Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 mai 2022 5 06 /05 /mai /2022 23:00

Antonia Luzmila Rivas López
1920-1990

Antonia Luzmila naquit le 13 juin 1920, jour de la fête de s.Antoine de Padoue, dont elle porta le nom durant son enfance et sa jeunesse. C’est de sa plume qu’on peut retenir les faits suivants.
Les parents habitent Coracora (Pérou) : Dámaso Rivas et Modesta López. Ils ont onze enfants, l’aînée est Antonia, puis : César (futur prêtre), Priscilla, Carlos, Jorge, Isidora, Alejandrina, Luisa, María Antonieta, Rómulo et Alfonso.
Antonia aime sa famille ; elle apprend à prier avec sa mère, qu’elle accompagne chaque jour à la messe. Elle est joyeuse, elle aime la nature, les plantes et les animaux, mais aussi les pauvres, à qui elle donne volontiers ce qu’elle peut trouver.
En 1934, Antonia part à Lima, à l’école des Sœurs de la Charité du Bon Pasteur. Sa vocation va mûrir et, en 1945, elle émet les vœux religieux, prenant le nom de María Agustina, d’où le surnom qu’on lui donna couramment de Aguchita. En 1949 elle fera la profession perpétuelle.
C’est durant son noviciat que mourut son père, et sa chère maman mourut en 1952.
Jusqu’en 1988, elle s’occupe de la catéchèse, des soins médicaux et de l’éducation auprès des enfants, en particulier des enfants abandonnés dans les quartiers périphériques de Lima. Elle est présente en particulier à l’école Notre-Dame de la Charité du Bon Pasteur.
Entre 1970 et 1975, elle assiste une religieuse âgée parmi les sœurs contemplatives.
Plusieurs fois, elle est nommée et confirmée assistante de la maîtresse des novices.
Durant un retraite ignacienne de trente jours, le prêtre qui la prêchait lui affirma : Aguchita, tu as déjà un pied au Ciel !
En 1987, sœur María Agustina est envoyée à sa demande dans la difficile mission de La Florida (Junín), où elle comble de ses attentions les femmes indigènes. Le travail de María Agustina et des Consœurs n’était pas accepté par les groupes maoïstes, selon lesquels les prêtres et les religieuses détournaient le peuple de la lutte des classes. Le message d’amour de Jésus est l’opposé de la rébellion armée !
Le 27 septembre 1990, des hommes de l’organisation maoïste Le Sentier Lumineux, investissent le quartier de la Florida, rassemblent la population et demandent à rencontrer la Supérieure de la mission. Elle n’était pas là. Sœur María Agustina s’offre aux miliciens en échange de la libération des villageois, et se met en prière, les yeux levés au ciel. Ne trouvant pas la Supérieure, les miliciens abattent María Agustina sous les yeux eberlués des habitants.
Ce martyre eut donc lieu le 27 septembre 1990.
María Agustina sera béatifiée en 2022, et inscrite au Martyrologe le 27 septembre.
Concernant d’autres martyrs de la même époque et dans les mêmes circonstances, voir les notices sur Michał Tomaszek et Zbigniew Strzałkowski, ou encore Alessandro Dordi (9 et 25 août).

Partager cet article
Repost0
6 mai 2022 5 06 /05 /mai /2022 23:00

07 MAI

 

I.

Ste Flavie Domitille, nièce de Flavius Clemens, suppliciée à Terracina, à assimilier fort probablement avec celle mentionnée le 12 mai.

III.

S Quadrat, martyr à Nicomédie, décapité.

IV.

Ss Flavius, martyr à Nicomédie avec ses compagnons, peut-être Auguste, Augustin ; Marcellin, Macrobe, Eutychès, deux groupes de frères.

S Innocent, évêque en Afrique, chassé puis martyrisé par les ariens.

S Valérien, évêque à Auxerre.

?

S Juvénal, martyr, patron secondaire de Benevento, invoqué contre la peste.

Ste Mastidie (Mathie), vierge à Troyes.

Ste Même, vierge et martyre près de Chartres. 

V.

S Misselin (Mesclin), patron de Arcizac-sur-Adour.

VI.

S Hernin (Hoiernin), venu de Grande-Bretagne en Bretagne, ermite à Duault.

S Domitien, évêque à Tongres, puis Maastricht, patron de Huy, qu’il délivra d’un dragon.

VII.

S Cenericus, diacre ermite à Hyesmes près du Mans ; il serait venu de Spolète avec son frère s. Serenedus, diacre aussi, qui s’installa à Saulges.

S Maurelius, évêque à Vicohabentia ; quand il voulut transférer le siège à Ferrare, les habitants le mirent à mort.

S Milehar (Malehard, Maillard), évêque à Sées.

Ste Sessétrude, cellérière à Faremoutier. 

S Blier, venu d’Ecosse en Champagne.

VIII.

S John, évêque à Hexham puis à York (il ordonna s. Bède), fondateur du monastère de Beverley où il mourut.

S Pierre, évêque à Pavie.

XI.

Bse Gisela, fille d'Henri II de Bavière, sœur de s. Henri et femme de s. Etienne de Hongrie, mère de s. Émeric (qui mourut prématurément en 1031) ; veuve, elle fut abbesse à Niedernburg.

S Antoine, ermite à Kiev après le Mont Athos.

XII.

S Reginald (Rinaldo), calabrais, ermite à Falasconi.

XIII.

B Villanus, camaldule, évêque à Gubbio où il construisit un hospice.

B Alberto de Bergame, époux d’une femme acariâtre, tertiaire dominicain.

XVIII.

Ste Rosa Venerini, fondatrice des Maîtresses Pies à Viterbe et Montefiascone, pour l’école des petites filles, canonisée en 2006.

XX.

S Agostino Roscelli (1818-1902), prêtre de Gênes, fondateur à Bobbio des Sœurs de l’Immaculée, apôtre dans les prisons et auprès des jeunes prostituées, béatifié en 1995, canonisé en 2001.

B Francesco Paleari (1863-1939), prêtre italien, avant-dernier de huit enfants, conseiller et collaborateur du b.Giuseppe Allamano (cf. 16 février), béatifié en 2011.

Flavia Domitilla

96

 

Cette illustre Martyre était la fille de Plautilla, cette dernière étant la sœur du consul Flavius Clemens (et peut-être une parente du pape Clemens 1er s’il est avéré que celui-ci était un neveu de Flavius Clemens).

Elle reçut le voile des vierges de ce même Clemens 1er (v. 23 novembre).

Durant la persécution de Domitien, elle fut reléguée en l’île de Ponza (face à Latina, Latium, Italie centrale), avec ses serviteurs Nérée et Achille (qui seront mis à mort le 12 mai suivant).

Rappelée d’exil sous Trajan, elle fut conduite à Terracina (Latina) pour y subir le martyre, asphyxiée dans sa chambre.

Ce martyre est commémoré au Martyrologe le 7 mai.

 

 

Flavius de Nicomédie

3e-4e siècles

 

Flavius reçut le martyre à Nicomédie (Bithynie, act. Izmit, Turquie NW), à une époque mal déterminée.

On lui adjoignait deux frères, Augustus et Augustinus, ainsi que d’autres encore : Marcellinus, Macrobius, Euthychès, mais qui ne sont plus mentionnés actuellement.

Le Martyrologe mentionne Flavius et quatre Compagnons

Saint Flavius de Nicomédie est commémoré le 7 mai dans le Martyrologe Romain.

 

 

Cenericus de Hyesmes

† 669

 

Cenericus serait né à Spolète (Ombrie, Italie), ainsi que son frère Serenedus, issus d’une des familles les plus en vue dans cette ville.

Après avoir amplement étudié les saintes Ecritures, ils voulurent se donner à Dieu. Venus à Rome, ils furent quelque temps dans une communauté bénédictine proche du Vatican, et reçurent le diaconat des mains du pape.

Puis ils allèrent chercher en Gaule un endroit solitaire pour y vivre loin du monde, dans la prière et l’unique recherche de Dieu. Ils visitèrent les tombeaux de s.Martin à Tours et de s.Julien au Mans (v. 11 novembre et 27 janvier), et se fixèrent à Saulges.

Tandis que Serenedus devenait le soutien et la consolation de tous les nécessiteux, Cenericus choisit de se retirer encore plus, au pays d’Hyesmes (auj. Exmes).

Son premier disciple fut un certain Flavart, jeune garçon qu’il avait déjà orienté dans la voie de la piété, puis d’autres vocations se présentèrent. Ces cent-quarante moines apprirent de Cenericus la règle monastique, et surtout l’art de psalmodier.

Cenericus était et demeurait humblement diacre, excerçant sa fonction chaque jour à l’église. Il espérait construire une grande basilique en l’honneur de s.Martin, mais Dieu ne lui en laissa pas le temps. Il mourut le 7 mai 669.

En 910, par crainte des Normands, ses reliques furent transportées à Château-Thierry, où elles furent profanées lors de la Révolution.

Serenedus mourut, lui, vers 680.

Saint Cenericus, mais pas son frère, est commémoré le 7 mai dans le Martyrologe Romain.

 

 

John de Beverley

? -721

 

John naquit au VIIe siècle dans le village de Harpham, province de Deirie qui comprenait les comtés d’York, de Lancastre et la partie du royaume de Northumbrie située au sud de la Tyne. Un désir ardent de se donner au service de Dieu l’attira tout jeune dans le royaume de Kent où il fit de rapides progrès dans la science et la piété, sous la direction de l’abbé Adrian de Cantorbury. Il retourna ensuite dans son pays, reçut l’habit monastique dans l’abbaye de Withby, alors gouvernée par sainte Hilda (v. 17 novembre).

Au commencement du règne d’Alfred, à la mort d’Eata, John fut tiré de sa solitude pour être placé sur le siège de Hexham (687). Il continua néanmoins la vie qu’il menait dans le cloître et consacrait à la contemplation céleste les moments qui n’étaient pas occupés par l’exercice des fonctions épiscopales. Le lieu de sa retraite était une cellule située dans le cimetière de Saint-Michel, au-delà de la Tyne, à près de deux milles de Hagulstad : il y passait en particulier les quarante jours du Carême. Il y prenait pour compagnon quelque pauvre malade auquel il donnait ses soins : une année, il se chargea d’un pauvre muet dont la tête était couverte d’une dartre hideuse. Pendant qu’un médecin soignait ce mal, Jean donnait sa bénédiction aux remèdes qui eurent raison du mal ; de plus, il rendit au muet l’usage de la parole et lui apprit à lire.

Ce fut le même John, évêque de Hexham, qui donna le diaconat et la prêtrise au vénérable Bède (v. 25 mai), sur la présentation de l’abbé Ceolfrid. C’est à Bède que nous devons divers témoignages sur la sainteté et les miracles de John.

John fonda un monastère, dans une forêt à vingt-sept milles d’York. Conformément à l’usage du temps, il y avait là un double monastère, l’un pour les hommes, placé sous la direction de Berchtun, son disciple, l’autre pour les femmes. Ce monastère est à l’origine de la ville de Beverley.

En 705, John fut promu au siège épiscopal de York, qu’il gouverna pendant sept ans. Accablé par l’âge et les fatigues, John se donna un successeur dans la personne de saint Wilfrid, dit le Jeune, et se retira définitivement en 717 dans le monastère de Beverley. Il y passa les quatre dernières années de sa vie dans l’accomplissement exact de la règle monastique et mourut le 7 mai 721.

Le tombeau de John, illustré par ses miracles, devint un des principaux lieux de pèlerinage de l’Angleterre. En 1037, l’archevêque de York, Alfric, fit une translation des reliques de John et c’est alors que John fut officiellement canonisé. Les nombreux miracles de guérisons attribués à John le rendirent très célèbre durant tout le Moyen-Age et furent en même temps un facteur de grande prospérité pour la ville de Beverley.

Un siècle après, il est question de la “bannière de saint John”. Au treizième siècle, lorsqu’on devait lever des impôts dans le Yorkshire, il suffisait, pour la ville de Beverley, qu’un homme allât se présenter avec cette bannière. 

A la fin du treizième siècle, le Chapitre de la cathédrale de Beverley commanda une châsse en or et en argent à un certain Roger, lequel s’engageait à n’entreprendre aucun autre travail avant l’achèvement de cette châsse.

Edward Ier avait une réelle dévotion pour saint John de Beverley. Il alla plusieurs fois s’y recueillir, notamment pour aller combattre les Ecossais en 1300. Le roi s’estima redevable de sa victoire à l’intercession du saint évêque et fit bâtir sur l’emplacement de l’ancien monastère, détruit par les Danois, une riche collégiale sous le vocable de John. D’autres rois utilisèrent à leur tour cette sainte bannière dans leurs campagnes militaires. Quatre siècles plus tard, Henri V se déclara redevable de la victoire d’Azincourt à la protection de John de Beverley qu’il avait invoqué. En conséquence, il voulut que la fête fût chômée dans toute l’Angleterre (1416). La victoire avait eu lieu précisément au jour anniversaire de la translation de John, et ce jour-là on avait remarqué que la tombe faisait jaillir du sang et de l’huile. 

En 1541, le roi Henri VIII ordonna la destruction de cette châsse. Mais en 1664, des artisans découvrirent sous le dallage de l’allée centrale de la cathédrale un caveau contenant diverses reliques avec une inscription attestant l’appartenance de ces reliques à saint John de Beverley. En 1738, lors de la réfection du dallage, les mêmes reliques furent remises en honneur par la construction d’une tombe recouverte d’une large plaque de marbre.

Encore récemment, lors de la fête du 7 mai, une procession avait lieu entre Harpham et l’église, où les enfants déposaient autour de la tombe de saint John des fleurs cueillies dans les champs alentour.

La Bienheureuse Julienne de Norwich, mystique anglaise (v. 14 mai), était dévote de saint John de Beverley, ainsi que le saint chancelier John Fisher, lui-même natif de Beverley (voir au 22 juin).

Pour être complets sur ce grand saint anglais que nous ne connaissons guère, nous retiendrons ici les œuvres attribuées à saint John, recensées par J.Bale, et dont certaines ont malheureusement été perdues : une “Exposition sur saint Luc”, des “Homélies sur les Évangiles”, des Lettres à Herebaldum, Audena et Bertin, des Lettres à l’Abbesse Hyldant.

 

 

 

Gisela de Bavière

985-1060

 

Gisela était la fille aînée d’Henri II de Bavière dit le Querelleur et de Gisèle de Bourgogne.

Elle naquit vers 985, sans doute au château d’Abbach (Ratisbonne).

Elle eut deux frères et une sœur : Heinrich, qui fut l’empereur Henri II ; Bruno, qui fut évêque à Augsburg ; Birgitta, qui fut abbesse à Ratisbonne.

En 995, à dix ans, elle «épousa» (c’est-à-dire : on lui fit épouser) István (ou Etienne), qui allait devenir le premier roi de Hongrie (v. 15 août) ; elle fut ainsi la première reine de Hongrie. Ils eurent trois enfants : Imre (ou Emeric), qui mourut d’un accident de chasse en 1031 ; Otto ; Agatha, qui fut l’épouse d’Edward d’Angleterre (celui-ci s’étant trouvé exilé au Danemark puis réfugié en Hongrie.

En 1038 à la mort de s.Etienne, elle fut très maltraitée par le successeur de celui-ci, qui la fit enfermer. C’est Heinrich III qui la délivra en 1042.

Gisela se retira alors chez les Religieuses de Kochel am See, puis devint abbesse des Bénédictines de Niedernburg (Passau), jusqu’à sa mort, qui advint entre 1060 (date généralement admise) et 1095.

Elle fut déclarée Bienheureuse en 1975.

Elle est inscrite au Martyrologe le 7 mai.

Villano de Gubbio

† 1230

 

Villano signifie proprement de la campagne.

Que le bienheureux Villano fût originaire de campagne, nous ne le savons pas. Il devait être né à Gubbio (Ombrie, Italie C).

Selon certains, il faisait partie de la communauté des camaldules de Fonte Avellana, selon d’autres il fut abbé bénédictin de l’abbaye locale San Pietro, et fut appelé à diriger le diocèse de Gubbio en 1206.

On lui attribue la fondation d’un hospice. 

En 1213, il accueillit favorablement les premiers compagnons de François d’Assise, leur concédant le couvent de Santa Maria della Vittoria.

Villano mourut un 7 mai, vers 1230, 1237 selon certains.

Il n’est pas mentionné dans l’actuel Martyrologe.

 

 

Alberto de Bergame

1214-1279

 

D’une modeste famille de paysans, Alberto naquit à Villa d’Ogna, près de Bergame, vers 1214. Bon travailleur, pieux, il se maria sur les conseils et la volonté des siens, sans jamais oublier ses habitudes de piété et de charité envers les plus pauvres. 

Sa générosité était sans borne, au point que son épouse lui rendait la vie très difficile par ses remontrances. Mais sa patience resta inaltérable.

Même ses voisins lui rendirent la vie dure, en lui faisant croire qu’il n’était pas propriétaire de ses terres, au point que, par amour de la paix, il quitta Villa d’Ogna, sa femme et ses champs. Après un pèlerinage à Rome, il s’en vint à Crémone, où il entra dans le Tiers-Ordre dominicain.

Toutes ses énergies et tout son temps passèrent à secourir les plus pauvres. Il avait coutume de dire qu’on trouve toujours le temps de faire le bien, quand on le veut.

Il pressentit sa mort, reçut les derniers Sacrements et mourut le 7 mai 1279. Les cloches se mirent alors à sonner d’elles-mêmes et toute la population accourut. Un autre fait extraordinaire eut lieu lors de sa sépulture : au fur et à mesure qu’on creusait, la terre se durcissait comme pierre, au point qu’on finit par ensevelir Alberto dans le chœur-même de l’église. Beaucoup de grâces et de miracles furent obtenus par son intercession.

Son culte fut approuvé en 1749, et on le fête encore à Bergame et Crémone en son dies natalis, comme le commémore aussi le Martyrologe Romain au 7 mai.

A Villa d’Ogna, en ce jour, un cortège va puiser de l’eau au “puits de Saint Albert”, sur la place du bourg, et la porte à l’église où elle est bénite. Tout cela sur fond de fanfare et, le soir, de feux d’artifice.

Rosa Venerini

1656-1728

 

Née le 9 février 1656 à Viterbe (Latium, Italie C), Rosa était la troisième des quatre enfants de Goffredo et Marzia Zampichetti. Le père était médecin au grand hôpital de Viterbe. Les enfants s’appelaient : Domenico, Maria Maddalena, Rosa, Orazio.

Rosa était très intelligente et encore plus sensible. Son excellente éducation l’aida à développer ses talents intellectuels et moraux, au sein d’une famille très chrétienne.

A sept ans, elle fit le vœu de consacrer toute sa vie à Dieu. Durant l’adolescence, Rosa fut très tentée par les plaisirs du monde, et, pour rester fidèle à son vœu, recourut à la prière et à la mortification.

A vingt ans, elle se demandait quelle serait sa voie. Le mariage ou le cloître ? Elle appréciait les deux. Un appel intérieur la poussait vers «quelque chose», qu’elle ne comprenait pas encore.

Sur le conseil de son père, elle entra en 1676 chez les Dominicaines de Sainte-Catherine, où sa tante, Anna Cecilia, lui enseigna à écouter la voix de Dieu dans le silence et la méditation. Mais, elle dut sortir du monastère quelques mois plus tard, pour aider sa pauvre mère, subitement devenue veuve.

Successivement moururent son frère Domenico (âgé de vingt-sept ans), et peu après aussi, sa mère, affligée par le chagrin.

Sa sœur Maria Maddalena s’étant mariée, elle se retrouvait seule à la maison avec son frère Orazio. Elle a alors vingt-quatre ans, et ne sait toujours pas quoi faire pour Dieu.

A partir de 1684, elle invite chez elle des jeunes filles et d’autres dames pour prier le chapelet. Elle se rend compte alors, d’après les conversations, que toutes ces personnes ont un niveau de culture d’une extrême pauvreté spirituelle. Elle conçoit alors le dessein de se donner à la formation des jeunes femmes, en ouvrant pour elles une vraie école.

En 1685, avec l’approbation de l’évêque, et avec deux autres amies, elle donne le départ à la première Ecole Publique pour Jeunes Filles d’Italie. Ce n’était qu’un début modeste, mais prometteur.

Les premiers à faire obstacle à Rosa, furent les membres du clergé, qui estimaient que l’enseignement de la doctrine chrétienne était leur affaire. D’autres obstacles vinrent de la bourgeoisie locale, scandalisée de la hardiesse de cette femme du monde, cette femme qui prétendait à elle seule assumer l’enseignement des filles ignorantes.

Rosa ne se laissa pas intimider. Elle savait qu’elle faisait la volonté de Dieu. Qui lui donnèrent raison, furent les prêtres eux-mêmes qui durent reconnaître les fruits excellents de cette œuvre parmi les jeunes filles et les mamans.

Ces fruits ce multiplièrent : en deux ans, Rosa ouvrit dix écoles autour du Lac de Bolsena, proche de Viterbe. L’évêque de Montefiascone l’encouragea, lui fournit le matériel nécessaire, et Rosa organisa les écoles, avec les professeurs adéquats. Elle confia tout ce travail à Lucia Filippini, qui sera la co-fondatrice de l’œuvre et elle même canonisée (v. 25 mars).

En 1706 une école ouverte à Rome fut un échec ; mais Rosa put en ouvrir une avec succès en 1713. Trois ans après, le pape lui-même vint lui rendre visite avec huit cardinaux ; ils écoutèrent les cours et en furent aussi étonnés que satisfaits ; en fin de matinée, le pape lui dit : Mademoiselle Rosa, vous faites là ce que nous ne pouvons pas faire. Nous vous remercions profondément, parce que avec ces écoles, vous allez sanctifier Rome.

Désormais, on va appeler Rosa de partout. Pour répondre, elle devra se déplacer, tout en continuant son travail de formation, avec les joies et les sacrifices que cela comportait. Partout où s’ouvrait une nouvelle école, on notait bien vite le redressement moral de la jeunesse.

Après des débuts très discrets, Rosa avait finalement fondé une nouvelle famille : les Maîtresses Pies (en italien : Maestre Pie, littéralement : les pieuses maîtresses).

Rosa demandait à ses Consœurs de parler continuellement avec Dieu, de Dieu et devant Dieu. Tout ce qu’elle faisait et entreprenait devait être toujours selon la volonté de Dieu et pour le salut des âmes, des femmes en particulier, mais aussi à l’occasion, des malades et des pauvres.

Rosa Venerini mourut saintement à Rome, au soir du 7 mai 1728, après avoir ouvert plus de quarante écoles.

Les Maestre Pie furent aux côtés des Italiens émigrés aux Etats-Unis à partir de 1909, en Suisse à la fin du 20e siècle. Elles ont maintenant étendu leur activité en Europe (Roumanie, Albanie), en Asie (Inde), en Afrique (Cameroun, Nigeria), en Amérique du Sud (Brésil, Chili, Vénézuéla).

Rosa Venerini a été béatifiée en 1952, et canonisée en 2006 ; elle est commémorée le 7 mai.

 

 

Agostino Roscelli

1818-1902

 

Né le 27 juillet 1818 à Bargone di Casarza (Ligurie, Italie), de Domenico et Maria Gianelli, de pauvres paysans, riches de foi. Agostino fut baptisé le jour-même de sa naissance, car on craignait pour sa santé. Il passa son enfance à garder les troupeaux, profitant de sa solitude pour prier. C'est le curé qui lui enseigna les premiers éléments de lecture et écriture.

En 1835, il entendit la vocation sacerdotale. Trop pauvre, il fut aidé par un bon chanoine de Gênes, qui lui trouva une place de sacristain. Une aide financière providentielle lui paya la pension au séminaire de Gênes. Il fut ordonné prêtre en 1846.

Il fut d'abord à Saint-Martin d'Albaro, puis à la paroisse de la Consolata de Gênes en 1854. 

Nommé ensuite aumônier de l'orphelinat, il y resta pendant vingt-deux ans (1874-1896), et y donna le baptême à plus de huit mille enfants abandonnés, en moyenne un chaque jour. 

Puis il sera aumônier de la prison, et particulièrement auprès des condamnés à mort.

Il eut l'idée d'ouvrir une école particulière pour les jeunes filles en danger, sans famille, et sur le point de tomber dans le désordre moral. Pour elles il fonda la Congrégation des Sœurs de l'Immaculée (1876). Le pape lui-même l'encouragea dans cette voie. 

Ces Religieuses se trouvent aujourd'hui en Amérique latine, au Canada, en Roumanie.

Agostino Roscelli mourut le 7 mai 1902 à Gênes, fut béatifié en 1995 et canonisé en 2001.

 

 

Francesco Paleari

1863-1939

 

Francesco naît à Pogliano Milanese le 22 octobre 1863. Son père est Angelo Paleari, sa mère Serafina Oldani ; ce sont de pieux cultivateurs qui eurent huit enfants, dont deux morts en très bas âge. Francesco est l’avant-dernier.

La famille Paleari est très pauvre, mais les parents ont aussi une coutume très rare pour l’époque : ils reçoivent l’Eucharistie chaque dimanche à la Messe. En plus, de retour à la maison, ils amènent avec eux un pauvre qu’ils invitent à table. Tel est l’enseignement qu’ils donnent à leurs enfants : on ne peut pas recevoir Jésus dans l’Hostie, sans ouvrir sa porte aux pauvres.

Francesco viendra à Turin, sur les conseils de son curé. La séparation de la famille lui coûtera, et il aura des doutes sur son choix. Il essaiera même de “faire le mur”, tant la tentation sera forte.

Il fréquente donc le Grand Séminaire de la “Petite Maison de la Divine Providence” (Piccola Casa della Divina Provvidenza) à Turin, une œuvre fondée par s. Giuseppe Cottolengo (v. 30 avril), et sera ordonné prêtre dès 1886, à  vingt-trois ans.

Tout de suite le “pretino” (le petit prêtre, car il était de petite taille) enseigne le latin et la philosophie au séminaire des Tommasini ainsi qu’aux missionnaires de la Consolata, tous deux fondés par le bienheureux Giuseppe Allamano (v. 16 février) . Pendant plus de quarante ans il sera confesseur et directeur spirituel au séminaire diocésain, ainsi que chargé de prêcher les exercices spirituels. On dit de lui qu’il est “le prêtre qui sourit”.

Tous vont à lui, les enfants les premiers, mais aussi les grands : les évêques, les prêtres, les dames de la haute société, les séminaristes, le petit peuple. Tous ont recours à ses conseils paternels et fraternels.

En 1922, il est nommé Chanoine de la Collégiale de la Très Sainte Trinité à Turin. Successivement il reçoit la charge de pro-vicaire général et de vicaire (on dirait aujourd’hui : vicaire épiscopal) pour la Vie Consacrée, dans le diocèse de Turin.

En 1936, une maladie cardiaque le contraint en peu de temps à une quasi inactivité totale. Il a soixante-treize ans, toutes ses activités l’ont éreinté.

Trois ans après, le 7 mai 1939, il s’éteint à Turin.

D’après les constitutions de la Maison Cottolengo, on n’emploiera pas de sommes d’argent pour des causes de béatification, pour réserver tout cet argent à la seule œuvre de bienfaisance. Mais pour Francesco Paleari, on fit une exception : Don Francesco Paleari a été béatifié en 2011, et inscrit au Martyrologe le 7 mai.

Partager cet article
Repost0
5 mai 2022 4 05 /05 /mai /2022 23:00

06 MAI

 

I.

S Lucius de Cyrène, dont il est question dans les Actes des Apôtres (Ac 13:1).

S Evodius, premier évêque à Antioche, nommé par s. Pierre.

II.

S Juste, évêque à Vienne.

III.

Ss Marianus, lecteur, et Iacobus, diacre, martyrs avec d’autres à Lambèse. 

Ste Avoye (Aurée), vierge (sicilienne ?), compagne de ste Ursule, et martyre, très honorée en Bretagne (V. ?).

IV.

S Théodote, évêque à Cyrenia.

S Protogène, évêque à Carrhes.

? S Héliodore, martyr près d’Alger.

S Girons (Géronce), premier apôtre à Aire-sur-l’Adour.

B Henri, évêque en Belgique, retiré à Cambron comme simple moine.

V.

S Venerius, évêque à Milan, ami de s. Chromace d’Aquilée, de s. Delphin de Bordeaux, de s. Jean Chrysostome. 

VI.

Ste Benedicta, moniale d'un couvent de Rome ; sa sainte mort fut annoncée un mois plus tôt par s.Pierre à ste Galla.

S Maurelius, évêque à Imola.

VII.

S Eadberht, évêque à Lindisfarne.

B Hatta, abbé à Saint-Vaast.

Ss Pétronax, abbé au Mont-Cassin, et Paldon, Tason, Taton, moines.

XIII.

S Pedro  Nolasco, auquel remonte la fondation de l’Ordre de Notre-Dame de la Merci, avec s. Raymond de Peñafort ; il est en réalité mort la nuit de Noël.

XIV.

B Bartolomeo Pucci-Franceschi, franciscain après avoir renoncé à sa femme, ses fils et ses richesses.

Bse Elisabeth, dominicaine hongroise à Toess.

XV.

Ste Prudence, religieuse augustine à Come.

XVI.

Bx Edward Jones et Anthony Middleton, prêtres anglais et martyrs, pendus à la porte de leur propre domicile.

XVIII.

S François de Montmorency-Laval, prêtre à Chartres à 19 ans, évêque à Québec (son séminaire deviendra l’université de Laval) ; il défendit les Indiens ; béatifié en 1980, canonisé en 2014.

XIX.

Bse Costanza (Maria Caterina de Sainte Rose de Viterbe) Troiani, clarisse italienne, fondatrice en Egypte de l’Institut des Franciscaines Missionnaires du Cœur Immaculé, béatifiée en 1985.

Bse Rosa Gattorno (Anna Rosa) , veuve à Gênes et fondatrice extrêmement active à Plaisance des Filles de Sainte-Anne-Mère-de-Marie-Immaculée, pour les malades et la pauvre enfance, béatifiée en 2000 ; elle portait les stigmates invisibles de la passion ; à sa mort il y avait trois-cent soixante-huit maisons pour trois-mille cinq-cents religieuses, surtout en Amérique latine.

XX.

Bx Kazimierz Gostyński (*1884) et Henryk Kaczorowski (*1888), prêtres polonais déportés à Dachau, gazés en 1942, béatifiés en 1999.

Lucius de Cyrène

† 1er siècle

 

L’expression de Cyrène peut être trompeuse.

Elle peut signifier l’origine de Lucius, ce qui est le plus vraisemblable. Lucius était né en Libye, à Cyrène. Il s’agit alors de ce Lucius dont il est question dans les Actes des Apôtres (Ac 13:1) : à Antioche, Lucius était du nombre des prophètes et des docteurs.

Si la même expression veut dire évêque de Cyrène, on ne peut qu’élever un doute sur cette nomination, qui semble n’avoir aucun fondement historique.

Saint Lucius de Cyrène est commémoré le 6 mai dans le Martyrologe Romain.

 

 

Evodius d’Antioche

1er siècle

 

Voici ce qu’Ignace d’Antioche écrit à ses fidèles : 

Vous êtes devenus les disciples de Pierre et de Paul ; ne perdez pas le dépôt qui vous est confié. Souvenez-vous aussi du bienheureux Evodius, votre pasteur, qui vous a gouvernés le premier après les apôtres. Montrons-nous dignes fils d’un tel père, et ne soyons pas comme des enfants adultères.

D’après ce témoignage, Evodius aurait donc été établi évêque à Antioche par saint Pierre, au moment où ce dernier quittait cette ville pour se rendre à Rome.

Evodius semble venir du grec, et signifier la bonne voie, celle que l’évêque devait montrer aux fidèles.

Dans les Actes des Apôtres, saint Luc écrit que C’est à Antioche que pour la première fois les disciples reçurent le nom de «chrétiens» (Ac 11:26). En supposant que saint Pierre avait déjà quitté Antioche, on a voulu déduire que cette appellation remontait donc à saint Evodius ; mais il se peut aussi que le nom de «chrétien» ait été d’abord un sobriquet donné par les païens.

Evodius, d’après Nicéphore, aurait aussi composé des ouvrages, dont il ne cite qu’un fragment.

Pour résumer, nous avons là bien des conditionnels au sujet de Evodius, qui n’est plus nommé dans le Martyrologe, où il se trouvait autrefois le 6 mai.

Il mourut peut-être par le martyre, vers 67, mais ce n’est pas sûr. Ignace, qui lui succéda, mourut en 107.

 

 

Marianus et Iacobus de Lambèse

† 259

 

Les Actes de ces deux Martyrs de Numidie (act. Tunisie) constituent une des pièces les plus authentiques de l’histoire des persécutions, ayant été consignés par un témoin (anonyme) direct, qui de plus connaissait bien les deux Héros.

Marianus était lecteur, Iacobus diacre. Ce dernier avait déjà vécu la persécution de Dèce (250) et semblait plus aguerri que son Compagnon.

Dans un songe qu’il eut durant un de ses déplacements, Marianus vit un jeune homme d’aspect magnifique qui venait remettre une ceinture de pourpre à lui, Marianus, et à Iacobus.

Tous deux avaient appris le martyre des saints Agapius et Secundinus (v. 4 mai). Ils voyageaient pour rejoindre les communautés et exercer leur ministère et arrivèrent ainsi aux environs de Cirtha, dans le faubourg de Muguas (auj. Constantine), où la persécution faisait rage.

A peine arrivés, ils furent arrêtés par une troupe armée et interrogés. Professant courageusement et sans ambage leur foi au Christ, ils furent mis en prison.

Un bourreau, assisté d’un centurion et de magistrats, s’acharna sur les deux hommes. Iacobus répétait qu’il était diacre ; Marianus fut suspendu, des poids attachés à ses pieds, et déchiré sur tout le corps : il eut tous les membres disloqués, les entrailles ouvertes, mais il restait heureux de son combat pour le Seigneur.

La nuit suivante, Marianus eut un songe où il voyait s.Cyprien (v. 14 septembre), qui l’invitait à boire la même coupe que lui. Iacobus, lui, vit l’évêque Agapius ainsi qu’un des deux petits garçons jumeaux, martyrisés deux jours plus tôt, qui lui annonçait qu’ils allaient souper ensemble le jour suivant.

Le jour suivant en effet, tomba la sentence du juge, qui condamnait à mort les deux Soldats, mais ceux-ci se réjouissaient d’entrer bientôt dans l’Eternité, où ils allaient retrouver les autres Martyrs. Il n’y avait pas qu’eux, mais on ne connaît pas les noms des autres ; le récit laisse entendre qu’ils étaient nombreux.

Le bourreau disposa toutes ces victimes en longues files le long du fleuve ; il leur banda les yeux et leur donna le coup d’épée final.

Ce fut le 6 mai 259.

L’auteur de ce récit ajoute que la mère de Marianus était transportée de joie d’avoir donné le jour à un tel Soldat fidèle au Christ jusqu’au bout.

Saints Marianus et Iacobus de Lambèse sont commémorés le 6 mai dans le Martyrologe Romain.

 

 

Venerius de Milan

† 409

 

Venerius était un disciple de s.Ambroise (v. 7 décembre) et en reçut le diaconat.

Son zèle le poussa à condamner ouvertement la doctrine origéniste, ce qui lui valut une lettre amicale du pape s.Anastase (v. 19 décembre).

En 400, à la mort du successeur d’Ambroise, Simplicianus, Venerius était prêtre, et fut choisi pour monter sur le siège de Milan, quatorzième évêque de cette ville.

Il reçut la prière des évêques d’Afrique de leur envoyer des prêtres de son clergé, pour remplacer ceux qui, en Afrique, étaient tombés dans l’erreur donatiste.

Une profonde amitié l’unit à s.Chromace d’Aquilée, à s.Delphinus de Bordeaux (v. 2 et 24 décembre), mais surtout à s.Jean Chrysostome (v. 13 septembre), au moment où ce dernier fut chassé de son siège et relégué en un pénible exil (404). 

Venerius mourut en 409.

Saint Venerius de Milan est commémoré le 6 mai dans le Martyrologe Romain.

 

 

Benedicta, romaine

† 547

 

On a parlé de Benedicta dans la notice sur sainte Galla (v. 6 avril).

Elle vivait donc dans le monastère fondé par cette dernière, proche de Saint-Pierre à Rome.

Comme saint Pierre l’avait prédit dans une apparition à Galla, Benedicta mourut un mois après son amie, le 6 mai, peut-être en 547, d’après les Dialogues de s. Grégoire le Grand (v. 12 mars).

Toujours d’après la même source, le chef de Benedicta est vénéré en l’église des Douze Apôtres à Rome.

Sainte Benedicta est commémorée le 6 mai dans le Martyrologe Romain.

 

 

Eadberht de Lindisfarne

† 698

 

Eadberht fut le septième évêque de Lindisfarne (Angleterre NE), juste après s.Cuthbert (v. 20 mars).

Il se distingua par sa connaissance profonde des Ecritures, outre que par ses vertus, notamment par ses aumônes.

D’après s.Bède (v. 25 mai), c’est lui qui fit mettre une toiture de plomb à l’église de Lindisfarne.

Deux fois par an, il se retirait pendant quarante jours avant Pâques et avant Noël, dans une solitude où s.Cuthbert s’était lui-même retiré avant de venir à Lindisfarne.

Le tombeau de s.Cuthbert était un lieu de pèlerinage fréquenté, et de nombreux miracles s’y produisirent. Aussi les moines de l’endroit demandèrent-ils à Eadberht de pouvoir ouvrir ce tombeau et de transporter les ossements de Cuthbert en un lieu plus honorable. Or il y avait déjà onze ans que Cuthbert était mort (687), et malgré cette longue période, les moines trouvèrent les vêtements de Cuthbert brillants comme neufs, le corps lui-même souple et entier, de sorte qu’Eadberht, informé du prodige dans sa solitude, ordonna de placer Cuthbert dans une châsse magnifique et en un endroit élevé du sanctuaire. Quant à l’ancien cercueil, il déclara qu’ayant été sanctifié par un corps si saint, il ne resterait pas longtemps «inoccupé»…

Eadberht mourut en effet peu après ces faits, et fut inhumé dans le cercueil de son saint prédécesseur, le 6 mai 698, après onze ans d’épiscopat.

Les nombreux miracles qui eurent lieu à cet endroit furent attribués simultanément à l’intercession de s.Cuthbert et de s.Eadberht.  

Saint Eadberht est commémoré le 6 mai dans le Martyrologe Romain.

Pedro Nolasco

1180-1256

 

Pedro (Pere en catalan, Pierre en français) naquit vers 1180 au Mas-des-Saintes-Puelles (Castelnaudary, Aude, Languedoc). Certaines sources le font naître vers 1189, et à Barcelone.

Il reçut sa formation dans le domaine paternel. Son père, un riche marchand, mourut cependant quand le garçon avait quinze ans, et Pedro déclara bientôt à sa mère qu’il ne songeait pas au mariage, mais à Dieu seul.

Il s’engagea dans les troupes de Simon de Montfort dans la lutte contre les albigeois (certains disent : contre les Maures). Après la victoire, Simon confia à Pedro l’éducation du très jeune Jaume Ier d’Aragon, dont le père avait perdu la vie dans la bataille.

Cet épisode ouvrit le cœur de Pedro envers les Chrétiens tombés eux-mêmes aux mains des Maures ; il voulut les racheter et décida de sacrifier ses biens pour procurer leur délivrance. Il consulta Raymond de Peñafort (v. 6 janvier) et réunit autour de lui des amis qui, avec lui, auraient travaillé au rachat des captifs.

Tandis que les hommes critiquaient cette entreprise, Notre-Dame, elle, apparut à Pedro le 1er août 1218 pour l’encourager. Raymond de Peñafort ainsi que Jaume Ier eurent la même vision. Une première approbation arriva de l’évêque de Barcelone ; les premiers compagnons firent les trois vœux habituels, auxquels ils ajoutèrent celui d’engager leurs biens - et si nécessaire, leurs propres personnes, pour la délivrance des prisonniers. Leur habit était blanc. Il y eut très vite de nombreuses vocations.

Dans une première mission à Valencia et Grenade, Pedro put faire délivrer quatre-cents prisonniers. Bien sûr, il en profita pour enseigner aux Maures les vérités de l’Evangile. Il voyagea aussi à Alger.

L’Ordre de Notre-Dame de la Merci pour le Rachat des Captifs devint vite célèbre dans toute l’Europe. En 1235, le pape autorisa les Religieux à adopter la Règle de saint Augustin. On dit que l’Ordre a pu procurer le rachat de quelque soixante-dix mille prisonniers, dont presque trois-mille du vivant du Fondateur.

Pedro fut favorisé de visions, il vit les progrès futurs de son Ordre, et fut enseigné sur la meilleure façon de le gouverner.

Louis IX de France entendit parler de lui et le rencontra pour lui proposer de l’accompagner dans sa croisade. Pedro accepta, mais tomba malade peu après.

La veille de Noël, il se trouva transporté à sa place dans le chœur, sans savoir comment ; l’évêque de Barcelone accourut pour lui donner une dernière bénédiction et Pedro mourut dans les premières heures de Noël, 25 décembre 1256 (ou 1258).

Pedro Nolasca fut canonisé en 1628.

En raison de récentes études accomplies aux Archives Royales de Barcelone, il se trouverait que Pedro serait mort en réalité le 6 mai, ce qui explique que le Martyrologe le mentionne à cette date.

 

 

Bartolomeo Puccio Francesco

1250-1330

 

Bartolomeo Puccio Francesco était de famille noble et naquit vers la moitié du 13e siècle à Montepulciano (Toscane, Italie C).

Rien de particulier dans son enfance et son adolescence ; rien de particulier non plus dans le fait qu’il épousa Millia del Pecora, fille d’un capitaine, avec laquelle il eut quatre enfants.

Dans cette belle famille, aisée, on tenait à vivre le christianisme sans demi-mesure, et les pauvres recevaient un accueil fraternel, en particulier lors d’une période de famine qui assombrit la vie sociale de la région.

En 1290, les enfants de Bartolomeo avaient atteint l’âge de la majorité et ce papa prit alors une grave décision : il demanda à être admis au couvent des Frères Mineurs franciscains. Ce n’était pas un coup de tête, ni une décision mystérieuse qu’il prit sans en parler à personne : son épouse suivit d’ailleurs son exemple peu après et fit à son tour le vœu de chasteté.

Certains cependant le prirent pour un malade, un dérangé, et se moquèrent de lui ouvertement en le rencontrant dans la rue. Bartolomeo ne se soucia pas du qu’en-dira-t-on et vécut désormais les quarante années qui lui restaient à vivre, dans la prière et l’effacement.

Ceux qui s’étaient moqués de lui purent bientôt changer d’avis : le bruit se répandit que Bartolomeo était favorisé de visions de la Sainte Vierge et des Anges ; il y eut aussi des miracles. 

Bartolomeo mourut très âgé, sans doute octogénaire, le 6 mai 1330.

En 1880, fut confirmé son culte ab immemorabili et ce Bienheureux fut inséré dans la récente édition du Martyrologe.

 

 

Elisabeth de Hongrie la Jeune

1292-1338

 

Cette Elisabeth de Hongrie, qu’il ne faut pas confondre avec celle qu’on fête le 17 novembre, a été pour cela surnommée la Jeune.

Elle était née en 1292 (ou 1297) à Bude, fille du roi hongrois Andreas III et petite-nièce d’Elisabeth de Hongrie la Grande.

On lui proposa Wenceslas, le fils du roi de Bohême (à moins que ce fût Heinrich d’Autriche), mais elle préféra un autre Epoux, Fils de Dieu, qui l’attendait au monastère dominicain de Töss (Winterthur, Suisse). 

Ce magnifique couvent déclina beaucoup à cause de l’influence du protestantisme, fut vendu après la Révolution française pour abriter les ateliers Rieter ; dernier vestige, l’église fut démolie au début du 20e siècle.

Elisabeth était la dernière descendante du roi saint Etienne (v. 16 août).

Elle mourut le 6 mai 1338, mais n’est pas inscrite au Martyrologe.

 

 

Prudenza Casati

† 1492

 

De Prudenza Casati on ne sait pas grand-chose.

Elle était d’une famille de Milan et entra chez les Ermites de Saint-Augustin au couvent Sainte-Marthe.

Il y eut une rivalité entre ce couvent et celui de Côme, qui finirent par acquérir leur indépendance ; Prudenza contribua beaucoup à résoudre la situation. En 1454, elle fut elle-même nommée supérieure du couvent Saint-Marc à Côme.

Elle fit annexer l’église de la Visitation au monastère.

Après trente-huit années de supériorat, durant lesquelles elle sut maintenir une rigoureuse observance de la Règle, elle s’éteignit le 6 mai 1492, bientôt honorée du titre de Bienheureuse.

Cette bienheureuse Prudenza ne se trouve pas dans le Martyrologe.

 

 

Anthony Middleton

?-1590

 

Né à Middleton Tyas (Yorkshire N, Angleterre), il était le fils d’Ambrose Middleton et de Cecil Crackenthorpe.

Il entra au Collège anglais de Reims le 9 janvier 1582 et fut ordonné prêtre le 30 mai 1586.

Retourné dans son pays, il exerça le saint ministère dans la région de Londres. Il pouvait passer inaperçu à cause de sa constitution encore «jeune» qui le faisait prendre pour un jeune étudiant.

Pour avoir commis le «crime» d’être prêtre, il fut arrêté dans une maison de Clerkenwell (Londres), sur dénonciation d’un «rapteur de prêtres», qui fit semblant d’avoir besoin de l’assistance d’un prêtre catholique.

Au moment de son supplice, il proclama : Dieu m’est témoin que je meurs uniquement pour la Foi catholique et pour être prêtre de la vraie Religion. Un témoin présent à la scène lui cria : Monsieur, vous avez très bien parlé.

Anthony offrit sa vie pour le pardon de ses péchés, pour la diffusion de la vraie Foi et la conversion des hérétiques. Il fut supplicié à Londres, moins de quatre ans après son ordination, juste devant la porte de la maison où on l’avait arrêté. A peine fut-il pendu qu’on le remit sur pied et qu’on lui pratiqua l’éviscération, tandis qu’il respirait encore.

Ce supplice eut lieu le 6 mai 1590.

Anthony Middleton a été béatifié en 1929.

 

 

Edward Jones

?-1590

 

Edward naquit peut-être à Lyndon (Conwy, dans le diocèse de Saint-Asaph, Pays de Galles) et fut baptisé dans l’Eglise anglicane.

On ne dit pas quand il devint ministre du culte dans cette Eglise, mais on sait qu’il passa à l’Eglise catholique en 1587 à Reims, et qu’il fut ordonné prêtre en 1588.

Rentré en Angleterre, il fut arrêté à Fleet Street dès 1590.

Emprisonné, torturé dans la Tour par Topcliffe, il «avoua» avoir été précédemment anglican et être devenu prêtre. Il sut présenter habilement sa défense, ce dont la cour elle-même le complimenta : avec un humour bien britannique, il fit admettre que sa «confession» n’avait pas de valeur, puisqu’elle lui avait été arrachée par la torture… La cour le condamna tout de même pour haute trahison et pour être entré en Angleterre comme prêtre.

Il fut, selon la formule consacrée, hanged, drawn and quartered (pendu, éviscéré et écartelé), juste en face de l’épicerie où il avait été arrêté. 

Le supplice eut lieu le 6 mai 1590.

Edward a été béatifié en 1929.

 

 

François de Montmorency-Laval

1623-1708

 

Né le 30 avril 1623 à Montigny-sur-Avre (Chartres), François est un des sept enfants de Hugues de Laval-Montigny et de Michelle de Péricard, tous deux de haute noblesse.

Malgré l’ascendance de cette famille aux Montmorency, François ne cherchait pas les premières places. Il signait de Laval, oubliant Montmorency.

Après avoir fréquenté le collège des Jésuites de La Flèche, il entra au séminaire et fut ordonné prêtre en 1647.

Au bout de quelques années d'activités pastorales, il fut nommé vicaire apostolique de la Nouvelle-France, et sacré évêque le 8 décembre 1658.

Durant toute sa vie, Mgr de Montmorency montrera une profonde soumission à la volonté de la Providence : Nous n'avons qu'à lui être fidèles et le laisser faire, disait-il.

Il avait deux dévotions favorites : les Anges et la sainte Famille.

Dès son arrivée à Québec (1659), il se soucia du clergé et de la formation des prêtres ; il fonda le Grand séminaire (1663), une résidence pour les futurs prêtres, le Petit séminaire (1668) et, en 1674, le diocèse-même de Québec, dont il fut le premier évêque. 

Le Petit séminaire abrita dès son ouverture huit Canadiens et six Hurons. 

Mgr de Montmorency voulait faire de son clergé comme une grande famille.

Dès 1664, il cumula avec sa charge archiépiscopale celle d'abbé commanditaire de Méobecq (Berry) et de prieur d'Esvres-le-Moutier. Ces charges allaient lui apporter quelques revenus utiles pour son diocèse canadien. En 1673, il supprima l'abbaye.

En 1676, il approuva la congrégation des Filles séculières de Notre-Dame de Montréal, fondée par Marguerite Bourgeoys (v. 12 janvier).

L'édifice du Grand séminaire fut construit entre 1678 et 1688.

Durant son épiscopat, Mgr Montmorency-Laval fit quatre fois le voyage Canada-France ; sur place, il parcourut son immense diocèse en canot, à pied, à cheval, pour visiter les gens sur place : il prit la défense des populations que les marchands occidentaux allaient corrompre avec la vente d'alcool ; il menaça d'excommunication les trafiquants d'eau-de-vie.

On le chargea par deux fois, par interim, du gouvernement de la Nouvelle-France, en 1663 et en 1682.

En 1685, épuisé par son labeur apostolique, il se retira au profit du nouvel évêque et résida au séminaire de Québec.

Mgr François de Montmorency-Laval mourut le 6 mai 1708, fut béatifié en 1980 et canonisé en 2014.

Son nom a été utilisé pour une ville du Québec (Laval), pour l'Université Laval et l'hôpital Laval à Québec.

Costanza Troiani

1813-1887

 

Née à Giuliano di Roma (Frosinone, Italie C) le 19 janvier 1813, Costanza était d'une bonne famille bourgeoise, troisième des quatre enfants de Tommaso et Teresa Panici-Cantoni. 

Le papa était organiste à la paroisse ; la maman était une femme très pieuse. Ces parents firent baptiser Costanza le jour-même de sa naissance et lui donnèrent les noms de Costanza Domenica Antonia.

Un drame traversa cette famille : le mari assassina son épouse...

A six ans, Costanza fut donc orpheline de mère et confiée aux Religieuses de la Charité de Sainte Claire (Ferentino). 

C'est là qu'elle reçut sa formation et qu'elle connut les Annales des Missions Africaines.

Son frère entra au séminaire et devint prêtre.

Elle trouva sa vocation dans cet Institut et, à quinze ans, ne voulut plus le quitter. Elle y fit sa profession en 1830, prenant le nom de Maria Caterina de Sainte-Rose-de-Viterbe. 

Sa première charge fut l'enseignement à l'école primaire du monastère. Mais Caterina était aussi une excellente couturière et brodeuse.

La nouvelle prieure prit Caterina comme secrétaire, et lui fit donner des leçons de comptabilité, ce qui lui donnait de grandes capacités d'enseignement et d'administration. Elle aurait pu être élue prieure, mais elle avait fait le vœu de toujours rester dans l'effacement.

En 1840, il y eut une crise entre le monastère et l'évêque du lieu, qui voulait transformer ces Religieuses en Maîtresses Pies sans clôture, leur retirant leur vocation franciscaine. La prieure et Caterina passèrent alors des mois à Rome, jusqu'à obtenir du pape l'érection canonique de leur monastère et l'approbation pontificale des constitutions. La prieure devint alors abbesse.

En 1852 l'évêque du Caire voulut avoir des Religieuses pour s'occuper des jeunes filles. Le missionnaire à qui il en parla, passa à Ferentino, où Caterina et ses Consœurs furent enthousiasmées du projet.

L'abbesse, avec Caterina et d'autres sœurs, partirent en Egypte en 1859. Caterina avait reçu depuis quelque temps un “message” divin, lui annonçant qu'elle aurait à s'occuper de la conversion d'un peuple outre-mer. 

Arrivées au Caire, elles furent mal reçues par le nouvel évêque, qui craignait une concurrence avec d'autres religieuses déjà présentes. Pour bien affirmer leur vocation différente, elles ouvrirent immédiatement une école au Caire : les familles purent témoigner de leur satisfaction de cette œuvre, et l'évêque s'inclina.

Or,  la maladie contraignit l'abbesse à se décharger des responsabilités sur Caterina, qui de fait fut élue supérieure de la communauté en 1863. L'évêque dispensa Caterina de son vœu et elle se soumit par obéissance. Les Sœurs reçurent le nom de Tertiaires Franciscaines du Caire (et en 1950 prendront le nom de Franciscaines Missionnaires du Cœur Immaculé de Marie).

Durant son supériorat, Caterina ouvrit sept nouvelles maisons en Egypte, pour l'assistance et l'éducation des orphelines. Elle dut surmonter beaucoup de difficultés, résoudre beaucoup de problèmes (de ressources, de personnel, le choléra en 1863). Elle sut trouver des appuis auprès du vice-roi d'Egypte, put agrandir la maison, construire une église, maintenir l'orphelinat et le pensionnat. 

Mais la maison du Caire devenait bien différente de celle de Ferentino. Les Religieuses de Ferentino voulurent se séparer de Caterina. Finalement, cette dernière obtint du pape l'érection de la maison du Caire en Institut Missionnaire indépendant, agrégé au Tiers-Ordre franciscain. 

En 1890, c’est le couvent de Ferentino qui finira par demander à y être rattaché, car elles n'avaient plus de vocations. 

Deux maisons s'ouvrirent en Italie pour les postulantes.

En Egypte, l'œuvre se développa de façon intense : une école à Bolacco, une autre à Mansura, à Dannata, à Kafr el Zayat, à Ismailia (avec l'aide de Ferdinand de Lesseps). 

Caterina eut particulièrement à cœur l'œuvre de rachat des petites noires, et l'orphelinat. Grâce à l'argent que lui envoyait un prêtre installé à Marseille, elle rachetait les petites filles sur les marchés et les envoyait à Marseille : elle sauva ainsi de la prostitution plus de sept cents petites filles. Les bébés trouvés dans les coins de rues, fruits de la prostitution, furent environ quinze cents.

Caterina visitait toutes les maisons, exhortant les Sœurs à la sainteté. Elles recevaient la communion trois fois par semaine, et elle chaque jour : elle était littéralement amoureuse de l'Eucharistie et proposait de faire l'Adoration perpétuelle chaque premier vendredi du mois, ainsi qu'en la solennité du Sacré-Cœur et de la Fête-Dieu. Si elle ne pouvait aller visiter le Saint Sacrement, elle demandait à son Ange gardien ou à saint Joseph de la remplacer. Elle faisait le Chemin de Croix chaque vendredi et chaque dimanche. Pour obtenir telle grâce de conversion, elle mettait les mains sous ses genoux (!).

Il arriva souvent que les aumôniers ne comprenaient pas quelle sainteté se cachait derrière une telle personnalité. Certains pensèrent se mêler de l'administration, imposer à la pauvre Caterina des humiliations honteuses, comme d'embrasser les pieds de qui l'avait accusée injustement ou de se prosterner en travers de la porte du réfectoire pour que les religieuses lui passent dessus.

L'évêque pensa même un moment dissoudre la communauté, mais celui qu'il envoya faire l'enquête le convainquit du contraire. Au chapitre général, mère Troiani fut élue à l'unanimité des voix.

La nouvelle difficulté fut en 1882, quand l'insurrection arabe contraignit la communauté à se diviser en trois, à Jérusalem, à Marseille et à Naples. mère Troiani put tout de même les rassembler au bout d'un an.

De nouveau élue en 1883, mais déjà très fatiguée, Caterina ouvrit des maisons en Italie, à Malte, à Jérusalem.

A Pâques de 1887, ne pouvant plus marcher, elle s'alita, écrivit son testament, remit les clefs à ses secrétaires. Le 6 mai 1887, elle mourut en disant : Jésus m'appelle !

Même les musulmans dirent alors : Nous n'aurons plus une maman comme celle-ci.

Elle a été béatifiée en 1985.

Rosa Maria Benedetta Gattorno

1831-1900

 

Née le 14 octobre 1831 à Gênes (Italie), de Francesco et Adelaide Campanella, Rosa fut baptisée le jour-même à Saint-Donat. 

Cette belle famille de six enfants était profondément chrétienne. Rosa y reçut les meilleurs exemples de piété, de charité, ainsi que sa formation intellectuelle, comme dans toute famille aisée de l'époque.

A douze ans, elle reçut la Confirmation. Rosa grandit dans la sérénité, mais elle apprit aussi à réagir fermement en face des idées laïques, anticléricales, de l'époque.

A vingt-et-un ans, elle épousa un cousin, Gerolamo Custo et ce couple s'installa à Marseille. Mais des revers de fortune imprévus les firent revenir à Gênes, ruinés.

La maladie frappa leur premier enfant, Carlotta, qui demeurerait sourde et muette pour le reste de ses jours.

Gerolamo tenta de refaire fortune, mais mourut bientôt, ce qui provoqua un profond désarroi dans l'âme des deux autres petits enfants. 

La pauvre Rosa se retrouvait veuve après tout juste six ans de mariage ; à cela s'ajouta que son plus jeune enfant mourut aussi peu après.

Cette vie de douleurs ne la laissa pas désemparée : elle y vit un appel de Dieu à approfondir sa vie et à se donner davantage au prochain. C'est ce qu'elle appela sa “conversion”.

Suivant les bons conseils de son directeur spirituel, elle put recevoir chaque jour l'Eucharistie, chose rare à cette époque. 

Le 8 décembre 1858, elle fit privément les vœux de chasteté et d'obéissance, puis celui de pauvreté en 1861, comme tertiaire franciscaine.

A l'image de saint François, elle reçut les stigmates de la Passion du Christ, mais de façon invisible, dont elle souffrait particulièrement les vendredis.

Tout en élevant maternellement ses propres enfants, elle se tourna vers les besoins des autres, visitant les malades à l'hôpital, les pauvres dans leurs masures, et cherchant à leur faire tout le bien qu'elle pouvait.

Elle qui ne faisait rien pour “paraître”, elle fut désignée pour présider la Pieuse Union des Nouvelles Ursulines, Filles de Marie Immaculée, fondées par Paola Frassinetti (v. 11 juin), et dut en revoir les règles.

Peu à peu elle conçut le projet d'une nouvelle famille, mais elle ne voulait pas abandonner ses enfants et elle demanda d'abord prudemment le conseil d'un saint Capucin, Francesco de Camporosso (v. 17 septembre), qui l'encouragea dans cette voie. Puis ce fut le pape lui-même qui lui demanda de donner immédiatement le départ à un nouvel Institut, ajoutant même : Cet Institut se répandra dans le monde entier comme le vol du pigeon. Dieu prendra soin de vos enfants. Elle s'offrit alors généreusement à Dieu, comme Abraham : Me voici, je suis prête à faire ta divine volonté. Après cette offrande, elle fut envahie d'une grande consolation.

Au grand regret de sa famille et de l'évêque, elle laissa Gênes et alla à Piacenza fonder sa famille religieuse, qui s'appela les Filles de Sainte Anne, Mère de Marie Immaculée (1866).

Elle en prit l'habit en 1867, et fit la profession religieuse en 1870, avec douze autres sœurs.

Un bon prêtre, le père Tornatore, l'aida à rédiger les règles, et fut considéré pour cela co-fondateur.

Celle qui s'appellerait désormais Anna Rosa n'avait qu'un but : Servir Jésus dans ses membres qui souffrent et évangéliser avec amour.

Les activités de l'institut se multiplièrent à l'infini : malades, pauvres, personnes abandonnées, orphelins, adolescents, jeunes filles...  Elle voulait que ses Filles fussent des servantes des pauvres et des ministres de la miséricorde, avec amour et humilité.

Moins de dix ans après la fondation, l'Institut obtenait déjà une première reconnaissance (1876) et fut définitivement approuvé en 1879. La règle fut approuvée en 1892.

Anna Rosa travailla avec l'évêque, Mgr Scalabrini, maintenant béatifié (v. 1er juin), qui fonda à Piacenza une maison pour les sourds-muets.

Malgré ce développement rapide, Anna Rosa eut à subir beaucoup de difficultés, d'humilitations, de tribulations de toutes espèces. Elle ne pensait qu'à une chose : faire connaître Jésus-Christ, lui conduire le monde entier, être la voix de Jésus.

En 1878 elle envoya ses Filles en Bolivie, puis au Brésil, au Chili, au Pérou, en Erythrée, en France, en Espagne. Elle ouvrit des écoles à Rome, des maternités, des maisons d'accueil pour les prostituées, pour les domestiques...

A sa mort, presque quatre cents maisons étaient ouvertes avec plus de trois mille Sœurs.

Elle mourut le 6 mai 1900, après une forte grippe qui la frappa en février.

Anna Rosa Gattorno fut béatifiée en 2000.

 

 

Kazimierz Gostyński

1884-1942

 

Il naquit le 8 avril 1884 à Varsovie. Son père, Władysław, un industriel de renom, s’était distingué lors d’une insurrection et avait été le co-fondateur de l’université de Varsovie.

Prêtre du diocèse de Lublin, ordonné en 1908, il fit d’autres études de théologie morale à l’université d’Innsbruck. 

En 1912, il fut recteur au gymnase de Saint-Pierre ; en 1915 il créa le gymnase Hetman Jan Zamoyski pour garçons, ainsi que l’association des enseignants, en même temps qu’il enseignait au séminaire.

En 1922 il reçut la distinction de camérier du pape Pie XI, et devint chanoine du chapitre de la cathédrale de Lublin. 

Il fut supérieur du collège Saint-Stanislas Kostka à Lublin en 1933-1934, et recteur de l’église Notre-Dame des Victoires.

Dans son intense activité au profit de l’enseignement, il se préoccupa de fonder une bourse d’études pour les étudiants bacheliers sans ressources suffisantes.

Il fut arrêté le 11 janvier 1940 et mis en prison d’abord à Lublin.

Six mois après, il fut transféré au camp de concentration de Sachsenhausen puis à celui de Dachau. Là, on lui imposa des tâches au-delà de ses forces ; torturé et jugé incapable de travailler, il fut exécuté dans une chambre à gaz, le 6 mai 1942, le même jour qu’un autre prêtre, Henryk Kaczorowski.

C’est un des cent-huit Martyrs polonais de l’occupation nazie, béatifiés en 1999 et fêtés ensemble le 12 juin en Pologne.

Les bienheureux Kazimierz Gostynski et Henryk Kaczorowski sont mentionnés le 6 mai au Martyrologe.

 

 

Henryk Kaczorowski

1888-1942

 

Il naquit le 10 juillet 1888 à Bierzwiennej (Pologne), de Andrzeja et Julia Wapińskich.

Il étudia au séminaire de Włocławek et à l’Académie théologique de Saint-Petersbourg.

Il fut ordonné prêtre pour le diocèse de Włocławek en 1914.

Pendant la guerre, il fut chapelain du sanctuaire de Lichen.

Après la guerre, il prépara son doctorat en théologie à l’université de Lublin (1922), et devint recteur du Grand séminaire. Il y enseigna la théologie morale.

De 1925 à 1928, il fut rédacteur en chef à l’Athenæum des prêtres.

En 1930 il fut nommé chanoine du chapitre de la cathédrale.

Son état de santé ne lui permettait pas de continuer ses activités à Włocławek, mais il resta recteur de l’université de 1928 à 1939, date à laquelle il reçut la distinction de Prélat de Sa Sainteté.

Il publia de nombreux articles à caractère social, théologique, moral et spirituel, et participa à plusieurs réunions scientifiques internationales.

Il comptait parmi ses disciples plusieurs Serviteurs de Dieu : Edward Grzymala, Jozef Kirzava, Leon Nowakowski, Tadeusz Dulny, Bronisław Kostkowski.

Arrêté en 1939 durant la persécution nazie, il continua de témoigner sa foi dans les camps de concentration et d’assister les prisonniers.

Transféré à Dachau en 1941, il y porta le numéro 24547. Sa dernière parole à ses amis fut : Au revoir.

Il fut gazé à Dachau (Bavière) le 6 mai 1942, en même temps que l’autre prêtre Kazimierz Gostyński, tous deux mentionnés le même jour au Martyrologe, et béatifiés en 1999 parmi les cent-huit Martyrs polonais de la persécution nazie.

Partager cet article
Repost0
4 mai 2022 3 04 /05 /mai /2022 23:00

05 MAI

 

III.

S Iovinianus, lecteur à Auxerre, compagnon de s.Peregrinus et martyr.

?

S Silvain, martyr à Rome.

Ste Crescentienne, martyre à Rome.

IV.

Ss Irénée, Pérégrin et Irène, martyrs à Thessalonique.

Ste Irène, vierge et martyre en Calabre, patronne secondaire de Lecce ; on la dit fille de l’empereur Licinius.

S Euthymios, diacre martyr en Alexandrie.

S Maximos, évêque à Jérusalem ; condamné aux mines, il eut un œil arraché et un pied brûlé ; il mourut exilé.

S Britto, évêque à Trèves : il condamna les priscillianistes, mais chercha, en vain, d’épargner à Priscillien la condamnation à mort.

V.

S Hilarius, moine de Lérins, désigné comme évêque en Arles par une colombe.

S Nicetius, évêque à Vienne.

S Geruntius, évêque à Milan.

VI.

S Théodore, évêque à Bologne.

S Serdon, évêque à Saguntum.

Ste Waldrada, abbesse  près de Metz (Saint-Pierre aux Nonnains).

VII.

S Mauront, fils des Ss Adalbaud et Rictrude, successeur de son père comme seigneur de Douai ; abbé à Marchiennes et à Breuil-sur-Lys, patron de la ville de Douai.

Stes Teutérie et Tusca, vierges anglaises, ermites près de Vérone (VIII. ?).

VIII.

S Sacerdos, évêque à Limoges et patron de Sarlat.

XI.

S Godehard (Gotthard), abbé à Niederaltaich, Hersfeld, Tegernsee, évêque à Hildesheim.

XII.

S Leone, ermite en Calabre, fondateur d’un monastère près de Reggio Calabria.

S Avertin, diacre anglais, ermite près de Tours, invoqué contre les maux de tête.

XIII.

S Ange, carme né à Jérusalem, martyr en Sicile.

Ste Jutta, veuve de Thuringe ; elle gagna la Prusse où son frère Hannen von Sangerhausen était grand maître des Chevaliers teutoniques ; elle passa le reste de sa vie à Kulmsee ; elle est la patronne de la Prusse.

B Benvenuto, frère lai franciscain à Recanati, mystique.

Bse Bonizella Piccolomini Cacciaconti, veuve à Sienne.

XIX.

S Nunzio Sulprizio, enfant maltraité, malade, mort à dix-neuf ans, modèle donné par Léon XIII à la jeunesse ouvrière, canonisé en 2018.

Bse Caterina Cittadini, jeune orpheline, fondatrice des Sœurs Ursulines de Somasque, béatifiée en 2001.

XX.

Bx Enric Gispert Domenéch (*1879) et Josep Gomis Martorell (*1894), prêtres espagnols martyrs près de Barcelonne en 1937 et béatifiés en 2013.

B Boleslaw Frackowiak (Grzegorz, 1911-1943), polonais de la Société du Verbe Divin, décapité à Dresde, béatifié en 1999.

Iovinianus d’Auxerre

† 260

 

On sait que le pape Xyste II (v. 6 août) ordonna, durant son unique année de pontificat, deux évêques. L’un de ceux-ci fut Peregrinus, qu’il envoya en Gaule (v. 16 mai), accompagné de Iovinianus.

Ce dernier était, ou fut ordonné par Peregrinus, lecteur de l’Eglise d’Auxerre.

Il mourut martyr, la même année que Peregrinus, en 303 ou 304.

Toutefois, le Martyrologe Romain annonce Iovinianus onze jours avant Peregrinus ; ils auraient pu être réunis.

Saint Iovinianus d’Auxerre est commémoré le 5 mai dans le Martyrologe Romain.

 

 

Euthymios d’Alexandrie

† 305

 

Ce diacre de l’Eglise d’Alexandrie mourut en prison.

Fut-il torturé auparavant ? Le laissa-t-on mourir de faim dans sa geôle ? On ne peut le savoir.

Fidèle diacre, glorieux Martyr, il donna sa vie au Christ, et mourut en 305.

Saint Euthymios d’Alexandrie est commémoré le 5 mai dans le Martyrologe Romain.

 

 

Maximos de Jérusalem

† 350

 

Prêtre à Jérusalem, Maximos fut condamné aux mines pour sa constance à proclamer sa foi.

On lui arracha un œil et on lui brûla un pied avec un fer rouge, et on le condamna aux mines.

Plus tard, libéré, il accompagna son évêque Makarios au concile de Nicée (325). 

Un épisode remarquable se produisit : durant cette interminable controverse de l’arianisme, on fit passer des déclarations, des formules, différents textes, dont certains allaient contre la doctrine amplement défendue et illustrée par Athanase d’Alexandrie (v. 2 mai). Or, Maximos signa un de ces textes incriminés, par inadvertance sans doute, ou sans comprendre la malignité du texte.

L’évêque Paphnuce (v. 11 septembre) se permit une belle remontrance à Maximos : A des confesseurs de la foi qui ont perdu leurs membres au service de Jésus-Christ, il ne convient pas de siéger au milieu des fourbes et des impies. Dès lors, Maximos se montra un zélé défenseur d’Athanase, et prit sa défense énergiquement dans les conciles successifs de Tyr, Alexandrie et Sardique (335, 339, 343).

En 333, c’est Maximos qui succéda à Makarios.

En 349, il convoqua lui-même un concile à Jérusalem, où il reçut solennellement Athanase qui était revenu de son deuxième exil peu auparavant. 

Sa fermeté fut durement payée : les ariens, furieux de sa prise de position, le chassèrent de son siège. Maximos mourut peu après, vers 350, après dix-sept ans d’un épiscopat lumineux de sainteté et de charité. 

Saint Maximos de Jérusalem est commémoré le 5 mai dans le Martyrologe Romain.

 

 

Britto de Trèves

† 386

 

La première date connue concernant l’évêque Britto, est qu’il succéda à Bonosus en 373 comme huitième évêque de Trèves.

L’année suivante, en 374, il était un des vingt-deux évêques présents au concile de Valence.

Il s’exprima en faveur d’une indulgence envers des Chrétiens tombés (lapsi) dans l’apostasie au moment de la persécution sous Julien l’Apostat (361-363).

En 382, se tint à Rome un synode sous la présidence du pape Damase (v. 11 décembre). A la deuxième place de cette assemblée, se trouvait Ambroise de Milan (v. 7 décembre), à la troisième place Britto, comme métropolitain de toute la Gaule.

Trèves fut le théâtre d’un procès retentissant contre Priscillien et ses adeptes, qu’on accusait d’hérésie et de sorcellerie. S.Martin de Tours (v. 11 novembre) et s.Ambroise s’y trouvaient. De concert avec eux, Britto s’efforça d’éviter au moins la condamnation à mort de l’Accusé, en vain. L’ancien évêque d’Àvila pouvait, au maximum, être excommunié s’il ne voulait retirer ses erreurs, mais le bras séculier - quoique chrétien - le condamna à mort et l’exécuta. Britto et ses Confrères en furent très attristés.

Britto mourut en 386, après treize années d’épiscopat.

Saint Britto de Trèves est commémoré le 5 mai dans le Martyrologe Romain.

 

 

Nicetius de Vienne

5e siècle

 

Nicetius (dont on a fait Nicet ou Nizier en français), reçut sa formation des deux évêques de Vienne, Jérôme et Claude.

Il succéda à ce dernier, devenant le seizième ou dix-septième évêque de Vienne.

On connaît peu de choses sur lui, et rien de précis sur les dates de sa vie et de son épiscopat.

En 449, il participa au sacre de Ravennius, évêque d’Arles.

Saint Nicetius de Vienne est commémoré le 5 mai dans le Martyrologe Romain.

 

 

Hilarius d’Arles

401-449

 

Hilarius naquit vers 401 quelque part en Lorraine ou en Bourgogne, d’une famille d’origine grecque, dit-on, et eut un frère.

Eduqué dans les bonnes façons, instruit, il eut un poste important dans l’administration.

Un parent, nommé Honoratus, récemment entré au monastère de Lérins, chercha à persuader Hilarius de quitter ce monde d’affaires et d’ambitions, et de se retirer comme lui au monastère. Hilarius n’y était pas vraiment disposé. Mais avec le temps, Hilarius y pensa et finit par vendre à son frère son héritage, à distribuer l’argent aux pauvres et à venir se mettre sous la Règle de Lérins.

L’homme avait complètement changé. Le mondain était un moine humble, soumis et doux.

Il eut la responsabilité de l’éducation des deux enfants d’Eucher, devenu évêque de Lyon (435).

En 426, Honoratus fut nommé évêque d’Arles : il appela Hilarius pour l’aider, mais ce dernier préféra revenir dans le silence du cloître. Plus tard, Honoratus le rappela pour s’en faire assister dans ses vieux jours. Hilarius l’assista filialement jusqu’au bout.

En 430, à la mort d’Honoratus, Hilarius disparut promptement de peur d’être appelé à la succession. Mais le gouverneur d’Arles le fit appeler et on lui fit promettre d’accepter l’épiscopat, si Dieu en manifestait la volonté. A ce moment-là, une colombe apparut au-dessus de sa tête, et ne s’envola pas tant qu’Hilarius n’eût pas accepté de succéder à Honoratus. Il devint alors le vingt-cinquième évêque d’Arles.

Malgré quelques maladresses au début, le jeune évêque apprit à adapter sa parole à ses interlocuteurs, qu’ils fussent grands ou petits ; il sut parfois être sévère, pour reprendre un juge trop partial. Il était convainquant : plus d’un jeune dut sa vocation aux exhortations d’Hilarius.

Hilarius fut en relations très amicales avec s.Germain d’Auxerre (v. 31 juillet), le consultant volontiers pour certains problèmes diocésains.

Hilarius pécha quelquefois par imprudence et précipitation, tant il est vrai que, parfois, l’impétuosité de la jeunesse rivalise avec la prudence des Anciens. Et le pape Léon le Grand (v. 10 novembre) l’avertit en termes assez sévères : Une troupe de soldats suit Hilarius à travers les provinces… Fougueux, Hilarius en effet dépassait parfois ses limites territoriales et ses pouvoirs. Ainsi, en voyage pour Auxerre, il s’arrêta à Besançon, y organisa un concile qui déposa l’évêque, Chélidoine. Tandis que ce dernier put défendre sa cause à Rome et retrouver son siège, Léon déclarait Hilarius séparé de la communion (en clair : excommunié), lui retirait une partie de son autorité territoriale, lui interdisait de sacrer des évêques ou même d’assister à quelque ordination. La sainteté d’Hilarius alors se manifesta dans toute sa lumière, car l’évêque montra une docilité, une humilité, qui firent revenir même le pape à des sentiments tout paternels.

Dans sa vie privée, Hilarius maintint ses habitudes ascétiques de moine ; il aimait la pauvreté, et pour aider les pauvres, travaillait de ses propres mains pour leur venir en aide. 

La parole d’Hilarius fut accompagnée de miracles : par l’imposition des mains, il guérit un aveugle et un possédé.

Il présida plusieurs conciles régionaux, à Riez, Orange, Vaison, Arles (439, 441, 442, 443). Il combattit le pélagianisme, organisa la discipline ecclésiastique, fonda ou réforma des monastères.

Après dix-neuf années d’épiscopat, Hilarius annonça le jour de sa prochaine mort, et mourut effectivement le 5 mai 449.

On rapporte un détail touchant concernant les funérailles d’Hilarius : comme les Chrétiens pleuraient leur saint évêque, ce furent les Juifs qui, pour honorer à leur tour cet évêque qu’ils aimaient eux-aussi, se mirent à chanter des psaumes en hébreu.

Saint Hilarius d’Arles est commémoré le 5 mai dans le Martyrologe Romain.

 

 

Geruntius de Milan

† 465

 

Geruntius fut le vingtième évêque de Milan, ayant été nommé à ce siège en 462 (approximativement).

Ce qu’on peut dire de lui est que, bien plus tard, s. Carlo Borromeo († 1584) procéda à l’élévation des reliques de s.Geruntius. On peut remarquer que Carlo Borromeo fut nommé au siège de Milan en 1560, à peu près onze siècles après Geruntius : le nouvel archevêque aura voulu mettre à l’honneur un de ses illustres prédécesseurs.

Saint Geruntius de Milan est commémoré le 5 mai dans le Martyrologe Romain.

 

 

Mauront de Breuil

634-702

 

Maurontus (en français : Maurant, Mauront, Morand) naquit en 634 à Breuil-sur-Lys (Douai), unique garçon des quatre enfants d’Adalbaud et de Rictrude. Ses trois sœurs s’appelaient Eusébie, Adalsinde et Clodoswinthe (v. 16 mars, 25 décembre).

Il fut baptisé par s.Riquier (v. 26 avril).

Adolescent, il fut envoyé à la cour de Clovis II et de la reine Bathilde.

Son père mort (v. 2 février ?), et sa mère s’étant retirée au monastère de Marchiennes (v. 12 mai), Mauront songea à se marier, mais préféra se ranger sous la sainte direction de s.Amand (v. 6 février). Il en reçut le diaconat.

En 674, il fonda un monastère en ses terres, à Breuil (Merville), et en devint abbé. En 680, il céda sa place à l’ancien évêque de Sion, Amé (v. 13 septembre), auquel il se soumit humblement ; cette sainte amitié le porta à une très haute sainteté ; quand mourut Amé (690), Mauront redevint abbé.

En même temps, Mauront dirigeait le monastère de Marchiennes, depuis la mort de sainte Rictrude (688).

Il mourut le 5 mai 702, et fut enseveli à Marchiennes, auprès de sa mère et de ses trois sœurs.

En 900, ses reliques furent transférées à Douai, dont il est le patron.

Saint Mauront de Breuil est commémoré le 5 mai dans le Martyrologe Romain.

 

 

Sacerdos de Limoges

650-720 

 

Sacerdos naquit vers 650 à Calviac (Dordogne), de Laban et Mondane, originaires de Bordeaux.

Quel beau nom, «Sacerdos» (=Prêtre), pour un futur abbé et évêque !

Tôt orphelin de père, Sacerdos reçut une excellente éducation de sa sainte mère.

Il fut mis sous la direction de l’évêque de Cahors, Capuan (v. 25 octobre ?) ; Sacerdos devint alors véritablement prêtre.

Il n’exerça pas son ministère au milieu du troupeau paroissial qui avait bien besoin de lui, mais il se retira dans un petit monastère près de chez lui ; il vivait d’aumône. Ce n’est probablement pas ce monastère qui devint l’abbaye bénédictine de Sarlat, puisque celle-ci fut fondée au 9e siècle.

Sacerdos consacra quelque héritage à restaurer le bâtiment et y vécut sept années, après lesquelles il fut élu abbé.

Vers 700, à la mort de l’évêque de Limoges, ce fut Sacerdos qu’on appela à monter sur ce siège. Le prêtre Sacerdos devenait évêque.

Il le resta peu de temps ; son heure déjà arrivait, et il préféra mourir dans son monastère. Mais la mort se présenta plus rapidement et l’on n’eut plus qu’à transporter la dépouille du saint évêque dans le monastère pour l’inhumer ; c’était vers 720.

Des miracles eurent lieu à l’endroit de ce tombeau.

Les reliques, qui furent portées à la cathédrale de Sarlat au 14e siècle, furent détruites lors des guerres de religion.

Saint Sacerdos de Limoges est désormais commémoré le 5 mai dans le Martyrologe Romain.

 

Godehard de Hildesheim

960-1038

 

Godehard vit le jour en 960 à Reichersdorf (Bavière, Allemagne S), de Ratmund, qui fut établi prévôt de l’abbaye bénédictine de Niederaltaich ; c’est là que Godehard reçut donc sa formation.

On rapporte (?) qu’ayant dû un jour apporter des charbons incandescents pour l’encensoir, il les mit dans un pan de sa tunique, qui ne subit aucune brûlure.

Puis le jeune homme entra dans l’Ordre bénédictin et devint abbé, d’abord à Niederaltaich en 996, puis en même temps aussi à Tegernsee en 1001-1002 et Hersfeld en 1005-1012, ainsi aussi qu’à Kremsmünster en 1007-1013.

C’est pendant son abbatiat à Hersfeld qu’il aurait fait édifier le mur d’enceinte de la ville de Gotha ainsi que l’église Sainte-Marguerite avec les jardins.

En 1022 il fut nommé évêque pour le siège de Hildesheim, où il fit construire au moins trente nouvelles églises ; la cathédrale fut amplifiée sur sa façade occidentale. 

Moine d’esprit, il savait aussi manifester son humour, de sorte qu’il laissa sur le diocèse une profonde empreinte spirituelle et humaine.

Godehard mourut dans une de ses fondations, à Mauritiusstift, le 5 mai 1038.

Il a été canonisé en 1131.

C’est de lui qu’il s’agit quand on parle du Massif ou du Tunnel du Saint-Gothard.

 

 

Ange de Jérusalem

1185-1225

 

Ange était né le 2 mars 1185 à Jérusalem dans une famille juive, jumeau de Jean.

Tous deux furent baptisés, lorsque leur mère passa au christianisme. On dit que ce fut elle-même qui les baptisa.

A dix-huit ans, Ange et son frère entrèrent dans l’Ordre du Carmel.

En 1211 Ange reçut le sacerdoce. Il commença une vie apostolique, bénie par les miracles que Dieu lui permit de faire.

Il tenta de s’isoler pour se faire oublier, mais en 1218 Dieu l’appela à partir pour l’Italie : il devait présenter la règle de l’Ordre au pape et lui en demander l’approbation.

Il fut ensuite envoyé en Sicile pour y contrer l’hérésie cathare, où de nouveaux miracles eurent lieu. Il y avait à Licate un seigneur aux mœurs corrompues, qu’Ange voulut ramener dans le bon chemin, mais le seigneur en question le prit en haine et jura sa perte.

Ange le sut par révélation céleste : on sait que saint Jean-Baptiste fut décapité pour avoir reproché à Hérode sa vie corrompue (Mc 6:17-29), et c’est le même Jean-Baptiste qui annonça à Ange son prochain martyre.

Le 5 mai 1225, en sortant de l’église où il avait célébré la Messe, il fut assassiné et expira en murmurant le verset du psaume (Ps 30:6) : En tes mains, Seigneur, je remets mon esprit.

Il fut canonisé dès 1456.

En 1656, une épidémie de peste fut enrayée par l’intercession de saint Ange.

 

 

Jutta de Thuringe

1220-1260

 

Jutta (ou Judith) naquit en 1220 en Thuringe.

Elle épousa encore jeune le seigneur Johannes Konopacki de Bielczna, un membre de la noble famille des Sangerhausen, qui cependant mourut après cinq années seulement d’une heureuse vie conjugale.

Jutta s’occupa de ses enfants puis leur divisa ses propriétés et se mit entièrement au service des pauvres et au soin des lépreux.

Elle vint en 1256 à Kulmsee (Chełmża), là où vivait son parent, Anno de Sangerhausen, grand maître des chevaliers teutoniques de Prusse ; elle choisit d’y vivre en recluse, dans la prière et les jeûnes. 

Elle fut en relation avec sainte Mechtilde de Magdebourg (v. 19 novembre).

Au profit des lépreux, elle y fit construire l’hôpital Saint-Georges, où elle allait aussi prodiguer ses soins.

Regrettée de tous ses protégés, elle mourut le 5 (ou le 11) mai 1260, et fut bientôt vénérée populairement comme Sainte et considérée comme la patronne de la Prusse, et particulièrement de la province de Kulmer.

Elle ne se trouve pas au Martyrologe.

 

 

Benvenuto Mareni de Recanati

† 1289

 

Il y a parfois de grands saints dont l’humilité semble vouloir l’emporter sur la célébrité, même dans l’éternité.

Le frère Benvenuto, un frère lai, c’est-à-dire “laïc”, qui n’a pas reçu les ordres des clercs, mais qui s’était consacré corps et âme pour chercher dès cette vie la voie de la sainteté, s’éleva au sommet de la perfection par une fidélité inviolable à la règle franciscaine. Il vécut dans une constante union avec Dieu et eut de fréquentes extases.

Le couvent franciscain de Recanati, dans la province italienne des Marches, avait été fondé en 1212. Un des premiers frères fut, justement, le frère Benvenuto, dont on ne connaît rien d’autre que ses extases et sa douceur. Plusieurs documents historiques parlent de lui comme d’un homme “illustre par sa vie et ses miracles”. “Il avait une dévotion toute spéciale pour écouter la Messe, et il lui semblait serrer dans ses bras le Christ, tant était forte et extraordinaire sa dévotion pour le corps du Seigneur.”

Un des signes de sa haute sainteté est cet épisode où, occupé à préparer le repas des frères, il eut un désir ardent d’aller se recueillir devant le Saint Sacrement, quelques instants, avant de revenir à son travail. Mais son ardeur le plongea dans une extase qui dura fort longtemps, après quoi il fut tout angoissé pour les victuailles qui seraient sans doute perdues. Arrivé dans la cuisine, il trouve un beau jeune homme occupé à manier la casserole et qui lui dit d’inviter les frères à venir manger. Aussitôt, il appelle les frères et leur dit : Mangez, mes amis, tout cela vous est préparé par l’ange du Seigneur. Et eux de constater qu’ils n’avaient jamais rien mangé d’aussi bon.

On n’a pas su combien d’années vécut notre Bienheureux. Un examen des restes de son corps aboutit à la constatation qu’il ne mesurait guère plus d’un mètre soixante-quatre, et qu’il dut s’éteindre à un âge avancé, et c’était le 5 mai 1289.

Les documents de l’époque parlent souvent de “saint Benvenuto”, à qui on décida d’élever un tombeau digne de sa sainteté. Mais Benvenuto est jusqu’à présent resté dans l’humilité et n’a pas été canonisé. Son culte immémorial a été confirmé au XIXe siècle. 

La fête du Bienheureux fut autrefois célébrée le 17 septembre, jour où l’on commémorait, depuis 1340, les stigmates reçues par s.François d’Assise en 1224. Mais le bienheureux Benvenuto est mentionné le 5 mai au Martyrologe Romain, jour où il est désormais célébré. Un calendrier local le mentionne aussi le 23 mai.

 

 

Bonizella Cacciaconti Piccolomini

1230-1300

 

On ne sait exactement où naquit Bonizella, à cause de l’incendie qui détruisit les archives d’Arezzo (Ombrie, Italie). Elle aurait pu naître à Sienne.

C’était la fille de Ildebrando Cacciaconti, seigneur et podestà de Padoue, Città di Castello, Sienne et Arezzo, propriétaire du château de Trequanda.

Bonizella vit le jour vers 1230.

Elle épousa le comte Naddo di Benuccio Piccolomini de Corsignano, et fut bientôt veuve.

Par la suite, elle mit ses ressources et ses richesses au service des pauvres ; elle alla soigner personnellement les malades, les blessés, les familles des victimes des guerres…

Elle mourut ainsi le 5 mai 1300 et fut ensevelie dans l’église de Trequanda, près du mur… Puis le temps passa.

Deux siècles plus tard, on aperçut comme un très gros essaim d’abeilles qui sortait du mur de l’église : on pensait trouver là un magnifique rayon de miel, mais on trouva le corps de Bonizella, vêtu d’une étoffe très précieuse, émanant une très bonne odeur d’encens et tenant entre ses doigts un vase sacré de cire : c’était là le travail des braves abeilles.

Un constat officiel en fut dressé et ce fait prodigieux fut le début d’une série de signes miraculeux.

Ainsi, lors d’une invasion d’Espagnols, un capitaine prétendit se saisir d’un doigt de Bonizella, mais il en devint aveugle sur le champ, et ne retrouva la vue qu’en remettant en place le doigt. Lors d’une autre agression, des soldats qui s’en prenaient aux jeunes filles de la ville, furent frappés de cécité, jusqu’à ce qu’ils cessassent de les molester, et cela juste après le recours à l’intercession de Bonizella. Guérisons, délivrances, faits miraculeux se multiplièrent.

Bonizella fait ainsi l’objet d’un culte pluriséculaire, quoiqu’elle ne soit pas inscrite au Martyrologe.

 

Nunzio Sulprizio

1817-1836

 

A Pescosansonesco (Pescara, non loin de l’Adriatique, Italie), vivaient les jeunes époux Domenico Sulprizio, cordonnier, et Rosa Luciani, fileuse, qui donnèrent naissance, le 13 avril 1817 - un dimanche “in albis” - à un petit garçon qui, le soir même, reçut au baptême le prénom de Nunzio.

Il avait trois ans, quand ses parents le présentèrent à l’évêque de Sulmona pour lui faire administrer le sacrement de Confirmation. L’évêque, Mgr Francisco Tiberi, était en effet en visite pastorale dans le bourg voisin de Popoli. Ce 16 mai 1820 fut l’unique date heureuse de l’enfance de Nunzio, car par la suite il ne vivra que dans la souffrance.

 

Orphelin et abandonné

 

Au mois d’août de cette même année 1820, le papa Domenico meurt à tout juste 26 ans. Deux ans après environ, Rosa se remarie, entre autre pour trouver un certain soutien économique, mais le beau-père est dur et grossier avec le petit Nunzio. Ce dernier s’accroche à sa mère et à sa grand-mère maternelle. Il commence à fréquenter l’école, une sorte de jardin d’enfant, ouvert par le prêtre, le père De Fabiis, dans le village de la nouvelle résidence, Corvara.

Pour Nunzio, ce sont là les moments les plus doux de sa vie : il apprend à connaître Jésus, le Fils de Dieu fait homme, mort en croix pour expier le péché du monde. Il commence à prier, à imiter les exemples de Jésus et des Saints, que lui enseigne le bon curé, en même temps maître d’école. Sociable et ouvert, l’enfant joue avec ses petits amis. Il commence l’apprentissage de la lecture et de l’écriture.

Mais voici que sa maman meurt le 5 mars 1823 : Nunzio n’a que six ans, c’est sa grand-mère maternelle, Rosaria Luciani, qui le prend chez elle pour s’occuper de lui. Il est encore analphabète, mais il a une foi et une bonté immenses. La grand-mère et son petit-fils sont toujours ensemble : à la prière, à la Messe, dans les petits travaux de la maison. L’enfant va à l’école fondée par le père Fantacci pour les enfants les plus pauvres, et c’est là qu’il grandit en sagesse et en vertus ; ce garçon est un cœur pur, qui met toute sa joie à servir la Messe, à rendre visite très souvent à Jésus Eucharistie présent dans le tabernacle. Il a une horreur toujours croissante du péché et un désir sans cesse grandissant de ressembler au Seigneur Jésus.

Il a à peine neuf ans, que meurt à son tour la grand-mère, le 4 avril 1826. Le voilà seul au monde et c’est pour lui le commencement d’un long “chemin de croix” qui le fera toujours plus ressembler à Jésus Crucifié.

Il est alors accueilli comme apprenti chez son oncle, Domenico Luciani, surnommé “Mingo”, lequel le retire de l’école et l’enferme littéralement dans sa boutique de maréchal-ferrant, en lui faisant faire les besognes les plus dures, sans tenir compte de son âge et des plus élémentaires nécessités de la vie. Souvent il le maltraite, le privant même de nourriture quand il juge qu’il n’a pas fait ce qu’on lui a demandé. Il l’envoie faire les livraisons, sans s’inquiéter le moins du monde des distances ni des marchandises à transporter, encore moins des rencontres bonnes ou mauvaises qu’il peut faire. C’est une ruine vivante, sous le soleil, la neige, la pluie, toujours habillé de la même façon. On ne lui épargne pas même les coups, assaisonnés de grossièretés et de blasphèmes.

Nunzio pourrait rapidement succomber, mais sa foi est profonde. Dans ce trou de boutique, frappant sur l’enclume, “fouetté” par un travail inhumain, il pense à son grand Ami, Jésus Crucifié : il prie et il offre, en union avec Lui, en réparation des péchés du monde, pour faire la volonté de Dieu, pour gagner le Paradis. Le dimanche, même si personne ne l’y envoie, il va à la Messe, son unique repos de toute la semaine.

Bien vite il tombe malade. Par une rigide matinée d’hiver, l’oncle Mingo l’envoie dans une cabane perdue avec tout un chargement de ferraille sur le dos. Le vent souffle, il fait très froid, il gèle : Nunzio n’en peut plus. En chemin, les pieds le brûlent et il les plonge dans un petit lac gelé. Le soir il rentre épuisé, une jambe enflée, avec une forte fièvre, la tête prête à exploser : il va au lit sans rien dire, mais le lendemain il ne tient pas debout.

Pour toute médecine, il reçoit de son oncle l’ordre de reprendre le travail, parce que si tu ne travailles pas, tu ne manges pas. Certains jours, Nunzio est contraint de demander un bout de pain aux voisins. Il répond avec le sourire, la prière, le pardon : C’est comme Dieu veut. Que la volonté de Dieu soit faite. Dès qu’il en a la possibilité, il se réfugie à l’église, pour prier devant le tabernacle : la joie, l’énergie et la lumière lui viennent de Jésus-Hostie, de sorte que ce jeune adolescent est déjà en mesure de donner des conseils très sages aux paysans qui les lui demandent.

Il souffre d’une horrible plaie à un pied, qui finira bien vite en gangrène. L’oncle lui dit : Si tu ne peux plus manier le marteau, tu resteras là à tirer le soufflet. Torture indicible. Sa plaie a besoin d’être sans cesse nettoyée et Nunzio se traîne jusqu’à la grande fontaine du village pour se laver ; mais les femmes du village, voulant laver leur linge et craignant qu’il infecte l’eau, le chassent comme un chien galeux. Alors il va à Riparossa, où un petit ruisseau lui permet de se soigner, en même temps qu’il peut mettre à profit ce moment pour réciter beaucoup de chapelets à la Vierge Marie.

 

Wochinger, un second père

 

D’avril à juin 1831, il est hospitalisé à L’Aquila, mais les soins restent sans effet. Cependant, ce sont pour Nunzio des semaines de repos pour lui-même, de charité fraternelle pour les autres malades, et de prière intense. De retour à la maison, il est forcé par son oncle à demander l’aumône pour survivre. Son commentaire : C’est bien peu de chose que je souffre, pourvu que je réussisse à sauver mon âme en aimant le Bon Dieu. Dans cette nuit profonde, sa seule lumière est le Crucifix.

Enfin, un habitant de Pescosansonesco informe son oncle paternel, Francisco Sulprizio, militaire en garnison à Naples, lequel fait venir chez lui Nunzio et le présente au colonel Felice Wochinger, bien connu comme “père des pauvres”, à cause de sa vie riche de foi et de charité inépuisable. Nous sommes en été 1832, et Nunzio a 15 ans ; Wochinger découvre devant lui, au sens propre du mot, un ange de douleur et d’amour pour le Christ, un petit martyr. Entre eux deux va s’établir un vrai lien de père à fils.

Le 20 juin 1832, Nunzio entre à l’hôpital des Incurables, pour se faire soigner et guérir. Le colonel pourvoit à tout ce qui lui est nécessaire. Les médecins et les malades se rendent compte de se trouver devant un nouveau “Saint Louis de Gonzague”. Un bon prêtre lui demande : Tu souffres beaucoup ? et il répond : Oui, je fais la volonté de Dieu. - Que veux-tu ? - Je voudrais bien me confesser et recevoir Jésus dans l’Eucharistie pour la première fois - Tu n’as pas encore fait la première Communion ? - Non, chez nous, il faut attendre 15 ans. - Et tes parents ? - Ils sont morts. - Et qui s’occupe de toi ? - La divine Providence.

Aussitôt, on l’aide à se préparer à la première Communion : pour Nunzio, c’est vraiment le plus beau jour de sa vie. Son confesseur dira que à partir de ce jour, la grâce divine commença à agir en lui de façon vraiment extraordinaire, à voir comment il courait de vertu en vertu. Toute sa personne respirait l’amour de Dieu et de Jésus-Christ.

Pendant près de deux ans, Nunzio fait des séjours à l’hôpital de Naples et aux cures thermales de Ischia, où l’on constate un peu d’amélioration passagère. Il peut abandonner les béquilles et marcher avec une seule canne. En fin de compte, il est plus serein : il prie beaucoup, soit au lit, soit à la chapelle devant le tabernacle, devant le Crucifix et devant le tableau de Notre Dame des Douleurs. Il devient l’ange et l’apôtre des autres malades, il enseigne le catéchisme aux enfants hospitalisés, pour les préparer à la première Confession et Communion et les aider à vivre plus intensément en bons chrétiens, à supporter positivement la souffrance. Ceux qui l’approchent voient en lui cette attirance pour la sainteté. Il a coutume de faire aux malades cette recommandation : Soyez toujours avec le Seigneur, parce que tout bien vient de Lui. Souffrez par amour de Dieu, et restez joyeux. Son invocation préférée est pour la Sainte Vierge : O Marie, ma Mère, aide-moi à faire la volonté de Dieu.

Ayant reçu tous les soins possibles pour recouvrer la santé, Nunzio vit dans l’appartement du colonel Wochinger à partir du 11 avril 1834, au “Maschio Angioino”. Son second “père” admire ses vertus et prend grand soin de lui, qui le lui rend avec une profonde reconnaissance. Il pense à se consacrer et, en attendant, demande à son confesseur d’approuver son règlement de vie quotidienne, une véritable règle de consacré, qu’il observe scrupuleusement : le matin, prière, méditation et Messe ; durant la journée, étude avec de bons professeurs ; chapelet marial pour finir la journée. Il sème la paix et la joie autour de lui, un véritable parfum de sainteté émane de lui.

Le fondateur de la Congrégation des Sacrés Cœurs, Gaetano Errico (v. 29 octobre) , lui promet de l’accueillir dans sa Famille religieuse dès qu’elle sera approuvée : Ce garçon est un jeune Saint, et je voudrais que le premier à entrer dans ma Congrégation soit un Saint, même malade. Souvent il reçoit la visite d’un certain frère Filippo, de l’Ordre des Alcantarini (sur s. Pedro d’Alcántara, v. 18 octobre) , qui lui tient compagnie et l’aide à se déplacer jusqu’à la chapelle Sainte Barbe, à l’intérieur du château. Nunzio arrivera à rester debout tout seul, mais à cette brève amélioration suivra une forte aggravation ; c’est le cancer aux os, et il n’y a rien à faire. Nunzio devient une victime vivante unie au Crucifié, tout agréable à Dieu.

 

La joie : un don de Jésus Crucifié

 

Le colonel est intimement lié à Nunzio : dès le premier jour il l’a appelé “Mon fils” ou “Mon enfant”, ce que Nunzio lui rendait en l’appelant “Mon papa”. Mais maintenant il réalise que malheureusement l’heure de la séparation approche, une tristesse que peut consoler seulement la foi en la certitude de l’ “au revoir en Paradis”.

En mars 1836, la situation de Nunzio s’aggrave. La fièvre est très forte, le cœur n’y arrive plus, les souffrances sont extrêmes. Il prie et il offre, pour l’Eglise, pour les prêtres, pour la conversion des pécheurs. Ceux qui viennent le voir recueillent ses paroles : Jésus a tant souffert pour nous, et grâce à ses mérites c’est la vie éternelle qui nous attend. Si nous souffrons un peu, nous jouirons dans le Paradis. - Jésus a beaucoup souffert pour moi : pourquoi ne puis-je pas souffrir pour Lui ? - Je voudrais mourir pour convertir ne serait-ce qu’un seul pécheur.

Le 5 mai 1836, Nunzio se fait apporter le Crucifix et appelle le confesseur. Il reçoit les Sacrements comme un Saint. Il console son bienfaiteur : Soyez heureux, du Ciel je vous assisterai toujours.” Dans la soirée, plein de joie, il dit : La Sainte Vierge ! la Sainte Vierge ! regardez comme elle est belle ! 

Il a à peine dix-neuf ans et il va voir Dieu pour toujours. Autour de lui se répand un parfum de roses. Son corps, défait par la maladie, devient singulièrement beau et frais, on l’expose pendant cinq jours. Tout de suite on vient en pèlerinage à son tombeau.

Dès le 9 juillet 1859, le pape Pie IX reconnaît l’héroïcité de ses vertus et le proclame Vénérable. 

Le 1er décembre 1963, devant tous les évêques du monde réunis au Concile Vatican II, le pape Paul VI inscrit Nunzio Sulprizio au rang des Bienheureux, le proposant comme modèle des ouvriers, de tous les jeunes, même de ceux d’aujourd’hui. 

Nunzio a été canonisé en 2018.

Si Nunzio, en vivant uniquement dans la souffrance, a su donner un sens et de la beauté à sa jeunesse par son amour pour Jésus et son effort pour vivre en Lui, pourquoi, par la grâce divine, la grâce du divin Rédempteur, le plus grand Ami de l’homme, les jeunes de notre époque, si bouleversés par le dérèglement de tous les sens, par la drogue, par le désespoir, ne pourront-ils pas faire de leur vie un chef-d’œuvre d’amour et de sainteté ? Il faut croire et obéir au Christ crucifié et ressuscité, qui fait toutes choses nouvelles.

 

 

Caterina Cittadini

1801-1857

 

Née le 28 septembre 1801 à Bergamo (Italie du nord), de Giovanni Battista et Margherita Lanzani, Caterina reçut le baptême dès le lendemain. Elle eut une petite sœur, Giuditta.

En 1808 mourut la maman, et le papa les abandonna. Elles furent reçues dans un orphelinat, dont l’aumônier, un saint prêtre, les guida vers une vie profondément chrétienne.

Caterina fit ses études et obtint le diplôme de maîtresse d’école.

En 1823, avec sa sœur, elle s’établit auprès de ses cousins prêtres, Giovanni et Antonio, à Calolzio.

Pendant deux ans, elles y pratiquèrent une vie d’assistance aux activités paroissiales ; Caterina était maîtresse à Somasca (Vercurago), proche de Calolzio.

Malgré leur désir à toutes deux d’entrer dans quelque couvent, leur directeur spirituel leur conseilla de rester à Somasca, pour y prolonger l’œuvre de saint Girolamo Miani (v. 8 février).

En 1826, le deux sœurs prirent en location une petite maison à Somasca, où, la même année, elles achetèrent un immeuble pour y aménager une école pour filles, et qui deviendra le centre du nouvel institut.

Sur place, elles furent admirablement guidées par les pères de la Congrégation de Somasque, fondés par saint Girolamo Miani ; Caterina se sentait particulièrement «proche» de ce saint Fondateur, qui s’était occupé des orphelins. Elle désirait reprendre son exemple de charité et de pauvreté.

A Somasque, Caterina fut au centre des activités paroissiales et sociales : elle enseigna la Doctrine chrétienne, s’engagea dans plusieurs confraternités, participa à la liturgie, reçut les jeunes filles. Les éloges et l’approbation de la population et des autorités furent unanimes.

Elle s’occupa particulièrement des filles en difficultés : pauvres, orphelines, avec problèmes pour l’étude, ou qui venaient de loin. Bientôt ce fut une école privée «Cittadini» qui s’ouvrit en 1832, et un pensionnat en 1836, qu’elle confia à sa sœur Giuditta.

Cette Œuvre fit «boule de neige», en ce sens que les jeunes filles qui sortaient de Somasca, avaient la capacité d’ouvrir à leur tour d’autres établissements ou d’y collaborer, dans leurs villes d’origine.

Une grosse épreuve s’abattit sur Caterina, lorsque sa sœur Giuditta mourut subitement à trente-sept ans en 1840 ; l’année suivante, c’est son directeur spirituel et son cousin Antonio qui moururent à leur tour.

En 1842, Caterina tomba gravement malade, et guérit miraculeusement sur l’intercession de Notre-Dame de Caravaggio et de saint Girolamo Miani.

En 1845, elle abandonna l’école pour s’occuper exclusivement du pensionnat et des compagnes qui s’étaient agrégées à l’œuvre, et qui désiraient se consacrer à Dieu.

Elles avaient déjà fait le projet d’un tel Institut dès 1844 ; le pape leur accorda le décret d’érection, avec oratoire privé et l’Eucharistie. L’approbation diocésaine se fit attendre cependant, malgré les instantes supplications de Caterina auprès de l’évêque de Bergame. Elle insista encore et présenta son projet d’Ursulines Gerolimiaines (d’après Girolamo Miani). Cette fois-ci l’évêque approuva ad experimentum. Caterina attendit le «jour» avec grande confiance, mais sa santé bien ébranlée déclina peu à peu.

Elle mourut le 5 mai 1857, unanimement pleurée.

Le décret épiscopal sera signé le 14 décembre de la même année, l’institut aura la reconnaissance pontificale en 1927.

Au début, l’Œuvre des deux sœurs Cittadini se concentra à Somasca et Ponte San Pietro (Bergame) ; elle s’étendit ensuite dans toute l’Italie ; actuellement les Religieuses s’occupent des Italiennes émigrées en Suisse, en Belgique ; elles ont des fondations en Amérique latine (Brésil et Bolivie) et en Asie (Inde et Philippines). 

Caterina Cittadini a été béatifiée en 2001. Son dies natalis est au 5 mai.

Enric Gispert Doménech

1879-1937

 

Enric (Henri) naquit le 8 novembre 1879 à Riudoms (Baix Camp, Catalogne, Espagne), de Pere et Josepa.

Il fréquenta le séminaire de Tarragone et fut ordonné prêtre en 1904.

Il exerça le saint ministère à Falset, Pobla de Montornés, Rocallaura, Botarell, Vilapiana, la Canonja.

Des qualités qu’il montrait dans sa sainte personnalité, ressortait surtout la patience, restant doux et discret devant les défauts des autres.

Pour les pauvres, il donnait tout ce qu’il avait.

Chaque année, il venait dans son pays d’origine pour fêter la saint Henri (à l’époque, c’était le 15 juillet, maintenant le 13) et s’y trouvait donc au moment de la révolution de juillet 1936, en même temps que deux autres de ses cousins, également prêtres.

Dans l’impossibilité d’obtenir des sauf-conduits, ils se réfugièrent non loin du village.

Le soir du 25 juillet, une voiture pleine de miliciens armés se présentèrent à leur porte, et les soupçonnèrent d’organiser des réunions clandestines, mais n’intervinrent pas davantage.

Vingt jours plus tard, devant le danger, les deux cousins proposèrent à don Enric de partir pour Barcelone. Parvenus là, il leur dit : Vous qui êtes jeunes, faites tout ce que vous pouvez pour vous mettre en sûreté. Mais moi, je me confie ici aux desseins de la Providence.

Don Enric fut bientôt rejoint par don Josep Gomis Martorell. Ils purent célébrer la messe chaque jour, jusqu’au 6 avril 1937. Ce jour-là, don Josep était en train de se confesser à don Enric, lorsqu’on vint les arrêter tous les deux pour les conduire au couvent Sant Elies, transformé en tcheka. Cette date du 6 avril a été prise parfois comme date de leur martyre.

C’est un mois plus tard qu’ils furent tous les deux martyrisés, le 5 mai 1937.

Ils furent tous deux béatifiés en 2013.

 

 

Josep Gomis Martorell

1894-1937

 

Josep naquit le 17 décembre 1894, à Reus (Baix Camp, Catalogne, Espagne NE), de Pere et Teresa, et fut baptisé le 26 suivant.

Ayant entendu très tôt l’appel au sacerdoce, il fréquenta le séminaire de Tarragone, et fut envoyé compléter ses études à Rome, où il reçut les doctorats de Philosophie, de Théologie et de Droit Canonique.

Ordonné prêtre le 10 mars 1918, par le cardinal Merry del Val, il célébra sa première messe solennelle en la fête de saint Joseph (19 mars) devant la tombe de saint Pie X (v. 21 août).

Les années suivantes, quand il entendit parler des sanglantes persécutions au Mexique, il exprima ouvertement son désir de verser son sang pour le Christ.

Il était fréquemment disponible pour entendre les confessions des fidèles, et on le voyait souvent prier les bras en croix. Il lui arrivait fréquemment de recevoir des pauvres. Chaque semaine, il retrouvait des amis dans son pays natal, avec lesquels il expliquait l’évangile avec des projections de diapositives.

Il exerça son ministère sacerdotal successivement à Reus, Blancafort, Falset, tout en étant aussi directeur spirituel au séminaire d’Astorga.

Lors de la révolution de juillet 1936, il vint à Barcelone et retrouva don Enric Gispert chez des amis. Ils y célébrèrent la messe chaque jour et don Josep se confessa à don Enric.

Le 6 avril, il était encore une fois en train de se confesser, lorsqu’on vint les arrêter tous les deux pour les conduire au couvent Sant Elies, transformé en tcheka. Cette date du 6 avril a été prise parfois comme date de leur martyre.

C’est un mois plus tard qu’ils furent tous les deux martyrisés, le 5 mai 1937.

Ils furent tous deux béatifiés en 2013.

 

 

Bolesław Frąckowiak

1911-1943

 

Né le 8 juillet 1911 à Łowęcice (Jarocin, Poznan, Pologne), il était huitième des douze enfants de Andrea et Sophia Płończak, de bons catholiques.

En 1927, il entra au petit séminaire.

A dix-huit ans, il entra au noviciat de la Société du Verbe Divin à Gorna Grupa. C’était un missionnaire dans l’âme. Il prit le nom de Grzegorz (Grégoire).

Il fut réceptionniste et travailla à l’imprimerie comme relieur professionnel.

On le savait particulièrement sensible pour les pauvres : beaucoup venaient trouver auprès de lui quelque chose à manger, un accueil chaleureux, une bonne parole. On l’appela l’ami du pauvre.

Les étudiants du Petit séminaire appréciaient aussi sa gentillesse, sa simplicité et sa profonde spiritualité.

Il fit sa profession solennelle le 8 septembre 1938, bien conscient d’offrir sa vie pour le Christ et l’Eglise. 

Au début de la Guerre mondiale, la maison de Gorna Grupa fut réquisitionnée et transformée en camp d’internement de prêtres, obligeant les religieux à la quitter. Bolesław-Grzegorz commença par s’installer chez des parents à Poznan ; il y fut sacristain à Saint-Martin, enseigna le catéchisme et même baptisa quelques nouveau-nés.

Quand le curé fut arrêté par la Gestapo, il n’était plus possible de conserver la Sainte Eucharistie sans risque de profanation ; aussi Bolesław-Grzegorz invita les paroissiens à venir adorer le Saint Sacrement pendant un jour et une nuit sans relâche, après quoi il donna la communion à tous les présents.

Bolesław-Grzegorz trouva momentanément du travail dans une imprimerie de Jarocin, proche de chez lui. Il eut l’occasion de recevoir et de faire passer du matériel anti-nazi, des pamphlets ; un Collègue le dissuada de continuer, et il obéit. 

Un an après, la Gestapo découvrit ces activités. Parmi les arrêtés, se trouvaient des hommes mariés et pères de famille. Bolesław-Grzegorz posa la question à son directeur spirituel : Pourrait-il prendre sur lui la responsabilité de ces hommes ? Son directeur lui répondit : Si tu en as le courage et la force. Mais cela signifiera sacrifier ta vie. 

Bolesław-Grzegorz se confessa, reçut la communion, et tendit la main à son directeur en lui disant : Au revoir, mais pas sur cette terre.

Revenu à la maison, il fut arrêté le lendemain même. Il «confessa» son crime, et l’un des autres suspects fut immédiatement remis en liberté.

Bolesław-Grzegorz fut mis en prison et torturé à Jarocin, conduit à Poznan, et finalement à Dresde, où il fut condamné à être guillotiné.

Peu avant de mourir, il écrivit à ses parents quelques mots :

Je vous écris pour la dernière fois. Quand vous recevrez cette lettre, je ne serai plus en vie. Aujourd’hui, mercredi 5 mai 1943, à 6.15, je serai exécuté. Priez pour moi. Il est déjà une heure du matin, et à deux heures le prêtre m’apportera Jésus. Ne pleurez pas, mais priez pour mon âme. Je suis complètement en paix. Dieu vous bénisse. Restez fidèlement catholiques. Pardonnez toutes mes fautes. Je suis désolé pour ma pauvre maman. Que Dieu vous protège. Nous nous reverrons au ciel.

Bolesław-Grzegorz a été béatifié en 1999.

Partager cet article
Repost0
3 mai 2022 2 03 /05 /mai /2022 23:00

04 MAI

 

III.

Ss Agapius et Secundinus, évêques en Numidie, avec le soldat Æmilianus, et les vierges Tertulla et Antonia, martyrs à Cirtha.

S Corcodème, diacre martyr à Auxerre.

?

Ste Hélène, vierge à Troyes. 

IV.

Ste Antonina, martyre à Nicée en Bithynie, suspendue par un bras pendant trois jours, enfermée puis brûlée.

Ste Pélagie, vierge martyre à Tarse, enfermée dans un bœuf d’airain chauffé à blanc (peut-être confusion avec celle d’Antioche, cf.8 octobre).

S Florianus, vétéran de l’armée romaine, dans le Norique, précipité dans une rivière, une pierre au cou, invoqué contre l’eau et les dangers du feu.                                                                    

S Silvanus, évêque à Gaza, envoyé aux mines de Phenno ; on lui brûla au fer rouge les articulations des pieds puis, comme son grand âge l’empêchait de travailler, il fut décapité.

S Jacques, diacre martyr à Bergame, victime des ariens dont il avait converti bon nombre.

S Paulin, diacre martyr à Cologne (VIII.?).

V.

S Titien, évêque à Lodi.

B Benoît, évêque à Isernia, qu’il rebâtit après une guerre.

S Valérien, martyr avec d’autres à Forlì.

VI.

S Antoine du Rocher, abbé à Tours, puis reclus dans un rocher, d’où son nom.

S Macaire, évêque régionnaire sur les bords de la Garonne ; une ville porte son nom.

S Malou (Malulf), évêque à Senlis.

VIII.

S Sardot, évêque à Limoges ; il avait été abbé en Calabre, où vint aussi son père.

S Ethelred, roi de Mercie qui abdiqua pour devenir bénédictin à Bardney, où il fut abbé.

B Guntrand, abbé à Liessies, où son père avait fondé cette abbaye.

S Gervold, abbé à Saint-Wandrille.

IX.

S Lupin, chanoine à Carcassonne.

S Nicéphore, abbé à Médicia, emprisonné pour son opposition aux iconoclastes.

XI.

S Godard, abbé à Nieder-Altaich et évêque à Hildesheim.

XV.

B Michał Giedroyć, solitaire lituanien, dont le culte fut confirmé en 2019.

XVI.

B Władysław de Gielniów, franciscain polonais.

Ss John Houghton, Robert Lawrence, Augustine Webster, chartreux, Richard Reynolds, brigittin, et John Haile, prêtre séculier, martyrs anglais, suppliciés à Tyburn.

XVIII.

B Jean-Martin Moyë, lorrain, fondateur des Sœurs de la Providence, pour l’éducation ; puis missionnaire en Chine, où il fonda la congrégation des Vierges enseignantes, mort à Trêves. 

XX.

B Józef Czempiel (1883-1942), prêtre polonais, gazé à Dachau, béatifié en 1999.

Martyrs de Cirtha

† 259

 

Vers 250, deux évêques africains, Agapius et Secundinus, furent chassés de leur diocèse et envoyés en exil, à la suite du décret de persécution de Valérien.

Après plusieurs années, ils furent convoqués devant le légat romain à Cirtha (act. Constantine, Tunisie). Leur témoignage édifia beaucoup la population, mais ils furent condamnés à mort, sans qu’on sache le motif officiel et le mode de ce martyre.

En même temps qu’eux furent aussi martyrisés un soldat, nommé Æmilianus, ainsi que deux vierges, nommées Tertulla et Antonia, et une maman anonyme avec ses petits enfants jumeaux.

Ces huit Martyrs sont commémorés le 4 mai dans le Martyrologe Romain.

 

 

Agapius de Cirtha

† 259

 

Se reporter à la notice Martyrs de Cirtha, supra.

 

 

Secundinus de Cirtha

† 259

 

Se reporter à la notice Martyrs de Cirtha, supra.

 

 

Æmilianus de Cirtha

† 259

 

Se reporter à la notice Martyrs de Cirtha, supra.

 

 

Tertulla de Cirtha

† 259

 

Se reporter à la notice Martyrs de Cirtha, supra.

 

 

Antonia de Cirtha

† 259

 

Se reporter à la notice Martyrs de Cirtha, supra.

 

 

Antonina de Nicée

† 3e-4e siècles

 

Cette Chrétienne fut torturée et martyrisée à Nicée (auj. İznik, Turquie NW).

On ne peut qu’imaginer les premières tortures qu’on lui infligea, comme les impies se permettent de sévir sur les femmes ; on suspendit ensuite Antonina par un bras pendant trois jours et on la jeta dans un cachot infect pendant deux années ; enfin, elle fut brûlée vive.

On ne connaît pas la période où eut lieu ce martyre.

Sainte Antonina de Nicée est commémorée le 4 mai dans le Martyrologe Romain.

 

 

Florianus de Lorch

† 304

 

Florianus était originaire du Norique (act. Autriche), à moins qu’il naquît à Cingulum (auj. Cingoli, Marches, Italie CE).

Vétéran de l’armée romaine, il fut envoyé au poste important de Cetium (auj. Zeiselmauer).

Secrètement, il était chrétien, mais jugea possible d’aller à Lorch visiter et consoler les Chrétiens incarcérés pour leur foi.

Les autres soldats ne manquèrent pas de remarquer son geste et de le dénoncer au préteur. Ce dernier, Aquilinus, le fit fouetter par deux fois (on sait que les fouets étaient faits de lanières de cuir, très coupantes, garnies de petits plombs) ; après quelques autres tortures, Florianus fut précipité, une pierre au cou, dans la rivière Anisus (Enns).

Ce genre de martyre est à l’origine de la dévotion que l’on a pour s.Florianus contre les inondations et autres dégâts des eaux.

Saint Florianus de Lorch est commémoré le 4 mai dans le Martyrologe Romain.

 

 

Silvanus de Gaza

† 311

 

Gaza (la tristement célèbre ville de Palestine) vit naître Silvain, qui en devint évêque. On remarquera que ce nom de racine latine ne comporte pas d’y.

D’après le témoignage d’Eusèbe dans son ouvrage des Martyrs de Palestine, Silvanus était la prudence même et le modèle authentique du pasteur et du Chrétien.

Il fut arrêté et envoyé aux mines de Phenno, où l’on envoyait les Confesseurs de la Foi, qui mutilés, qui fort âgés, qui malades, qui ne pouvaient exécuter d’autres travaux. Mais Silvanus ne pouvait pas même travailler aux mines : il fut décapité, ainsi que trente-neuf autres Compagnons, originaires d’Egypte ou de Palestine.

Saint Silvanus de Gaza est commémoré le 4 mai dans le Martyrologe Romain.

 

Alexandre de Foigny

1180-1229

 

Alexandre (Alexander) était né vers 1180 en Ecosse, de famille princière ; on le donne parfois comme fils du roi Guillaume le Lion.

Il avait une sœur aînée, Mechtilde, avec laquelle il quitta la cour ; ils vinrent à l’abbaye cisstercienne de Foigny (Aisne), où Mechtilde le fit entrer comme convers. Il resta là comme simple vacher, et se rendant utile par son talent de fromager.

Inconnu de tous, il fut invité par le prieur, au nom de l’obéissance, à révéler sa véritable identité à la fin de sa vie.

Il mourut le 4 mai 1229.

Après son décès, il apparut à l’un des moines, lui montrant une couronne princière : La couronne que tu vois en mes mains est celle que j’ai dédaignée par amour du Christ ; celle qui ceint mon front est la couronne immortelle que j’ai reçue parmi les saints.

Des miracles le firent honorer comme Bienheureux.

Le Martyrologe ne le mentionne pas actuellement.

 

 

Michał Giedroyć

1420-1485

 

(On écrivait aussi : Mykolas Giedraitis).

Michał était né vers 1420 à Giedrojcie Castle (Molétai, Lituanie), fils unique de parents nobles.

Nain et très difforme, maladif, il ne pouvait envisager le métier des armes. En plus, un accident survenu dans son enfance, le priva de l’usage d’une jambe.

Sa mauvaise santé l’empêcha de faire des études suivies et il s’occupa à fabriquer des vases sacrés pour le service liturgique. Sinon, il passait son temps dans la prière, s’habituant à se mortifier, à jeûner quatre jours par semaine, à s’imposer le silence.

Il vint s’installer dans une petite cellule jouxtant l’église des Chanoines augustins de Cracovie (Pologne), et y resta toute sa vie, dans une très grande austérité, ayant à peine la place de s’étendre à terre. Il n’en sortait que pour aller à l’église. Rarement, il adressait la parole à quelqu’un.

Désormais, il s’abstint de viande, se contenta de légumes. Il ne relâcha jamais ce régime, même quand il fut malade ou âgé.

Le diable vint le tourmenter, mais Dieu le consola. Il reçut le don de la prophétie et des miracles, mais on ne nous en indique rien de plus.

Michał mourut le 4 mai 1485 et fut très longtemps considéré comme bienheureux ; son culte n’a été confirmé qu’en 2019.

 

 

Władisław de Gielniów

1440-1505

 

Władisław naquit vers 1440 à Gielniów (Gniezno, Pologne).

Selon les vœux de ses parents, il étudia d’abord à l’université de Cracovie, avant d’entrer chez les Franciscains Observants de Varsovie, où il fut portier. Ce couvent avait été fondé récemment par saint Jean de Capistran (v. 23 octobre).

Après avoir reçu le sacerdoce, il demanda à ses supérieurs la faculté d’aller évangéliser les Kalmuks, dans la proche Russie, mais il rencontra trop de difficultés et revint en Pologne.

Prédicateur zélé, il traversa la Pologne de bout en bout, semant partout la bonne nouvelle. Sa prédication s’appuyait sur la passion du Christ et les gloires de la Mère de Dieu ; il recommandait en particulier la Couronne des Sept Joies de Notre-Dame.

Il fut élu plusieurs fois provincial de son Ordre.

Il organisa alors des missions en Lituanie et en Russie, ce qui permit de faire revenir à l’Eglise beaucoup de schismatiques, ce qu’il n’avait pu faire au début de son apostolat.

En 1498, il organisa toute une campagne de prières pour protéger la Pologne de l’invasion des Tartares et des Turcs : une furieuse tempête hivernale et glaciale arrêta les envahisseurs, l’armée polonaise les mit en déroute et la victoire fut attribuée à ces prières.

A la fin de ses jours, on hésitait à le maintenir dans son poste de supérieur et on lui demanda où il voulait aller se retirer. Il répondit que jamais il n’avait fait sa volonté, et qu’il s’en remettait à la volonté des pères. On le nomma Gardien (c-à-d supérieur) du couvent de Varsovie, là où il avait commencé sa vie religieuse.

Le Vendredi Saint de 1505, tandis qu’il prêchait sur la passion du Seigneur, on le vit en état de lévitation : suspendu au-dessus du sol, les bras en croix comme le Crucifié. Après cette extase, il s’évanouit complètement et dut rester alité quelques semaines, après quoi il mourut, le 4 mai 1505.

Il fut béatifié en 1750 et proclamé patron céleste de la Pologne et de la Lituanie en 1753.

 

 

John Houghton

1487-1535

 

John est le premier de la longue file de martyrs de la persécution anglaise du XVIe siècle. 

Né vers 1487 dans l’Essex, il étudia à Cambridge, dont le chancelier était John Fisher (v. 22 juin), prit ses grades en droit civil et canonique, puis ressentit la vocation sacerdotale et devint prêtre. Après quatre années de ministère, il entra à vingt-huit ans chez les Chartreux, où il fut estimé un vrai modèle d’obéissance, d’humilité, de mortification.

Devenu prieur de la Chartreuse de Londres, sa sainteté ne se démentit pas. Il supporta par exemple héroïquement les injures grossières et les coups d’un inférieur.

Quand le roi Henri VIII réussit à faire voter comme loi d’Etat la suprématie royale sur l’Eglise, et la condamnation pour trahison envers tous ceux qui s’y opposeraient, le saint prieur avec toute sa communauté refusa nettement de s’y soumettre. L’apprenant, le roi se montra furieux contre lui et résolut d’en faire sa première victime.

John, avec deux autres prieurs qui étaient venus le rencontrer à ce moment-là, Robert Lawrence et Augustine Webster, tentèrent de fléchir Cromwell, vainement. Le 29 avril 1535, au Westminster Hall, il y eut un semblant de jugement, au terme duquel Cromwell arracha aux juges une sentence de mort pour cause de haute trahison.

Ces trois prieurs chartreux subirent le martyre le 4 mai 1535, et on leur adjoignit aussi deux autres prêtres (Richard Reynolds et John Haile). Le martyre consistait en la pendaison, mais comme cela se répéta fréquemment dans cette persécution, on ramenait à terre les pendus avant leur mort, et on les mettait en morceaux, encore vivants. 

En ce qui concerne John, quand le bourreau lui arracha le cœur, il aurait dit : Ô Jésus, que veux-tu faire avec mon cœur ?

De sa cellule, Thomas More (v. 6 juillet) aperçut les martyrs et dit à sa fille Meg : Regarde, ces bienheureux Pères vont à la mort aussi gaiement que des fiancés vont à leur mariage.

Déclarés tous cinq bienheureux en 1886, les quatre premiers ont été canonisés parmi les Quarante Martyrs d’Angleterre et du Pays de Galles, en 1970.

Le Martyrologe mentionne nos cinq martyrs d’aujourd’hui au 4 mai.

Le miracle retenu pour la canonisation, advint par l’intercession de Cuthbert Mayne et de ses Compagnons en 1962 : un malade fut guéri instantanément et de façon stable d’un sarcome à l’épaule.

 

 

Robert Lawrence

† 1535

 

Le peu qu’on sait de ce prêtre chartreux est qu’il était prieur à Beauvallé (Nottingham).

Avec Augustine Webster, prieur de celle d’Axholme dans le comté de Lincoln, ils étaient venus à Londres pour traiter de quelques affaires concernant leurs maisons respectives, et s’associèrent pleinement aux prises de position de leur saint Confrère, John Houghton. 

Tous trois subirent le martyre, le 4 mai 1535.

Ils furent béatifiés en 1929, et canonisés en 1970.

Le miracle retenu pour la canonisation, advint par l’intercession de Cuthbert Mayne et de ses Compagnons en 1962 : un malade fut guéri instantanément et de façon stable d’un sarcome à l’épaule.

 

 

Augustine Webster

† 1535

 

On ne sait presque rien de la vie de ce prêtre chartreux. 

Il fit profession dans la chartreuse de Sheen (Shene), puis fut prieur à Axholme dans le comté de Lincoln, enfin à Beau-Vallè.

Il se trouva à Londres avec un autre prieur chartreux, Robert Lawrence.

Tous deux subirent le martyre avec John Houghton, le 4 mai 1535 à Tyburn (Londres).

Ils furent béatifiés en 1929, canonisés en 1970.

Le miracle retenu pour la canonisation, advint par l’intercession de Cuthbert Mayne et de ses Compagnons en 1962 : un malade fut guéri instantanément et de façon stable d’un sarcome à l’épaule.

 

 

Richard Reynolds

1492-1535

 

Richard était né vers 1492 à Devon (Angleterre).

Après ses études au Corpus Christi de Cambridge, il entra à l’abbaye des moines brigittains de Syon ; c’était un maître dans les langues anciennes (latin, grec, hébreu).

Selon certains, il aurait organisé une rencontre entre Thomas More (v. 6 juillet) et une «voyante» contemporaine, Elizabeth Barton ; cette dernière étant ouvertement opposée au remariage du roi (et elle fut plus tard exécutée pour ses «prophéties»), le père Reynolds aurait été particulièrement accusé à cause d’elle.

Il fut mis en prison à la Tower de Londres en avril 1535, en même temps que trois moines chartreux ; tous furent accusés de refuser l’autorité souveraine du roi en matière de religion. Pour le père Reynolds, on l’accusait aussi d’avoir détourné les gens de l’obéissance au roi.

Après les avoir traînés par les rues de Londres, on les pendit au Tyburn Tree, le 4 mai 1535.

Les morceaux du corps du père Reynolds furent accrochés en divers endroits de Londres.

Béatifié en 1886, il a été canonisé en 1970.

Le miracle retenu pour la canonisation, obtenue par l’intercession de Cuthbert Mayne et de ses Compagnons, fut la guérison instantanée et durable d’un malade atteint d’un sarcome à l’épaule.

 

 

John Haile

† 1535

 

Le peu qu’on sait de ce prêtre anglais, est qu’il exerçait son ministère dans la paroisse d’Isleworth depuis 1521.

Il était déjà assez âgé, et s’exprima fermement contre la cruauté de Henri VIII, le déclarant en outre hérétique, ce qui lui valut l’arrestation.

Conduit à la Tour de Londres, il partagea le sort des trois prêtres chartreux et du brigittin, pendus à Tyburn le même jour, le 4 mai 1535, premiers martyrs de la persécution anglaise.

Ce prêtre a été béatifié en 1886, et peut-être canonisé en 1970, car son nom est au Martyrologe, mais pas dans la liste des «Quarante Martyrs d’Angleterre et du Pays de Galles».

Le miracle retenu pour la canonisation, advint par l’intercession de Cuthbert Mayne et de ses Compagnons en 1962 : un malade fut guéri instantanément et de façon stable d’un sarcome à l’épaule.

Jean-Martin Moyë

1730-1793

 

Jean-Martin Moyë naît à Cutting (diocèse de Metz) le 27 janvier 1730, sixième des treize enfants de Jean et Catherine Demange. La parenté compte plusieurs prêtres et membres de diverses Confréries.

Il apprend le latin grâce à son aîné, séminariste, et étudie au collège de Pont-à-Mousson, puis chez les Jésuites à Strasbourg.

Revenu à Metz, il est ordonné prêtre en 1754. Il reçoit le bénéfice de la chapelle Saint-André à Dieuze, et sera vicaire dans trois paroisses de Metz, actuellement disparues : Saint-Victor, Saint-Livier et Sainte-Croix. Son zèle le rend sensible à la misère matérielle et spirituelle des villages.

Il fonde une congrégation de religieuses pour l’éducation des enfants des campagnes ; c’est la naissance des Sœurs de la Providence : pauvreté, charité, simplicité, confiance totale en la Divine Providence. Il publie quelques pages sur le baptême des petits enfants et un Recueil de diverses pratiques de piété.

Sa pieuse mère décède en 1762.

Jean-Martin est accusé de rigorisme excessif, son œuvre naissante est critiquée ; il est nommé à Dieuze. En 1767, l’évêque va jusqu’à suspendre Jean-Martin de ses fonctions à Dieuze.

Après avoir été pendant un temps appelé à diriger le Petit Séminaire de Saint-Dié, il rejoint le séminaire des Missions Étrangères en 1769.

Le 30 décembre 1771, il quitte la France pour la Chine et y reste de longues années. Il y apprend le chinois, rédige divers opuscules, baptise et fait baptiser jusqu’à trente-mille nouveau-nés en danger de mort durant une épidémie. Là aussi il fonde une congrégation similaire à celle de France. Il sera un moment emprisonné pendant dix jours pour son activité apostolique : il en profitera pour convertir un des gardes, qui deviendra prêtre en 1782.

Épuisé et malade, il revient en France en 1784 et regagne la Lorraine ; la Révolution l’oblige à s’exiler à Trèves où s’étaient réfugiées les religieuses de la Divine Providence. Jean-Martin y assiste les soldats blessés ou malades, de l’armée contre-révolutionnaire.

Lui-même est à son tour atteint de la typhoïde et meurt le 4 mai 1793.

Pie XII le béatifie le 21 novembre 1954. 

Aujourd’hui encore se poursuit son œuvre dans le monde et plusieurs congrégations sont issues du projet de Jean-Martin Moyë :

  • la Providence de Portieux (Vosges) ;
  • la Divine Providence de Saint-Jean de Bassel (Moselle) ;
  • la Divine Providence de Saint-Jean de Gap ; 
  • la Providence de Champiom en Belgique ; 
  • la Providence du Texas en Amérique ; 
  • les Missionnaires de San Antonio, en Amérique.

 

 

Józef Czempiel

1883-1942

 

Józef naquit le 21 septembre 1883 à Józefka (Piekary, Silésie, Pologne) et reçut le baptême deux jours après.

Après ses études à Józefka et à l’école Bytom, il fréquenta la faculté de théologie de Wroclaw (1904-1907). Il fut ordonné prêtre en 1908.

Tout de suite, il se montra fervent partisan de la Communion fréquente, mais aussi de la lutte contre l’alcoolisme.

Il fut nommé aux paroisses de Wiśnicz, Baborów et Dziećmarowo (1916-1917).

En 1919, il fut nommé à Żędowicach.

En 1922 il fut nommé à la paroisse de l’Assomption de Grand Hajduki (auj. Chorzów Batory). Il y développa particulièrement les congrégations mariales pour les jeunes et les jeunes filles, ainsi qu’une association en l’honneur de Saint-Joseph. Il ouvrit une salle de cinéma. Il fit publier et distribuer des journaux catholiques et des livres. Il organisa un service d’entraide pour les chômeurs.

En 1926 il fut vice-doyen du doyenné de Chorzów, puis doyen en 1931.

En 1932, il reçut la Croix d’or du mérite pour ses travaux d’ordre social et national.

Le 13 avril 1940, il fut arrêté par la Gestapo et envoyé au camp de Dachau, pour être ensuite transféré à celui de Mauthausen-Gusen le 26 mai suivant. 

Le 8 décembre 1940, il est renvoyé à Dachau, où il mourra, gazé ; apparemment, en mai 1942.

Le jour de cette mort est imprécis : on trouve le plus souvent la date du 4 mai, mais aussi du 5 mai, du 19 mai (Martyrologe), tandis que le certificat de décès «officiel» porte la date du 19 juin 1942.

Józef a été béatifié en 1999.

Partager cet article
Repost0
2 mai 2022 1 02 /05 /mai /2022 23:00

03 MAI

 

I.

Ss Philippe et Jacques le Mineur, apôtres :

- Philippe, de Bethsaïde en Galilée, aurait exercé en Phrygie et mourut à Hiérapolis, où l’on a retrouvé son tombeau en 2011 ; il n’est pas certain qu’il ait été martyrisé.

- Jacques, originaire de Cana en Galilée, cousin de Jésus, premier évêque à Jérusalem, auteur d’une épître, fut précipité du haut de la terrasse du Temple et achevé à coup de massue.

II.

S Alexandre Ier, pape (105-119), transpercé d’une infinité de coups de poinçon ; à ce pape remonterait l’usage de joindre une goutte d’eau dans le vin de la messe.

III.

Ss Timotheus et Maura, époux, crucifiés à Antinoé.

Ss Eventius, Alexander et Theodulus, martyrs à Rome.

IV.

S Iuvenalis, premier évêque à Narni.

Ss Alexandre et Antonine, martyrs en Bithynie ; Alexandre, un soldat, prit la place d’Antonine qu’on avait livrée à la prostitution ; ils eurent les mains coupées et furent brûlés vifs.

?

S Hygin (Gène), apôtre de Lectoure, où il convertit trente soldats.

VI.

S Conleth, premier évêque à Kildare, dont il est le patron principal.

X.

S Petros le Thaumaturge, évêque à Argos.

XI.

S Ansfrid (Aufrid, Anfroi), évêque à Utrecht ; il s’était consacré ainsi que sa femme et sa fille.

S Theodosij, abbé à Kiev, organisateur de la vie cénobitique en Russie..

XIII.

B Zacharie, un des premiers disciples de s. François, envoyé au Portugal.

B Alexandre, écossais, convers cistercien à Foigny.

Ss Gerardino Sostegno Sostegni et Ricovere Uguccio Uguccione, deux des Fondateurs de l'Ordre des Servites, profondément amis, nés et morts le même jour, fêtés le 17 février.

XIV.

Bse Emilia Bicchieri, supérieure dominicaine à Verceil.

B Alexandre Vincioli, évêque à Nocera, franciscain.

XV.

S Stanisław Sołtys Kazimierczyk, prêtre polonais, chanoine de Latran, béatifié en 1993 et canonisé en 2010.

XVII.

B Tommaso Acerbis (1563-1631), frère convers capucin dans le Tyrol, béatifié en 2013.

XX.

B Edoardo Giuseppe Rosaz (1830-1903), évêque à Susa, fondateur des Sœurs de Saint-François (tiers-ordre franciscain), béatifié en 1991.

Bse Alodie Virginie Paradis (Marie-Léonie, 1840-1912), canadienne, fondatrice des Petites Sœurs de la Sainte-Famille, pour les collèges et le clergé, béatifiée en 1984.

 

Jacques le Mineur, apôtre

1er siècle

 

Il y a eu beaucoup de discussions au sujet de l’apôtre Jacques «le Mineur», qu’on a ainsi distingué de Jacques «le Majeur», frère de Jean.

On a beaucoup hésité à confondre en un personnage l’apôtre, le fils d’Alphée, le parent du Sauveur et le premier évêque de Jérusalem.

Comme on a pu le dire dans la notice sur Marie de Cléophas (v. 24 avril), Alphée fut le premier mari de celle-ci, et le père de ses trois (premiers) fils : Jude Thaddée, Simon le Zélote, et Jacques «le Mineur». Ces trois futurs apôtres étaient donc frères.

Rappelons que Cléophas était un neveu de saint Joseph, ce qui rend ces trois frères «parents» de Notre-Seigneur, ou «frères» au sens biblique.

Saint Jacques (le Mineur) fut favorisé d’une apparition privée du Seigneur ressuscité, d’après saint Paul (1Co 15:7).

Il fut le premier évêque de Jérusalem, désigné à cette mission d’après le Christ lui-même, d’après la Tradition. C’est effectivement lui qu’on trouve investi d’une autorité considérable à Jérusalem, dans les premiers temps de l’Eglise, après la Pentecôte. On voit ainsi que Pierre, libéré miraculeusement par l’ange, demande d’aller porter la nouvelle à Jacques et aux frères (Ac 12:12-17). 

Lors du Concile de Jérusalem, où l’on devait examiner les modalités d’admission des Gentils dans la communauté chrétienne, c’est Jacques qui prend la parole après Pierre pour dire qu’il ne faut pas inquiéter ceux d’entre les Gentils qui se convertissent à Dieu (Ac 15:19-20), et donc ne pas leur imposer le rite de la circoncision, mais leur demander de s’abstenir des viandes offertes aux idoles, et de l’impudicité.

Lors de son dernier voyage, c’est chez Jacques que Paul se rend pour raconter son expérience apostolique (Ac 21:18-19).

L’épître «de Jacques» qui suit celles de Paul dans le Nouveau Testament, est traditionnellement attribuée à saint Jacques le Mineur.

La sainteté de Jacques est restée «légendaire». Les Juifs eux-mêmes avaient une grande vénération pour lui. Eusèbe et saint Jérôme, se référant à Hégésippe, écrivent : 

Il a toujours conservé sa virginité et sa pureté entière. Nazaréen, c’est-à-dire consacré à Dieu dès sa naissance, il ne coupa jamais ses cheveux ni sa barbe, n’usa ni de vin, ni de bains, ni d’huile pour oindre ses membres, ne porta point de sandales, n’usa pour ses vêtements que du lin. Ses prostrations à terre dans la prière étaient si fréquentes que la peau de ses genoux s’était endurcie comme celle du chameau. Son éminente sainteté lui valut le surnom de Juste par excellence.

Les Actes des Apôtres parlent du martyre de Jacques le Majeur (Ac 12:2), mais pas de celui de Jacques le Mineur. Ce qu’on en sait en revanche, vient des historiens cités plus haut.

Les docteurs de la Loi, inquiets des progrès du christianisme par l’apostolat de Jacques, le firent arrêter et le condamnèrent à être lapidé. On le fit monter sur un endroit élevé en dehors du Temple, pour qu’il pût être mieux entendu. C’était la Pâques, et il y avait affluence de Juifs à Jérusalem. Les Juifs lui crièrent : Dis-nous ce qu’il faut croire de Jésus crucifié. Jacques déclara : 

Jésus, le Fils de l’Homme, est maintenant assis à la droite de la majesté souveraine comme Fils de Dieu, et doit venir un jour porté sur les nuées du ciel.

Cette affirmation de la divinité de Jésus émut un grand nombre de Juifs, qui crurent. Mais les docteurs montèrent auprès de lui et le précipitèrent en bas. Jacques ne mourut pas de cette chute : il s’agenouilla et demanda pardon pour ses ennemis. Alors ils le lapidèrent, et on l’acheva d’un coup de levier.

Ce martyre eut lieu en 62, à la fête de Pâques, aux environs du 10 avril.

Hégésippe précise que le tombeau de Jacques le Mineur se trouvait à l’endroit même du martyre, et que le monument y resta jusqu’à la destruction de Jérusalem par Titus (70). Les Juifs les plus sages estimaient que cette mort injuste fut la cause des malheurs de la Ville Sainte.

Plus tard, une partie des reliques de cet Apôtre fut transférée à Constantinople, et de là à Rome, dans l’église des Douze-Apôtres, un 1er mai.

Depuis le 6e siècle, les deux Apôtres Philippe et Jacques le Mineur sont fêtés ensemble, d’abord au 1er mai, et maintenant au 3 mai.

 

 

Philippe, apôtre

1er siècle

 

Saint Philippe était originaire de Bethsaïde, près du lac de Tibériade, comme d’ailleurs Pierre et André.

Après ceux-ci, il est le troisième appelé par Jésus. C’est lui qui, ensuite, vient dire à Nathanaël qu’il a rencontré Jésus, celui dont il est parlé dans la Loi de Moïse et dans les prophètes (Jn 1:45).

C’est à lui que Jésus demande Où acheter du pain pour tant de personnes (Jn 6:5), et Philippe de répondre que Deux cents deniers de pain ne suffiraient pas (ibid.).

Plus tard, c’est à Philippe que s’adressent des Grecs qui veulent voir Jésus (Jn 12:21) ; Philippe et André les présentent à Jésus, et Jésus alors leur dit que l’heure est venue où il va être glorifié : désormais on le verra sur la Croix, la Croix qui le conduira à la Gloire.

Enfin, Philippe intervient lors de la dernière Cène : Seigneur, montre-nous le Père, et cela nous suffit, provoquant cette affirmation de Jésus sur sa divinité : Qui m’a vu, a vu le Père (Jn 14:8-12).

Ensuite, l’apôtre Philippe disparaît de l’Ecriture. Il ne faut pas le confondre avec le diacre Philippe des Actes des Apôtres (cf. Ac 6:5 ; 8:5-8 ; 21:8).

D’après la sainte Tradition, Philippe prêcha chez les Scythes (territoire qui s’étendait de l’Ukraine au Kazakhstan), et serait mort très âgé à Hiérapolis en Phrygie (auj. Turquie occidentale), peut-être martyr (vers 90). Localiser ainsi l’apostolat de l’Apôtre semble assez vague : suivant l’exemple du Seigneur, Philippe est resté humblement dans l’ombre, sa gauche «ignorant ce que faisait sa droite» (cf. Mt 5:3), se réjouissant de ce que la Parole divine se répandait parmi les nations.

La ville de Hiérapolis se trouverait non loin de l’actuelle Pamukkale, et on y aurait retrouvé récemment la tombe de saint Philippe.

Les reliques de saint Philippe furent transférées de Hiérapolis à Constantinople, puis de là à Rome, dans l’église des Douze-Apôtres, dont la dédicace avait eu lieu le 1er mai. On y apporta aussi des reliques de saint Jacques le Mineur, et c’est depuis le 6e siècle qu’on honore ensemble ces deux apôtres.

Mais puisqu’au 1er mai on fête saint Joseph artisan, on a déplacé la fête des Apôtres au 3 mai.

 

 

Alexandre Ier

108-115

 

Un grand mystère enveloppe ce sixième pape, successeur de saint Evariste.

Il aurait été romain.

Ce serait à lui que remonterait l’usage de verser une goutte d’eau dans le vin offert durant le Saint Sacrifice de la messe.

Il serait mort martyr.

En réalité, il est possible qu’on le confonde avec un autre martyr du même nom, mentionné au Canon Romain. En effet, si le martyr Alexandre était notre pape, il est curieux de remarquer qu’il n’est pas nommé dans le Communicantes, parmi les premiers papes martyrs après Lin, Clet, Clément, et avant Sixte qui lui succéda. Dans l’autre prière du Canon, le Nobis quoque peccatoribus, se trouvent nommés d’autres grands Saints et Saintes de la première Église, après Jean-Baptiste et Etienne : Matthias, Barnabé, Ignace, Alexandre, Marcellin, etc.

Deux autres détails peuvent nous laisser perplexes. D’une part, la passio du martyr Alexandre dit qu’il serait mort à trente ans : comme pape, après une dizaine d’années de pontificat, il aurait donc accédé à la chaire de Pierre vers l’âge de vingt ans, ce qui est impossible. D’autre part, on s’étonne de le voir enseveli sur la Via Nomentana, alors que tous les papes des deux premiers siècles sont au Vatican. 

Il reste mystérieux aussi de constater qu’on ait si peu de faits à propos d’un pape qui occupa la chaire de saint Pierre pendant près de dix années.

Actuellement, l’Alexandre nommé le 3 mai au Martyrologe n’est pas considéré comme pape : c’est un martyr romain, avec Eventius et Theodulus. 

Mais alors, quand serait fêté le pape saint Alexandre Ier

Dans la liste des papes, le successeur d’Alexandre Ier est Sixte Ier.

 

 

Eventius, Alexander et Theodulus à Rome

† 119

 

Le martyr Alexander dont il est question ici n’est, disent les spécialistes, probablement pas le pape Alexandre 1er (v.supra).

Alexander, compagnon d’Eventius et Theodulus, fut tellement célèbre qu’il éclipsa même le saint pape Alexandre, avec lequel on l’a confondu. C’est sans doute de ce Martyr qu’il est question dans la liste des Saints du Nobis quoque peccatoribus du Canon romain.

Un des meilleurs arguments en faveur de ce dédoublement est que, si le «pape» Alexandre mourut à trente ans après dix années de pontificat, il serait monté sur le siège de Pierre à l’âge de vingt ans, ce qui est absolument impossible.

Alexander fut le premier arrêté pour sa foi, avec Hermès, sous la garde du tribun Quirinus (v. 30 avril). Alexander amena Hermès à la conversion ; Quirinus pensant qu’il s’agissait de magie, provoqua Hermès: Je vais tripler le nombre des chaînes, apposer des scellés sur les portes de la prison, et si Alexander vient vous trouver dans ma demeure, je croirai en lui. Quirinus fut le premier surpris de voir ses deux prisonniers chez lui. Il leur demanda de guérir sa fille Balbina (v. 31 mars).

Alexander, Eventius et Theodulus baptisèrent beaucoup d’autres prisonniers, puis Quirinus et toute sa famille. C’est à ce moment-là que furent martyrisés Quirinus, ainsi que Balbina. Hermès fut aussi décapité, tandis que les autres prisonniers baptisés étaient jetés à la mer.

Puis furent interrogés nos trois Héros. Alexander le premier, puis Eventius et enfin Theodulus, répondirent fermement au juge, lui reprochant sa méchanceté et le menaçant des peines de l’enfer.

Alexander fut suspendu sur le chevalet, torturé avec des ongles de fer et des torches ; il ne disait plus rien parce que le Chrétien qui prie parle avec Dieu.

Eventius avait quatre-vingt-un ans ; à la question de dire son nom, il répondit : Les hommes m’appellent Eventius, mais mon nom spirituel est ‘Chrétien’. Il affirma qu’il avait été baptisé à onze ans, qu’il avait été ordonné prêtre à vingt ans.

Le magistrat ordonna de lier dos à dos Alexander et Eventius et de les jeter dans une fournaise. Theodulus ne voulut pas rester là à regarder, il se jeta spontanément dans le brasier. Mais les trois Martyrs ne moururent pas immédiatement.

Quand il l’apprit, le magistrat ordonna de décapiter Eventius et Theodulus ; Alexander eut un traitement «de choix» : il fut transpercé de lames acérées.

Ce devait être en 119, sous Hadrien. D’autres auteurs avancent plutôt le 3e ou le 4e siècles.

Saints Eventius, Alexander et Theodulus à Rome sont commémorés le 3 mai dans le Martyrologe Romain.

 

 

Timotheus et Maura d’Antinoe

† 286

 

Timotheus et Maura étaient originaires de l’île de Chypre.

Ces époux chrétiens vivaient à Antinoe (Egypte), où Timotheus était lecteur. Ensemble, à la maison, ils lisaient l’Ecriture, la méditaient et échangeaient leurs pensées.

On invita Timotheus à livrer les Livres saints, ce qu’il ne voulait absolument pas faire ; on chercha à persuader Maura de l’en convaincre, peine perdue.

On les condamna à mort. D’abord torturés de mille façons, on les mit en croix, où ils demeurèrent suspendus pendant neuf jours, continuant de s’exhorter l’un l’autre dans la foi.

Ce supplice eut lieu en 286.

Saints Timotheus et Maura d’Antinoe sont commémorés le 3 mai dans le Martyrologe Romain.

 

 

Iuvenalis de Narni

† 376

 

D’après un document un peu tardif, Iuvenalis (Giovenale pour les Italiens) était un médecin.

Le pape Damase (v. 11 décembre) l’ordonna prêtre.

En 359, il devint le premier évêque de Narni (Ombrie, Italie C).

Il mourut sans doute le 7 août 376, mais n’est pas commémoré à cette date, peut-être à la suite d’une ultérieure translation de ses reliques, à Lucques ou à Fossano.

Saint Iuvenalis de Narni est commémoré le 3 mai dans le Martyrologe Romain.

 

 

Conleth de Kildare

450-519

 

Conleth est le nom usuel de notre personnage ; en vieil irlandais, on l’écrit Conláed ; en irlandais moderne, les formes varient : Naomh Connlaodh, Conlaeth, Conlaid, Conlaith, Conlath, Conlian, jusqu’à Hugh the Wise (?).

Il vivait dans la solitude de Old Connell (auj. Newbridge, en irlandais Droichead Nua) et on le connaissait pour son habileté dans l’orfèvrerie, ainsi que dans la copie des manuscrits.

Sainte Brigide de Kildare (v. 1er février) fit appel à lui pour diriger une fabrique de vases sacrés et un atelier d’enluminure. De là serait sortie la fameuse crosse de s.Finbarr (v. 25 septembre).

Sans qu’on sache quand il fut ordonné prêtre, Conleth dirigea les monastères fondés par sainte Brigide et construisit avec elle ce qui devint la cathédrale de Kildare, vers 490, diocèse dont il fut ainsi le premier évêque.

En 519, Conleth partit en pèlerinage à Rome, mais fut attaqué et mortellement blessé par des loups tandis qu’il traversait la forêt de Leinster.

En 835, ses reliques furent transportées à Connell, pour protéger les habitants contre les Danois envahissants.

Le culte de s.Conleth fut approuvé en 1903.

Saint Conleth de Kildare est commémoré le 3 mai dans le Martyrologe Romain.

Petros le Thaumaturge

† 922

 

Petros naquit au 9e siècle à Constantinople dans une famille aisée, dont les six enfants collaboraient volontiers à l’activité caritative des parents envers les pauvres.

Il devint moine à Corinthe et le patriarche Nicolas le Mystique pensait à le nommer évêque de Corinthe, mais il refusa au profit de son frère Pavlos ; il dut ensuite se plier à l’obéissance quand il fut nommé pour le siège d’Argos et Nafplio.

Organisateur, immensément soucieux des pauvres et des malades, il racheta les chrétiens captifs des Musulmans en Crète.

En 920, on le voit présent au synode de Constantinople, convoqué par le même Nicolas le Mystique.

Petros était connu pour son érudition et sa connaissance de l’Ecriture, mais plus encore pour ses miracles, qui lui valurent le surnom de Thaumaturge.

Sa vie sur terre cessa vers 922, mais pas ses miracles; son corps se mit à exsuder une huile miraculeuse.

Les reliques de s.Petros furent plus tard déposées dans un monastère de Rome, mais reportées en 2008 à Argos.

Saint Petros le Thaumaturge est commémoré le 3  mai dans le Martyrologe Romain.

 

 

Ansfrid d’Utrecht

† 1008

 

Ansfrid était comte de Brabant et de Huy. Son père, Lambert, était le beau-frère de Henri l’Oiseleur.

Il parcourut la carrière des armes sous les empereurs Otto III et s.Henri (v. 13 juillet), pourchassant les bandits et les pirates.

Ayant épousé Hereswit (ou Hilsunde), comtesse de Streyn, ils eurent une fille nommée Benedikt (ou Beatrix ?). Ensuite, ils conservèrent la chasteté d’un commun accord.

Ansfrid fit don de son territoire de Huy à l’évêché de Liège ; en 992, il fonda l’abbaye de Thorn où Hilsunde y devint moniale, avec sa fille. Il ne semble guère probable que la fondation remonte à 902, ni même à 925, s’il est vrai que Hilsunde puis Benedikt en furent les premières abbesses.

En 994, on se tourna d’un seul cœur vers Ansfrid pour le nommer évêque d’Utrecht, mais il fallut y mettre de l’autorité pour l’obliger à accepter. Même l’empereur se joignit aux évêques. Ansfrid alors déposa son épée sur l’autel de Notre-Dame, avec cette prière : 

Jusqu’à ce jour, j’ai combattu pour une gloire temporelle et pour la défense des droits des pauvres, veuves et orphelins ; désormais je me place sous la protection de la Vierge Marie pour travailler sans relâche à la conquête des âmes, à la gloire de Dieu, à mon salut.

De temps en temps, il se retirait dans une de ses fondations, l’abbaye de Fohorst, qui s’appela plus tard Heiligenberg (Montagne Sainte). Les dernières années, devenu aveugle, il s’y retira complètement et mourut le 3 mai 1008.

La dépouille fut, dit-on, «volée» le jour des obsèques par les habitants d’Utrecht pour la déposer dans la cathédrale ; les moines de Thorn faillirent aller la reprendre, même au prix d’une sérieuse bagarre, mais les prières de l’abbesse de Thorn - qui devait être encore Hilsunde elle-même - conjura le danger d’effusion de sang et le saint évêque reposa en paix dans sa cathédrale.

Saint Ansfrid d’Utrecht est commémoré le 3 mai dans le Martyrologe Romain.

 

 

Theodosij Petsjerskij de Kiev

1008-1074 

 

Theodosij naquit vers 1008 à Vasylkiv (Kiev, Ukraine), dans une famille bien établie.

Il passa la plus grande partie de sa jeunesse à Koursk, où sa famille déménagea. Mais Theodosij était attiré par la solitude et l’ascétisme : les jouets, les jeux, n’étaient pas pour lui ; il préférait aller à l’église.

Il eut même l’idée de partir en pèlerinage à Jérusalem, en se mêlant à d’autres pèlerins, mais il fut rattrappé à temps par sa mère ; à la maison, on le lia avec des chaînes, jusqu’à ce qu’il promît de «ne plus recommencer».

A treize ans, il fut orphelin de père ; sa mère, une femme forte s’il en fut, ne voulait rien entendre de la vocation de son fils ; quand ce dernier voulut se mêler aux ouvriers en s’habillant comme eux et en travaillant avec eux, elle se fâcha, le frappa et même tenta de l’enfermer.

Theodosij réussit tout de même à apprendre à faire le pain chez un boulanger. Mais sa vocation ne s’éteignait pas, mettant la maman en fureur.

A vingt-quatre ans, Theodosij profita d’une absence momentanée de sa mère, pour rejoindre le prêtre Nikon non loin de Kiev. Il y avait là une communauté fondée par le saint ermite Antonios et c’est sûrement là que Theodosios reçut le nom de Petsjerskij sous lequel il est connu.

Quatre années passèrent, jusqu’à ce que la chère maman abandonnée finit par retrouver son fils, désormais moine tonsuré ; elle eut beau le supplier avec larmes de revenir à la maison, ce fut le contraire qui arriva : le fils persuada sa mère de quitter le monde et d’embrasser la vie religieuse au monastère de Saint-Nicolas : elle y mourut, en paix.

Quant à la communauté du prêtre Nikon, elle se développa et devint le grand monastère Petsjersk Lavra (Monastère des Caves, par allusion aux nombreuses grottes qui y furent creusées).

Theodosij effectuait tous les travaux possibles, portant l’eau, le bois, le grain, la farine ; il était à l’église avant tous les autres et la quittait bien après la fin de l’office. Pendant deux années, il assista personnellement un vieux moine presque paralysé et impotent, que les autres moines plus jeunes n’osaient plus approcher.

En 1054, il fut ordonné prêtre.

Le fondateur Antonios remit un jour son pouvoir à un digne successeur pour se retirer dans la solitude. En 1063, ce fut Theodosij qui fut désigné pour diriger le monastère. 

C’est Theodosij qui organisa à proprement parler la vie monastique en Russie. S’il maintint le style de vie érémitique en période de carême, il fit construire des bâtiments solides pour la vie quotidienne des moines, de plus en plus nombreux. Il s’inspira des Règles de s.Théodore de Stoudion et de s.Basile (v. 11 novembre et 2 janvier).

En plus, il fit construire un hospice pour les malades et les personnes handicapées, une auberge pour les voyageurs.

Les moines devaient approfondir l’étude de l’Ecriture, pour pouvoir l’enseigner ensuite ; ils devaient nourrir les vagabonds et les prisonniers avec le fruit de leurs travaux : chaque samedi, une pleine charrette quittait le monastère pour la prison.

Jusqu’à la fin de sa vie, Theodosij participa à toutes les activités du monastère ; il mangeait du pain sec et des légumes cuits à l’eau ; il veillait longuement la nuit. En Carême, il se mettait une simple tunique de crin et ressemblait plus à un mendiant quelconque qu’à un higoumène.

Un jour qu’il avait dû aller trouver le Prince Izjaslav, le cocher ne le reconnut pas et lui lança : Toi, le moine, tu ne fais rien de ta journée, tandis que moi, je travaille du matin au soir. Prends donc ma place ! Theodosij gentiment conduisit le cocher jusqu’au monastère et lui servit un bon repas ; c’est seulement alors que le cocher comprit pourquoi les gens saluaient si respectueusement Theodosij le long du chemin.

A travers l’évangélisation faite par les moines, l’influence de Theodosij s’étendit dans toute la région et même jusqu’au monde politique.

Theodosij célébra encore la fête de Pâques en 1074, mais sentit sa fin approcher. Il mourut le 3 mai 1074. Selon son désir, il fut enterré dans une des grottes du monastère, mais en 1091, son corps fut retrouvé sans corruption et transféré dans l’église.

En 1108, les évêques de la province de Kiev le canonisèrent.

Par trois fois, les Tatares pillèrent le monastère au 13e et au 14e siècles. Au 20e siècle, le monastère fut à nouveau l’objet du vandalisme du communisme et du nazisme ; l’église fut détruite, et le monastère transformé en musée ; il a été restauré récemment.

On a écrit de Antonios et de Theodosij qu’ils furent les deux premières grandes bougies allumées, représentant la grande Russie, devant l’icône du Christ.

 

Saint Theodosij de Kiev est maintenant commémoré le 3 mai dans le Martyrologe Romain.

Zaccaria (franciscain)

† 1249

 

Ce frère franciscain fut un des premiers disciples de saint François d’Assise, qui le reçut à Rome.

François l’envoya en Espagne, prêcher parmi les Maures.

De là, il passa au Portugal, invitant la population à la conversion réelle.

Sa prédication fut complétée par des miracles. Un de ceux-ci amena à la foi une personne qui doutait de la Présence Réelle eucharistique ; en une autre occasion, le Frère multiplia le pain pour tout le couvent.

Il mourut le 3 mai 1249.

Le Martyrologe ne le mentionne pas actuellement.

 

 

Ricovere Uguccioni

1204-1282

 

Ce pieux marchand de Florence fut un des Sept Fondateurs de l’Ordre des Servites de Marie.

Il prit le nom de Uguccio.

On retient de lui la sainte amitié qui le lia à son Confrère, Gerardino (Sostegno) Sostegni : tous deux naquirent en 1204, et Dieu consacra cette belle amitié en les rappelant tous les deux le 3 mai 1282, à la même heure.

 

Sur l’ensemble de ces Fondateurs, voir la notice : Servites de Marie (Sept Fondateurs des)

 

 

Gerardino Sostegni

1204-1282

 

Ce pieux marchand de Florence fut un des Sept Fondateurs de l’Ordre des Servites de Marie.

Il prit le nom de Sostegno.

On retient de lui la sainte amitié qui le lia à son Confrère, Ricovere (Uguccio) Uguccione : tous deux naquirent en 1204, et Dieu consacra cette belle amitié en les rappelant tous les deux le 3 mai 1282, à la même heure.

 

Sur l’ensemble de ces Fondateurs, voir la notice : Servites de Marie (Sept Fondateurs des)

 

 

Emilia Bicchieri

1238-1314

 

Emilia Bicchieri vit le jour en 1238 (le 3 mai ?) à Vercelli (Italie NO), quatrième des sept filles de Pietro, patrice bien en vue parmi les gibelins, et très chrétien.

La petite Emilia se montra plus mûre que son âge, fuyant les bavardages et se retirant dans le silence de sa chambre pour prier. On l’entendait chanter les psaumes.

Tôt orpheline de mère, elle révéla à son père son désir de devenir religieuse, mais son père l’aimait trop pour consentir facilement à cette séparation. En 1255, quand Emilie eut dix-sept ans, il céda enfin et promit de faire construire le monastère qu’elle désirait, pour y introduire la règle du Tiers-Ordre dominicain.

Cette règle, moins austère que celle des moniales, permettait aux Religieuses de se donner aussi à des œuvres de charité.

La vie conventuelle commença dès 1256. Devenue prieure, Emilia conduisit les consœurs sur la voie de la sainteté, cherchant toujours à agir pour Dieu seul.

A nos yeux modernes, Emilia se montrait parfois très exigeante : par exemple, on ne devait rien boire en-dehors des repas les jours de jeûne. N’en pouvant plus, une sœur demanda à prendre un peu d’eau ; Emilia lui proposa d’offrir cette abstinence pour son propre salut ; peu après, la sœur mourut et apparut à Emilie, en la remerciant de l’avoir aidée ainsi à éviter le Purgatoire.

Elle établit que, la veille des principales fêtes, les sœurs, agenouillées les unes devant les autres, se pardonneraient leurs légers manquements et les effaceraient dans le baiser de paix.

Tombée malade à soixante-seize ans, Emilie reçut les derniers sacrements et expira, le 3 mai 1314.

Son culte fut reconnu en 1769. Elle est donc Bienheureuse.

 

 

Alessandro Vincioli

1305-1363

 

Alessandro Vincioli naquit vers 1305, de Pellolo Vincioli (de Pérouse) et Rinaldina Trinci (de Foligno).

Son origine noble ne l’empêcha pas d’entrer humblement dans l’Ordre franciscain, où il se distingua si bien par sa piété et sa science théologique, qu’il fut nommé par le pape Grand Pénitencier.

Puis, en 1325, le même pape le nomma évêque de Nocera.

Le Franciscain demeurait franciscain ; Alessandro continua sa vie mortifiée, prenant sur son sommeil pour prier davantage, s’imposant l’abstinence aux repas. 

Sa prière obtint la cessation d’une épidémie de peste en 1348.

Il mourut le 3 mai 1363.

D’autres miracles le firent honorer comme Bienheureux.

Le Martyrologe ne le mentionne pas actuellement.

 

 

Stanisław Sołtys Kazimierczyk

1433-1489

 

Né le 27 septembre 1433 à Kazimierz (aujourd’hui dans Cracovie), Stanisław était le fils d’un conseiller municipal du nom de Maciej Sołtys et de Jadwiga.

Après ses études à l’école paroissiale, il entra dans l’Ordre des Chanoines Réguliers du Latran, et fut ordonné prêtre en 1462.

Il reçut la charge de prédicateur, maître des novices, prieur et confesseur.

En 1466, il est maître en philosophie et, en 1467, maître en théologie.

Il prononçait ses sermons aussi bien en polonais qu’en allemand.

Ses deux grandes dévotions étaient la passion du Christ et la Sainte Eucharistie. 

Il avait un grand ami dans la personne de saint Jan Kęty (v. 24 décembre).

Il était particulièrement proche des pauvres et des malades, et toujours disponibles pour ceux qui voulaient lui demander un conseil.

Il mourut à genoux en train de prier, dans son cloître. Ce fut le 3 mai 1489.

A sa demande, il fut enterré à l’entrée de l’église, de sorte que les fidèles marcheraient toujours sur son corps. Ce trait d’humilité s’est souvent répété au cours des âges, de la part de curés, de prélats, de personnalités diverses, qui voulaient être ainsi foulés aux pieds des fidèles.

Très vite, après sa mort, de nombreuses grâces furent obtenues par son intercession. Stanisław devint le patron de Kazimierz.

Les démarches pour la béatification commencèrent au 18e siècle. Elles furent reprises et activées par le cardinal Wojtyła qui, devenu pape, le béatifia en 1993.

Stanisław Sołtys Kazimierczyk fut enfin canonisé en 2009.

 

 

Tommaso Acerbis

1563-1631

 

L’humilité de ce Capucin commence par nous priver d’informations sur sa jeunesse.

Tommaso naquit en 1563 à Olera (Alzano, Bergame, Lombardie, Italie N), de parents agriculteurs et bergers, qu’il aida fidèlement jusqu’à dix-sept ans.

En 1580, il fut accueilli au Couvent des Pères Capucins de la Sainte Croix de Citadella à Vérone et incardiné dans la province de Venise comme frère laïc. 

Bien qu’étant frère laïc, il demanda et obtint d’apprendre à lire et à écrire. Pendant les trois années de sa formation se manifestèrent ses remarquables qualités et surtout ses vertus, il vivait intensément les moments d’étude et la prière au chœur. Son Supérieur le définit alors comme maître et miroir de la perfection religieuse, sommet de toute espèce de vertu.

Le 5 Juillet 1584 il émit la profession religieuse et se vit confier le service délicat et essentiel de la quête à Verona. Il y demeura jusqu’en 1605, quand il fut transféré à Vicenza pour le même service. Dans cette même ville, il promut la construction d’un monastère féminin du même Ordre. Le même scénario se reproduisit à Rovereto, où il fut de 1613 à 1617 et où il rencontra et dirigea la jeune Bernardina Floriani, âgée d’à peine treize ans, future mystique et vénérable Jeanne Marie de la Croix. 

A partir de 1617, il devint ami et maître spirituel de l’homme de science Ippolito Guarinoni, médecin de cour à Innsbruck. C’est à lui que le Frère Tommaso suggéra la construction d’une église dédiée à l’Immaculée Conception à Volders. Ce fut la première église, en terre de langue allemande, dédiée à l’Immaculée et à saint Charles Borromée ; en Autriche, elle est encore aujourd’hui considérée monument national. Quand ensuite le même Guarinoni fut transféré près des mines de Schwaz, le Frère intervint auprès des propriétaires de mines, pour les supplier de mieux traiter les mineurs catholiques.

Au Tyrol, il était le guide spirituel des pauvres de la vallée, catéchiste mais aussi propagateur et défenseur des décrets tridentins pour une véritable réforme catholique. 

Nous le trouvons ensuite à Padoue en 1618, comme portier du couvent, puis à Conegliano de nouveau comme questeur. 

En 1619, quelques mois après son arrivée au couvent de Conegliano, il fut appelé par l’archiduc Léopold V de Habsbourg, comme directeur spirituel. Il fut ainsi le guide spirituel de l’empereur et de son épouse Claudia de’ Medici, qu’il rencontra fréquemment ainsi que les sœurs de l’empereur, les archiduchesses de Habsbourg Maria Cristina et Eleonora. On conserve une abondante correspondance écrite du Frère Tommaso avec l’empereur, son épouse et ses sœurs. Venu à Innsbruck comme quêteur, il devint ainsi le conseiller spirituel de la cour. L’Autriche était à cette époque la tête de pont de la Réforme catholique et particulièrement pour la «reconquête catholique» des terres allemandes.

Au cours de son séjour à Vienne (1620-1621), il favorisa la conversion à la foi catholique de Eva Maria Rettinger, veuve du comte de Lerchenberg George Fleicher, qui se consacra à Dieu chez les bénédictines du monastère de Nonnberg-Salzbourg et en devint abbesse. Egalement à Vienne, en 1620, il rédigea des Concepts moraux contre les hérétiques, publiés à titre posthume. C’est dans cette œuvre qu’il dévoila la source à laquelle il puisait pour ses écrits : Je n’ai jamais lu une syllabe dans les livres, mais je me donne du mal pour lire la Passion du Christ.

L’obéissance et l’humilité firent de lui le «frère de la quête» pendant près de cinquante ans ; l’amour pour les âmes, en fit un «apôtre infatigable» de l’Evangile. Avec tous, croyants ou non-croyants, il a parlé de l’amour de Dieu révélé en Jésus-Christ. Il instruisit dans la foi petits et grands. Aux grands et aux humbles, il demanda de s’engager dans l’amour. Il était un véritable apôtre, et beaucoup étaient stupéfaits, car il semblait humainement impossible qu’un simple frère laïc parlât si bien de Dieu, tel qu’il le faisait. Son engagement était un feu d’amour. Partout il parlait des choses de Dieu avec tant d’esprit et de dévotion, qu’il suscitait en tous stupeur et émerveillement.

En même temps, il invitait et exhortait à la réconciliation et au pardon ; il visitait et réconfortait les malades, écoutait et encourageait les pauvres ; en scrutant les consciences, il dénonçait le mal et facilitait les conversions. Afin d’obtenir de Dieu ce qu’il annonçait à ceux qu’il rencontrait, il veillait la nuit en prière, flagellait son corps et s’imposait des jeûnes et des austérités pour leur salut.

Il enseignait à tous la grande sagesse de l’amour qui s’apprend auprès des chères plaies du Christ, exhortant à s’y réfugier heureux dans la souffrance. Il a également été conseiller de l’archevêque Paride Londron, prince de Salzbourg et guide spirituel de l’empereur Ferdinand II, restant à ses côtés pendant la guerre de Trente Ans (1618-1648). 

Son grand amour pour la Sainte Vierge le porta à reconnaître dans ses écrits, entre autres, l’Immaculée Conception et l’Assomption de la Mère de Dieu. Il fut par trois fois pèlerin à la sainte Maison de Lorette (1623, 1625, 1629), rappelant qu’en arrivant dans cette Sainte Maison (il avait)  l’impression d’être au Paradis

Les personnes présentes au moment de sa mort, survenue à Innsbruck le 3 mai 1631, la définirent une mort d’amour

Le Frère Tommaso fut béatifié en 2013.

Le miracle retenu pour cette béatification fut, en 1906, la guérison totale et durable autant qu’inexplicable d’un malade frappé d’iléotyphus avec pneumonie.

Edoardo Giuseppe Rosaz

1830-1903

 

Né le 15 février 1830 à Susa (Piémont, Italie NO), Edoardo était l’avant-dernier des sept enfants d’une famille de Savoie, émigrée à cause de la Révolution. Le lendemain de sa naissance, il reçut au baptême les prénoms de Edoardo Giuseppe.

Cette famille était aisée, et Edoardo reçut une bonne éducation chrétienne. Mais il fut douloureusement marqué par la mort de son frère Charles Victor, à la suite duquel son papa fut atteint de maladie mentale et en vint même à se suicider, tandis que sa sœur Clotilde était elle aussi frappée d’attaques d’apoplexie.

Sa faible constitution le contraignit à avoir un précepteur privé à la maison durant son enfance. Plus tard, il devra plusieurs fois interrompre ses études à cause de sa santé.

Il fréquenta la collège de Saluzzo (Torino), où la famille se transféra. Déjà un des garçons était médecin, un autre avocat. Edoardo, lui, se plaisait à enseigner le catéchisme aux enfants pauvres de Susa, durant l’été.

Quand il entra au séminaire, à quinze ans, sa mère aussi était décédée depuis peu. Il dut aller étudier à Nice, pour avoir un meilleur climat. 

En 1853, il entra dans le Tiers-Ordre franciscain, et reçut l’ordination sacerdotale en 1854. Il reçut tout de suite la nomination au Chapitre de la cathédrale de Susa.

Il recevait et confessait à toute heure, même de nuit, inlassablement. Il secourait tous les pauvres qui recouraient à lui.

Il connut saint Giovanni Bosco (v. 31 janvier), avec qui il eut une profonde amitié ; il connut aussi le successeur de Giuseppe Benedetto Cottolengo (v. 30 avril) à Turin : le Chanoine Anglesio. Entre eux trois se tissèrent des rapports d’amitié sacerdotale profonde et d’entr’aide fraternelle. Plus tard, il connut aussi saint Jean-Marie Vianney, curé d’Ars (v. 4 août).

Un exemple de sa générosité parmi tant d’autres : à Susa, un jeune de quinze ans avait été condamné pour vol ; Edoardo obtint du Roi la grâce du garçon, et le fit même entrer à Valdocco, parmi les jeunes de Don Bosco. Pour les jeunes filles, il acquit (sans un sou en poche) une maison qu’il appela la Retraite de Susa. Les autres chanoines furent les premiers à le critiquer pour cette audace ; or l’argent nécessaire lui arriva juste la veille du jour de la signature, dans une enveloppe anonyme cachetée.

Don Edoardo sentait le besoin d’une famille religieuse féminine pour collaborer à l’assistance qu’il voulait donner aux jeunes. Pour commencer, il fut aidé par d’autres Religieuses, les Sœurs de la Miséricorde, fondées par Maria Giuseppa Rossello (v. 7 décembre), qui étaient à Savona. Puis d’autres vocations arrivèrent. 

Entre temps, Don Edoardo était nommé aumônier des prisons et des Sœurs de Saint-Joseph, et directeur du séminaire. Il fonda un journal hebdomadaire diocésain : le Rocciamelone (devenu aujourd’hui La Valsusa).

Et voilà que, sur les suggestions (entre autres) de son cher ami Don Bosco, le pape le nomme évêque de Susa en 1877. A cette nouvelle, il éclata en sanglots et écrivit par retour au Vatican qu’il n’avait pas même le doctorat ni en théologie ni en droit canonique ; et il n’avait pas non plus de quoi payer les documents relatifs à cette nomination. Mais l’ordre fut réitéré : il devait se soumettre ! On lui aurait donné les documents gratis, (avec même une offrande consistante pour ses œuvres de la part du Pape).

Edoardo obéit en effet. Sacré évêque, il fera six fois le tour de toutes ses paroisses, parfois à pied.

Mais les vocations qui étaient arrivées ? Il commença par les agréger au Tiers-Ordre franciscain, puis leur donna le nom de Sœurs Tertiaires Franciscaines de Susa (aujourd’hui : Sœurs Franciscaines Missionnaires de Susa), destinées à venir en aide à quiconque serait dans le besoin.

Au milieu de toutes ses activités, il fut appelé aussi ailleurs. En janvier 1888, Don Bosco étant mourant, il fut appelé pour célébrer la fête de saint François de Sales (v. 28 décembre), patron des Salésiens (à l’époque, on le fêtait au 29 janvier et s.Giovanni Bosco mourut le 31). En 1894 et 1895, il participait aux Congrès Eucharistiques de Turin et de Milan. Pélerinages à Rome, à Turin (quand fut exposé le Saint Suaire en 1898)… 

Sa dévotion mariale était grande. En 1899, il bénit une statue de Notre-Dame de Rocciamelone, à 3537 mètres d’altitude, qui y était vénérée depuis le 14e siècle : pour payer la statue, il avait fait appel à cent-vingt-mille enfants de toute l’Italie.

Il eut encore le temps de fonder un hospice pour vieillards.

Mgr Rosaz finit tout de même par se fatiguer ; on se souvient que sa mauvaise santé avait retardé et limité ses études ; il avait fini par abattre un travail de titan. Début 1903 il eut une première attaque et dut rester alité. Il mourut le 3 mai suivant.

Mgr Edoardo Giuseppe Rosaz a été béatifié en 1991.

 

 

Elodie Paradis

1840-1912

 

Elodie reçut le nom de Alodie-Virginie au baptême. Elle était née le 12 mai 1840 en Acadie (Bas-Canada), unique fille des six enfants de Joseph Paradis et Emilie Grégoire.

Monsieur Paradis s’installa vers 1845 dans le rang de la Tortue, non loin du village de Saint-Philippe-de-La-Prairie : là, il loua un vieux moulin, sciait du bois, cardait de la laine.

En 1849, Elodie fut envoyée chez les Religieuses de La Prairie. Monsieur Paradis partit alors en Californie pour y chercher de l’or. La famille vécut à Napierville, mais Elodie revint bientôt à La Prairie.

En 1854, elle se présenta d’elle-même chez les Sœurs Marianites de Sainte-Croix (Montréal). De retour de Californie, son père ne futt pas vraiment content de cette démarche, mais Elodie resta chez les Religieuses : comme novice, elle prit le nom de Marie-de-Sainte-Léonie.

Très vite enseignante à Sainte-Scholastique, elle prononça ses vœux en 1857 : elle aura ensuite les charges d’enseignante, de surveillante, de secrétaire de la supérieure à Varenne (Saint-Laurent et Saint-Martin, Laval).

En 1862, à New-York, elle s’occupa d’un orphelinat, d’un ouvroir et d’une école pour enfants pauvres.

En 1870, elle alla en Indiana, enseigner le français et les travaux à l’aiguille aux Religieuses américaines.

Elle fut ensuite envoyée au Michigan, puis appelée en 1874 au collège Saint-Joseph de Memramcook (Nouveau-Brunswick), comme maîtresse des novices et des postulantes. Ce collège avait été fondé dix ans plus tôt par un homme de La Prairie, Camille Lefebvre. Ce dernier appelait Elodie pour les soins de l’économie domestique et la bonne tenue du département culinaire. Elodie trouva alors ce qu’elle attendait : collaborer avec les Pères de Sainte-Croix, dans l’éducation des jeunes Acadiens.

Elodie va plus loin : elle invite de jeunes Acadiennes à se consacrer et à fonder avec elle l’Institut des Petites Sœurs de la Sainte Famille, pour seconder le travail des Pères. Grâces à elles, ils purent sauver la nationalité acadienne, menacée et vouée à l’anglification par les Irlandais, tant Catholiques que Protestants.

Supérieure de cette nouvelle communauté, Mère Marie-Léonie obtint l’approbation de l’institut auprès de l’évêque de Sherbrooke, qui accueillit la maison-mère et le noviciat, car l’évêque d’Acadie ne voyait pas l’utilité de l’approuver dans son diocèse en Nouveau-Brunswick.

Ainsi Mère Marie-Léonie installa son Institut à Sherbrooke en 1895. L’approbation canonique vint en 1896. Mère Marie-Léonie forma les Sœurs intellectuellement (elles étaient parfois illettrées), puis prolongeait leur formation humaine et spirituelle par la correspondance.

Elle ouvrit quelque trente-huit maisons au Québec, au Nouveau-Brunswick, en Ontario, aux Etats-Unis, le plus souvent au sein de divers collèges, parfois aussi dans les évêchés.

Femme d’avant-garde, Mère Marie-Léonie mourut le 3 mai 1912. Elle a été béatifiée en 1984.

Partager cet article
Repost0
1 mai 2022 7 01 /05 /mai /2022 23:00

Helena Goldberg
1882-1945

Helena Goldberg naquit le 6 juillet 1882 à Dłużek (Nowy Targ, Pologne).
Elle émit les vœux religieux chez les Sœurs de Sainte-Elisabeth, avec le nom de Maria Acutina.
Son martyre eut lieu le 2 mai 1945, à Krzydlina Wielka, Wołów (Pologne).
Helena Goldberg sera béatifiée en 2022, et inscrite au Martyrologe le 2 mai (pour ses neuf Compagnes, voir aux 20, 23 et 25 février, 1er et 24 mars, 11 mai).

Partager cet article
Repost0
1 mai 2022 7 01 /05 /mai /2022 23:00

02 MAI

 

II.

Ss Hesperus et Zoi, esclaves phrygiens, et leurs enfants Kyriakos et Theodoulos,  martyrs à Attalia.

?

Ss Saturnin, Néopole, Germain et Célestin, martyrs à Alexandrie d’Egypte.

S Felix, diacre et martyr à Séville.

IV.

Stes Elénaire et Sponsaire, vierges et martyres près d’Amiens. 

Ste Flamine, vierge et martyre à Nicomédie, invoquée contre le mal des yeux.

S Valentin, évêque à Gênes.

S Athanase, évêque à Alexandrie, docteur de l’Eglise, cinq fois exilé pour son opposition à l’erreur d’Arius, un des premiers évêques non martyrs à être immédiatement vénéré comme un saint.

V.

Ss Vindemialis de Capsa et Longinus de Pamariensis, évêques en Afrique, martyrisés par les ariens.

S Germain, écossais, baptisé par s. Germain d’Auxerre, évêque régionnaire en Germanie, Espagne, Ecosse, enfin en Normandie où il fut martyrisé.

VII.

S Walbert, abbé à Luxeuil pendant environ quarante ans.           

IX.

S Luthard, évêque à Paderborn, filleul de Charlemagne.

X.

Ste Wiborada (Guiborata), recluse et martyre à Saint-Gall.

XII.

B Conrad de Seldenbüren, fondateur de l’abbaye de Engelberg et convers, martyr.

XIV.

B Nils Hermansson, évêque suédois à Linköping, ardent défenseur du célibat des clercs, maître spirituel de ste Brigitte.

XV.

S Antonino, dominicain et évêque à Florence ; c’est Fra Angelico qui suggéra au pape de le nommer.

XVII.

B William Tirry, augustin irlandais, arrêté revêtu des ornements sacerdotaux, martyr, un des compagnons de l’archevêque Dermot O’Hurley et béatifié en 1992.

XIX.

S Giuse Nguyễn Văn Lựu, paysan catéchiste tonkinois, martyr : il avait pris la place d’un homonyme, prêtre, pour le sauver ; canonisé en 1988 et fêté le 24 novembre.

XX.

S José María Rubio y Peralta (1864-1929), jésuite espagnol, “apôtre de Madrid”, dévôt du Sacré-Cœur et thaumaturge, béatifié en 1985, canonisé en 2003.

B Bolesłas Strzelecki (1896-1941), prêtre polonais martyr à Auschwitz, béatifié en 1999.

Bse Helena Goldberg (Maria Acutina, 1882-1945), religieuse polonaise des S. de Ste-Elisabeth, martyre, béatifiée en 2022.

Bse Sandra Sabattini (1961-1984), jeune fille italienne, béatifiée en 2021.

 

Hesperus et Zoi d'Attalia

† 127

 

Hesperus (qu’on a traduit Exupère) et son épouse Zoi (Zoé) étaient originaires de Phrygie (act. Turquie CW), et chrétiens.

Ils devinrent les esclaves d’un riche habitant d’Attalia (Pamphylie, act. Turquie SW), qui était païen. On ne sait pas où et comment ils furent conduits en esclavage, mais la carte nous montre qu’ils ont pu être déplacés d’au moins deux-cents et peut-être même quatre-cents kilomètres de leur pays d’origine.

Ils vivaient donc chez ce Païen à Attalia avec leurs deux fils, Kyriakos et Theodoulos, (des noms très chrétiens : «qui appartient au Seigneur» et «qui adore Dieu»).

Un conflit ne tarda pas à s’élever, lorsque le maître voulut obliger cette famille à participer à un sacrifice en l’honneur de quelque divinité. Tous les quatre refusèrent nettement, alléguant leur foi chrétienne.

Le maître, intransigeant, les fit immédiatement jeter dans une fournaise ardente.

C’était sous Hadrien, vers 127.

Saints Hesperus et Zoi, avec leurs enfants, sont commémorés le 2 mai dans le Martyrologe Romain.

 

 

Felix de Séville

† ?

 

De cet illustre Martyr, on sait seulement qu’il était diacre dans l’Eglise de Séville (Espagne S).

Il fut sans doute très célèbre, car la liturgie l’honorait en Espagne avec grande solennité.

Malheureusement, on en a perdu les Actes.

Si l’on admet que les premiers évêques, envoyés par les Apôtres Pierre et Paul, évangélisèrent l’Espagne dès la fin du 1er siècle, Felix a pu être martyrisé peu après ou au début du 2e siècle.

Mais si l’on place cette évangélisation au 3e siècle, il faut aussi retarder le martyre de Felix aux 3e ou 4e siècles.

Saint Felix de Séville est commémoré le 2 mai dans le Martyrologe Romain.

 

 

Athanase d’Alexandrie

295-373

 

On ne sait pas grand-chose de l’enfance de ce saint patriarche.

S’il naquit vers 295, il n’était plus un enfant quand l’évêque Alexandre fut nommé au siège d’Alexandrie vers 313 ; on peut donc avoir quelque doute sur ce (gentil) épisode où le jeune Athanase aurait baptisé ses camarades sur le rivage de la mer. Le sacrement était tout-à-fait valide.

Quoi qu’il en soit, l’évêque Alexandre prit en grande amitié ce jeune homme.

Après de très solides études, Athanase eut une connaissance très approfondie de l’Ecriture.

Athanase est traditionnellement connu et vénéré pour sa lutte lumineuse contre l’erreur du prêtre Arius, qui refusait la réalité divine et éternelle du Fils de Dieu. C’est le concile de Nicée (325) qui condamna l’hérésiarque, proclamant que le Christ est consubstantiel du Père. Arius fut exilé.

A la mort de l’évêque Alexandre, Athanase lui succéda (328). Il visita tout son immense diocèse, jusqu’à l’Ethiopie ; il se peut qu’il ait rencontré l’ermite Pacôme et l’ait ordonné prêtre.

Il y avait en Egypte un autre schisme, celui de Mélèce de Lycopolis, qui s’était déjà manifesté contre le prédécesseur d’Athanase. Le concile de Nicée avait pris de sages dispositions, mais comme les partisans de l’erreur en appelèrent à l’empereur Constantin, Athanase fut obligé de se justifier auprès de l’empereur. 

Les choses auraient pu se calmer ici, si tous avaient obéi à l’autorité tant civile que religieuse, et si l’empereur était resté à sa place, sans outrepasser sa mission. Mais il voulut être l’arbitre entre les factions, sans comprendre le fond du problème théologique, les choses dégénérèrent.

Des conciles et des contre-conciles se succédèrent ; l’empereur, pensant rétablir l’ordre dans l’empire, prit des mesures qui ne protégèrent pas toujours l’Eglise et la Vérité.

En un mot, Athanase, qui fut évêque sur le siège d’Alexandrie pendant quarante-six ans, en passa dix-sept en exil : en 335-337 à Trèves ; en 339-346, années où il vagabonda par Rome, Trèves et Antioche ; en 356-362 dans le désert égyptien ; en 362-364, où il erra encore en Egypte, fuyant les recherches ; en 365 enfin, où il se cacha dans la banlieue d’Alexandrie.

Durant un de ses exils, il put rencontrer les ermites du désert, en particulier l’illustre Antoine (voir au 17 janvier), dont il écrivit la Vie.

Athanase fut un écrivain prolixe, toujours au service de la doctrine trinitaire ; signalons :

    •    Discours contre les Gentils et sur l’Incarnation du Verbe (320)

    •    De la Virginité, Apologie contre les Ariens, Lettre sur les décrets du Concile de Nicée, Epitre sur la pensée de Denis (347)

    •    Histoire des Ariens adressée aux moines, Discours contre les Ariens, Lettres à Sérapion de Thmuis (sur la divinité du Saint-Esprit) (360)

    •    Vie de Saint Antoine (365).

Chargé d’années et de mérites, il s’éteignit le 2 mai 373, universellement reconnu comme un héros intrépide, fidèle au Christ, Fils de Dieu, et à l’Eglise. 

Son corps fut transporté à Constantinople, de là à Venise (1454). Son chef serait en Espagne, ou à Semblançay (Tours), on ne sait pourquoi.

La fête de saint Athanase, Père de l’Eglise et Docteur, est au 2 mai.

 

 

Vindemial et Longinus d’Afrique

† 484

 

Vindemial était évêque de Capsa en Afrique (act. Gafsa, Tunisie), et Longinus de Pamariensis (Maurétanie, act. Maroc).

En 484, ils furent à l’assemblée de Carthage, aux côtés de l’évêque de Carthage lui-même, Eugenios, pour défendre les intérêts des Chrétiens contre les Ariens. L’assemblée avait été convoquée par le roi arien Hunéric.

Pour l’occasion, Eugenios avait composé un Liber Fidei, dont la lecture provoqua la panique dans les rangs ariens, au point que leur chef de file, Cyrila, sortit de l’assemblée. Hunéric, furieux, abolit le culte «orthodoxe», confisqua tous les biens de l’Eglise au profit des ariens et envoya en exil les évêques avec leur clergé… Il y eut ainsi presque cinq cents évêques exilés, parfois jusqu’en Gaule ; certains purent fuir en Italie ou en Espagne. Dieu permit que le roi persécuteur mourût dès la fin de 484 d’une horrible maladie.

Nos Héros cependant ne partirent pas en exil : le roi Hunéric les fit décapiter sur place, en cette même année 484.

Ce n’est qu’en 487 cependant que purent rentrer les évêques exilés, du moins les survivants.

Saints Vindemial et Longinus - sans Eugenios - sont commémorés le 2 mai dans le Martyrologe Romain.

 

Walbert de Luxeuil

595-670

 

Waldebertus, en français Walbert, Vaubert, ou encore Gaubert, naquit vers 595 près de Meaux, de Hagnéric, un seigneur sicambre fort riche.

Après s’être signalé dans les rangs de l’armée, Walbert alla vers 620 se présenter à l’abbaye de Luxeuil (Haute-Saône), où le reçut l’abbé Eustasius (v. 2 avril).

Bientôt il obtint du même abbé la permission de vivre en ermite dans une grotte solitaire à quelque distance du monastère.

Le «solitaire» fut cependant sollicité par deux fois. Il accompagna s.Cagnoald et sainte Fare (v. 6 septembre et 7 décembre) pour les aider à fonder l’abbaye de Faremoutiers. Mais surtout, à la mort d’Eustasius (vers 625 ou 629), c’est Walbert qu’on choisit pour lui succéder, et il fut abbé pendant quelque quarante ans.

Cet abbatiat prolongea l’action du fondateur s.Colomban (v. 23 novembre) et d’Eustasius : la discipline monastique fut à l’honneur, avec l’étude, la copie des manuscrits, et bien sûr la liturgie. Cependant Walbert eut l’inspiration de préférer la Règle de s.Benoît (v. 11 juillet) à celle de Colomban.

Luxeuil essaima et fonda une trentaine d’autres monastères ; à la fin de la vie de Walbert, elle comptait elle-même près de six-cents moines.

L’œuvre de Walbert a été caractérisée par ces trois expressions : il fut l’homme de Dieu, le bras de la Providence, le prodige de son siècle.

Walbert fut assisté à ses derniers moments par l’évêque de Besançon, Miguet, vers 665-670.

La grotte de Walbert a donné lieu à des pèlerinages et se trouve dans l’actuelle localité Saint-Valbert. En 731, l’abbaye fut détruite par les Sarrasins envahisseurs, qui furent cependant repoussés par la présence des reliques de Walbert ; on put ainsi préserver l’église, mais aussi le Lectionnaire de Luxeuil, rédigé du vivant de Walbert.

Saint Walbert est commémoré le 2 mai dans le Martyrologe Romain, qui résume laconiquement cette longue vie par le simple mot abbé.

 

 

Wiborada

† 926

 

Wiborada (Guiborada) naquit probablement dans l’actuel canton d’Aargau (Suisse).

Dès sa jeunesse, elle sut occuper ses journées de façon très équilibrée entre l’action et la contemplation. Elle fut bénédictine à l’abbaye de Saint-Gall, où elle travaillait à coudre des vêtements et à relier des livres.

Elle fut ainsi longtemps au service de son frère Hitton, qui était ecclésiastique et qu’elle réussit à persuader de sortir du monde et de se retirer dans l’abbaye de Saint-Gall.

S’étant pendant plusieurs années retirée dans une vie toute pleine de prières et d’austérités, elle fut «dénoncée» à l’évêque, devant lequel cependant elle se justifia sans peine. 

Puis elle se fit construire une cellule de recluse près de l’église à Saint-Gall, où elle vécut dans l’ascèse pendant quarante ans. Elle vivait de peu, distribuant en aumônes ce qu’on lui apportait.

Une jeune fille nommée Rachilde, fut guérie d’un mal incurable par les prières de Wiborada, dont elle partagea ensuite la vie. Wiborada aurait prophétisé l’élévation à l’épiscopat d’Ulrich d’Augsburg (v. 4 juillet). 

Elle annonça aussi l’imminente incursion de Hongrois, permettant ainsi aux moines et aux prêtres de mettre en sûreté leur bibliothèque et de se cacher, mais elle refusa de quitter sa cellule. Quand les Hongrois arrivèrent, ils mirent le feu à l’église et sautèrent par le toit dans la cellule de Wiborada, qui priait à genoux. Irrités de ne rien trouver à voler, ils la frappèrent, ainsi que Rachilde ; cette dernière ne mourut pas, et vécut encore une vingtaine d’années, mais à nouveau malade ; Wiborada expira le lendemain, 2 mai 926.

Wiborada, considérée martyre, fut canonisée en 1047, première femme officiellement canonisée par l’Eglise.

 

Conrad de Seldenbüren

1070-1126

 

Né vers 1070, Conrad était de famille noble et appartenait à la maison royale de Seldenbüren (auj. Sellenbüren, Stallikon, Suisse).

Sur ses domaines, il fonda une abbaye en 1082 (ou 1092). Il aurait entendu des voix d’Anges, lui indiquant cet endroit pour y construire une maison consacrée à Dieu. 

L’abbaye fut consacrée en 1120. Lorsque l’abbé Adelhelm et lui se demandèrent quel nom donner à l’abbaye, ils aperçurent un chœur d’Anges qui chantaient les louanges de Dieu : l’abbaye prit le nom de Engelberg, montagne des Anges.

Il appela des moines de Saint-Blaise en Forêt-Noire, eux-mêmes fondés par son ancêtre Reginbert de Seldenbüren, selon la réforme de Hirsau. Il obtint du pape la libre élection de l’abbé, et de l’empereur l’immunité.

Conrad y prit l’habit de convers.

Envoyé à Zürich pour y défendre les droits de l’abbaye, il fut assassiné, le 2 mai 1126, et pour cela considéré comme martyr.

Il n’est pas mentionné au Martyrologe actuel.

 

 

Nils Hermansson

1325-1391

 

Nils (Nicolas) Hermansson naquit en 1325 (ou 1326) à Skänninge (Suède) dans une famille aisée.

Après avoir fréquenté l’école-cathédrale de Linköping, il vint en France, à Paris et Orléans, pour étudier la philosophie, la théologie et le droit.

De retour en Suède, il fut quelque temps à la cathédrale d’Uppsala, puis fut nommé chanoine à la cathédrale de Linköping.

On ne précise pas l’année où il fut ordonné prêtre, mais on rapporte son zèle pour secourir les pauvres et les affligés de toutes sortes, son amour de la justice, n’hésitant pas à rappeler à l’ordre les grands, au point que sa vie fut plusieurs fois en danger.

Conseiller spirituel, il fut en contact avec la reine sainte Brigitte (v. 23 juillet), dont un des fils en reçut des leçons de latin. 

En 1374, il fut choisi pour être évêque de Linköping et confirmé par le pape l’année suivante.

Dans sa mission pastorale, il lutta pour le célibat ecclésiastique. Il continua de composer des hymnes pour le bréviaire et à soutenir l’œuvre de sainte Brigitte, avant même sa canonisation. Il inaugura le monastère brigitain de Vadstena en 1384. Quelques mots de cet hymne : 

Rose à la rosée de bonté, étoile à la pluie de lumière, Brigitte, porte-grâce ! verse-nous la charité céleste, rafraîchis-nous d’une vie pure dans ce vallon misérable.

Nils mourut en 1391 et fut béatifié en 1499, mais l’introduction de la Réforme en Suède a sans doute interrompu le chemin vers la canonisation, quoique Nils soit toujours vénéré en Suède.

Le Martyrologe l’a maintenant introduit au 2 mai.

 

 

Antonino Pierozzi de Florence

1389-1459

 

Antonino naquit au début de 1389 à Florence, fils unique de Niccoló Pierozzi et Tomassina.

De son enfance on sait peu de choses. Son amour de l’étude lui valut le surnom de champion du sérieux ; il fut disciple du célèbre réformateur dominicain Giovanni Dominici, à Fiesole.

Quand l’adolescent se présenta à Giovanni Dominici, en 1404, ce dernier en apprit qu’il était en train de lire le recueil des Décrétales de Graziano (c’était un recueil de tous les décrets de droit ecclésiastique, compilé deux siècles plus tôt par un moine nommé Graziano) ; il lui proposa de revenir quand il le saurait par-cœur : ce qu’il fit un an plus tard !

En 1405 donc, Antonino reçut l’habit de l’Ordre dominicain et fut envoyé à Cortona pour le noviciat. C’est là qu’il rencontra un certain Guido di Pietro, mieux connu plus tard comme Fra Angelico. Il fut ordonné prêtre.

En 1406 il revint à Florence et devint un grand théologien, particulièrement spécialisé dans les «cas de conscience».

Lors du schisme d’Occident, les Religieux quittèrent Fiesole pour Foligno. En 1414, Antonino y était vicaire de son Ordre. La peste ayant sévi, on retourna à Cortone, où Antonino fut prieur en 1418 : il avait vingt-neuf ans ! Il fut aussi prieur à Naples, Gaeta et, en 1430, à Rome.

En 1435, il fut vicaire général pour l’Observance, responsable de la réforme intérieure de l’Ordre. Il commençait à être connu, consulté, parfois même de loin. 

En 1439, il fut prieur à Florence dans ce couvent Saint-Marc, décoré majestueusement par Fra Angelico. Il y fonda des associations pieuses, parmi lesquelles les Messieurs de Saint-Martin (Buonomini di San Martino), qui s’engageaient à aider les «pauvres honteux» (nobles ruinés) ; l’Hôpital des Innocents, pour les enfants et les orphelins.

En 1446, à la mort de l’archevêque de Florence, Fra Angelico suggéra lui-même au pape la nomination d’Antonino pour succéder. Ce dernier chercha à fuir, à se cacher, et n’accepta sa nomination qu’en protestant qu’il n’avait jamais songé à une telle responsabilité et qu’il ne l’acceptait que par soumission à la volonté divine.

Il avait appris à être pauvre, il le resta : sa bibliothèque personnelle comportait seulement son bréviaire ; il réduisit son personnel au minimum. De nuit, il se relevait pour prier l’Office avec ses collaborateurs clercs, et y ajoutait d’autres psaumes et litanies. Tout son temps libre était occupé à écrire.

De ses œuvres nombreuses, on retiendra surtout sa Summa theologica, premier ouvrage du genre où la théologie morale ait été envisagée sur un plan aussi étendu.

Humble et charitable, il partit auprès des victimes d’une épidémie de peste avec un âne, chargé de vivres et de remèdes, et assista les mourants avec la plus tendre attention. 

Son souci de réforme se tourna aussi vers son clergé, qu’il visita paroisse par paroisse, à l’improviste, y compris sur les territoires des deux évêchés suffragants de Fiesole et Pistoia.

Les papes le chargèrent aussi de prêcher la croisade contre les Turcs.

Ses dernières années furent une longue épreuve due à une fièvre lente qu’on appelait phlegmatique. En avril 1459, l’état empira. Il fit remarquer qu’il avait accompli les soixante-dix ans dont parle le psalmiste (Ps 89:10). Le 30 avril, il rédigea un testament, qui se réduisait à régler quelques dettes de ses neveux et quelques salaires.

Il s’éteignit non loin de Florence, à Montughi, au matin du 2 mai 1459, qui était la veille de l’Ascension.

Antonino a été béatifié par la voix populaire ; la canonisation eut lieu en 1523. Il se pourrait aussi que saint Antonino soit un jour prochain proclamé Docteur de l’Eglise.

 

 

William Tirry

1609-1654

 

Neveu de l’évêque irlandais de Cork-Cloyne, William était né en 1609 à County Cork. En gaélique, il faudrait l’appeler Liam Tuiridh.

Entré dans l’Ordre augustinien, il étudia à Valladolid (Espagne), Paris et Bruxelles.

Ordonné prêtre, il gagna l’Irlande en 1641.

En 1649, il fut nommé prieur du couvent augustinien de Skreen. Cette même année commençait la «conquête» de l’Irlande par le gouvernement de Cromwell.

Une loi de 1653 décrétait que tout prêtre catholique romain irlandais était coupable de trahison. William Tirry dut se cacher, ainsi que d’autres prêtres.

Sur les indications d’un traître qui s’était fait payer pour cela, William fut découvert. Au moment de son arrestation, il portait les ornements sacerdotaux.

En prison à Clonmel, il refusa d’adopter la religion protestante.

Il fut condamné à mort. Un autre religieux, qui fut jugé en même temps que lui, raconta que William portait son habit de religieux augustinien, qu’il fut conduit au lieu du supplice et laissé contre la potence pendant qu’il priait le chapelet. Après qu’il ait béni la foule rassemblée, il pardonna à ceux qui l’avaient trahi et réaffirma sa foi. Catholiques et Protestants en furent émus.

Après quoi, il fut pendu, le 2 mai 1654.

Il a été béatifié en 1992.

 

Giuse Nguyễn Văn Lựu

1790-1854

 

Ce pieux paysan était né vers 1790 à Cái-Nhum (Cochinchine).

Devenu premier catéchiste à Mac-Bac, il servait fidèlement la communauté chrétienne.

Il fut arrêté en 1853, avec six notables de la chrétienté, en même temps que le père Philiphê Phan Văn Minh. Ce dernier fut exécuté dès le 3 juillet (et sera canonisé en 1988).

Giuse s’était spontanément offert aux soldats, qui recherchaient un prêtre du même nom : Phêrô Nguyễn Văn Lựu, lui-même martyrisé le 7 avril 1861 (et aussi canonisé en 1988).

Les mandarins avaient condamné ces prisonniers à être «seulement» exilés au Tonkin à perpétuité. Plusieurs n’eurent pas le courage de persévérer, pour éviter la séparation de leur famille. Mais le roi cassa cette sentence, la trouvant trop douce.

Finalement, Giuse mourut d’épuisement dans la prison de Vinh-long (Cochinchine), le 2 mai 1854, invoquant les noms de Jésus et de Marie.

Béatifié en 1909, il fut canonisé en 1988.

La fête commune de tous les Martyrs du Vietnam est au 24 novembre.

 

 

José María Rubio y Peralta

1864-1929

 

Cet humble fils d’agriculteurs naquit le 22 juillet 1864 à Dalías (Almería, Espagne), un de leurs douze (ou treize) enfants, dont six mourront en bas âge. Les parents, Francisco Rubio et Mercedes Peralta surent éduquer chrétiennement leurs enfants.

Après ses études secondaires à Almería, il entra au séminaire diocésain, puis à celui de Granada, et reçut le sacerdoce en 1887. Il avait l’intime désir de devenir Jésuite, mais l’assistance qu’il donnait à un vieux prêtre malade l’en empêcha.

Vicaire à Chincon puis curé à Estremera, il fut envoyé par son évêque à Tolède pour passer la licence de théologie et le doctorat en droit canonique.

A son retour, il enseigna au séminaire la littérature latine et la théologie pastorale, en même temps qu’il fut nommé chancelier du diocèse de Madrid.

En 1906, il entra enfin chez les Jésuites. Déjà il se disait jésuite de cœur, cette fois-ci il l’était vraiment et rejoignit la maison des Jésuites de Madrid en 1911, où il restera tout le reste de sa vie.

Excellent prédicateur et directeur spirituel, il savait rapprocher les âmes de l’amour de Dieu dans le sacrement de la Réconciliation.

Présent dans Madrid, il visitait les pauvres, les marginaux. Il s’entoura d’associations de laïcs pour compléter ce travail apostolique, comme la Garde d’Honneur du Sacré-Cœur ou les Maries des Tabernacles. Des écoles s’ouvrirent, qui dispensaient un enseignement tout-à-fait académique. D’autres se vouèrent au soin des malades, à la recherche de postes de travail pour les chômeurs. 

La simplicité et la persévérance de ce prêtre produisirent des prodiges. Il annonça des conversions, il connut l’avenir. Il fallait parfois attendre des heures pour se confesser. Son travail apostolique fut tellement reconnu qu’il recevra à sa mort le titre d’Apôtre de Madrid.

Malade, il fut reçu à l’infirmerie du noviciat de Aranjuez (Madrid), où il mourut le 2 mai 1929.

Il sera béatifié le 6 octobre 1985 et canonisé en 2003.

 

 

Bolesław Strzelecki

1896-1941

 

Bolesław était né à Suwalki Poniemuniu (Pologne) le 10 juin 1896.

Il fréquenta le séminaire de Sandomierz et reçut l’ordination sacerdotale le 21 décembre 1918.

Il exerça sa charge pastorale à la paroisse Saint-Michel de Ostrowiec puis à Radom. On le connaissait pour sa grande activité caritative envers les pauvres et les nécessiteux. On l’a appelé le saint François de Radom.

Entre 1919 et 1923, il fréquenta l’université de Varsovie et reçut le doctorat en droit canonique.

Il fut chargé de l’inspection des écoles d’enseignement religieux en même temps qu’il était le confesseur pour les religieuses, avant d’être nommé curé à Radom.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, il montra son patriotisme polonais en protégeant des prisonniers de guerre évadés.

Arrêté en janvier 1941 par les Nazis, il fut envoyé au camp de Auschwitz (Oswiecim) ; là, il retrouva des prisonniers originaires de sa paroisse, pour lesquels il quémanda un peu de pain.

Il mourut d’épuisement peu après, le 2 mai 1941, jour où le commémore le Martyrologe.

Il a été béatifié en 1999 avec une centaine d’autres Compagnons victimes de la répression nazie, qui sont honorés ensemble le 12 juin.

Dans l’actuel diocèse de Radom, il est le patron de la Caritas, avec saint Albert Adam Chmielowski et Mère Teresa (voir aux 25 décembre et 5 septembre).

 

 

                                                                                                                                                                                                                Helena Goldberg

1882-1945

 

Helena Goldberg naquit le 6 juillet 1882 à Dłużek (Nowy Targ, Pologne).

Elle émit les vœux religieux chez les Sœurs de Sainte-Elisabeth, avec le nom de Maria Acutina.

Son martyre eut lieu le 2 mai 1945, à Krzydlina Wielka, Wołów (Pologne).

Helena Goldberg sera béatifiée en 2022, et inscrite au Martyrologe le 2 mai (pour ses neuf Compagnes, voir aux 20, 23 et 25 février, 1er et 24 mars, 11 mai).

 

 

Sandra Sabattini

1961-1984

 

Sandra Sabattini naquit le 19 août 1961 à Riccione (Emilie-Romagne, Italie CE), de parents pauvres et pratiquants.

Bien vite la famille se déplace à Misano Adriatico, pour loger chez un oncle prêtre.

Sandra écrivit un petit journal personnel quotidien, dans lequel on découvre avec quelle intensité elle vécut sa foi de façon très précoce.

En 1973, elle découvrit la Communauté Jean XXIII (v. 3 juin), dont le fondateur, Oreste Benzi, mourut en odeur de sainteté en 2007.

Pour Sandra, cette rencontre fut un catalyseur déterminant. Elle participa aux camps de jeunes et approfondit son engagement religieux.

En 1980, titulaire d’un brillant baccalauréat, elle commença des études de médecine à Bologne, dans le but avoué de devenir médecin missionnaire en Afrique. Parmi ses compagnes de la communauté, elle devint un exemple d’enthousiasme, de joie spirituelle, de disponibilité à donner son temps aux marginalisés, aux handicapés, aux drogués. Elle organisa des collectes, des manifestations diverses en faveur des «pauvres de la vie».

La jeune fille ne cherchait pas à se faire un nom, à se faire remarquer ; elle voulait une seule chose : devenir sainte.

Cet idéal est d’autant plus remarquable que les localités où elle avait vécu sont réputées pour leurs activités touristiques et mondaines. Mais Sandra ne voyait pas ce monde de plaisir.

Dans le cadre de cette même Communauté Jean XXIII, elle rencontra un jeune homme qui partageait réellement les mêmes idéaux. Ils se fiancèrent.

Mais Dieu avait un autre jugement. Sandra était déjà prête pour les noces éternelles. Voilà que le 29 avril 1984, elle fut renversée par une voiture. Après trois jours de coma, Dieu prit son âme innocente.

Un miracle fut étudié en 2012 : après que toute la Communauté eut demandé à Dieu l’intercession de Sandra, un père de famille guérit rapidement et définitivement d’un cancer aux intestins très avancé.

Sandra Sabattini devrait être béatifiée en 2021, et inscrite au Martyrologe le 2 mai.

 

Partager cet article
Repost0
30 avril 2022 6 30 /04 /avril /2022 23:00

01 MAI

 

-VI.    

S Jérémie, prophète, lapidé et enterré à Taphnès.

I.    

S Joseph Artisan, fête instituée pour “christianiser” la fête du travail.

Ss Torquatus, Ctesiphon, Secundus, Indaletius, Cæcilius, Hesychius et Euphrasius, premiers évêques en Espagne, respectivement à Cadix, Vergium, Ávila, Urci (Portillo), Elvire, Gibraltar, Andujar, envoyés par les apôtres Pierre et Paul.

III.    

S Andeolus, originaire de Smyrne, ordonné sous-diacre par s.Irénée à Lyon, martyrisé à Bergoiate, aujourd’hui Bourg-St-Andéol.

IV.    

Ss Ache et Acheul, martyrs à Amiens, respectivement diacre et sous-diacre.

Ste Isidora, moniale à Tabenne, longtemps considérée à tort comme idiote et possédée.

Ste Grata, veuve bienfaitrice à Bergame (VI.?).

   

Ste Florine, vierge et martyre en Auvergne. 

V.    

S Amator, évêque à Auxerre ; il s’était consacré avec son épouse dès leur mariage.

S Orientius, évêque à Auch.

Ste Gertrude, vierge et martyre en Lorraine.

VI.    

S Brieuc, gallois, venu évangéliser en Bretagne et honoré du titre d’évêque. 

S Sigismond, roi des Bourguignons, décapité puis jeté dans un puits par ses adversaires.

S Kellac, évêque à Killala, tué par un de ses clercs.

S Marcoul, abbé à Nanteuil, évangélisateur du Cotentin, invoqué pour la guérison des écrouelles (grâce transmise aussi aux rois de France) et un des patrons de la ville de Reims.

S Théodulphe (Thiou), abbé au Mont-d’Or, près de Reims.

S Asaph, abbé-évêque à Llan-Elwy, qui devint ensuite Saint-Asaph.

VII.    

S Arey (Arige), évêque à Gap, premier évêque des Gaules à porter la dalmatique.

S Blandin, père des ss. Baudoin et Anstrude, ermite près de Meaux.

S Ultan (Outain), irlandais, abbé à Fosses et Péronne, frère des ss. Fursy et Foillan.

Ss Gombert et Berthe, deux époux voués à la continence, martyrs lui en Irlande, elle près de Reims, dans l’abbaye dont elle était devenue supérieure.

VIII.    

S Evermar, martyr à Maastricht.

IX.    

S Théodard (Audard), évêque à Narbonne ; il tint à être sacré le 15 août.

XII.    

Ste Thorette, bergère et vierge près de Villefranche d’Allier.

XIII.    

S Aldobrando, évêque à Fossombrone, dont il est le principal patron.

Bse Mafalda, fille de Sancho Ier du Portugal, réformatrice cistercienne ; le pape annula son mariage pour cause de parenté.

XIV.    

B Vivaldo (Ubaldo), ermite franciscain à Montajone ; il vécut longtemps dans le creux d’un vieux châtaignier et mourut centenaire.

B Giuliano Cesarello, franciscain à Valle d’Istria.

S Pellegrino Laziosi, italien, des Servites de Marie à Sienne, guéri par le Christ d’un cancer aux jambes, d’où l’invocation qu’on lui fait en cas de douleurs crurales.

Bse Pétronille, abbesse clarisse en Beauvaisis.

XVI.    

S Pie V, pape (1566-1572), berger, dominicain, évêque à Sutri, inquisiteur pour les États romains ; il fit publier le Catéchisme Romain voulu par le Concile de Trente ; c’est grâce à son appel qu’une ligue chrétienne remporta sur les Turcs à Lepanto (1571), la victoire qui fut à l’origine de la fête du Rosaire (du 7 octobre) ; il est fêté le 30 avril.

XIX.    

Bx Gim I-u Barnabas et Choe Bong-han Franciscus, laïcs coréens martyrs, le premier enterré vivant, le second mort en prison, béatifiés en 2014.

Ss Augustin Schoeffler, lorrain, et Jean-Louis Bonnard, lyonnais, des Missions Etrangères de Paris, martyrs décapités au Tonkin à une année d’intervalle, canonisés en 1988 et fêtés le 24 novembre avec tous leurs compagnons ; Jean-Louis, vingt-huit ans, venait d’avoir baptisé vingt-cinq enfants.

XX.    

S Erminio Filippo Pampuri (Riccardo, 1897-1930), dixième de onze enfants, médecin, des Frères Hospitaliers de Saint-Jean-de-Dieu ou Fatebenefratelli,  béatifié en 1981 et canonisé en 1989.

B Kazimir Sheptytskyj (Klymentii, 1869-1951), prêtre et prieur du monastère Studite à Univ, martyr béatifié en 2001.

Jérémie, prophète

7e siècle avant Jésus-Christ

 

Ce qu’on peut savoir de ce prophète ressort de son propre livre biblique.

Il est né vers 650 avant la naissance du Christ, à Anathoth, au nord de Jérusalem.

Son rôle sous le pieux roi Josias, dont il célèbre la justice, nous est peu connu.

En revanche, Joakim le fit arrêter et ordonna de jeter au feu ses prophéties. 

Sous Sédécias, Jérémie passa pour un traître, fut emprisonné, puis jeté dans une citerne; d’où Sédécias ordonna de le tirer.

Après la destruction de Jérusalem, Jérémie demeura au pays de Juda, puis alla en Egypte avec son secrétaire Baruch. 

D’après certaines traditions, il y aurait été lapidé par ses compatriotes à qui il continuait d’adresser plaintes et menaces.

La tradition chrétienne a vu en lui une figure de Jésus-Christ, persécuté, malmené, trahi, bafoué. Le Martyrologe rappelle que annonçant la prise de la Ville Sainte et la déportation de la population, ayant souffert bien des persécutions, il est une figure du Christ souffrant. Il annonça que la nouvelle et éternelle Alliance devait trouver son accomplissement dans le Christ Jésus lui-même, et que par là le Père tout-puissant écrirait sa loi dans le cœur des enfants d’Israël, pour qu’il fût ainsi leur Dieu et eux son peuple.

Le livre de Jérémie est formé d’oracles contre les nations, surtout contre Juda, et d’éléments narratifs concernant l’action du prophète. Les Lamentations sont cinq élégies sur la ruine de Jérusalem : solitude ; destruction de la ville et du temple ; plaintes et espoir de la délivrance ; calamités des derniers jours du siège ; prière. L’Eglise a adopté ces chants pour pleurer durant la Semaine Sainte la mort de Notre-Seigneur.

L’éloge du prophète saint Jérémie se trouve au 1er mai.

 

 

 

Torquatus, Cæcilius, Ctesiphon, Euphrasius, Hesychius, Indaletius, Secundus

1er siècle

 

Une tradition très ancienne rapporte que les saints Pierre et Paul ordonnèrent à Rome sept évêques pour aller évangéliser l’Espagne.

Ils débarquèrent à Acci, actuelle Cadix.

A ce moment-là, les païens célébraient des fêtes en l’honneur des dieux Jupiter et Mercure. Les païens, voyant arriver ces étrangers, craignirent d’en être dérangés, les chassèrent et les poursuivirent.

Au moment où les saints évêques avaient franchi le pont qui séparait la ville de la campagne, se renouvela le prodige du passage de la Mer Rouge par les Israélites : le pont s’écroula sous les païens et la rivière les engloutit.

Pris d’un saint effroi, les habitants conçurent alors un profond respect pour leurs «visiteurs», se laissèrent convaincre de croire en l’unique Dieu créateur tout-puissant, et reçurent le baptême.

Ainsi naquit la communauté chrétienne de Cadix, à la tête de laquelle fut nommé Torquatus, premier évêque de Cadix, dont on ne sait exactement s’il mourut martyr ou en confesseur.

Les autres partirent évangéliser d’autres cités. C’est ainsi qu’ils furent respectivement les premiers évêques de :

  • Cæcilius à Elvire et Grenade ; il aurait été brûlé vif ;
  • Ctesiphon à Vergium (actuelle Berja) ;
  • Euphrasius à Andújar ; il serait mort martyr ; il aurait apporté avec lui une icône que lui avait remise saint Pierre, écrite par saint Luc, l’actuelle image de Notre-Dame de la Cabeza (dans l'iconographie orientale, on dit en effet qu'on écrit une icône) ; 
  • Indaletius à Urci (actuelle Pechina) ; il aurait été martyrisé à Urci ;
  • Hesychius à Cazorla ; il aurait été lapidé au lieu-dit La Pedriza ;
  • Secundus à Ávila.

 

Au Martyrologe, les sept évêques sont commémorés au 1er mai, une date reprise à la liturgie mozarabe. 

Il y a d’autres dates de fêtes locales : le 1er mai étant la fête de saint Joseph artisan, une fête commune aux sept évêques se célèbre le 15 mai. 

Quelques particularités :  

Cæcilius est honoré à Grenade le 1er février ;

Ctesiphon est honoré à Berja le 1er mai ;

Euphrasius est honoré à Bailén et Andújar le 13 mars ; 

Indaletius est honoré à Almería, le 15 mai ;

Hesychius est honoré à Cazorla le 15 mai ;

Secundus est honoré à Ávila le 2 mai.

 

 

Andeolus de Bergoiate 

† 208

 

Andeolus naquit à Smyrne (auj. Izmir, Turquie W).

On se souvient que cette Eglise est l’une de celles à qui s.Jean écrit une Lettre, dans l’Apocalypse (2:8sq). 

Le premier évêque de Smyrne fut s.Polycarpe (v. 23 février) ; s.Irénée (v. 28 juin) le connut, avant de venir en Gaule où il fut évêque à Lyon.

Andeolus, après avoir étudié dans sa ville, vint en Gaule, et alla trouver d’abord s.Irénée. Celui-ci l’ordonna sous-diacre.

Sans attendre, Andeolus descendit la vallée du Rhône, passa par Carpentras, Orange, et arriva à Bergoiate. Cette ville porte maintenant le nom de notre Héros : Bourg-Saint-Andéol.

La prédication d’Andeolus fit beaucoup de conversions. L’empereur Septime Sévère, de passage par là, eut l’attention attirée par un grand rassemblement et se fit amener Andeolus, lequel ne se gêna pas pour affirmer clairement à l’empereur qu’il n’adorait qu’un seul Dieu, et qu’il n’offrirait pas d’encens à des statues sourdes et muettes.

L’empereur fit torturer Andeolus. On lui attacha des cordes aux quatre membres, qu’on tirait avec de violentes secousses ; on le flagella avec des fouets garnis de pointes de fer ; on le déchira avec des ongles de fer ; on l’attacha sur une roue qu’on tournait au-dessus d’un feu… Andeolus exultait et priait Dieu de lui donner la force d’aller fidèlement jusqu’au bout de son combat.

Le lendemain, l’empereur se fit à nouveau amener Andeolus, qui paraissait avoir repris des forces durant la nuit. Sévère ordonna de le frapper à mort, et un soldat assena deux coups d’épée en forme de croix sur la tête d’Andeolus (de ces épées en bois très dur dont usaient les soldats pour s’entraîner).

Le corps fut jeté dans le Rhône, avec une grosse pierre qui cependant se détacha. On put récupérer le corps du Martyr et l’ensevelir dignement. Ce corps, retrouvé au 9e siècle, fut à l’origine d’une église autour de laquelle se développa la nouvelle ville de Bourg-Saint-Andeolus.

Les reliques de s.Andeolus, sauvées des mains des Huguenots, furent presque totalement détruites sous la Révolution.

Saint Andeolus de Bergoiate est commémoré le 1er mai dans le Martyrologe Romain.

Amator d’Auxerre 

344-418

 

Amator (Amâtre) naquit en 344 à Auxerre, de riches parents qui le confièrent à l’évêque Valerianus pour étudier l’Ecriture.

Cédant à des pressions familiales, Amator épousa Martha, de Langres, mais les deux époux se promirent le jour-même du mariage, de vivre dans la continence parfaite.

Après la mort de Valerianus (360), les deux époux vinrent demander à son successeur, Elladius, d’être reçus lui dans le clergé, elle dans un monastère. C’est ainsi que Martha vécut et mourut à Airy.

A la mort d’Elladius (385), c’est Amator qui fut désigné pour être ainsi le cinquième évêque d’Auxerre.

Le nouvel évêque combattit énergiquement ce qui restait de paganisme dans son diocèse. Il n’avait pas peur d’y risquer même sa vie, s’il le fallait. 

Le gouverneur, Germanus, trouvait aussi Amator un peu trop exigeant, mais il accepta et se convertit. C’est ce laïque qu’Amator choisit pour être son successeur ; il le prépara et l’ordonna prêtre.

Amator mourut le 1er mai 418, quelques années après son «épouse», décédée en 410.

Le successeur d’Amator fut effectivement Germanus, le si illustre Germain d’Auxerre.

Saint Amator d’Auxerre est commémoré le 1er mai dans le Martyrologe Romain.

 

 

Orientius d’Auch 

† 440

 

Orientius (en français Orens) était le fils du duc d’Urgel.

Vers 395, il devint le quatrième évêque d’Auch.

On a signalé qu’il fut en relation avec le généralissime Flavius Aetius (395-454).

Il aurait écrit quelques poésies ainsi qu’un Commonitorium (aide-mémoire).

La date de sa mort semble être 440.

Saint Orientius d’Auch est commémoré le 1er mai dans le Martyrologe Romain.

 

 

Brieuc

410-502

 

Le nom de Brieuc (en latin Briocus) est bien connu des Bretons, mais nous connaissons moins sa vie.

Il naquit vers 410 à Ceredigion (Cardigan, Pays de Galles), de Cerpus, irlandais, et de Eldruda, saxonne, tous deux païens (c’est -à-dire non baptisés, et non «barbares»).

La conversion de Brieuc remonte à la rencontre qu’il fit de s.Germain d’Auxerre (v. 31 juillet), venu à Verulamium (Verulam) lors d’une de ses missions.

En 429, Brieuc accompagna Germain à son retour, et reçut le sacerdoce en 447.

Il partit pour une première mission en Armorique, où il construisit le monastère de Tréguier, qu’il laissa à la direction de s.Tugdual (v. 30 novembre), à moins que Tugdual soit lui-même à l’origine de ces constructions.

Revenu dans son pays, Brieuc gagna au Christ ses parents, ainsi que d’autres compatriotes, puis construisit une église et un monastère.

En 480, une invasion de Pictes et de Saxons chassa cette communauté florissante et Brieuc vint en Armorique où il construisit un nouveau monastère; l’église adjacente fut dédiée à s.Etienne (v.26 décembre).

Que Brieuc ait été investi du caractère épiscopal, est un peu controversé. Il «aurait été» abbé-évêque, et donc fondateur du diocèse.

On retint de lui sa grande générosité envers les pauvres.

Brieuc s’éteignit paisiblement dans le Seigneur en 502, nonagénaire.

L’église qu’il construisit prit son nom, ainsi que la ville qui s’y développa.

Saint Brieuc est commémoré le 1er mai dans le Martyrologe Romain, qui le qualifie d’évêque et abbé.

 

 

Sigismond, roi

† 524

 

Sigismond était le fils de Gondebaud, roi de Bourgogne, qui soutenait l’hérésie arienne et qui eut un deuxième fils, nommé Godomar.

Sigismond épousa en 494 Ostrogothe, la fille de Théodoric, roi d’Italie. 

Il devait être encore très jeune à cette époque ; il connut de près l’évêque de Vienne, s.Avit (v. 5 février), que le roi Gondebaud, malgré l’hérésie arienne, avait cependant en grande estime ; et c’est cet évêque qui mit Sigismond sur la voie de la Vérité, vers 502.

Ce dernier reçut en 513, comme son père, le titre de Patrice des Gaules ; dès lors, il voulut montrer son zèle pour soutenir l’Eglise, et combla de bienfaits l’abbaye d’Agaune. En 516, ayant reçu la succession de son père, il rendit aux évêques la liberté de se réunir en concile ; ce fut l’occasion de l’important concile d’Agaune, qui décida d’affranchir les moines du travail manuel et d’instituer la Laus perennis : les moines auraient dû désormais s’organiser pour ne jamais interrompre le chant de l’office, ce qui exigeait la présence de nombreux moines ; on en fit venir de Lérins, de Grigny, de l’Ile Barbe, de Condat. En 517, nouveau concile à Epaone (Evian ?), pour prendre des mesures contre l’arianisme et le paganisme dans le royaume ; on décida la fondation de nombreux monastères, ce qui confirme que toute cette région fut depuis longtemps sanctifiée et apostolisée par la présence monastique.

Sigismond eut cependant un différend avec des évêques, qui avaient condamné le mariage incestueux d’un courtisan ; Sigismond préféra exiler ces évêques. Mais ayant reconnu son erreur, il s’en repentit et rappela les évêques.

Il y eut bien plus grave. Sigismond avait eu trois enfants : Ségéric et Suavegotha qui naquirent en 495 et 496, et leur sœur cadette dont on ignore le nom mais qui fut la mère d’Etichon, premier duc d’Alsace. Or, après la mort de son épouse, Sigismond en aurait épousé la servante, en 518. Cette dernière eut un jour une violente dispute avec Ségéric, qu’elle alla accuser à Sigismond de vouloir le détrôner ; très emporté, Sigismond fit étrangler son fils héritier Ségéric, pour l’éliminer de la succession (522).

Il eut presqu’aussitôt conscience de l’énormité de son crime, et voulut l’expier. Il se retira au monastère d’Agaune et y passa un certain temps dans les larmes et le jeûne. Mais Dieu lui imposa aussi d’autres pénitences : les princes francs, sous le commandement de Clodomir, envahirent alors le royaume burgonde et arrêtèrent Sigismond avec sa femme et ses deux autres fils (Gistald et Gondebald) : Clodomir les fit décapiter tous les trois et précipiter au fond d’un puits (524).

L’endroit de cette exécution macabre serait Coulmiers (Loiret). Il y aurait jailli une source d’eau miraculeuse qui soignait les fièvres. Il y eut des miracles, des pèlerinages, et l’on y construisit une église.

Compte tenu de l’attitude de Sigismond envers l’Eglise et de son attitude de repentir sincère, sa mort a été considérée comme un martyre. On le vénéra à Agaune puis, des reliques ayant été transportées à Prague (1366), il fut invoqué comme patron de la République tchèque.

Le roi saint Sigismond est commémoré le 1er mai dans le Martyrologe Romain.

 

 

Marcoul de Nanteuil

490-558

 

Marcoul (en latin Marculphus) naquit vers 490 à Bayeux (Calvados). Son nom a reçut différentes orthographes : Marcoult, Marcouf, Marcou, Marculf.

Quand il put disposer de ses biens à la mort de ses parents, il les distribua aux pauvres et aux orphelins et, quittant son pays, alla se mettre sous la direction de Possesseur, évêque de Coutances ; ce dernier fut évêque jusqu’en 523 et c’est sans doute lui, plutôt que son successeur s.Lô, qui reçut Marcoul.

A trente ans, il fut ordonné prêtre et parcourut le diocèse en prêchant la Bonne Nouvelle, et la confirmant par l’exemple de ses vertus.

Il portait un cilice et jeûnait très souvent.

Du roi Childebert Ier, il obtint un terrain à Nanteuil et y construisit un oratoire, puis des cellules pour les premiers candidats à cette vie érémitique. Ce fut bientôt une abbaye entière qui s’éleva.

Mais Marcoul avait besoin de plus grandes austérités et il se retira sur une petite île voisine. La population voisine bénéficia de ses miracles, comme de l’éloignement de pirates.

Marcoul mourut vers 558.

Ses reliques furent plus tard transférées à Corbeny (898), où se développa un pèlerinage célèbre et où eurent lieu beaucoup de miracles. En particulier, les rois de France nouvellemenet sacrés étaient investis d’une grâce particulière pour guérir les écrouelles. Les rois, depuis Louis IX à Louis XIII, après leur sacre à Reims, se rendaient à Corbeny, où les moines leur remettaient entre les mains le chef de Marcoul ; puis ils assistaient à la Messe, au terme de laquelle ils touchaient le visage des malades en prononçant ces paroles : Le roi te touche, Dieu te guérit. Les malades devaient ensuite faire une neuvaine de prières et jeûner. Après Lous XIII, les reliques furent apportées à Reims, pour le même rite. La cérémonie eut lieu pour la dernière fois en 1825.

La ville de Reims a pris saint Marcoul pour patron céleste.

Saint Marcoul de Nanteuil est commémoré le 1er mai dans le Martyrologe Romain.

 

 

Asaph de Llan-Elwy

† 600

 

Asaph (ou Asa) est dit quelque part fils du roi Sawyl Penuchel et de Gwenaseth.

Il devint disciple de s.Kentigern (v. 13 janvier) à Llan-Elwy.

Un jour que Kentigern l’envoya chercher un tison pour se réchauffer, il prit carrément des charbons ardents et les porta à l’abbé : celui-ci constata que la tunique d’Asaph n’avait nullement été brûlée et comprit quelle sainteté se cachait en cet humble moine. Il en fit son successeur comme abbé à la tête du monastère, et le consacra aussi premier évêque de ce diocèse.

La ville de Llan-Elwy prit par la suite le nom de Saint-Asaph. La première église de l’endroit fut totalement détruite par Edward Ier d’Angleterre (1282) ; l’actuelle cathédrale bâtie au même endroit au 14e siècle, est la plus petite du Royaume-Uni.

Saint Asaph de Llan-Elwy est commémoré le 1er mai dans le Martyrologe Romain.

 

 

Arey de Gap

535-604

 

Arey (en latin Aridius ou Aregius) naquit vers 535 à Chalon-sur-Saône.

Il fut préparé très jeune au sacerdoce et fut ordonné prêtre par Didier de Clermont, qui l’envoya exercer le saint ministère à Morges (564). Arey y resta quinze ans.

Au concile de Chalon (579), Arey fut nommé huitième évêque de Gap, en remplacement d’un évêque indigne.

Le diocèse de Gap était en piètre état, et Arey le releva avec un grand zèle pastoral et paternel. Il ouvrit à Gap une maison de formation, sorte de séminaire ; il parcourut tout son territoire en encourageant les prêtres et les fidèles ; il s’unit aux autres évêques en maints conciles et travailla avec eux à faire respecter le Jour du Seigneur, le dimanche.

Arey fut aussi consulté par s.Colomban (v. 23 novembre) au sujet de la datation de la fête de Pâques.

S’étant rendu au Tombeau des Apôtres à Rome, il rencontra le pape Grégoire 1er (v. 12 mars), qui l’entoura d’une profonde amitié et entretint avec lui une correspondance assidue. Ce même pape le chargea de réunir un concile pour condamner la simonie ; il lui confia l’accueil de la deuxième mission de moines envoyés en Angleterre (601) ; il voulut aussi l’honorer personnellement en lui faisant don d’une dalmatique, qu’Arey aurait portée lors des cérémonies solennelles (cette distinction fut par la suite généralisée, mais dorénavant abolie) ; il le chargea aussi de remettre de sa part le pallium à l’évêque d’Autun.

Il est plaisant de reporter le fameux miracle de l’Ours. Lors de son retour de Rome, Arey passa le col du Montgenèvre, où un ours s’attaqua à l’un des bœufs qui tiraient le char. Arey somma l’ours de prendre la place du bœuf ; la bête obéit humblement et reçut en récompense la liberté ; il serait «réapparu» lors de l’enterrement d’Arey et aurait tiré le char funèbre en compagnie d’un bœuf. On peut y croire comme on peut ne pas y croire ; l’épisode a tout du vraisemblable, tant il est vrai qu’ à Dieu, rien n’est impossible (cf. Lc 1:37).

Saint Grégoire avait prédit à Arey qu’il mourrait peu après lui ; en effet, Grégoire mourut le 12 mars 604, et Arey fut alors frappé d’une douloureuse maladie dont il mourut le 1er mai suivant. Toutefois différentes sources retardent sa mort à 610 et même 614.

Son culte fut officiellement approuvé en 1907.

Saint Arey de Gap est commémoré le 1er mai dans le Martyrologe Romain.

 

 

Théodard de Narbonne

840-893

 

Théodard (ou aussi Audard) serait né vers 840 à Montauriol (Montauban, Tarn-et-Garonne).

Après des études à Toulouse, il fut au service de l’évêque de Narbonne, qui l’ordonna sous-diacre et le nomma archidiacre de Narbonne ; puis il fut à son tour nommé évêque en 885, devenant le 21e évêque de cette ville.

A sa demande, il fut consacré le 15 août 885, en l’honneur de la Sainte Vierge.

Un de ses soins fut de venir en aide aux populations encore victimes des invasions des Sarrasins, jusqu’à aliéner les biens de l’église métropolitaine.

En 891, il se rendit encore au concile de Meung-sur-Loire.

Il s’éteignit chez les moines de Montauriol en 893.

Saint Théodard de Narbonne est commémoré le 1er mai dans le Martyrologe Romain.

Aldobrando Faberi

1170-1250

 

D’après de récentes recherches, Aldobrando (ou Aldebrando ou Ildebrando) naquit vers 1170 à Sorivoli (Roncofreddo, Cesena, Emilie-Romagne, Italie NE), peut-être dans la noble famille Faberi.

Il reçut sa formation intellectuelle à Ravenne auprès d’un chapitre de chanoines dont il fit ensuite partie vers 1199 : cette année-là il était sous-diacre.

En 1222 il passa à Rimini comme prévôt de la cathédrale. Là, il s’adonna à de sonores et sévères prédications pour éclairer le peuple contre les positions hérétiques des patares et des gibelins. Il semble que saint Antoine de Padoue se trouvait aussi sur place.

La ville avait déjà été mise sous interdit, et en 1226 Aldobrando obtint du pape de prolonger cette mesure. Le peuple se souleva contre lui et le contraignit à s’enfuir, mais peu après il était déjà de retour.

En 1230, il fut nommé évêque de Fossombrone.

En tant que tel, il dut faire reconstruire la cathédrale, qui était en ruines depuis une précédente incursion des factions de la voisine Fano, puis il s’occupa de restaurer le patrimoine du diocèse. Il est dit qu’Aldobrando mena une vie austère et apostolique.

Mort vers 1250, il fut enterré dans cette cathédrale reconstruite, mais non encore achevée et qui fut à nouveau démolie vers la fin du siècle ; sa tombe fut alors transportée dans une autre église qui fut érigée en cathédrale.

Le bienheureux Aldobrando est commémoré au Martyrologe le 1er mai.

 

 

Mafalda de Portugal

1197-1256

 

Mafalda de Portugal vit le jour le 11 janvier 1197, neuvième des onze enfants légitimes du roi portugais Sancho Ier et de Dulce d’Aragon. Ses deux sœurs Teresa et Sancha sont aussi au Martyrologe (v. 17 juin et 11 avril).

En 1215, elle épousa Enrique Ier de Castille, mais cette liaison, qui ne put être consommée en raison de leur jeunesse, fut déclarée nulle par le pape, pour motifs de consanguinité.

A la mort de son père, elle recevait en héritage le château de Seia avec ses rentes, et pouvait conserver son titre de reine.

Ceci fut contesté par son frère, Alfonso II : si ses deux autres sœurs venaient à prétendre aussi à ce titre, la dynastie sombrerait dans la division et la guerre civile. En réalité, ce fut cette jalousie fraternelle qui divisa le pays, et la paix ne devait être rétablie qu’en 1223 avec le fils d’Alfonso II, Sancho II.

Mafalda et ses sœurs, ayant renoncé au titre royal, se retirèrent dans un monastère cistercien. Mafalda fonda (ou réforma) l’abbaye de Arouca, où elle introduisit la règle cistercienne en 1222.

Elle mourut dans un autre monastère sur le Río Tinto, le 1er mai 1256.

Quand on voulut, plus tard, reporter son corps à Arouca, on le trouva non corrompu.

Mafalda fut béatifiée en 1793.

 

 

Vivaldo de San Gimignano

† 1320

 

Vivaldo (ou Ubaldo) naquit à San Gimignano (Sienne, Toscane, Italie) vers le milieu du 13e siècle.

Il fut le fidèle disciple et compagnon du bienheureux Bartolo de San Gimignano, un tertiaire franciscain malade de la lèpre pendant vingt années (v. 12 décembre) ; Vivaldo aurait aussi été tertiaire franciscain.

Il assista Bartolo durant les dernières années, puis il se retira dans la proche forêt de Camporena (Montaione), où il mena une vie d’ermite.

Un vieux récit du 16e siècle note que Vivaldo s’était creusé une sorte de cellule dans le tronc d’un gros châtaigner, où il avait à peine la place de s’agenouiller. Il vécut là dans une grande abstinence, dans les jeûnes, les veilles, les prières.

Il mourut le 1er mai 1320, du moins telle est la date que mentionnent les Frères Mineurs traditionnellement ainsi que le Martyrologe.

Son culte fut confirmé en 1908.

 

 

Giuliano Cesarello

1300-1343

 

Giuliano (en croate : Julijan) serait né vers la fin du 13e siècle à Castello di Valle (auj. Bale-Valle, Istrie, Croatie), dans la famille noble Cesarèl (traduit Cesarello en italien).

On a trouvé beaucoup d’éléments communs dans sa vie et dans celle de saint François d’Assise. Ce dernier serait descendu sur la côte dalmate lors d’une tempête au cours de son voyage pour la Palestine. Saint Antoine de Padoue également y serait passé.

Adolescent, Giuliano fut accueilli par les Frères Mineurs et il s’installa ensuite non loin du couvent Saint-Michel, dans un petit ermitage fondé (peut-être) par saint Romuald (v. 19 juin). Toute sa vie allait se passer là avec quelques autres confrères, dans la méditation et le service des pauvres. Ses dévotions préférées étaient l’Eucharistie, la Mère du Christ, les Ames du Purgatoire.

Il fut ordonné prêtre ; cultivé, il parlait cependant au peuple dans un langage simple et approprié ; il sut apporter la paix au milieu des bagarres de factions, faisant régner la charité chrétienne.

Dieu bénit son serviteur par le don de miracles prodigieux.

Il mourut (peut-être) un 1er mai, en 1343 ou 1349.

Giuliano fut tout de suite vénéré comme Saint, de sorte que son tombeau devint le but d’un pèlerinage assidu. Les habitants de la proche Parenzo, jaloux, cherchèrent à s’emparer du corps de Giuliano, mais il devint si pesant pendant le trajet, qu’on fit appel à d’autres volontaires ; ceux de Valle ayant seuls réussi à le déplacer, ils le reportèrent avec joie chez eux.

Au 15e siècle, Giuliano fut choisi comme Protecteur de Valle et le pape accorda une indulgence pour le jour de sa fête.

Mais il n’était pas encore béatifié ! Le culte en fut enfin ratifié en 1910.

Le bienheureux Giuliano a toujours été considéré italien ; récemment cependant, l’Eglise croate se l’est «adjugé», en en faisant le premier Saint croate qui, dans cette contrée est devenu San Zuian.

 

 

Pellegrino Laziosi

1265-1345

 

Pellegrino (Pèlerin) naquit à Forlì dans la Romagne (Italie) en 1265. 

Il montra dans sa jeunesse un caractère violent et batailleur. Au cours d’une sédition qui s’était élevée dans sa ville natale, saint Filippo Benizi (v. 22 août) fut chargé par le pape d’aller calmer les esprits : le jeune Pellegrino s’emporta au point de lui donner un soufflet. La patience du Saint dans cette occasion toucha le violent jeune homme qui voulut avoir avec lui un entretien. Ce fut le point de départ de sa conversion. 

Pellegrino eut le courage de tout quitter pour entrer dans l’ordre des Servites. La Sainte Vierge, dans une apparition, lui avait fait connaître que telle était la volonté de Dieu. Quand il reçut l’habit, une lumière éclatante et douce brilla autour de sa tête : on y vit un présage de sa sainteté future.

A trente ans, les supérieurs de Pellegrino l’envoyèrent dans sa ville natale : il y passa le reste de ses jours dans les travaux, les veilles, les jeûnes et les prières. La mortification était telle que durant tout ce temps on ne le vit jamais s’asseoir : quand il était accablé de lassitude ou de sommeil, il s’appuyait contre une pierre. Il ne se coucha jamais dans un lit, même pendant ses maladies. Chaque jour, il s’examinait avec soin, se confessait, manifestait sa douleur par ses larmes. 

La patience brilla particulièrement en lui : il lui survint à la jambe un chancre, dont la mauvaise odeur était insupportable pour ceux qui l’approchaient. Jamais il ne se plaignit, aussi ses concitoyens l’avaient appelé un nouveau Job.

Les médecins décidèrent de lui couper la jambe. La nuit qui précéda le jour fixé pour l’opération, Pellegrino se traîna comme il put jusqu’à la salle du chapitre ; là, devant le crucifix, il pria avec ferveur et finit par s’endormir. Notre-Seigneur lui apparut durant son sommeil ; le patient crut le voir descendre de sa croix et toucher sa jambe. Au réveil, celle-ci était complètement guérie. Les médecins constatèrent le miracle et le publièrent par toute la ville. 

A l’âge de quatre-vingts ans, Pellegrino, usé par les travaux, fut pris par la fièvre et mourut le 1er mai 1345, jour où il est commémoré au Martyrologe Romain.

Plusieurs miracles attirèrent les fidèles à son tombeau dans l’église des Servites de Forlì. Voulant examiner le corps de Pellegrino, deux pères le trouvèrent dans son entier en 1638, seulement desséché. En 1609, le pape Paul V avait permis aux Servites de célébrer un office en l’honneur de Pellegrino, qui fut successivement et formellement canonisé en 1726. 

Saint Pellegrino est invoqué pour les malades des jambes, du cancer, du Sida. Il est le patron de la ville de Forlì.

 

 

Pernelle de Troyes

† 1355

 

Pernelle (ou Pétronille) fut une des douze Clarisses choisies pour inaugurer la nouvelle abbaye de Moncel (Oise) en 1336. La fondation, par Philippe le Bel, remontait à 1309.

On procéda à l’élection de l’abbesse : le sort tomba sur Pernelle, de Troyes, religieuse d’un rare mérite et d’une piété exemplaire.

Le monastère était particulièrement pauvre, s’étant volontairement dénué de tout bien au profit de la libération du fils du roi, à qui il était redevable de son existence.

Pernelle édifia sa communauté par des vertus si rares et une perfection si grande, qu’elle reçut dès sa mort une canonisation populaire.

Elle mourut en 1355 ; elle a été insérée dans la récente édition du Martyrologe, au 1er mai.

 

 

Pie V

1566-1572

 

D’une famille bolonaise ruinée, Michele Ghislieri naquit près d’Alessandria, dans le diocèse de Tortona (Piémont, Italie), le 17 janvier 1504.

Petit berger, il put bientôt étudier et montra de grandes aptitudes. Entré à quatorze ans chez les Dominicains où il reçut le nom de Michele Alessandrino, il fut envoyé prendre ses grades académiques à Bologne, et enseigna successivement pendant seize ans la sainte théologie. Il savait donner à son enseignement l’empreinte surnaturelle.

L’austérité de sa vie, l’exigence personnelle pour l’intégrité et la sainteté, l’opiniâtreté à défendre la vérité contre l’erreur, le firent remarquer.

On le recherchait comme directeur spirituel. Il fut prieur à Vigevano et Alba, reçut le titre et la mission d’inquisiteur à Côme, commissaire général du Saint-Office, évêque de Sutri et Nepi, enfin cardinal du titre de la Minerve, puis de Sainte-Sabine sur l’Aventin, et inquisiteur général pour toute l’Église.

Comme inquisiteur exigeant, il s’attira les jalousies des libraires ; comme prêtre juste, il obtint la conversion d’hérétiques, entre autres le franciscain hérétique relaps Sesto de Sienne, qui abjura et fut gracié de la peine de mort qu’il avait encourue.

Comme évêque, il réveilla le zèle endormi des chanoines de Mondovì, ramena les fidèles à l’observance des lois morales et à l’usage des sacrements.

Cardinal et bientôt pontife suprême, Michele resta toujours simple, très austère et attaché à la vie religieuse ; il portait toujours l’habit dominicain ; il en imposa aussi la pratique aux autres religieux devenus évêques. 

Il favorisa l’heureuse et tant attendue conclusion du concile de Trente, qui aboutit à la publication du Catéchisme, du nouveau Bréviaire et du Missel.

A la mort de Pie IV, il fut élu deux-cent vingt-cinquième pape le 7 janvier 1566 : il accepta à contrecœur la tiare et prit le nom de Pie V.

Il maintint son style de vie sobre, austère, et ne céda jamais aux vues humaines. S’il éleva un membre de sa famille au cardinalat - parce qu’il avait participé à la bataille de Lepanto, cf. infra - ce fut en lui imposant une règle de vie strictement religieuse. Un autre de ses neveux ayant eu une conduite répréhensible, il lui enjoignit de quitter Rome “avant que fût consommée” la chandelle qui éclairait la pièce.

Son œuvre s’étendit aussi bien à Rome qu’à toute l’Europe. 

A Rome, il se montra sévère et exigeant dans la réforme morale. Il élimina les statues trop sensuelles du Belvédère et les fit remettre au Capitole ; il autorisa la peine de mort (la peine du feu) pour les homosexuels, prêtres ou non ; il fit fouetter publiquement les prostituées ; il décréta des peines contre le concubinage et le blasphème. Une bulle pontificale interdit pour toujours les courses de taureaux.

Il exigea du clergé, des humbles religieux jusqu’aux cardinaux, une vie sainte, austère, et réforma les études. Il proclama Docteur de l’Église saint Thomas d’Aquin et en imposa la méthode aux universités.

S’il interdit la présence des Juifs à Rome, il s’efforça de les convertir. Il interdit le port des armes, accentua la répression du brigandage et l’exécution des jugements. Il recevait les petits, les écoutait, les soulageait de ses deniers. Il visitait les pauvres, les malades. Envers les condamnés à mort, il permit qu’on leur donnât l’indulgence plénière et qu’on célébrât la messe avant l’aurore précédant leur exécution, pour les assister au dernier moment.

Il s’éleva avec vigueur contre le protestantisme, en Allemagne contre l’empereur intrigant Maximilien, faisant intervenir s.Pierre Canisius ; en Angleterre contre Élisabeth et en faveur de Marie Stuart ; en France contre les intrigues de Catherine de Medici.

Mais c’est surtout à propos de la lutte contre l’invasion des Turcs, que Pie V est resté célèbre. L’Occident était menacé ; le pape réussit à soulever une coalition européenne qui paya une flotte assez importante à opposer à celle des Ottomans. Après une difficile négociation, la flotte alla au-devant des ennemis de l’Église, qu’elle rencontra dans le golfe de Patras en Grèce. Il y eut beaucoup de victimes de part et d’autre, mais les Chrétiens furent vainqueurs, le 7 octobre 1571.

Ce jour-là, le pape Pie V était avec son trésorier et, brusquement, eut une extase et comprit que Dieu avait donné la victoire. Le dominicain qu’il était attribua la victoire à la puissante intercession de Marie, dont l’invocation de Auxilium Christianorum fut alors ajoutée aux Litanies de la Sainte Vierge. C’est à cette victoire que remonte l’institution de la fête de Notre-Dame du Rosaire le 7 octobre.

Très éprouvé par la douloureuse maladie de la pierre, le pape préféra supporter les souffrances que de subir une opération. Il murmurait : Seigneur, augmente le mal, mais augmente aussi ma patience. Il reçut le viatique le Jeudi Saint 3 avril 1572 et mourut le 1er mai suivant.

Pie V fut béatifié en 1671 et canonisé en 1710. Inscrit au Martyrologe le 1er mai, il est fêté au calendrier romain le 30 avril.

Il eut pour successeur Grégoire XIII.

Gim I-u Barnabas

? -1801

 

Gim I-u Barnabas est un laïc coréen né à Myeongraebang (Seoul, Corée S).

Il fut enterré vivant à Hanyang (Seoul) en mai 1801 et béatifié en 2014.

 

 

Choe Bong-han Franciscus

? -1815

 

Choe Bong-han Franciscus est un laïc coréen né à Hongju (Chungcheong-do, Corée S).

Il mourut en prison à Daegu (Gyeongsang-do) en mai 1815 et fut béatifié en 2014.

.

 

 

Augustin Schoeffler

1822-1851

 

Ce Martyr était lorrain, né à Mittelbronn dans la Moselle, le 22 novembre 1822, aîné de six enfants. Son père instituteur, était à la fois secrétaire de mairie et chantre à l’église. Il envoya Augustin commencer des études chez son oncle, curé à Arraye, où il fit sa première communion, et de là gagna le Petit séminaire de Pont-à-Mousson, puis le Grand séminaire de Nancy. 

Au Petit séminaire, Augustin dut apprendre le français, car ses parents étaient germanophones. Petit, Augustin était réputé doux et réaliste, une douceur qui ensuite fit place à une attitude fière reflétant plutôt une énergie non exempte d’une certaine rudesse. Au Grand séminaire, il fut nommé préfet de chœur, charge dont il s’acquitta de main de maître, mais où sa douceur réapparaissait vite quand il devait soutenir des séminaristes en difficulté.

Il voulait rejoindre les Missions Étrangères de Paris. Ses parents n’étaient pas très consentants. Tandis que l’avis positif tant de la part des Missions que de l’évêque, finissait par arriver, ce fut un net refus familial. Ordonné diacre en octobre 1846, il passa chez les siens où il fit un sermon très remarqué, puis regagna Paris. Là il apprit que deux tantes avaient fait des démarches auprès du supérieur pour le retenir en France. Il ne s’en émut pas. Jusqu’aux derniers jours avant son départ, se jouèrent des manœuvres pour le dissuader de partir, jusqu’à des privations d’argent… Ordonné prêtre en mai 1847, il reçut sa mission pour le Tonkin (nord Vietnam). 

Embarqué sur L’Emmanuel, il gagna Singapour quatre mois après, puis débarqua à Hong-Kong fin avril 1848. Dans un contexte politique agité, Augustin entra clandestinement au Tonkin, sous un déguisement chinois. Le jeune nouvel empereur, bien que d’abord favorable aux missionnaires, n’avait pas abrogé les dispositions de son père et de son grand-père, de sorte qu’on vivait encore dans un régime de persécution.

Augustin fut pris du choléra, mais se remit assez vite et continua son travail de prédication et de confessions. L’évêque, Mgr Retord, lui confia la province de Son Tây, là où le Fleuve Rouge reçoit ses deux affluents, la rivière Noire et la rivière Claire. Là avait été martyrisé quatorze ans plus tôt Jean-Charles Cornay (v. 20 septembre). Seul Européen, il avait près de lui huit confrères vietnamiens et quinze mille chrétiens.

Une conspiration fut découverte, et les chrétiens accusés d’y avoir participé. Les édits de persécution furent remis à l’ordre du jour, et même aggravés : les prêtres devaient être jetés dans les fleuves ou la mer, les prêtres vietnamiens seraient coupés par le milieu, et ceux qui auraient caché un prêtre européen seraient coupés par le milieu des reins et jetés au fleuve.

 Trahi et livré aux soldats, Augustin fut interrogé, sommé de marcher sur la croix, ce qu’il refusa, enfermé et chargé de la cangue. Il ne se plaignit jamais. Des chrétiens emprisonnés avec lui cherchèrent à le racheter ; pendant qu’ils étaient partis chercher la somme convenue, Augustin, jugeant qu’ils étaient assez loin, pressa le soldat de le conduire aux mandarins, sauvant ainsi de la mort ses compagnons. Dans l’attente de sa condamnation, il eut sa rétention un peu adoucie, car une lettre de Mgr Retord avait obtenu qu’il fût au moins transféré dans un local du logement du gardien-chef. Un prêtre vietnamien put lui rendre visite et entendre sa confession.

La sentence de condamnation à mort arriva le 11 avril, il fut décapité le 1er mai 1852 à Son-tai. Sa tête fut jetée dans la rivière Song-Ka, son corps fut d’abord enterré sur place, puis exhumé en secret par des chrétiens qui le réinhumèrent dans un village chrétien. Un mandarin, ayant récupéré une tunique d’Augustin tachée de son sang, reçut plusieurs coups de rotin.

Le même jour, un an plus tard, était décapité à son tour Jean-Louis Bonnard, qu’on retrouve donc au même jour qu’Augustin Schöffler dans le Martyrologe, le 1er mai.

Déclaré Vénérable en 1899, et Bienheureux l’année suivante, Augustin a été canonisé en 1988 parmi les cent dix-sept martyrs du Vietnam, dont la fête est au 24 novembre.

Le Grand séminaire de Metz est désormais placé sous la protection de saint Augustin Schöffler.

 

 

Jean-Louis Bonnard

1824-1852

 

Ce saint prêtre qui est mort martyr à vingt-huit ans, naquit dans une famille très chrétienne, où le père, Gabriel, avait connu les temps difficiles de la Révolution française : il avait fait sa première communion dans une grange, des mains d’un prêtre réfractaire. 

Gabriel Bonnard participa aux expéditions impériales en Prusse et en Russie. A son retour, il épousa Anne Bonnier en 1817, et ils eurent six enfants. Ils habitaient dans la Loire, à Saint-Christôt-en-Jarez, et notre Jean-Louis fut baptisé le jour-même de sa naissance, le 1er mars 1824. Il n’avait que cinq ans quand il déclara haut et fort : Je veux être prêtre. Le père, qui n’était pas riche, ne savait comment lui payer les études, mais les frères et sœurs déclarèrent : Nous ferons comme nous pourrons, nous nous gênerons tous ! Le papa commença à enseigner à lire à son aîné, charge à ce dernier de transmettre ses connaissances à ses jeunes frères. 

Très assidu au catéchisme, Jean-Louis fit sa Première communion à douze ans, mais il apprenait très difficilement ; un camarade témoigna que Jean-Louis était pieux, gai, au caractère calme, paisible, jamais en colère, aux talents médiocres, et même moins que médiocres.

On le mit tout d’abord à garder les troupeaux : il emportait avec lui son catéchisme et son chapelet. Il n’avait qu’une idée en tête : devenir prêtre, aussi fut-il admis au pensionnat du bourg. Le peu qu’il savait alors, il l’avait appris en lisant son catéchisme dans les champs, ou aussi en fréquentant un peu le presbytère. Il étudia avec beaucoup de difficultés ; au début on perdit patience avec lui, mais il ne se rebutait jamais ; en troisième année, il arriva à suivre ses camarades, qui d’ailleurs l’aidaient volontiers, tant il était doux, aimable, pieux, courageux. 

Il put entrer en quatrième au Petit séminaire de Saint-Jodard. Toujours extrêmes difficultés pour l’étude, toujours même ténacité dans la persévérance, si bien qu’en première, il était dans la moyenne, parfois même dans les premiers. Après l’année de philosophie, il passa au Grand séminaire de Lyon. Il voulait partir pour les missions et devenir martyr. Sa candidature fut acceptée.

Il alla chez ses parents pour demander à son père sa bénédiction, prétextant qu’il allait recevoir les ordres l’année suivante. En les quittant, il se retourna plusieurs fois, remarquèrent-ils, ce qu’il ne faisait pas les autres fois. Il alla demander sa bénédiction au Cardinal de Bonald, fit une dernière visite à Notre-Dame de Fourvière et s’en fut à Paris.

Les témoignages ne varient pas sur sa personne : Sa figure, sur laquelle était habituellement peinte une aimable candeur, était empreinte d’une naïveté presque enfantine, ce qui lui attirait facilement l’affection de ses confrères… Ange de paix, humble, modeste, doué d’une très grande charité à l’égard de tous, il devait sans doute ces aimables vertus à son innocence baptismale parfaitement conservée.

Jean-Louis fut ordonné prêtre le 23 décembre 1848, partit de Nantes le 8 février 1849, sur le “L’Archevêque Affre” (du nom de l’archevêque de Paris assassiné lors de la révolution de 1848), et arriva à Hong-Kong le 5 juillet ; il devait aller au Laos, mais on l’envoya au Tonkin (nord Vietnam), plus accessible alors. Qui le reçut fut Mgr Retord, qui lui confiera en 1851 le district de Ke-Bang. Dans l’intervalle, il s’efforça tant bien que mal d’apprendre la langue : Vous ne sauriez vous imaginer combien elle est difficile, écrit-il ; il ne lui faut que cinq ou six mois pour arriver déjà à prêcher et à confesser.

Il apprend que le père Augustin Schöffler a été décapité le 1er mai 1851 et n’a aucun doute sur son sort. En effet, fin mars 1852, il est dénoncé, arrêté et emprisonné à Nam-Dinh. Durant ces quarante jours de captivité, il est enchaîné et chargé de la cangue. Ayant refusé de marcher sur la croix et de donner les noms de ceux qui l’avaient reçu (et qui, d’après l’édit, devaient être coupés par le milieu des reins et jetés au fleuve), il est condamné à la décapitation pour le seul motif de prédication de la religion perverse. Un prêtre peut lui apporter l’Eucharistie, et il peut écrire à son évêque. La veille de son exécution, il lui écrit encore : 

Demain, samedi 1er mai, fête des saints Apôtres Philippe et Jacques et anniversaire de la naissance de M.Schöffler au ciel, voilà, je crois, le jour fixé pour mon sacrifice. Je meurs content. Que le Seigneur soit béni ! 

La veille de ma mort, 30 avril 1852.

Précisons ici qu’en effet, à l’époque, on fêtait les apôtres Philippe et Jacques (le mineur) au 1er mai, la fête de saint Joseph artisan n’existant pas encore. Les apôtres sont fêtés maintenant le 3 mai.

Augustin Schöffler avait été décapité jour pour jour un an auparavant. D’après l’édit, les prêtres devaient être jetés en mer ou dans les fleuves. Le corps et la tête du Martyr furent donc précipités dans le Fleuve Rouge. Mais d’habiles chrétiens avaient suivi de loin la jonque et allèrent dès que possible repêcher les saintes reliques du père Bonnard, les reportèrent à Vinh-Tri où résidait l’évêque, lequel procéda à des funérailles solennelles.

Dans une lettre, rédigée auparavant par Jean-Louis à l’adresse de ses parents, il leur écrit : Quand vous recevrez cette lettre, vous pourrez être certains que ma tête sera tombée sous le tranchant du glaive, car elle ne doit vous être envoyée qu’après mon martyre. Je mourrai pour la foi de Jésus-Christ. Ainsi donc, réjouissez-vous.

Jean-Louis Bonnard a été béatifié en 1900, et canonisé en 1988 parmi les cent dix-sept Martyrs du Vietnam, qui sont fêtés ensemble le 24 novembre. Il est commémoré au 1er mai dans le Martyrologe.

 

 

Poème de Victor Hugo dédié à Jean-Louis Bonnard

 

À un martyr - (Les Châtiments)

 

I. 

Ô saint prêtre ! grande âme ! oh ! je tombe à genoux !
Jeune, il avait encor de longs jours parmi nous,
Il n'en a pas compté le nombre ;
Il était à cet âge où le bonheur fleurit ;
Il a considéré la croix de Jésus-Christ
Toute rayonnante dans l'ombre.

Il a dit : — « C'est le Dieu de progrès et d'amour.
Jésus, qui voit ton front croit voir le front du jour.
Christ sourit à qui le repousse.
Puisqu'il est mort pour nous, je veux mourir pour lui ;
Dans son tombeau, dont j'ai la pierre pour appui,
Il m'appelle d'une voix douce.

« Sa doctrine est le ciel entr'ouvert ; par la main,
Comme un père l'enfant, il tient le genre humain ;
Par lui nous vivons et nous sommes ;
Au chevet des geôliers dormant dans leurs maisons,
Il dérobe les clefs de toutes les prisons
Et met en liberté les hommes.

« Or il est, loin de nous, une autre humanité
Qui ne le connaît point, et dans l'iniquité
Rampe enchaînée, et souffre et tombe ;
Ils font pour trouver Dieu de ténébreux efforts ;
Ils s'agitent en vain ; ils sont comme des morts
Qui tâtent le mur de leur tombe.

« Sans loi, sans but, sans guide, ils errent ici-bas.
Ils sont méchants, étant ignorants ; ils n'ont pas
Leur part de la grande conquête.
J'irai. Pour les sauver je quitte le saint lieu.
Ô mes frères, je viens vous apporter mon Dieu,
Je viens vous apporter ma tête ! » —

Prêtre, il s'est souvenu, calme en nos jours troublés,
De la parole dite aux apôtres : — Allez,
Bravez les bûchers et les claies ! —
Et de l'adieu du Christ au suprême moment :
— Ô vivant, aimez-vous ! aimez. En vous aimant,
Frères, vous fermerez mes plaies. —

Il s'est dit qu'il est bon d'éclairer dans leur nuit
Ces peuples égarés loin du progrès qui luit,
Dont l'âme est couverte de voiles ;
Puis il s'en est allé, dans les vents, dans les flots,
Vers les noirs chevalets et les sanglants billots,
Les yeux fixés sur les étoiles.

II.

Ceux vers qui cet apôtre allait, l'ont égorgé.

III.

Oh ! tandis que là-bas, hélas ! chez ces barbares,
S'étale l'échafaud de tes membres chargé,
Que le bourreau, rangeant ses glaives et ses barres,
Frotte au gibet son ongle où ton sang s'est figé ;

Ciel ! tandis que les chiens dans ce sang viennent boire,
Et que la mouche horrible, essaim au vol joyeux,
Comme dans une ruche entre en ta bouche noire
Et bourdonne au soleil dans les trous de tes yeux ;

Tandis qu'échevelée, et sans voix, sans paupières,
Ta tête blême est là sur un infâme pieu,
Livrée aux vils affronts, meurtrie à coups de pierres,
Ici, derrière toi, martyr, on vend ton Dieu !

Ce Dieu qui n'est qu'à toi, martyr, on te le vole !
On le livre à Mandrin, ce Dieu pour qui tu meurs !
Des hommes, comme toi revêtus de l'étole,
Pour être cardinaux, pour être sénateurs,

Des prêtres, pour avoir des palais, des carrosses,
Et des jardins l'été riant sous le ciel bleu,
Pour argenter leur mitre et pour dorer leurs crosses,
Pour boire du bon vin, assis près d'un bon feu,

Au forban dont la main dans le meurtre est trempée,
Au larron chargé d'or qui paye et qui sourit,
Grand Dieu ! retourne-toi vers nous, tête coupée !
Ils vendent Jésus-Christ ! ils vendent Jésus-Christ !

Ils livrent au bandit, pour quelques sacs sordides,
L'évangile, la loi, l'autel épouvanté,
Et la justice aux yeux sévères et candides,
Et l'étoile du cœur humain, la vérité !

Les bons jetés, vivants, au bagne, ou morts, aux fleuves,
L'homme juste proscrit par Cartouche Sylla,
L'innocent égorgé, le deuil sacré des veuves,
Les pleurs de l'orphelin, ils vendent tout cela !

Tout ! la foi, le serment que Dieu tient sous sa garde,
Le saint temple où, mourant, tu dis : Introïbo,
Ils livrent tout ! pudeur, vertu ! — martyr, regarde,
Rouvre tes yeux qu'emplit la lueur du tombeau. —

Ils vendent l'arche auguste où l'hostie étincelle !
Ils vendent Christ, te dis-je ! et ses membres liés !
Ils vendent la sueur qui sur son front ruisselle,
Et les clous de ses mains, et les clous de ses pieds !

Ils vendent au brigand qui chez lui les attire
Le grand crucifié sur les hommes penché ;
Ils vendent sa parole, ils vendent son martyre,
Et ton martyre à toi par-dessus le marché !

Tant pour les coups de fouet qu'il reçut à la porte !
César ! tant pour l'amen, tant pour l'alléluia !
Tant pour la pierre où vint heurter sa tête morte !
Tant pour le drap rougi que sa barbe essuya !

Ils vendent ses genoux meurtris, sa palme verte,
Sa plaie au flanc, son œil tout baigné d'infini,
Ses pleurs, son agonie, et sa bouche entrouverte,
Et le cri qu'il poussa : Lamma Sabacthani !

Ils vendent le sépulcre ! ils vendent les ténèbres !
Les séraphins chantant au seuil profond des cieux,
Et la mère debout sous l'arbre aux bras funèbres,
Qui, sentant là son fils, ne levait pas les yeux !

Oui, ces évêques, oui, ces marchands, oui, ces prêtres
A l'histrion du crime, assouvi, couronné,
A ce Néron repu qui rit parmi les traîtres,
Un pied sur Thraséas, un coude sur Phryné,

Au voleur qui tua les lois à coups de crosse,
Au pirate empereur Napoléon dernier,
Ivre deux fois, immonde encor plus que féroce,
Pourceau dans le cloaque et loup dans le charnier,

Ils vendent, ô martyr, le Dieu pensif et pâle
Qui, debout sur la terre et sous le firmament,
Triste et nous souriant dans notre nuit fatale,
Sur le noir Golgotha saigne éternellement !

Erminio Filippo Pampuri

1897-1930

 

Avant-dernier des onze enfants de Innocenzo et Angela Campari, Erminio naquit le 2 août 1897 à Trivolzio (Pavie, Italie N), et reçut le baptême le jour suivant.

Orphelin de sa mère dès 1900, de son père en 1907, il fut pris en charge par des oncles maternels.

Ses études se déroulèrent sans problème, d’abord à l’école primaire de son village, puis à Milan et Pavie, où il entra à l’université de médecine.

Il avait plusieurs fois exprimé son désir de devenir prêtre, mais on l’en avait dissuadé, à cause de sa santé un peu fragile. Il fut un adolescent rempli de l’idéal chrétien, cherchant à vivre conformément à cet idéal, pratiquant les œuvres de miséricorde, restant longtemps en méditation devant le Saint-Sacrement, priant le chapelet. Il adhéra au Cercle Universitaire Severino Boezio, à la Conférence Saint-Vincent-de-Paul, au Tiers-Ordre franciscain, à l’Action Catholique.

Durant la Première guerre mondiale, il prit part aux soins des blessés comme sergent, puis comme aspirant.

En 1921, il fut reçu docteur en médecine et chirurgie avec le maximum de points, et exerça d’abord avec son oncle médecin, puis à Vernate, enfin à Milan (Morimondo). Là, il collabora activement avec le curé au sein de l’Action Catholique, et dans les activités musicales, qu’il érigea sous le patronage de saint Pie X.

En 1922, il se spécialisa encore en gynécologie-obstétrique, et postula en 1923 pour le poste d’officier sanitaire à l’Université de Pavie.

Lié aux pères Jésuites de Triuggio, il y organisa des retraites, payant les frais, invitants ses collègues et amis.

Il ne se contentait pas d’exercer honnêtement la médecine, il visitait ses malades, jour et nuit, leur donnant même gratuitement les médicaments qu’ils ne pouvaient payer, y ajoutant un peu d’argent, des vêtements, des couvertures… Puis il se tournait vers les nécessiteux des maisons voisines, puis encore plus loin, en dehors de Morimondo et de Milan.

Après six années bien remplies, il voulut entrer dans l’Ordre de Saint-Jean-de-Dieu, surnommé en Italie les Fatebenefratelli (Faites le bien, Frères), qui est un ordre particulièrement hospitalier ; il voulait ainsi allier sa profession de médecin à son idéal chrétien.

Il y entra en 1927, et émit les vœux en 1928, s’appelant désormais Frère Riccardo.

Celui qu’on appelait le «saint petit docteur» fut nommé directeur du cabinet dentaire annexe de l’hôpital des Fatebenefratelli, et continua à se prodiguer auprès des malades pauvres avec la même charité infatigable et inaltérable.

Durant son service militaire, il avait pris une affection pulmonaire, qui reprit fortement en 1930. Hospitalisé à Brescia, puis à Milan, il y mourut très saintement le 1er mai 1930. 

Erminio Filippo Riccardo avait alors presque trente-trois ans, comme le Christ.

De nombreuses grâces furent obtenues par son intercession, et deux miracles aboutirent à sa béatification, en 1981.

Un autre miracle avenu en 1982 en Espagne, permit sa canonisation en 1989.

Saint Riccardo Pampuri est fêté le 1er mai.

 

 

Kazimir Klymentii Sheptytskyi

1869-1951

 

Né le 17 novembre 1869 à Prylbychi (Lviv, Galicie, auj. Ukraine), Kazimir Maria était le jeune frère d’un autre futur Serviteur de Dieu, l’évêque Andrij Sheptytskyi.

La famille était une vieille famille noble ruthène, qui vivait dans la partie orientale de la «Pologne», près de Zamosc ; cette région faisait partie de l’empire austro-hongrois.

Après ses premières années d’étude à la maison, il vint à Cracovie en 1882, puis étudia aussi à Münich et à Paris. En 1892, il fut reçu docteur en droit à l’université Jagellon (Cracovie).

Après ses études, il revint auprès de ses parents qui vieillissaient.

En 1900, il fut élu dans le parlement autrichien, qui fut dissout en 1907, et renonça ensuite aux activités politiques.

En 1911, il entra dans l’abbaye bénédictine de Beuron (Baden-Würtemberg, Allemagne), mais au bout d’un an suivit l’exemple de son grand frère Andrij, qui avait réintégré l’Eglise gréco-catholique de leurs ancêtres, et entra au monastère de Saint-Théodore de Bosnie, où il prit le nom religieux de Klymentiy, en référence au pape saint Clément 1er, martyr en Chersonèse et considéré comme fondateur de l’Eglise des Balkans (v. 23 novembre).

Il fut ordonné prêtre en 1913, et alla faire d’autres études à Innsbruck (Autriche) avant de revenir en Ukraine (1919), au monastère de la Dormition à Lavra.

En 1926, il devint higoumène (prieur) de Univ Lavra.

En 1937, il rejoignit son frère Andrij malade, à Lviv.

En 1939, c’est la «libération» par les troupes soviétiques, et donc l’occupation par le communisme. Toute l’élite intellectuelle et spirituelle d’Ukraine est éliminée.

Le métropolitain (évêque) n’est pas lui-même arrêté, par crainte de l’opinion internationale. Mais les communistes persécutent la famille de Klymentii : son frère Léon est assassiné.

Le métropolitain divise alors l’Union Soviétique en quatre exarchats, celui de Russie étant confié à Klymentii.

La guerre permet une interruption de la persécution, mais sans apporter d’amélioration à la situation ukrainienne. Pendant la période de la guerre, le père Klymentii secourt les Juifs en les cachant dans les monastères et en les aidant à gagner la Hongrie.

Entre 1941 et 1944, de nombreux jeunes furent hébergés et cachés dans le monastère de Univ, parmi lesquels certains devinrent célèbres et écrivirent leurs reconnaissants souvenirs. C’est pour cette activité souterraine que Klymentii Sheptiytsky fut reconnu au nombre des Justes parmi les Nations, par les autorités d’Israël, en 1995.

En 1944, la persécution reprend en Ukraine, où les autorités cherchent à soumettre l’Eglise à l’unique Eglise de Moscou. Le nouveau Métropolite, Joseph Slipyj, nomme le père Klymentii Archimandrite (supérieur) de tout l’Ordre Studite. Klymentii devenait ainsi l’autorité la plus représentative de l’Eglise, presque son leader, au nom du Métropolite.

Il fut arrêté à son tour en juin 1947 ; emprisonné à Lviv, puis à Kiev, il fut condamné «seulement» (en raison de son grand âge, soixante-dix-sept ans) à huit ans de prison pour avoir refusé d’adhérer à «l’Eglise de Moscou».

Les prisonniers ne s’attendaient pas à avoir pour compagnon un tel personnage : grand, mince, avec une longue barbe blanche, un peu voûté, avec la canne, il ressemblait à saint Nicolas. Un jour que des religieuses lui passèrent trois pommes, bien mûres et bien rouges, il en donna une à son voisin, qui avait des problèmes d’estomac, et partagea les deux autres avec les autres co-détenus.

Klymentii mourut le 1er mai 1951, dans la prison centrale Vladimir.

Il été béatifié comme martyr en 2001.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2022 5 29 /04 /avril /2022 23:00

Armida Barelli
1882-1952

Armida naquit le 1er décembre 1882 à Milan (Italie).
Elle n’était pas particulièrement orientée vers la sainteté, sa famille, de condition bourgeoise, étant plutôt indifférente à la religion.
Mais on voulut donner à Armida une «bonne formation» et on la plaça chez les Ursulines, puis chez les Sœurs de la Sainte-Croix : c’est d’elles qu’Armida reçut la foi chrétienne.
En grandissant, elle ne se sentait appelée ni au mariage, ni à la vie religieuse ; aussi choisit-elle une voie «de milieu» : elle resta dans le monde, mais en se consacrant à Dieu ; en 1909, elle fit le vœu de chasteté. Alors, les événements vont s’enchaîner providentiellement.
En 1910, Armida rencontra un prêtre, don Agostino Gemelli, qui orienta prudemment Armida vers le Tiers-Ordre franciscain, et lui suggéra de s’occuper des prisonniers et des orphelins.
Cette première mission produisant de bons fruits, le cardinal archevêque de Milan (v. 2 février) confia à Armida le lancement de la Jeunesse Féminine de l’Action Catholique, à Milan. Ce fut un grand succès, dont le pape lui-même (Benoît XV) apprit la bonne nouvelle : en 1918 il étendit ce mouvement à toute l’Italie, et Armida s’en trouva la présidente : elle allait le rester jusqu’en 1946 !
Mais le père Gemelli avait encore d’autres projets, et s’adressa encore à Armida pour le seconder : ce fut la fondation de l’Institut des Missionnaires de la Royauté du Christ (1919), de l’Université Catholique du Sacré-Cœur (1921).
Dès 1927, Armida parcourut l’Italie pour exhorter tous les fidèles catholiques à travailler à reconnaître l’importance du Christ-Roi en toute la société : petits et grands, jeunes et adultes, ouvriers et ouvrières, paysans, étudiants, tous pouvaient et devaient placer le Christ-Roi comme modèle dans leur vie.
Armida fut atteinte dans sa santé : des crises de paralysie l’immobilisèrent et la firent beaucoup souffrir : elle offrait ces souffrances pour le succès de son apostolat.
Elle s’éteignit chez les siens à Marzio, le 15 août 1952, en la fête de l’Assomption de Marie dont le dogme venait d’être proclamé en 1950.
Le miracle examiné pour la prochaine béatification d’Armida concerne une cycliste italienne de soixante-cinq ans renversée par un camion en 1989 ; alors qu’on lui prévoyait d’importantes séquelles, sa famille invoqua Armida, elle se remit totalement de sa commotion cérébrale et mourut… en 2012.
Armida sera béatifiée en 2022, et inscrite au Martyrologe le 15 août.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de samuelephrem
  • : Près de 9600 notices de Bienheureux et Saints. Ont été successivement illustrés : - Les personnages bibliques de l'ancien et du nouveau Testaments. - Tous les Saints et Bienheureux reconnus, depuis les débuts de l'Eglise jusqu'aux derniers récemment proclamés. En outre, des commentaires pour tous les dimanches et grandes fêtes (certains devant être très améliorés). Sur demande, nous pourrons vous faire parvenir en plusieurs fichiers pdf l'intégralité du Bréviaire romain latin, "LITURGIA HORARUM", qui vous permettront d'éviter beaucoup de renvois fastidieux, notamment pour les périodes de Noël et Pâques. Les textes sont maintenant mis à jour selon le nouveau texte de la Nova Vulgata (ed. 2005). Nous avons aussi le Lectionnaire latin pour toutes les fêtes du Sanctoral, sans renvois, également mis à jour selon le texte de la Nova Vulgata. Bienvenue à nos Lecteurs, à nos abonnés, avec lesquels nous entamerons volontiers des échanges. Bonne visite !
  • Contact

Recherche

Pages

Catégories