon. Luis fut pressenti pour partir sur ce champ d’apostolat. Il y parvint en 1622.

Ayant d’abord étudié la langue, il sillonna pendant trois ans la région de Ōmura, catéchisant, baptisant, confessant, jour et nuit, inlassablement.

Arrêté le 28 juin 1626, il fut jeté en prison, dans une cellule très étroite, où il resta une année. Durant ce temps, il put célébrer la Messe ; il remit aussi à deux jeunes compagnons l’habit religieux.

C’est à Ōmura (Nagasaki) qu’il subit le martyre, le 29 juillet 1627. Ce matin-là, les deux compagnons firent la profession. Ils furent attachés tous les trois à des colonnes et moururent asphyxiés par les flammes qu’on allumait près d’eux, mais pas trop près pour faire durer le supplice.

Luis a été béatifié en 1867, avec ses deux Compagnons.

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 23:00

Petrus de Sainte-Marie

1610-1627

 

De ce tout jeune Japonais, on sait juste qu’il était né à Ōmura en 1610 et qu’il fut arrêté et mis en prison pour sa foi ; en prison il rencontra le père Luis Exarch.

Ce dernier put lui remettre l’habit de l’Ordre dominicain, et Petrus fit sa profession au matin du 29 juillet 1627.

Ce matin-là, on emmena au lieu de leur supplice le père Luis et ses deux compagnons de cellule, qui étaient désormais aussi ses frères en religion. 

C’est sur une colline proche d’Ōmura (Nagasaki) qu’ils furent attachés tous les trois à des colonnes et moururent asphyxiés par les flammes qu’on allumait près d’eux, mais pas trop près pour faire durer le supplice.

Petrus a été béatifié en 1867, avec le père Luis et son Compagnon, Mancius de la Croix.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens